Maxime Saada : "Aujourd'hui, les vrais concurrents de Canal+ sont Amazon et Youtube"

Partager l'article
Vous lisez:
Maxime Saada : "Aujourd'hui, les vrais concurrents de Canal+ sont Amazon et Youtube"
Par Benjamin Rabier Rédacteur en chef
Addict aux audiences, Benjamin Rabier a choppé le virus de la télévision dès son plus jeune âge. Télévore et curieux de nature, il peut se passionner pour une saison de “The Voice”, un documentaire, un débat dans “C ce soir” ou une compétition sportive. Autre terrain de jeu : les réseaux sociaux.
Bande-annonce "66-5" (Canal+) © Canal+
Lors du Mipcom à Cannes, Maxime Saada, président du directoire du groupe Canal+, est revenu sur la situation du groupe audiovisuel. Puremédias y était.

Une âme de survivant. Lors du Mipcom 2023 à Cannes, Maxime Saada, président du directoire du groupe Canal+, s'est vu remettre le "Variety Vanguard Awards", un prix qui récompense "les leaders de l'industrie de la télévision qui ont apporté une contribution significative au secteur mondial du divertissement" selon le célèbre site américain. À cette occasion, le dirigeant français, qui fêtera ses "20 ans chez Canal+ en 2024, "soit la moitié de la vie du groupe qui fêtera ses 40 ans l'année prochaine", s'est confié sur son expérience au sein du groupe privé.

À lire aussi
Nicolas de Tavernost quitte M6 après 37 ans à la direction de la chaîne
Business
Nicolas de Tavernost quitte M6 après 37 ans à la direction de la chaîne
Rodolphe Belmer et Ara Aprikian affirment avoir quitté Canal+ à cause de l'interventionnisme de Vincent Bolloré sur les "contenus"
Business
Rodolphe Belmer et Ara Aprikian affirment avoir quitté Canal+ à cause de...
DC Company, propriétaire du site "Le Gorafi", rachète le média en ligne "Konbini"
Business
DC Company, propriétaire du site "Le Gorafi", rachète le média en ligne "Konbini"
Emmanuel Kessler quitte (déjà) ses fonctions à la direction du pôle économique de Prisma Media ("Capital", "Management")
Business
Emmanuel Kessler quitte (déjà) ses fonctions à la direction du pôle économique de...

"On a d'abord développé un instinct de survie"

Avant de revenir sur le retour en force de Canal+ ces dernières années, Maxime Saada a martelé que "Canal+ a failli disparaître à de nombreuses reprises" au cours de son existence. "Juste après son lancement en 1984, ce fut un hit puis un gigantesque échec. L'entreprise était au bord de la fermeture. Quand j'ai rejoint Canal+ en 2004, c'était vraiment un moment critique pour nous. Nous perdions beaucoup d'argent en France et nous devions réduire drastiquement les dépenses parce que nous avions perdu 20% de nos abonnés. On a connu des temps très difficiles. On a alors développé un instinct de survie. On se demandait, 'Est-ce que cette compagnie doit exister ? Est-ce qu'il y a un sens à faire perdurer cette entreprise dans cet environnement ?". Quand vous en êtes convaincu, vous développez des instincts de survie. Mes actions ont été guidées par mon obsession de faire survivre cette entreprise", a-t-il déclaré.

Pour relancer Canal+ et "retrouver la croissance", Maxime Saada a alors "baissé les tarifs" des abonnements à la chaîne cryptée et fait "le pari risqué de se développer à l'international". "Encore une fois quand vous êtes en mode survie, vous êtes les meilleurs pour vous surpasser", a-t-il clamé. En 2018, un autre événement va bousculer la vie du groupe audiovisuel : la perte des droits sportifs de la Ligue 1 de football.

"À la base, Canal+ était une compagnie française vraiment dépendante des droits sportifs du football français. Il y a quelques semaines, j'ai annoncé que nous ne participerions pas à l'appel des droits pour la période 2024-2029 (cette prise de parole a eu lieu avant que la LFP n'annonce ce mardi 17 octobre 2023 qu'"aucun des cinq lots" des droits TV de la Ligue 1 pour la période 2024-2029 n'a été attribué aux enchères, ndlr). En 2018, quand nous avons perdu ces droits, des études ont annoncé que la moitié de nos abonnés allaient probablement partir. Mon obsession et l'obsession des équipes de Canal+ a été de mettre fin à ces dépendances. On s'est alors développé sur d'autres disciplines et événements (Formule 1, Moto GP, rugby, Ligue des champions). En même temps, on a signé des accords avec les grands majors et le cinéma français", a-t-il indiqué.

