Nine : une comédie musicale clichée et sans profondeur

Partager l'article
Vous lisez:
Nine : une comédie musicale clichée et sans profondeur
Comédie musicale inégale, "Nine" se contente d’enchaîner les scènes de danse plus ou moins inspirées sur des musiques plus ou moins énervantes. Quelques belles images sur un scénario fuyant.

C’était censé être un hommage à Fellini, et à son Huit et demi. Un amour de l’Italie et de ses femmes. Avec son titre clin d’œil et prétentieux (Nine, encore mieux que Huit et demi ?), Rob Marshall nous signe pourtant une grosse pub Panzani, clichés de Vespa roulant devant le Colisée et accent lourdingue en prime.

Une succession de clichés



Pendant une heure trente, Daniel Day-Lewis interprète ici un réalisateur italien maudit, obsédé par les femmes de sa vie (sa mère, sa femme, sa maîtresse, sa muse, etc.), le regard plus plongé dans le décolleté de sa prochaine conquête que dans son scénario. A dix jours du tournage, il entame donc un dernier périple, une fuite de femme en femme pour retrouver l’inspiration. Et ce que vous venez de lire n’est pas le pitch, mais le scénario dans son ensemble.

Au-delà de la succession de clichés sur la femme éternelle avec Sophia Loren en mama qui te prend sur ses genoux, Penelope Cruz la plantureuse nympho ou encore Nicole Kidman la star de cinéma évanescente (et, ici, transparente), Rob Marshall nous livre surtout une série de fantasmes, botoxés et corsetés au bord du mauvais goût, voire carrément les deux pieds dedans pour certains.

Filmé parfois comme un clip, parfois comme un pied



Chaque femme a le droit à son propre morceau de bravoure, son petit solo, parfois sensuel, parfois sauvage. On y retrouve l’esprit Chicago avec Fergie en prostituée féline, Cruz se tortille en guêpière sur un canapé de satin dans une lumière de cabaret de travelos, et Nicole Kidman brille plus par sa robe que par son charisme, en déambulant dans les rues esthétisées d’un Rome de carte postale.

Une série de saynètes inégales, filmées tantôt comme un clip, tantôt comme un manche, reliées entre elles par un scénario filiforme. Entre ces états d’âme fantasmés, le spectateur peine à trouver un peu de profondeur à l’histoire, insignifiante, ponctuée de dialogues mous (ah, Marion Cotillard éplorée qui explique à son mari que tromper, c’est mal) et d’hommages dégoulinants au cinéma italien. Et sortir d’une comédie musicale sans avoir une seule note à siffloter semble être la meilleure preuve qu’elle ne tient pas la route.

Huit Et Demi
Huit Et Demi
commentaires
comments powered by Disqus
Sur le même thème
l'info en continu
Biopic de Grégory Lemarchal : Mickaël Lumière va incarner le chanteur sur TF1
TV
Biopic de Grégory Lemarchal : Mickaël Lumière va incarner le chanteur sur TF1
L'année médias 2019 vue par... Marc-Antoine Le Bret
Interview
L'année médias 2019 vue par... Marc-Antoine Le Bret
"Burger Quiz" : Un hommage à Gérard Darmon... toujours en vie !
TV
"Burger Quiz" : Un hommage à Gérard Darmon... toujours en vie !
"Irresponsable" : La saison 3 disponible dès aujourd'hui sur OCS
Séries
"Irresponsable" : La saison 3 disponible dès aujourd'hui sur OCS
"Prodiges" : Qui sont les 16 talents de la saison 6 du concours de France 2 ?
TV
"Prodiges" : Qui sont les 16 talents de la saison 6 du concours de France 2 ?
Radio Notes 2019 : Votez pour vos stations, animateurs et émissions préférées !
Radio
Radio Notes 2019 : Votez pour vos stations, animateurs et émissions préférées !
Vidéos Puremedias