Présidentielle : La victoire des sondeurs

Partager l'article
Vous lisez:
Présidentielle : La victoire des sondeurs
Le duo final avait été prédit par les sondages.
Le duo final avait été prédit par les sondages. © Abaca
Les résultats du premier tour de la présidentielle ont confirmé les enquêtes d'opinion.

Le duo Macron/Le Pen en tête, la dégringolade de François Fillon, la poussée de Jean-Luc Mélenchon dans les dernières semaines, l'effondrement de Benoît Hamon. Les sondeurs avaient vu juste pour le scénario du premier tour de la présidentielle de 2017. Une bonne nouvelle pour leur business. Et pour les médias, qui s'appuient fortement sur ces enquêtes d'opinion pour construire leurs analyses et sentir le pays. Les sondeurs en ont pourtant pris plein la figure ces derniers mois, attaqués par les candidats, accusés d'orienter l'élection ou de ne pas mesurer le "vote caché" en faveur de François Fillon. L'élection américaine était passée par là, les sondeurs ayant été incapables pour la plupart de prédire la victoire de Donald Trump.

À lire aussi
Le chauffeur d'Alain Weill licencié pour faute grave... après son passage dans "C à vous"
TV
Le chauffeur d'Alain Weill licencié pour faute grave... après son passage dans "C...
Pascal Praud : "France Inter, c'est de la propagande !"
TV
Pascal Praud : "France Inter, c'est de la propagande !"
COVID-19 : Une comédienne de "Plus belle la vie" remplacée de manière temporaire sur France 3
Exclusivité
COVID-19 : Une comédienne de "Plus belle la vie" remplacée de manière temporaire...

Des sondeurs d'un nouveau genre, comme Filteris, ont accentué la défiance à l'égard des instituts traditionnels. "Valeurs Actuelles" relayait quotidiennement les "enquêtes" de ce sondeur alternatif qui basait ses prédictions sur le poids numérique des candidats et voyait un duo Fillon/Mélenchon en finale. Raté. Cette élection est aussi l'échec du big data qui, à partir d'un croisement opaque de données issues du web là aussi, n'imaginait pas la qualification d'Emmanuel Macron pour le deuxième tour de la présidentielle. Encore raté.

Ce sont donc les instituts traditionnels, Ipsos, Ifop, Elabe, Odoxa, BVA, OpinionWay etc. qui ont confirmé leur savoir-faire, grâce à des méthodes scientifiques strictes. Il y a une semaine encore, Jean-Yves Dormagen, professeur de science politique à l'université de Montpellier assurait dans une tribune au Monde que les échantillons des sondeurs étaient obsolètes, parasités par des "biais qui affectent la qualité et la représentativité des échantillons". Il prédisait lui aussi une "surprise électorale". Mais le premier tour a été conforme en tous points aux prédictions des sondeurs historiques.

l'info en continu
"Manifest" : La série phénomène de TF1 revient pour une saison 2 le 10 novembre
Programme TV
"Manifest" : La série phénomène de TF1 revient pour une saison 2 le 10 novembre
Thierry Ardisson (P3) : "Vincent Bolloré a abîmé la marque Canal+"
Thierry Ardisson (P3) : "Vincent Bolloré a abîmé la marque Canal+"
"Boyard Land" : Le spin-off de "Fort Boyard" revient le 7 novembre sur France 2
Programme TV
"Boyard Land" : Le spin-off de "Fort Boyard" revient le 7 novembre sur France 2
"Stars à nu" : Découvrez les 13 personnalités de la saison 2 sur TF1
TV
"Stars à nu" : Découvrez les 13 personnalités de la saison 2 sur TF1
Thierry Ardisson (P2) : "La pub m'a appris le travail bien fait et m'a donné le goût de la forme"
Interview
Thierry Ardisson (P2) : "La pub m'a appris le travail bien fait et m'a donné le...
Le chauffeur d'Alain Weill licencié pour faute grave... après son passage dans "C à vous"
TV
Le chauffeur d'Alain Weill licencié pour faute grave... après son passage dans "C...
Vidéos Puremedias