Vincent Meslet : "France 2 a un rôle social important, quasi-politique"

Partager l'article
Vous lisez:
Vincent Meslet : "France 2 a un rôle social important, quasi-politique"
Vincent Meslet<span></span><span>, le directeur exécutif de France 2</span>
Vincent Meslet , le directeur exécutif de France 2 © Tristan Paviot / FTV
Alors que France 2 a vu ses audiences progresser en 2015, le directeur de la chaîne revient sur les temps forts de l'année 2016.

France 2 va bien. En 2015, la chaîne a vu ses audiences progresser pour la deuxième année consécutive. Et en 2016, la chaîne publique pourra compter sur les Jeux Olympiques de Rio pour booster son été. Mais elle espère encore récolter les fruits de sa riche offre de fictions, d'informations et de divertissements. Pour puremedias.com, Vincent Meslet fait le point sur les projets de sa chaîne dont il est devenu le directeur exécutif à la rentrée dernière.

À lire aussi
Audiences : Journée noire hier pour TF1
Audiences
Audiences : Journée noire hier pour TF1
&quot;Koh-Lanta&quot; : Les 24 candidats des &quot;4 Terres&quot;
TV
"Koh-Lanta" : Les 24 candidats des "4 Terres"
Audiences : &quot;Fort Boyard&quot; devancé par &quot;Roches noires&quot;, TF1 au plus bas avec Franck Dubosc
TV
Audiences : "Fort Boyard" devancé par "Roches noires", TF1 au plus bas avec Franck...

Propos recueillis par Benoît Daragon.

puremedias.com : Avec ces résultats d'audience Médiamétrie, l'année commence bien pour France 2 !
Vincent Meslet : C'est une très bonne nouvelle pour France 2 ! Cette hausse conforte notre positionnement, celui d'une chaîne complète qui propose tous les genres de programmes (fictions, informations et magazines, sports, divertissements, documentaires et cinéma).
Ce qui est intéressant, c'est que la hausse est structurelle avec l'information qui a de très bons résultats tant dans ses éditions, dans ses magazines, que dans ses éditions spéciales. Grâce un vrai travail de fond ces dernières années, France 2 a aussi permis à la fiction française de renouer avec le succès, et vous l'avez bien vu cette année avec "Disparue" et "Dix pour cent" par exemple. Et, bien sûr que c'est incomparable avec ce que peut faire TF1, mais on est souvent leader : tous les jours avec "Télématin", le samedi en deuxième partie de soirée grâce à Laurent Ruquier, quand on a des événements sportifs, des éditions spéciales quand il y a de fortes actualités, mais aussi en première partie de soirée : on a été leader 53 fois cette année, soit une fois par semaine !

"Le succès de NPLP est l'une des forces de la grille"

Grâce aussi à Nagui, qui vous assure un socle important en access, ce qui n'était pas le cas les années précédentes !
Oui, clairement, le succès de "N'oubliez pas les paroles" est une des forces de la grille. Il donne une stabilité à la chaîne qui influe sur le journal de David Pujadas qui se démarque par ses choix éditoriaux. Avec la rédaction, il donne de la profondeur à l'actualité, grâce aux reportages et aux décryptages.

Nagui est clairement l'un des animateurs phare de la chaîne. Mais la grande force de France 2, en plus de proposer tous les genres de programmes, c'est de pouvoir compter sur de nombreux visages, à l'info, mais aussi en divertissement avec aussi Patrick Sébastien, Laurent Ruquier, Sophie Davant, Michel Drucker, mais aussi avec Frédéric Taddeï, Elise Lucet et Stéphane Bern. Aucun d'entre eux n'est fade, ce sont tous de vrais caractères. La gamme de programmes et la force de nos animateurs sont les deux éléments qui contribuent à faire de France 2 une chaîne vivante, une chaîne de caractère et une chaîne de spectacle.

Vous êtes en poste depuis la rentrée. Comment on arrive dans une chaîne qui marche bien : avec la volonté de ne toucher à rien ou d'en profiter pour changer tout ce qui patine ?
Je vais vous dire un secret : qu'une chaîne marche ou pas, il faut faire la même chose. Il faut comprendre quelle est son identité et son histoire. On doit essayer d'imaginer son avenir et, pour France 2, la placer dans la vie de la nation. Dans toutes les chaînes ou j'ai travaillé, j'ai toujours dit que le plus important était la relation entre la chaîne et son époque. C'est particulièrement au coeur des réflexions du service public. On doit coller à l'époque notamment grâce aux magazines, aux divertissements et à la fiction. On a un rôle social particulièrement important, quasi-politique. C'est d'une urgence absolue vu les évènements que l'on traverse.

