Vincent Bolloré cède les rênes de son groupe à son fils Cyrille

Partager l'article
Vous lisez:
Vincent Bolloré cède les rênes de son groupe à son fils Cyrille
Vincent Bolloré, premier actionnaire de Vivendi.
Vincent Bolloré, premier actionnaire de Vivendi. © Abaca
L'industriel d'origine bretonne garde la main en prenant la tête du holding familial, dont son fils aîné, Sébastien, devient administrateur.

Le groupe Bolloré change de mains mais pas de famille. Dans la foulée de la publication de ses résultats annuels, le groupe a annoncé le non-renouvellement du mandat de Vincent Bolloré à la tête de son conseil d'administration. Dans la foulée, le conseil d'administration du groupe a entériné la nomination de Cyrille Bolloré au poste de président-directeur général. Troisième fils de Vincent Bolloré après Yannick et Sébastien, Cyrille Bolloré est âgé de 33 ans. Il était jusqu'à présent directeur général délégué du groupe Bolloré et pilotait aussi le pôle transport et logistique du groupe.

À lire aussi
Après "The Office", Netflix perd les droits d'une série mythique
SVOD
Après "The Office", Netflix perd les droits d'une série mythique
Audiences : Carton pour "Le Roi Lion" leader devant "Camping Paradis", Arte puissante avec "Coup de foudre"
Audiences
Audiences : Carton pour "Le Roi Lion" leader devant "Camping Paradis", Arte...
"Danse avec les stars" : Elsa Esnoult, Azize Diabaté et Ladji Doucouré au cast de la saison 10
TV
"Danse avec les stars" : Elsa Esnoult, Azize Diabaté et Ladji Doucouré au cast de...

Cette passation de pouvoir est une nouvelle étape dans la succession familiale graduelle que prépare Vincent Bolloré, 67 ans en avril prochain. En février, il avait cédé son siège de président du conseil de surveillance de Vivendi à son fils cadet, Yannick, par ailleurs PDG du groupe Havas. L'industriel d'origine bretonne s'était également dégagé, dès l'année dernière, de son poste de président du conseil de surveillance de Canal+, confié à Jean-Christophe Thiery, l'un de ses proches. La direction opérationnelle de Canal+ est depuis assurée par Maxime Saada.

Vincent Bolloré garde la main sur son empire... en attendant la retraite ?

Cela fait plusieurs années que Vincent Bolloré prépare l'accession de ses enfants à la tête de son empire. Le tycoon a fixé la date au jeudi 17 février 2022, qui marque le bicentenaire du groupe, pour prendre officiellement sa retraite. Outre Yannick et Cyrille, les deux autres enfants de l'industriel, septième génération de la famille de "hardis marins bretons", occupent déjà des fonctions clés au sein du groupe. Marie, la benjamine, est ainsi en charge de Blue Solutions, la division des applications mobilité électrique. C'est elle qui a ainsi dû gérer la déroute d'Autolib, célèbre service d'auto-partage lancé en 2011 et qui a été arrêté l'année dernière par la mairie de Paris en raison de pertes abyssales.

Sébastien, l'aîné des fils Bolloré, déjà administrateur de Gameloft, filiale de Vivendi, sera, lui, prochainement nommé administrateur de la société Financière de l'Odet. Vincent Bolloré va prendre, lui, le poste de PDG de la Financière de l'Odet, société familiale qui affiche un chiffre d'affaires de 23 milliards d'euros et qui détient 64,01% du groupe Bolloré. De fait, s'il abandonne ses titres et fonctions opérationnelles, Vincent Bolloré reste bien le maître en sa demeure... en attendant son potentiel retrait en 2022. Pour l'heure, même ses enfants ne semblent pas y croire. Selon des propos publics rapportés par "Challenges", Yannick Bolloré a récemment lancé que son père "n'était pas du genre à se mettre au golf ou à rester devant sa cheminée".

commentaires
Veuillez désactiver votre bloqueur de pub (Adblock) pour ce site afin d'afficher l'intégralité des commentaires et en publier.
La Sardine

J'ai la nausée rien qu'à voir sa gueule à celui la. La psychiatrie a encore bien des mystères à lever.



La Sardine

Merci de m'accorder de la cohérence.

Je rajoutes que puisque tu parle des nombreux prélèvements, mon système permettrai justement de s’alléger en prélèvements obligatoires durant notre vie puisqu'un gros prélèvement interviendrai à notre disparition. Autrement dit on payerait un peu moins pendant mais surtout après. Tout ceci n'est pas chiffré bien entendu puisque cela sort de mon petit cerveau qui est résolument individualiste. D’ailleurs ça aussi c'est cohérent : individualiste donc pas du tout concerné par la fortune d'autrui fut ils mes parents.



L'Œil

"Collectiviste ? Ne m'insultez pas non plus"

J'avais pensé à mélenchoniste, mais je me suis retenu.
Ah ah !



L'Œil

"Alors je trouve que c'est un juste retour que de rendre à la collectivité ce qu'elle nous a donné durant notre vie."

