Pascal Soetens (Star Academy) : "Ce n'est pas parce que c'est NRJ 12 qu'il y aura beaucoup de clashs"

Partager l'article
Vous lisez:
Pascal Soetens (Star Academy) : "Ce n'est pas parce que c'est NRJ 12 qu'il y aura beaucoup de clashs"
A l'occasion du retour de "Star Academy", Pascal Soetens se confie sur puremedias.com
A l'occasion du retour de "Star Academy", Pascal Soetens se confie sur puremedias.com © TF1
C'est demain que la "Star Academy" fera son retour sur NRJ 12. A cette occasion, puremedias.com a pu rencontrer Pascal Soetens pour parler de son rôle de professeur et du "Grand Frère". Interview.

C'est demain que NRJ 12 lancera sa nouvelle version de la "Star Academy", quatre ans après son arrêt sur TF1. Après une visite guidée du château hier, puremedias.com a pu rencontrer Pascal Soetens, connu comme "Pascal, le grand frère" et devenu professeur de sport pour cette "Star Academy Revolution", et lui a posé quelques questions sur son rôle dans le télé-crochet ainsi que sur son avenir sur NRJ 12... ou ailleurs !

À lire aussi
Diffusion Coupe du monde de rugby 2019 : Le calendrier des retransmissions chaîne par chaîne
TV
Diffusion Coupe du monde de rugby 2019 : Le calendrier des retransmissions chaîne...
Eric Zemmour devient chroniqueur sur CNews dès lundi à 19h
TV
Eric Zemmour devient chroniqueur sur CNews dès lundi à 19h
"Stars à nu" : Les 7 célébrités masculines qui se déshabilleront sur TF1
TV
"Stars à nu" : Les 7 célébrités masculines qui se déshabilleront sur TF1

Propos recueillis par Kevin Boucher.

"Je serai le prof qui va veiller au grain sur le comportement"

Qu'est-ce qui vous a poussé à accepter la proposition de NRJ 12 ?

Alors, nouveau challenge pour moi parce qu'il y avait le côté sportif qui m'intéresse énormément, le côté mental aussi parce que je ne voulais pas me retrouver l'animateur en survet' et là, je serai sur le prime en plus. Le prime, pour moi, c'est vraiment innovant, c'est tout neuf. Je ne suis pas habitué à passer en prime déjà et je me suis dit "C'est un nouveau challenge". Nouvelle chaîne, donc nouvelle voie professionnelle. Peut-être aussi envie de démontrer ce dont je suis capable, par rapport à TF1 où on m'avait effectivement, je ne vais pas dire enfermé mais catalogué dans un rôle bien précis. J'avais envie d'évoluer par rapport à la télévision et je me suis dit "M'occuper de jeunes adultes, ça peut être pas mal".

Vous n'aurez pas le rôle du méchant, donc ?

Je pense que je serai méchant, c'est évident ! (Rires). Non, je ne vais pas être méchant mais je serai le prof qui va veiller au grain sur le comportement, le comportement dans le château. A partir du moment où il n'y a pas de rangement, je pense que je vais intervenir, c'est évident. Moi, je ne peux pas supporter des gens qui sont dans une académie, qui ne respecteront pas ce lieu qui est magnifique. Donc tout ce que vous avez vu auparavant avec des fringues qui traînent par terre, je pense que le premier mois, on ne va rien dire mais je vais vite intervenir très vite. Je pense que ça va vite m'agacer.

"Je vais être un petit peu un grand frère"

On retrouvera un peu de "Pascal le grand frère" ?

Ouais, je vais être un petit peu un grand frère. Je vais leur expliquer qu'à un moment donné, vivre ensemble, ce n'est pas simple, surtout avec des inconnus parce que personne ne se connaît. Donc au départ, je pense que pendant les quinze premiers jours, tout le monde va bien s'entendre, c'est "le monde est tout beau, le monde est gentil". Mais ensuite, il ne faut pas oublier que c'est un concours quand même ! Sur la quinzaine d'élèves qu'il y aura de présents au château, il ne doit en rester qu'un. Ca va être une vraie "guerre" entre eux, c'est à celui qui sera le meilleur. Donc à un moment donné, toutes les stratégies sont bonnes.

