Vincent Meslet ("Demain nous appartient") : "Nous n'avons renoncé à rien"

Partager l'article
Vous lisez:
Vincent Meslet ("Demain nous appartient") : "Nous n'avons renoncé à rien"
Vincent Meslet
Vincent Meslet © Vincent Lutt
Le producteur du feuilleton de TF1 s'est confié à puremedias.com avant le retour à l'antenne prévu ce lundi.

C'est le jour J pour tous les fidèles de "Demain nous appartient". Ce soir, à partir de 19h10 sur TF1, ils retrouveront leur feuilleton tel qu'ils l'avaient laissé le 20 mars dernier. L'arrêt de la diffusion avait suivi celui du tournage, en raison du confinement et du contexte sanitaire. Une première en près de trois ans d'existence pour le programme produit par Newen. Comédiens et techniciens ayant repris le travail depuis le 18 mai dernier, puremedias.com a interrogé le producteur Vincent Meslet sur les changements qui s'annoncent pour "Demain nous appartient", alors que des restrictions liées à l'épidémie perdurent et qu'un nouveau feuilleton quotidien - toujours produit par Newen - vient d'être officialisé par TF1.

À lire aussi
"On est où là ?" : Vincent Cassel tacle "Quotidien"
TV
"On est où là ?" : Vincent Cassel tacle "Quotidien"
Mort de Bertrand-Kamal ("Koh-Lanta") : Denis Brogniart lui avait adressé un message lors de la dernière finale
TV
Mort de Bertrand-Kamal ("Koh-Lanta") : Denis Brogniart lui avait adressé un...
Durée plus courte, davantage d'invités, ambiance de club de nuit : Laurent Ruquier lève le voile sur "On est en direct"
TV
Durée plus courte, davantage d'invités, ambiance de club de nuit : Laurent Ruquier...

L'équipe de "Demain nous appartient" a été la première parmi les feuilletons quotidiens à reprendre le chemin des plateaux. Comment avez-vous fait ?
Nous avons eu plusieurs principes en tête pour la reprise. Le premier, c'était d'être irréprochables sur les conditions sanitaires. Le deuxième principe, essentiel, était de ne pas sacrifier notre liberté éditoriale, de protéger ce que verraient les téléspectateurs à l'écran pour leur offrir le même plaisir qu'à la veille du confinement. Il fallait ces deux équilibres-là et on a senti que c'était partagé par tout le monde. Cela fait près de quatre semaines que nous tournons de nouveau. Les règles sont appliquées. Il y a eu beaucoup d'esprit d'initiative. Je ne peux que rendre hommage aux acteurs, aux réalisateurs et aux techniciens pour qui les conditions de travail sont rendues plus difficiles avec le port du masque en continu. Telle qu'elle a été pensée, l'organisation respecte chacun des individus.

Ils ont dit
"Des séquences ont dû être adaptées"
Vincent Meslet

Des règles sanitaires se sont-elles révélées difficiles à appliquer sur le terrain ?
Non. Les règles sont simples. Nous sommes 200. Il est hors de question d'avoir 200 personnes qui se croisent, donc nous travaillons en sous-groupes indépendants les uns des autres. Les transports vers le studio ont été sécurisés. Sur place, chacun reçoit le nombre de masques nécessaires à son activité pour la journée. Quand vous êtes dans les bureaux, vous en avez deux : un pour le matin et un pour l'après-midi. Quand vous êtes comédien, vous en avez un par séquence. Il y a des règles de circulation. Chacun mange de manière séparée, par groupe de 20 personnes avec des tables espacées entre elles. Les règles du HMC (Habillage, Maquillage, Coiffure, ndlr) sont strictes. Les comédiens s'habillent seuls.
Pour le maquillage, on leur a laissé le choix avec des tutos à leur disposition s'ils veulent le faire seuls. Toutes les répétitions se font avec des masques. Pour les scènes de bagarre ou les scènes plus intimes, nous en discutons avec les comédiens et nous pouvons être amenés à faire des tests la veille pour être certains qu'il n'y a aucun danger. La plupart du temps, on simule, on fait du cinéma. Des séquences ont dû être adaptées, mais nous n'avons renoncé à rien.

Tous les comédiens se sont-ils fait tester avant la reprise ?
Cela reste sur la base du volontariat. On peut dire que la quasi-totalité des comédiens se sont fait tester.

Si un comédien se révèle être positif au Covid-19 sur le tournage, quelle est la procédure ?
La procédure est de faire l'historique des personnes avec lesquelles il a été en contact et de prendre les mesures nécessaires.

Cela pourrait-il être de nature à interrompre de nouveau le tournage de "Demain nous appartient" ?
Nous aviserons en temps voulu si cela nécessite une interruption de tournage ou des précautions supplémentaires.

