Le Plan B : Une comédie romantico-obstétrique édulcorée

Partager l'article
Vous lisez:
Le Plan B : Une comédie romantico-obstétrique édulcorée
La comédie facile mais mignonne s’est aventurée dans le domaine de l’obstétrique, avec quelques scènes assez dégoûtantes qui raviront certains passionnés du mystère de la vie.

Sorti directement de l'usine des comédies romantiques à l'américaine, Le Plan B n'a rien à proposer de nouveau ou de plus drôle qu'une autre comédie du genre - sauf pour ceux qui aiment le look de Jennifer Lopez et les détails relatifs à l'obstétrique. Démarrant comme une comédie rose bonbon, le film nous présente Zoe, une jeune femme qui ne rêve que de bébés au point d'en voir partout dans New York en se promenant dans le décor dessiné d'une ville idéale. Le scénario s'adresse à un public féminin, en abordant une problématique particulièrement féminine, celle de la grossesse, et plus particulièrement par insémination. Les dialogues intelligents et bien écrits donnent à ce film de la consistance : que peut dire une future mère par insémination à l'homme de sa vie qu'elle rencontre le même jour, en prenant par accident le même taxi ?

Le chemin parsemé d'événements cocasses



Le gentil couple nouvellement formé finit donc par vivre ensemble en se faisant plus ou moins à l'idée que les bébés n'ont pas leur vrai père, mais un père de substitution. Une série de scènes tente de donner un ton légèrement dramatique à ce qui n'est qu'un chamallow rose. Et alors ? Ils sont mignons, et Lopez est très belle, même quand elle rentre à peine dans sa robe blanche et qu'elle vomit partout. Et on propose même une sorte de réflexion quand Zoe explique que sa mère est morte jeune et que son père n'est pas resté.

L'autre question devient alors « Va-t-il partir ou rester, lui ? Est-il un salaud ou un gentil garçon ? » On connaît déjà la réponse, mais le long du chemin, on appréciera les événements cocasses qui surviennent, avec la poussette double, le coussin de grossesse ou le groupe de soutien pour mères célibataires. Les situations catastrophiques sont si forcées qu'on ne saurait y croire une seconde, à commencer par la première scène et le fait que les deux tourtereaux se rencontrent dans un taxi et se retrouvent au marché. Mais le ton incisif des personnages secondaires peut plaire : la mère découragée de plusieurs enfants, ou le père dans le parc qui explique à quel point le bonheur d'être est en fait « affreux, affreux et affreux », peuvent provoquer quelques gloussements. Il y a même quelques occasions de fou rire. Et entre chacune d'entre elles, on se demande pourquoi on est au cinéma.

Une fin convenue mais optimiste



Voir ce film un dimanche après-midi à la télévision aurait tout aussi bien fait l'affaire, sauf pour une étudiante infirmière de première année, un médecin obstétricien ou une femme qui veut s'informer sur l'insémination. Et encore. Mais bien que sans crédibilité aucune, les deux bébés sont mignons, et l'optimisme est de rigueur. Ni pour ni contre, bien au contraire, est l'affirmation sceptique qui vient à l'esprit comme conclusion de ce Plan B, film ordinairement sympa mais aussi vite vu qu'oublié.

Le Plan B
Le Plan B
commentaires
comments powered by Disqus
Sur le même thème
l'info en continu
Harvey Weinstein reconnu coupable d'agression sexuelle et de viol
Justice
Harvey Weinstein reconnu coupable d'agression sexuelle et de viol
"Atypical" s'arrêtera sur Netflix après la saison 4
Programme TV
"Atypical" s'arrêtera sur Netflix après la saison 4
"Faites entrer l'accusé" quitte France 2 ce soir
TV
"Faites entrer l'accusé" quitte France 2 ce soir
RT France recrute Alain Juillet, ancienne figure de la DGSE
TV
RT France recrute Alain Juillet, ancienne figure de la DGSE
"Un si grand soleil" : Une comédienne historique quitte le feuilleton de France 2
Séries
"Un si grand soleil" : Une comédienne historique quitte le feuilleton de France 2
Disney+ dévoile son premier spot publicitaire en France
SVOD
Disney+ dévoile son premier spot publicitaire en France
Vidéos Puremedias