Natacha Lindinger ("Sam" saison 2) : "Je ne prends pas la place de Mathilde Seigner"

Partager l'article
Vous lisez:
Natacha Lindinger ("Sam" saison 2) : "Je ne prends pas la place de Mathilde Seigner"
Natacha Lindinger
Natacha Lindinger © JULIEN CAUVIN / TF1
puremedias.com s'est entretenu avec la nouvelle actrice principale de la série de TF1.

Changement de style dans "Sam". Portée par Mathilde Seigner, la saison 1 de cette série adaptée de la comédie danoise "Rita" avait fédéré, en audience consolidée, quelque 7,2 millions de téléspectateurs en moyenne sur TF1, soit 29,2% de PDA sur l'ensemble du public, au moment de sa diffusion au printemps 2016. Un très joli succès que la Une espère bien réitérer en ce début d'année. Mais Mathilde Seigner n'ayant pas souhaité reprendre son rôle, c'est désormais Natacha Lindinger, vue dans "Le Maître du Zodiaque" sur TF1 et "Hard" (Canal+) qui incarne la prof/mère de famille au blouson en cuir rouge. À l'occasion du lancement de la saison 2 de "Sam", puremedias.com s'est entretenu avec la comédienne.

À lire aussi
Arrêt d'"On n'est pas couché" : Catherine Barma envisage de poursuivre Laurent Ruquier en justice
TV
Arrêt d'"On n'est pas couché" : Catherine Barma envisage de poursuivre Laurent...
Thomas Hugues fait ses adieux à RTL : "On peut remercier les patrons qui nous virent"
Radio
Thomas Hugues fait ses adieux à RTL : "On peut remercier les patrons qui nous...
"Le Retour du grand blond" : Les films prévus sur France 3 l'après-midi cette semaine
Cinéma
"Le Retour du grand blond" : Les films prévus sur France 3 l'après-midi cette...

Propos recueillis par Pierre Dezeraud.

puremedias.com : Vous reprenez un rôle interprété avec brio par Mathilde Seigner lors de la saison 1 en 2016. C'est une pression ?
Natacha Lindinger : Pour moi, pas du tout. En revanche, j'ai senti la crainte autour de moi. En ce qui me concerne, j'ai cherché cette crainte en moi et je ne l'ai jamais trouvée. C'était une formidable idée d'être allé chercher Mathilde pour la première saison. Elle incarnait parfaitement le rôle. Quand on m'a proposé de le reprendre, je me suis juste dit que je n'avais pas envie d'essayer de faire comme elle.

Vous aviez suivi la première saison ?
Non. J'avais vu "Rita", la version originale qui a été diffusée au Danemark, et je me suis inspirée de ce personnage. C'est seulement lorsque l'on m'a contactée pour faire la suite que j'ai regardé la saison avec Mathilde. J'ai trouvé qu'il y avait un doux mélange entre le sociétal et le déséquilibre profond du personnage. Si j'ai accepté, c'est surtout parce ce que j'aime ce personnage et ses caractéristiques. Sam est un rôle très jouissif à jouer qui implique une palette d'émotions assez large puisque c'est une vraie hypersensible.

Ils ont dit
"Mon seul point commun avec 'Sam' ? J'aime le pinard !"
Natacha Lindinger

Et vous vous retrouvez dans le personnage de Sam ?
Non, pas du tout ! Je dis souvent en rigolant que notre seul point commun, c'est d'aimer le pinard ! En revanche, je crois que je la comprends.

Les téléspectateurs vont forcément faire la comparaison. Vous le redoutez ?
Je comprends parfaitement. C'est évident qu'ils vont la faire. Les fans absolus de Mathilde vont même peut-être bouder la série, et c'est absolument normal. Après, c'est quelque chose qui se fait beaucoup aux États-Unis de changer de personnage. Je pense que cela arrivera de plus en plus dans les séries françaises. Là, le rôle est tellement chouette que ça aurait été vraiment idiot de ne pas continuer à laisser vivre ce personnage. Ce qui aurait été gênant, c'est que l'actrice principale soit virée. Là, ce n'est pas le cas, Mathilde a donné la couleur dès le départ en annonçant qu'elle ne ferait pas la saison 2.