Ils ont dit
"La promesse de 'DNA' n'a jamais été de coller à l'actualité"
Vincent Meslet

L'absence prolongée du feuilleton va-t-elle être justifiée à l'antenne ?
Non. Le téléspectateur va retrouver le feuilleton tel qu'il l'a laissé. Cela ne nous empêchera pas de faire quelques allusions au Covid au fur et à mesure des épisodes enregistrés. La promesse de "DNA" n'a jamais été de coller à l'actualité mais d'aborder des sujets de société. Nous revenons d'ailleurs avec un sujet de société extrêmement fort, autour du viol, pendant quatre semaines. Nous allons en parallèle privilégier les histoires qui concernent nos personnages récurrents, avec le suite du futur bébé de Chloé (Ingrid Chauvin). Nous raconterons sa grossesse sur neuf mois, malgré les trois mois d'interruption. La naissance interviendra donc à la fin de l'été et non plus fin juin comme prévu initialement. Nous aurons aussi une arche autour de la famille Moreno, le retour du personnage joué par Linda Hardy, une histoire autour du personnage de Karim (Samy Gharbi)...

L'arrivée d'une nouvelle famille est-elle bien en projet ?
Sur le long terme, oui. Mais nous nous concentrerons sur les Delcourt, les Moreno, les Lazarri... dans les mois à venir.

Y a-t-il un espoir de voir revenir un jour ou l'autre Lorie Pester, qui a quitté "Demain nous appartient" en 2019 ?
Nous nous parlons très régulièrement. Il y a plus qu'un espoir, mais ce n'est pas encore concrétisé.

Ils ont dit
"Sarah Farahmand sera la productrice de 'Ici tout commence'"
Vincent Meslet

TF1 a officialisé vendredi dernier l'arrivée à l'antenne cet automne d'un nouveau feuilleton quotidien "Ici tout commence". Allez-vous participer à ce projet et si oui de quelle manière ?
Le projet a été confié à Newen/TelFrance et je serai donc à la fois le producteur de "Demain nous appartient" et de "Ici tout commence". Je travaille avec deux autres productrices sur "DNA" : Sophie Ferrario et Aude Thevenin. Sur "ITC", ce sera Sarah Farahmand (ex-productrice de "DNA", ndlr). Sophie Ferrario m'aidera à créer des synergies organisationnelles entre les deux productions. Nous aurons deux équipes artistiques totalement indépendantes l'une de l'autre, y compris pour l'écriture, qui seront coordonnées par le directeur de collection Eric Fuhrer. Ce sont donc deux projets artistiques indépendants, mais coordonnés.

Quand débutera le tournage d'"Ici tout commence" ?
Cet été.

Des personnages de "Demain nous appartient" feront-ils partie des rôles principaux ou se contenteront-ils d'apparitions ?
C'est un peu tôt pour le dire. Il y aura des ponts, sur lesquels nous travaillons actuellement. Avec TF1, nous sommes partis d'un constat, celui que les trois feuilletons quotidiens actuels racontent l'histoire d'une ville : Marseille pour "Plus belle la vie", Montpellier pour "Un si grand soleil" et Sète pour "Demain nous appartient". Nous voulons donc cette fois raconter l'histoire d'une école qui forme les plus grands chefs de la gastronomie, avec une double histoire, à la fois autour d'une dynastie de grands chefs et de la vie des professeurs et des élèves de cette école.

A l'instar des autres feuilletons quotidiens, l'action de "Ici tout commence" se déroulera-t-elle en temps réel ?
Le lundi correspondra au lundi, nous fêterons Noël... Nous garderons un certain nombre de codes des feuilletons quotidiens, tout en renouvelant la promesse. C'est déjà le cas à l'étranger, avec des feuilletons qui se déroulent dans des univers moins urbains. Nous avons visité de nombreuses écoles hôtelières pour les besoins du projet et nous avons été impressionnés par le foisonnement d'histoires et de personnes que pouvaient nous inspirer ce milieu professionnel.

Sur le même thème
l'info en continu
Gilles-William Goldnadel : "Je veux une présentatrice de JT moche à la télévision !"
TV
Gilles-William Goldnadel : "Je veux une présentatrice de JT moche à la télévision...
Distribution de Téléfoot : Canal+ assigne Mediapro en justice
Justice
Distribution de Téléfoot : Canal+ assigne Mediapro en justice
Départ de Marie-Sophie Lacarrau : Nathanaël de Rincquesen fait ses adieux à sa place dans le "13 Heures" de France 2
TV
Départ de Marie-Sophie Lacarrau : Nathanaël de Rincquesen fait ses adieux à sa...
Caroline Got quitte France Télévisions
TV
Caroline Got quitte France Télévisions
"Ligue du Lol" : Alexandre Hervaud, ex-chef du service web de "Libération", réclame 204.000 euros au quotidien
Presse
"Ligue du Lol" : Alexandre Hervaud, ex-chef du service web de "Libération",...
Le comédien Roger Carel est mort
TV
Le comédien Roger Carel est mort
Vidéos Puremedias