Vous serez présent aux évaluations ?

Pour l'instant, on ne sait pas, normalement ce n'est pas prévu mais visiblement, la directrice souhaite que je sois présent et que je donne mon avis. Je trouve ça déjà pas mal. Pour l'instant, ce n'est pas encore acté donc ce n'est pas prévu. Je serai sur le prime avec les trois nominés pour qu'il puisse gérer leur stress, d'une part, c'est aussi mon rôle, le côté mental. Maintenant, si on me demande aussi mon avis, de noter, je le ferai avec grand plaisir.

"Je ne pourrai pas tolérer qu'on parle mal à Charlotte Valandrey"

Vous êtes prêt à pousser un coup de gueule contre vos camarades professeurs s'ils défendent un élève dont vous déplorez le comportement ?

Bien sûr. A partir du moment où on s'entend tous bien, on va tous communiquer là-dessus. Si je m'aperçois que dans ma partie qu'un élève est incorrect ou impoli, même avec un autre prof, si je peux intervenir, je vais intervenir, c'est clair. Ce qui est sûr, c'est que Charlotte compte énormément sur moi pour que je puisse l'aider là-dedans. Elle m'a dit : "Voilà Pascal, les jeunes adultes, c'est bien". Mais à un moment donné, peut-être qu'elle va se sentir, pas dépassée parce qu'elle est très très forte pour ça, mais voilà, elle a besoin de nous tous. En tout cas, moi, elle a mon soutien, je suis un allié pour elle donc je serai là moi pour la soutenir et je serai surtout là pour qu'on la respecte. Je trouve ça important. C'est la directrice et on se doit de bien lui parler. On a le droit de dire les choses mais il faut mettre les mots, les formes. On ne doit pas arriver en insultant les gens. C'est juste pas possible. Ca, je ne pourrai pas le tolérer.

Sur NRJ 12, il y a aussi "Les Anges de la télé-réalité" et "L'Île des Vérités" qui misent beaucoup sur les clashs. Vous n'avez pas peur que la "Star Academy" prenne cette direction là ?

Justement, je suis là pour gérer les clashs. Des clashs, il y en aura, c'est évident. Maintenant, est-ce que les clashs seront présents au moment où moi je serai au château ? Pas certain. Mais en tout cas, il y aura un débrief qui sera fait : savoir pourquoi il y a eu un clash, ensuite convoquer les protagonistes de ce clash et percer l'abcès, se dire "Voilà, s'il y en a deux ou trois qui ne s'entendent pas, il faudra les regrouper, faire un tour de table et dire ce que chacun pense de l'autre". Je pense que c'est important. Et pas attendre, effectivement, que ça s'envenime. Ces gens-là, la fatigue - parce qu'il vont être fatigués à un moment donné -, l'énervement, la panique - de dire "Je ne suis pas sélectionné" ou "Je risque de partir la semaine prochaine" -, je pense que tout ça, ça va jouer sur leur moral, leur état psychologique en tout cas. Moi, je serai là, surtout pour apaiser les tensions en tout cas. Je ferai du mieux que je peux.

"Il ne faut pas se dire que parce que c'est NRJ 12, il y aura beaucoup de clashs"

L'exclusion d'un candidat en cas de dérapage est envisageable ?

Non, ce n'est pas prévu. Ce n'est jamais arrivé. Là, on a vraiment des candidats qui sont vraiment très très forts, les uns comme les autres. On ne souhaite pas que ça arrive. Maintenant, voilà, on ne pas prévoir. On verra bien. On va découvrir au jour le jour ce qu'il se passe réellement. On va voir l'évolution de chacun et de chacune. Et surtout, il ne faut pas cataloguer cette émission "Parce que c'est NRJ 12 et qu'effectivement, dans la télé-réalité, il y a beaucoup de clashs". Il ne faut pas oublier que c'est une académie : ils sont là pour apprendre des choses donc ils sont là pour se perfectionner en fait. La plupart nous disent : "Moi, si je suis venu sur la Star Ac, c'est pour apprendre, ce n'est pas pour faire le fanfaron". Déjà, je pense que la mentalité est bonne. En tout cas, la première phrase, le premier esprit est bon donc je me dis que c'est de bonne augure.