Il n'y a pas de chantier particulier en ce début d'année 2016 ?
Comme toute chaîne, dès le mois de janvier, on prépare activement la rentrée de septembre, tout en travaillant sur la fiction et le documentaire qui sont dans des cycles beaucoup plus longs puisqu'il faut plusieurs années avant que ça arrive à l'antenne. On va tenter de donner encore plus d'ampleur dans les fictions françaises sur notre grille.

"En fiction, il y aura des affiches prometteuses"

En fiction, par exemple, quels seront les temps forts de la saison ?
Il y aura des affiches prometteuses. On lance dès vendredi la nouvelle saison de "Chérif", bientôt arriveront celles de "Fais pas ci, fais pas ça", "Accusé", "Caïn", "Candice Renoir". Nous aurons aussi une soirée sur François Mitterrand. Tout début février, une autre sera consacrée au djihad avec une fiction qui s'intitule "Ne m'abandonne pas" qui sera suivie d'un débat avec Julian Bugier, puis d'un documentaire assez exceptionnel qui raconte comment l'éducation nationale tente de combattre les préjugés racistes. On aura aussi la nouvelle série "Lebowitz contre Lebowitz" incarnée par Clémentine Célarié. Dans les séries étrangères, on aura deux fictions européennes : "No Offence" (britannique) et "Trappe" (islandaise) qui ont été très remarquées. Dans notre politique d'achat, on va ainsi être un peu plus décalé. Nous aurons en mai un documentaire très important sur l'esclavage qui s'intitule "Bois d'ébène". Une soirée sur "Apocalypse Verdun" est également prévue autour de notre collection emblématique "Apocalypse".

Coté magazines, on a découvert "Cellule de crise" dimanche soir. Un deuxième numéro est-il prévu ?
Vous avez vu que l'on a particulièrement soigné ce nouveau magazine. Quand les attentats de novembre sont arrivés, on s'est demandé s'il fallait élargir le sommaire de cette émission mais on est resté focalisé sur un décryptage des évènements de janvier. Clairement, c'était un premier numéro qui est appelé à revenir régulièrement. Mais pour l'instant rien n'est engagé.
Je dois en parler très prochainement avec David Pujadas et la société de production Brainworks.

"'Cash Investigation' va revenir quasiment tous les mois"

Il y aura d'autres nouveautés ?
"L'Angle Eco" va aussi être proposé en première partie de soirée au printemps. On relance "Un oeil sur la planète" avec une nouvelle présentatrice, Samah Soula. "Cash Investigation" va revenir quasiment tous les mois. Après le succès de la soirée événement sur "De Ben Laden à Daech", Laurent Delahousse va proposer d'autres temps de décryptage et de compréhension de l'actualité. Il prépare également avec son équipe une collection de deuxième partie de soirée racontant "les Français".

Françoise Joly et Guilaine Chenu font évoluer "Envoyé spécial", avec une rubrique de décryptage hebdomadaire et avec des écritures plus diversifiées et une évolution du mode de présentation. C'est un beau magazine qui a une histoire formidable. L'audience a été particulièrement remarquable au moment des drames comme en janvier et en novembre. Et, depuis hier, "Télématin" a été rallongé de 25 minutes pour que le magazine leader en matinée présenté par William Leymergie renforce sa couverture de l'actualité culturelle.

Préparez-vous des magazines spécifiques pour la présidentielle ? Pensez-vous que "Des paroles et des actes" sera toujours dans l'air du temps au printemps 2017 ou il va falloir revoir ce rendez-vous politique ?
"Des paroles et des actes" est l'émission de référence et unique dans le PAF en matière de débats politiques. Pour ce qui est plus généralement des émissions qui ont un lien avec la présidentielle, j'en discute avec Michel Field (le nouveau patron de l'info, ndlr) cette semaine. Ce qui est sûr, c'est qu'à chaque élection présidentielle, France 2 a été innovante dans sa façon de couvrir la politique. Outre les débats politiques, il y aura vraisemblablement pendant cette campagne tout un débat sur la société française, qui a envie de se faire entendre. Donc nos magazines politiques comme ceux de société vont devoir répondre à cette préoccupation. Il faut toujours se remettre en question pour incarner et décrypter au mieux la société française. Il est un peu tôt pour en parler, surtout que comme je vous le disais, les magazines politiques sont faits en collaboration avec la rédaction.