Je suis en désaccord total avec cette idée.
On ne lui a pas assez donné à la collectivité durant notre vie ?
Tu veux que je te donne la liste des taxes que l’État nous impose de notre naissance à notre mort ?- les droits de succession sont énormes.
Perso, je suis contre les droits de succession et le fait que l’État soit présent dans la mort d'un individu. Un héritage ne devrait regarder que les ayant droits.
De toute façon, un individu a déjà la possibilité de priver ses enfants d'une partie de leur héritage - 1/3 me semble-t-il.
Un enfant étant le prolongement de ses parents (oui, je vois les choses de cette manière), logique que le patrimoine en fasse aussi partie.
Mais je comprends ton raisonnement. Il est cohérent, même si je ne le partage pas.



La Sardine

Collectiviste ? Ne m'insultez pas non plus. Pour moi c'est l'enfer. J'ai une vision individualiste (ça ne veut pas dire égoïste) et surtout pas collectiviste.

L'Etat c'est nous (et non pas MOI comme disait un fou furieux en roue libre élu à l'AN). Or la richesse éventuelle qu'on accumule éventuellement on la doit au fruit de notre travail mais aussi à la collectivité : le parcours éducatif par exemple, le parcours santé, le parcours d'accompagnement éventuel, sa retraite : tout ça c'est nous, l'Etat, qui nous le payons. Alors je trouve que c'est un juste retour que de rendre à la collectivité ce qu'elle nous a donné durant notre vie.

Ceci dit on peut imaginer des aménagements. Comment liquider toute une vie, c'est impossible. Des objets, des effets personnels, on peut imaginer un plafond à 5000 ou 10000€ d'héritage. Mais pas plus. Tout ça pour dire que en effet c'est facile à dire mais difficile à faire. Il est plus commode de laisser une famille partager le magot. De toute façon la question ne se posera jamais sans gouvernement mondial.

Évidement si on veut une société d'héritiers, on peut. Ça creuse les inégalités au fil des générations. C'est ce qui se passe et leur gourmandise est sans limites au point qu'un seul individu a plus d'argent que le budget annuel des pays les plus pauvres. Droit dans le mur !



L'Œil

Mais ce n'est pas non plus le fruit du travail de l'État. :)
Je vois, je vois. C'est une vision très collectiviste.



La Sardine

Mais à l'État, à nous tous bien entendu ! Imagine la marge financière. On pourrait parler de véritable chance pour tous, hériter de l'argent de mes parents me dégoûte au plus haut point. Ce n'est pas le fruit de mon travail.



L'Œil

Bien sûr. Mais nous étions sur un terrain plus moral que légal avec La Sardine.



A French

C'est justement parce que quasiment personne ne refuserait une telle somme que la législation existe pour réguler les excès.



L'Œil

Ok. C'est ton droit de penser cela. Moi, je pense l'inverse.
Hormis les enfants, je ne vois personne qui ait la légitimité d'hériter.
Petite question : où ira l'argent s'il ne va pas aux enfants ?



La Sardine

Non bien entendu. Mais je pense que personne ne devrait hériter du fruit du travail de ses parents. Tout le monde y gagnerai. C'est une question de société.

Le mot héritage signifie argent. Il devrait signifier tout autre chose. Mes parents sont en vie et pourtant je pense avoir déjà hérite.



L'Œil

Si justement. Il a dit que toute personne sensée devrait le refuser.



A French

La question n'est pas là.



A French

#oligarchyspotted



Nathalie Joulia

La France des héritiers... Magnifique !



Anne Bour

un copain à Hanouna ????



@arial es sans serif

Nope. Lui, c'est son "frérot"



L'Œil

Tu refuserais un héritage de 100 millions d'euros ?



bigtv

Fouette cocher , fouette ...



La Sardine

Le monde est ainsi fait mais l'héritage est l'une des sources des inégalités dans ce monde. Le seul héritage que chacun devrait accepter c'est l'éducation que l'on a reçu. Le reste ne devrait pas nous intéresser.



laurent.amo

Pas trop de ressemblance je trouve.



bigtv

Non pour de la margarine ......



Marie-Christine Aubert Gabriel

Et sa fille! elle compte pour du beurre doux?



Maryse Rambuteau

L'amour d'un père pour ses fils même si je n'apprécie pas la personne.



comments powered by Disqus
Sur le même thème
l'info en continu
"Titans" : Le tournage interrompu après le décès d'un technicien lors d'une cascade
Séries
"Titans" : Le tournage interrompu après le décès d'un technicien lors d'une...
Droits de Roland-Garros : Après son appel d'offres, la Fédération estime les propositions insuffisantes
Sport
Droits de Roland-Garros : Après son appel d'offres, la Fédération estime les...
"Clem" : Une saison 10 pour la série familiale de TF1
Séries
"Clem" : Une saison 10 pour la série familiale de TF1
Sénégal/Algérie : TMC diffusera la finale de la Coupe d'Afrique des nations ce soir
Sport
Sénégal/Algérie : TMC diffusera la finale de la Coupe d'Afrique des nations ce...
"Un jour, un générique" : "Y'a que la vérité qui compte"
TV
"Un jour, un générique" : "Y'a que la vérité qui compte"
"Mieux vaut tard que jamais" : Castaldi, Laffont, Lavil et Drevet partent en road trip pour France 3 dès ce soir
Programme TV
"Mieux vaut tard que jamais" : Castaldi, Laffont, Lavil et Drevet partent en road...
Vidéos Puremedias