Vous avez déjà rencontré les candidats ?

Non, pas encore. J'ai des dossiers sur eux donc je sais à qui j'ai affaire mais je ne les ai pas encore vus réellement. Ce sera jeudi au prime.

"Les projets, s'il y en a, j'espère qu'ils se feront sur NRJ 12"

Pour les cours, vous serez très présent ?

Je serai présent trois fois par semaine donc c'est quand même déjà pas mal. Avec un nombre d'heures de cours qui me paraît suffisant par rapport à ce qu'ils ont à faire. Plus le prime ! Ils vont me voir régulièrement, ouais. Plus après, les aléas ou si ma présence n'est pas prévue, elle peut être souhaitée donc il peut y avoir des jours supplémentaires qui vont se déclencher comme ça au jour le jour donc je verrai bien (Rires). Je vais m'adapter en tout cas.

Après "Star Academy", vous allez avoir votre émission sur NRJ 12 ?

C'est une bonne question, ça fait sourire ! (Rires). Pour être honnête, je vais me consacrer d'abord à la "Star Ac", il ne faut pas que je me plante, je ne peux pas m'éparpiller. Et les projets, s'il y en a, j'espère qu'ils se feront effectivement sur NRJ 12. Maintenant, ma priorité, c'est la "Star Ac", c'est de faire de ce programme le meilleur programme qui soit, en tout cas pour ma partie. Et on est tous motivés, tous les profs, tous les coachs, on est tous soudés. On a envie que ça fonctionne. On a envie de montrer que NRJ 12 a eu raison de remettre la "Star Ac" en place et on va démontrer que tout ça est possible par rapport à tout ce qui est dit aujourd'hui.

"J'espère que les gens ne vont pas encore me percevoir comme 'Le Grand Frère'"

A votre départ de TF1, vous avez refusé les propositions de nombreuses chaînes.

Soit c'était trop proche, soit ce n'étaient pas des choses qui me motivaient, soit c'était rabaissant... Il n'y avait pas de vraie évolution. Moi, j'avais des projets bien précis. Et certaines chaînes m'ont dit clairement : "Ecoutez, ça ne nous intéresse pas". A un moment donné, il faut dire les choses et j'ai trouvé ça bien. Et d'autres ont dit : "Ecoutez, on va voir, on va réfléchir". Et le temps de réfléchir, j'ai d'autres chaînes qui m'ont approché comme NRJ 12 et NRJ 12 m'a fait une belle proposition sur la "Star Ac". Je me suis dit : "Le challenge, ça peut être bien". Du prime, déjà. En terme de visibilité, j'y gagne par rapport à TF1 où on ne me voyait effectivement que trois fois par an, à 23h15. Là, je vais être sur une quotidienne, je vais être sur un prime en live, en direct. C'est un enjeu qui est différent. J'espère que les gens ne vont pas encore me percevoir comme "Le grand frère" même si je vais jouer un peu ce rôle là, parce que je vais être aussi là pour les écouter, c'est important. C'est pour ça aussi que je pense qu'ils m'ont choisi, par rapport à ce rôle. Mais il y a le côté sportif aussi à ne pas négliger et le but c'est qu'ils soient bien dans leur corps pour être bien dans leur tête. Je dirai que pour moi, le physique et le mental vont de pair. On ne pas couper la tête d'un corps. Ca ne fonctionne pas en tout cas. Moi, ce qui m'intéresse, c'est de se dire "Vous avez la tête sur les épaules, gardez-la bien".

L'argent a joué dans votre décision ?