Vous avez échangé avec elle ?
Pas du tout. Nous nous sommes déjà croisées, on se connait, mais nous n'en avons pas parlé. Je crois que tout cela a été fait d'une manière assez saine. Je ne prends pas sa place, je laisse juste Sam vivre un peu plus. L'héroïne, c'est le personnage, pas la comédienne.

Ils ont dit
"Sam qui emménage avec Xavier, c'est le début des emmerdes"
Natacha Lindinger

Au début de la saison, où en est le personnage de Sam vis-à-vis de Xavier, le proviseur du collège incarné par Fred Testot ? La saison 1 s'arrête après qu'ils se sont embrassés...
Ils emménagent ensemble. Et là, c'est le début des emmerdes. Il s'est donc passé un petit laps de temps depuis la fin de la saison 1. Ce qui est intéressant, c'est que Sam se retrouve confrontée à la difficulté de vivre à deux. Elle espère rentrer dans un schéma relationnel classique alors qu'elle n'est pas faite pour ça. Forcément, c'est très bancal.

Les enfants de Sam acceptent facilement l'arrivée de Xavier dans leur vie ?
Ils râlent un peu une demi-seconde pour la forme mais je pense qu'ils se sentent plus proches de lui à un moment donné. Ça les rassure un peu d'avoir ce nouveau repère. On peut les comprendre parce que Sam a plutôt tendance à ne pas savoir ce qu'elle est vis-à-vis d'eux. Elle pense qu'elle peut être la mère, le père, la copine et la prof en même temps...

On en déduit donc que les rapports de Sam avec ses enfants ne vont pas s'améliorer...
Non mais je pense qu'elle essaie de faire le mieux possible, avec toute sa bonne volonté. Il y a de l'amour mais il y a quelque chose qui ne marche pas. Elle est trop adolescente attardée pour ça. Elle a du mal à s'aimer, à se gérer, à se tenir... Voilà, je crois vraiment qu'elle fait comme elle peut.

Ils ont dit
"Sam est parfois très limite dans ses choix"
Natacha Lindinger

Et comment gère-t-elle le fait de devenir grand-mère ?
Je crois que ça l'éclate assez. Sam croit qu'elle a 17 ans. Et ça l'éclate d'avoir 17 ans et d'être grand-mère. Je pense d'ailleurs qu'elle s'en sortira mieux avec ses petits-enfants qu'avec ses enfants. Tout ce qui est enfantin la stimule beaucoup.

Au cours de la première saison, de nombreux thèmes de société avaient été abordés, notamment l'homosexualité et la drogue. Ce sera toujours le cas ?
Bien sûr, c'est l'une des raisons d'être d'une série moderne qui s'inscrit dans son époque. Cette année, l'anorexie, la maladie ou encore la grossesse seront notamment abordés.

À la fin de chaque épisode, c'est un peu "Tout est bien qui finit bien". On peut imaginer un épisode où tout ne se terminerait pas bien ou la comédie empêche cela ?
Il y a quelques épisodes où ça ne se passe pas bien. Il arrive assez souvent que Sam soit très limite dans ses choix, notamment vis-à-vis d'élèves dont elle a la responsabilité. Mais tant mieux quelque part. On s'en fout d'avoir une héroïne qui fait tout bien. Plus elle se trompe, plus elle est limite, plus on lui en veut et plus on l'aime. C'est un personnage éminemment critiquable et il faut absolument que ça reste.

Ils ont dit
"Un rôle comme celui de 'Sam' est un bon message pour arrêter le botox !"
Natacha Lindinger

"Sam" est un personnage très émotionnel. C'était une respiration après vos précédents rôles ?
"Hard" m'avait déjà fait un bien fou. Le rôle de Sophie dans "Hard" et celui de "Sam" m'ont donné une liberté de jeu énorme, comme je n'en avais jamais eu auparavant. On m'a laissé faire, sans me mettre dans une cage. C'est très reposant et très libérateur. Il était temps avant la retraite, non ? (rires).

