Somewhere : Les clichés de Sofia Coppola tombent à plat

Partager l'article
Vous lisez:
Somewhere : Les clichés de Sofia Coppola tombent à plat
Quatrième film de Sofia Coppola, "Somewhere" est le premier qui déçoit. Bourré de clichés et finalement assez ennuyeux, le film laisse le spectateur sur sa faim.

La sortie d'un film de Sofia Coppola est devenue un petit événement tant la jeune femme a réussi à convaincre public et critique en à peine dix ans et trois longs-métrages. Mais celle qui avait dépeint avec brio le malaise social de jeunes sœurs dans l'Amérique puritaine des années 70, les aventures mélancoliquement paumées de Bill Murray à Tokyo et les affres d'une reine qui étaient avant tout celles d'une jeune femme, déçoit pour la première fois. À tel point que sans avoir vu beaucoup des autres films présentés à Venise en septembre dernier, on a du mal à croire que le Lion d'Or attribué par Quentin Tarantino à Somewhere ne soit pas histoire de copinage (les deux réalisateurs sont célèbres pour avoir entretenu une liaison).

La découverte du sens de la vie



"Somewhere", c'est d'abord un "quelque part" au Chateau-Marmont de Los Angeles. L'hôtel mythique de Sunset Boulevard accueille toutes sortes de personnages troubles du star-system hollywoodien. Y compris Johnny Marco (Stephen Dorff), imaginaire acteur de blockbusters a priori en proie au doute, en résidence à l'hôtel pour une durée indéterminée. Il s'ennuie. Il n'est pas bien méchant. Les strip-teaseuses qui se succèdent dans sa chambre l'endorment, les blondes voisines avec lesquelles il couche le lassent. Parfois son assistante l'appelle et il se rend sans conviction à une conférence de presse, ou docilement au département des effets spéciaux d'un studio pour réaliser un moulage de son visage pour un prochain film.

Et puis un beau matin il récupère sa fille unique (Elle Fanning) et doit s'en occuper alors que son ex-femme s'en va, sans doute loin et pour longtemps. On ne vous fait pas de dessin, il va se rendre compte que sa gamine vaut bien mieux que toutes les crises de quarantaine du monde, qu'on soit riche ou pauvre, beau ou laid, anonyme ou célèbre. Et son "Somewhere" devient le "quelque part" où l'on découvre le sens de sa vie. En gros.

On n'échappe ni au cliché, ni au déjà-vu



Le problème de la Sofia Coppola de Somewhere, c'est qu'elle oscille tout au long de son film. Entre peinture réaliste d’un monde qu’elle connaît bien et grotesque reconstitution des clichés du star-system hollywoodien. Et entre empathie pour ses personnages et les propres clichés qu'elle leur inflige (l'éveil progressif de l'homme face à un enfant dont il ne s'est jamais occupé, sa torpeur dans une vie approximative qu'il ne maîtrise pas...) Rien ne nous est épargné, surtout pas une séquence finale qui frôle le ridicule tant elle a été vue et revue au cinéma.

C'est d'ailleurs bien les clichés qu'elle utilise pour faire progresser son récit qui dérangent, plus que sa vision de Hollywood, qui revêt parfois un certain charme suranné. Et le problème de l'ennui de Johnny, qu'elle parvient à transmettre avec de jolis plans, c'est justement qu'il gagne un peu trop le spectateur.

Elle qui déclarait récemment à Première que « les gens des milieux privilégiés sont comme les autres (…), leurs expériences ou leurs émotions [n’ont pas] moins de valeur » nous laisse pétris d'ennui et de désintérêt avec une seule question : « Tout ça pour ça ? »

Sofia Coppola
Sofia Coppola
Sofia Coppola prépare sa première série pour Apple
"Les Proies" : Première bande-annonce angoissante pour le nouveau film de Sofia Coppola
Sofia Coppola prépare un remake de "La Petite Sirène"
Cannes, deuxième jour : François Ozon et Sofia Coppola ouvrent les hostilités
Voir toute l'actualité sur Sofia Coppola
Autour de Sofia Coppola
  • Josh Hartnett
  • Winona Ryder
  • Asia Argento
  • Francis Ford Coppola
  • Kirsten Dunst
  • Rose Byrne
  • Anna Faris
  • Leïla Bekhti
  • Elle Fanning
l'info en continu
Ruth Elkrief animera les débats de la primaire écologiste sur LCI le 8 et 22 septembre
TV
Ruth Elkrief animera les débats de la primaire écologiste sur LCI le 8 et 22...
Droits TV de la Ligue 1 : Canal+ peut se défaire de son contrat de sous-licence avec beIN Sports
Justice
Droits TV de la Ligue 1 : Canal+ peut se défaire de son contrat de sous-licence...
"Le Monde" n'a pas été distribué au Maroc cette semaine
Presse
"Le Monde" n'a pas été distribué au Maroc cette semaine
Mort de Jean-Yves Lafesse : De nombreuses personnalités lui rendent hommage
TV
Mort de Jean-Yves Lafesse : De nombreuses personnalités lui rendent hommage
NRJ Music Awards : TF1, NRJ et la mairie de Cannes prolongent leur partenariat jusqu'en 2024
TV
NRJ Music Awards : TF1, NRJ et la mairie de Cannes prolongent leur partenariat...
Après 19 ans sur RTL, Christelle Rebière fait ses adieux à la station
Radio
Après 19 ans sur RTL, Christelle Rebière fait ses adieux à la station