"On doit beaucoup à Netflix"

Au début des années 2010, face à l'émergence des plateformes, Canal+ a dû, une nouvelle fois se réinventer. "Pour être honnête, on doit beaucoup à Netflix, a-t-il d'emblée indiqué. "Ils nous ont ouvert la voie. Ils ont réussi à produire des séries et des films qui voyagent à travers le monde. Avant même leur lancement en France, ils étaient déjà puissants aux États-Unis. Pour vous donner un exemple, à cette époque-là, on avait une série appelée "Le Tunnel" qu'on coproduisait avec Sky Atlantic. Face à l'émergence de Netflix, j'ai décidé de la lancer en 'binge watching' pour ne pas être considéré comme de la veille télé. J'ai donc été à Londres pour convaincre nos partenaires de lancer tous les épisodes d'un coup. On voulait être un acteur innovant du marché aussi".

Avec un parc de 26 millions d'abonnés dans le monde aujourd'hui, dont 9,5 millions en France, Canal+ mise encore et toujours sur les contenus pour faire la différence. "On dépense 3,5 milliards d'euros par an dans nos contenus", a expliqué Maxime Saada. "Aujourd'hui, nous sommes toujours dépendants mais à différentes formes de contenus : le cinéma, le sport, etc... Studio Canal dépense 300 millions d'euros dans les contenus par an. Ce n'est pas assez. L'un des gros mouvements à venir c'est que Studio Canal va devoir grossir et développer son potentiel".

L'avenir du groupe, justement, Maxime Saada l'a évoqué à plusieurs reprises. "Si je regarde le futur, les vrais concurrents de Canal+ aujourd'hui sont Amazon et Youtube parce qu'ils sont gros et efficaces dans ce qu'ils font. Leur autre particularité c'est que leur principal business n'est pas nécessaire le nôtre donc ça représente un danger", a-t-il expliqué affirmant que "tous mes concurrents sont aussi mes partenaires". "Cet écosystème de devoir lutter contre des concurrents tout en finalisant des accords avec eux c'est ce que je préfère (...) Je pense toujours à l'après. Comment on continue à surprendre nos abonnés, comment on garde notre avantage ? Comment on reste pertinent ? Comment on continue à rester dans le coup. On doit toujours penser à la suite. On a signé nos deals sur plusieurs années, on a sécurisé des droits jusqu'à la fin de la décennie, donc ça nous laisse quelques années pour penser à la suite. Nous avons 26 millions d'abonnés dans le monde. Je veux porter ce chiffre à 50, 100 millions d'abonnés mais ça restera toujours moins de la moitié de Netflix. Donc ce n'est pas suffisant. La question désormais c'est 'Comment on reste compétitif sur ce marché ?". L'avenir le dira.

l'info en continu
"Road House" : Un scénariste accuse Amazon d'avoir eu recours à "l'intelligence artificielle" pour "reproduire les voix" des acteurs pendant la grève à Hollywood
Plateforme
"Road House" : Un scénariste accuse Amazon d'avoir eu recours à "l'intelligence...
Retour de "Mariés au premier regard" sur M6, "Les Segpa" sur C8, "It's a Sin" sur France 2 ... Les temps forts de la télévision du 16 au 22 mars 2024
TV
Retour de "Mariés au premier regard" sur M6, "Les Segpa" sur C8, "It's a Sin" sur...
Amazon Prime Video : À partir du 9 avril, il faudra payer plus cher pour échapper à la publicité
Plateforme
Amazon Prime Video : À partir du 9 avril, il faudra payer plus cher pour échapper...
Audiences : Quel score pour l'arrivée de "Camille & images" et Camille Combal le mardi sur TF1 ?
Audiences
Audiences : Quel score pour l'arrivée de "Camille & images" et Camille Combal le...
Audience Netflix : En 4 jours, cette série trépidante signe l'un des meilleurs démarrages de l'histoire de la plateforme en cumulant 153 millions d'heures vues
Séries
Audience Netflix : En 4 jours, cette série trépidante signe l'un des meilleurs...
"Nous nous sommes trompés" : Après les accusations de Judith Godrèche et le tacle de Nora Hamzawi, la sortie de "CE2", le film de Jacques Doillon, reportée
Cinéma
"Nous nous sommes trompés" : Après les accusations de Judith Godrèche et le tacle...