"On discute avec Laurent Ruquier"

Laurent Ruquier se pose des questions sur la suite d'"On n'est pas couché". Vous avez envie que ce talk-show reste à l'antenne la saison prochaine pendant la présidentielle ?
J'échange à ce sujet avec Laurent Ruquier. Laurent est un des plus grands talents de la télévision française. Il a du talent tout court d'ailleurs qu'il exprime aussi au théâtre. Toutes les personnalités qui aiment France 2 et qui se sentent bien sur France 2, ont leur place à France 2. Je dois voir avec les talents de la chaîne ce dont ils ont envie. On discute.

Comme votre prédécesseur, vous voulez que Léa Salamé soit plus présente à l'antenne ?
Je veux avoir les meilleurs programmes portés par les meilleurs animateurs. Léa a eu une année exceptionnelle, tant dans la matinale de France Inter qu'à "On n'est pas couché". Je réfléchis avec elle, tout comme avec tous d'autres animateurs. Je souhaite que leurs envies recoupent le plus possible les besoins et les intérêts de la chaîne.

France 3 retravaille son bloc jeu, avec le départ de Julien Lepers. Vous aussi vous voulez rajeunir le bloc jeu du midi avec "Motus" et les "Z'amours" ?
Il n'y a aucune question taboue sur France 2 mais je n'ai personne dans le viseur. Je ne joue pas aux quilles. Nous travaillons aux évolutions des émissions existantes et à la création de nouveaux programmes dont certains seront portés par des visages nouveaux sur notre antenne.

Etes-vous satisfait du retour de "Taratata" ?
Oui ! Clairement, le public attendait le retour de "Taratata". On l'a vu avec le très très bon résultat du prime. En seconde partie de soirée, l'émission est aux alentours de 8%, c'est-à-dire clairement dans la fourchette haute des émissions culturelles. Avec du 100% live, on ne joue pas dans la même catégorie qu'un talk show ou un jeu. "Taratata" met en valeur la musique et c'est ce qu'on avait confié comme mission à Nagui.

L'émission pourrait être de retour en prime ?
Oui, une fois par an, pour fêter musicalement la rentrée !

"'Folie passagère' a pu désarçonner le public"

Les scores décevants de la nouvelle émission de Frédéric Lopez vous inquiètent ?
On a lancé "Folie Passagère" dans un contexte d'actualité très particulier. L'émission est très ambitieuse, dans son fond comme dans sa forme. Elle a pu désarçonner le public. Je vois Frédéric Lopez cette semaine pour voir les évolutions à mener.

Avez-vous resigné un nouveau numéro de "Prodiges" ?
Oui ! Les audiences étaient un peu moins fortes cette année que l'année dernière mais la concurrence était un peu plus poussée. "Prodiges" est une très belle émission qui réalise une audience équivalente à un divertissement, alors qu'il s'agit d'une émission culturelle qui met en avant de jolis talents.

Un mot pour finir sur Arte, que vous dirigiez avant d'arriver à France Télévisions. La chaîne progresse aussi de 0,2 point de PDA. Une satisfaction personnelle ?
Je reste très fidèle à Arte, pour qui j'ai beaucoup d'affection. Je suis très heureux pour eux. Quand Bruno Patino été nommé, je lui ai dit qu'il avait une équipe formidable, entourant Véronique Cayla. Il y a sur cette chaîne une liberté absolue. Je regarde avec plaisir des programmes auxquels je suis heureux d'avoir donné leur chance et qui ont permis de donner un renouveau à cette chaîne.

Sur le même thème
l'info en continu
Le Daily News n&#039;aura plus de rédaction physique
Presse
Le Daily News n'aura plus de rédaction physique
&quot;La Marseillaise&quot; : &quot;La Provence&quot; ne déposera finalement pas d&#039;offre de reprise
Presse
"La Marseillaise" : "La Provence" ne déposera finalement pas d'offre de reprise
Téléfoot : Mediapro conclut un accord de distribution avec Bouygues
Business
Téléfoot : Mediapro conclut un accord de distribution avec Bouygues
Eric Di Meco : &quot;Une finale de Ligue des champions, ça ne se refuse pas&quot;
Sport
Eric Di Meco : "Une finale de Ligue des champions, ça ne se refuse pas"
Audiences : Bon niveau pour &quot;L&#039;Equipe d&#039;Estelle&quot; sur L&#039;Equipe
Audiences
Audiences : Bon niveau pour "L'Equipe d'Estelle" sur L'Equipe
&quot;Le vrai mag&quot; : A quoi ressemblera le &quot;CFC&quot; de Téléfoot ?
Sport
"Le vrai mag" : A quoi ressemblera le "CFC" de Téléfoot ?
Vidéos Puremedias