Non, pas du tout. L'argent, ça n'a pas été un facteur de décision. Bien au contraire. Il ne faut pas oublier que c'est de la TNT donc ce ne sont pas les budgets de TF1. Moi, j'avais envie de travailler surtout donc après, quand il faut revoir ses cachets à la baisse, on les revoit à la baisse, ce n'est pas grave. Je préfère redémarrer très bas pour pouvoir grimper que d'arriver avec des prétentions auxquelles je dois prétendre. Je ne sais même pas si je peux prétendre à ces prétentions financières. Ca n'a pas été le maître mot. Ca n'a pas été la clé de ma décision. C'était vraiment le programme qui me plaisait. Vraiment.

"Je pense que TF1 ne pourra pas refaire 'Le Grand Frère'"

TF1, de son côté, cherche un nouveau "Grand frère".

J'ai vu ça, ouais. (Rires)

Qu'en pensez-vous ?

Je pense qu'ils ne pourront pas le refaire. Sur TF1 en tout cas. Parce que c'est bien ancré. C'est comme "Super Nanny". "Super Nanny", ça n'a jamais été remplacé, je pense que ça ne le sera jamais parce qu'elle nous a quittés déjà, par respect pour sa famille. Puis, les gens, dans leur esprit, c'est "Pascal le grand frère", c'est pas Albert, c'est pas Michel... Et ce qu'il faut savoir, c'est que le concept appartient à Julien Courbet. Julien Courbet, aujourd'hui, c'est mon patron donc je pense que lui veut me garder pour ce concept-là, peut-être sur une autre chaîne donc je ne pense pas qu'il le vende de nouveau à TF1.

Et s'il y a un nouveau "Grand frère", vous allez y jeter un oeil ?

Bien sûr que je vais regarder. Bien sûr que ça m'intéresse. Je vais regarder ses méthodes. Mais bon, les gens vont s'attendre à quelque chose de très ressemblant. Maintenant, on n'est pas irremplaçables. Je ne suis pas indispensable en tout cas. Si jamais ça se fait, je lui souhaite bonne chance. Je lui demande d'être lui-même... ou d'être elle-même, ça peut être une "Grande soeur", qui sait ! (Rires). Et de s'armer de courage parce que c'est de la télé et dans la télé, on se fait beaucoup d'ennemis malheureusement, même si on fait un métier formidable, même si on le fait avec le coeur. Je me suis aperçu que j'avais beaucoup d'ennemis. Je le découvre sur les réseaux sociaux. J'ai des gens qui viennent sur ma page fan et qui me marquent des insanités. Je ne comprends pas pourquoi. Je n'ai jamais compris. A la limite, je les plains.

commentaires
comments powered by Disqus
Sur le même thème
l'info en continu
"Scènes de ménages" : Un nouveau prime time pour la série de M6 le 7 novembre
Programme TV
"Scènes de ménages" : Un nouveau prime time pour la série de M6 le 7 novembre
Netflix a regagné des abonnés au 3e trimestre mais reste prudent pour l'avenir
SVOD
Netflix a regagné des abonnés au 3e trimestre mais reste prudent pour l'avenir
Comparaison polémique entre voile et "uniforme SS" : Olivier Galzi pris à partie par un de ses invités sur LCI
TV
Comparaison polémique entre voile et "uniforme SS" : Olivier Galzi pris à partie...
"Le prix du silence" : RMC Story lance la série britannique le 6 novembre
Programme TV
"Le prix du silence" : RMC Story lance la série britannique le 6 novembre
Audiences : Faible retour pour "Ca ne sortira pas d'ici" sur France 2, record pour "C dans l'air" sur France 5
Audiences
Audiences : Faible retour pour "Ca ne sortira pas d'ici" sur France 2, record pour...
Audiences access 20h : Record pour "C'est Canteloup", "Le 20h, le mag" en forme, "Passage des arts" et "Clique" faibles
Audiences
Audiences access 20h : Record pour "C'est Canteloup", "Le 20h, le mag" en forme,...
Vidéos Puremedias