En 2012, interrogée par "Libération", vous aviez déclaré "On ne m'a fait jouer que des filles tragiques, dures et mystérieuses. Et j'ai fini par ressembler à ça. Ce que je vois de moi à l'écran ne me plaît pas, ne m'intéresse pas". Maintenant, vous vous plaisez à l'écran ?
Oui, à un moment donné, je ne supportais plus ce visage fermé, presque parfait et qui n'avait rien à exprimer. J'avais envie de vie, de réalisme. Mon travail m'intéresse plus dans "Hard" et "Sam" que dans les trois quarts des choses que j'ai faites avant. Ça ne veut pas dire que ce n'était pas bien. En tant que spectatrice, je préfère voir l'émotion que peut me procurer un rôle comme celui de Sophie dans "Hard". Je ne dis pas que je suis meilleure actrice ou que je m'aime mais mon travail m'intéresse davantage dans ces rôles-là. J'aime mes rides et mes cernes. Ça colle à "Sam" et c'est un grand luxe pour une comédienne vieillissante comme moi. Et quand on voit qu'au résultat, c'est payant, c'est un bon message pour arrêter le botox !

La saison 1 de "Sam" avait été un vrai carton. Comment l'expliquez-vous ?
Je crois que le personnage de Sam touche les élèves, les adolescents, les professeurs, les parents en galère avec leurs enfants et bien d'autres encore. Dans son imperfection, elle est assez universelle et il y a aussi une vraie modernité dans le ton. C'est de la comédie sincère. C'est aussi mal élevé, ça détend.

Ils ont dit
"Je ne veux pas faire Sam pendant vingt-cinq ans"
Natacha Lindinger

Vous ressentez la pression de l'audience ? Vous reprenez le rôle principal d'une série dont la première saison avait rassemblé plus de 7 millions de personnes...
On a envie que ça marche. Mais je ne vais me mettre une pression sur les chiffres, ce n'est pas mon métier. Bien sûr, s'il y a une suite, je serais ravie, s'il n'y en a pas, je serais aussi ravie de faire autre chose.

Contrairement à Mathilde Seigner qui avait annoncé son départ lors de la promotion de la première saison, vous dites donc déjà que vous êtes partante pour faire une saison de plus ?
Alors, évidemment que je ne veux pas faire cela pendant vingt-cinq ans, mais s'il y a une suite, je la ferais avec un grand plaisir. Ce personnage est un vrai cadeau.

Vous serez dans les prochains mois à l'affiche du drame "La Faute" sur M6. C'est un retour à un type de rôle que vous avez déjà pu expérimenter ?
Je me suis beaucoup amusée avec Valérie Karsenti. C'est un rôle assez difficile, celui d'une mère désespérée dont l'enfant a disparu. On repart sur du drame, c'est aussi un personnage plus bourgeois. Mais ce n'est pas un rôle exaspérant de femme "mystérieuse froide antipathique dangereuse". C'est au contraire un très joli rôle. En plus, cela m'a permis de retrouver Nils Tavernier, le réalisateur, avec lequel j'avais déjà travaillé il y a vingt ans. J'étais contente de le retrouver. J'ai ensuite travaillé avec lui pour le film "Facteur cheval". Il m'a confié un rôle très taiseux, ce qui m'a fait un bien fou après Sam.

Sur le même thème
l'info en continu
"Batman" : Une série dérivée du film de Matt Reeves en préparation pour HBO Max
Séries
"Batman" : Une série dérivée du film de Matt Reeves en préparation pour HBO Max
Après "Une Famille formidable", Anny Duperey bientôt dans une nouvelle série pour France 2
Séries
Après "Une Famille formidable", Anny Duperey bientôt dans une nouvelle série pour...
"Hypocrisie", "lâcheté", "vénalité" : Laurent Ruquier règle violemment ses comptes avec Catherine Barma
TV
"Hypocrisie", "lâcheté", "vénalité" : Laurent Ruquier règle violemment ses comptes...
Audiences samedi : nouveau record pour Alex Goude, "Fort Boyard" meilleur que TF1 en deuxième partie de soirée
TV
Audiences samedi : nouveau record pour Alex Goude, "Fort Boyard" meilleur que TF1...
Audiences : Lancement en forte hausse pour "Fort Boyard", M6 sous les deux millions avec sa soirée cinéma
TV
Audiences : Lancement en forte hausse pour "Fort Boyard", M6 sous les deux...
Audrey Crespo-Mara rejoint "Sept à Huit"
TV
Audrey Crespo-Mara rejoint "Sept à Huit"
Vidéos Puremedias