Mort de Malik Oussekine : Dominique Rizet présente ses excuses pour ses propos sur BFMTV

Partager l'article
Vous lisez:
Mort de Malik Oussekine : Dominique Rizet présente ses excuses pour ses propos sur BFMTV
Dominique Rizet sur l'affaire Malik Oussekine © BFMTV
Le consultant police/justice de BFMTV avait laissé entendre que le jeune étudiant décédé en 1986 n'était pas mort des suites de violences policières.

Une (grosse) maladresse qui n'est pas passée inaperçue. Samedi, BFMTV mobilisait son antenne pour suivre les différentes manifestations dans Paris et notamment la marche pour le climat, organisée à l'appel de plusieurs ONG, qui a mobilisé plus de 15.000 personnes selon la préfecture de police et qui a été émaillée de nombreux incidents. En fin de journée, la chaîne info a suivi ces débordements et l'intervention des forces de l'ordre en différents points de la capitale.

À lire aussi
"Ensemble avec nos soignants" : Michel Cymes remplacé à la dernière minute ce soir sur France 2
TV
"Ensemble avec nos soignants" : Michel Cymes remplacé à la dernière minute ce soir...
"C à vous" : Roselyne Bachelot démonte les contradictions de l'urgentiste médiatique Christophe Prudhomme
TV
"C à vous" : Roselyne Bachelot démonte les contradictions de l'urgentiste...
Denis Brogniart ("Koh-Lanta : L'île des héros") : "Voilà pourquoi l'épisode de ce soir a été raccourci"
Interview
Denis Brogniart ("Koh-Lanta : L'île des héros") : "Voilà pourquoi l'épisode de ce...

En plateau, Dominique Rizet, spécialiste police/justice de BFMTV, a été invité à expliquer pourquoi les policiers à moto des brigades de répression de l'action violente (Brav) ne peuvent être comparés aux "voltigeurs", les policiers à moto qui ont officié jusqu'en 1986. Le 6 décembre de cette année-là, Malik Oussekine, un jeune étudiant de 22 ans, avait perdu la vie après s'être fait matraquer par deux policiers du Peloton des Voltigeurs Motoportés (PVM). Après ce drame, cette unité avait été dissoute.

Rizet s'excuse, Fogiel concède "une erreur"

En faisant l'historique des "voltigeurs", Dominique Rizet a évidemment évoqué la mort de Malik Oussekine. "Et un jour, un jeune homme, Malik Oussekine a été rattrapé par des voltigeurs. Malik Oussekine est mort. Sur les conditions de sa mort, il y a discussion. Frappé, pas frappé... On a aussi parlé d'un médicament qui lui aurait manqué", a déclaré le consultant de BFMTV, précisant ensuite que "décision a été prise, heureusement, de supprimer ces unités". Or, dans cette affaire, deux policiers ont été condamnés pour "coups et blessures ayant entraîné la mort dans intention de la donner". Il est ainsi établi que Malik Oussekine est bien mort des suites d'actes relevant de la violence policière.

Hier, sur Twitter, réseau social sur lequel la déclaration de Dominique Rizet a été épinglée, le consultant, qui avait ajouté à l'antenne que "la décision a été prise, heureusement, de supprimer ces unités", s'est excusé. "Les circonstances de la mort de Malik Oussekine ne font aucun doute. Pour ces faits, deux policiers ont été condamnés à 5 et 2 ans de prison avec sursis. Toutes mes excuses pour ces propos qui étaient une erreur" a écrit Dominique Rizet. "Dans le flot du direct, il arrive (hélas) de commettre des erreurs. L'important est de les reconnaître" a de son côté réagi Marc-Olivier Fogiel, le patron de la chaîne.

Le précédent Buisson en août sur RTL

Dominique Rizet n'est pas le premier à remettre en cause la mort de Malik Oussekine sur une antenne. Le mois dernier, Jean-Christophe Buisson, journaliste au "Figaro Magazine", avait affirmé sur RTL : "On s'est aperçu que (Malik Oussekine) n'a pas reçu de coups, qu'il est mort vraiment avec son problème d'insuline. Mais l'affaire dans le contexte général... (...) Dans le souvenir, aujourd'hui, Malik Oussekine a été victime de violences policières, ce qui n'est factuellement pas le cas". Après ces propos, Jean-Christophe Buisson s'était lui aussi excusé. "Je tiens à m'excuser pour mes propos tenus hier sur RTL donnant à penser que je mets en doute le fait que Malik Oussekine soit mort à la suite d'une intervention policière le 5 décembre 1986. La justice a rendu son verdict dans cette affaire et je n'entends pas la contester" avait écrit le directeur adjoint du "Figaro Magazine".

Sur le même thème
l'info en continu
"Dr Harrow" : M6 enchaîne avec la saison 2 dès le 18 avril
Programme TV
"Dr Harrow" : M6 enchaîne avec la saison 2 dès le 18 avril
Passage en clair de Canal+ : France Télévisions demande une réparation financière
TV
Passage en clair de Canal+ : France Télévisions demande une réparation financière
Coronavirus : "Voici" passe en mensuel en avril
Presse
Coronavirus : "Voici" passe en mensuel en avril
"Tandem" : France 3 lance la saison 4 le 21 avril
Programme TV
"Tandem" : France 3 lance la saison 4 le 21 avril
Le confinement vu par... Adèle Van Reeth
Confinement
Le confinement vu par... Adèle Van Reeth
"Les Cancres" : RMC Story lance sa nouvelle émission ce soir
Programme TV
"Les Cancres" : RMC Story lance sa nouvelle émission ce soir
Vidéos Puremedias