Affaire DSK : Tout le monde savait, vraiment ?

Partager l'article
Vous lisez:
Affaire DSK : Tout le monde savait, vraiment ?
Montage puremedias.com
Montage puremedias.com © La Une de Libération et de France Soir du 18 mai 2011.
C'est ce qu'affirme France Soir à sa Une ce matin. De qui parle le quotidien ? De son entourage, des journalistes ? La presse est mise en accusation. Revue de presse.

Dominique Strauss Kahn et les femmes. Ses frasques, sa réputation de séducteur, d'aguicheur. A en croire France Soir ce matin, « tout le monde savait ». Mais de qui parle le quotidien ? De ses proches, d'un proche. Sous couvert d'anonymat, il témoigne : « Depuis plusieurs mois, j'ai demandé que Dominique Strauss-Kahn ne se déplace plus sans être accompagné par deux ou trois gardes du corps. Il ne faut jamais le laisser seul. Non pas pour le défendre contre une quelconque agression mais pour empêcher (...) mon ami de céder à la problématique de sa vie sexuelle ». « La problématique sexuelle », cette confidence a été lâchée il y a trois mois aux journalistes du quotidien. Mais depuis 72 heures et le début de l'affaire DSK, les langues se délient. Beaucoup, sous couvert d'anonymat bien sûr, racontent à l'envi des anecdotes sur le directeur du FMI et les femmes. Les quotidiens rappellent ce billet d'un journaliste de Libération à Bruxelles publié en 2007. « Le vrai problème de DSK est son rapport aux femmes. Trop pressant, il frôle souvent le harcèlement » écrivait-il comme une prémonition.

Vie privée, vie publique



La presse, les journalistes et le milieu médiatico-politique savaient, vraiment ? Les rumeurs, les ragots, « les bruits de chiotte », tous les journalistes en entendent. Chaque jour, sur les politiques, les stars de la télévision, du cinéma. Souvent sexuelles, ces histoires doivent-elles pour autant être portées à la connaissance du grand public, les journalistes doivent-ils enquêter pour établir leur vérité ? Rémy Dessarts, directeur de la rédaction de France Soir est « en colère » ce matin. « Colère d'apprendre que tout le monde savait - y compris nous les journalistes - que DSK pouvait, dans certaines circonstances, se révéler très insistant auprès de ses interlocutrices pour assouvir ses pulsions ». Au point de les violer ?

A Libération, qui fait son autocritique à sa Une ce matin avec « Sexe, médias et polémique », on s'interroge. « Quitte à ramer à contre-courant de l'époque et contrairement aux injonctions entendues ici et là, Libération continuera, premier principe, à respecter la vie privée des hommes et femmes politiques. C'est un principe démocratique hypocrite aux yeux de certains mais fondamental » écrit Nicolas Demorand, directeur de la rédaction. « Un principe imparfait mais nécessaire » reconnaît-il. « Que des adultes consentants aient une sexualité libre, libérée, libérale, libertaire ou libertine ne regarde pas les journalistes qui ne sont ni des professeurs ni des modèles de vertu » insiste Demorand. « Nous avons raconté ce qui était racontable » plaide de son côté Renaud Dély dans Le Nouvel Observateur.

"A code of silence"



A Libération justement, le débat fait rage en interne depuis le début de l'affaire DSK. Un article d'Alexandra Schwartzbrod raconte les coulisses des discussions houleuses entre les reporters du quotidien. « Depuis quelques jours, on peut dire qu'il existe autant de points de vue que de journalistes » écrit-elle. « Tant qu'il n'y a pas d'infraction ou agression caractérisée, au nom de quoi on va enquêter sur ça  » se défendait hier un chef du service politique. Un autre pense en revanche que Libération a « trop souvent fermé les yeux sur ces histoires, il fallait enquêter ». « Le problème, c'est que les services politiques, consciemment ou inconsciemment ont peur d'être exclus des cerles de pouvoir » écrit-il.

Et c'est précisément ce que la presse américaine reproche aux journalistes français aujourd'hui : le mélange des genres, la relation incestueuse entre médias et politiques. « A code of silence » écrivait hier le très prestigieux New York Times à propos de nos médias. Certains se souviennent de Mazarine, la fille illégitime de François Mitterrand. Tout le monde savait à l'époque, personne ne l'écrivait, encore. Mais l'époque était tout autre. Ce secret-là aurait-il survécu en 2011 ? Pas si sûr. La presse française « est très en retard dans sa lucidité sur sa société à dominante masculine et blanche » dénonçait hier Médiapart. Yves Thréard du Figaro leur répond dans son édito ce matin : « Faut-il rappeler, là aussi, que tous les séducteurs ne sont pas des délinquants sexuels présumés ? Les journalistes français, sachant que DSK avait la réputation d’un Casanova, devaient-ils pousser plus loin leurs investigations ? Au nom de quel a priori, de quelle exigence ? D’une transparence aussi inquisitoriale que dangereuse ? »

"Secret de polichinelle"



Ce « secret de polichinelle » dont tout le monde se délecte aujourd'hui a exaspéré hier Bernard Henri Lévy, ami de 30 ans de DSK : « J'en ai marre de ces petits messieurs qui disent "mais on savait, c'était un secret de polichinelle" (...) Ecoutez, ces petits mecs, s'ils savaient tout ça, pourquoi ne le disaient-ils pas ? Dominique Strauss-Kahn est à terre, il est traité comme très peu d'hommes ont été traités dans l'histoire des démocraties modernes et vous avez des mecs qui se répandent en propos absolument indécents ! Qu'est ce que c'est de dire ça au moment où il joue sa vie, son destin ? Il dort en prison, choisir ce moment-là pour venir déballer son paquet, c'est absolument dégueulasse ! (...) Ils viennent applaudir la guillotine médiatique ». Entre information et peopolisation de la vie politique, dénoncée par beaucoup depuis dix ans, la frontière reste infiniment mince. Mais l'article 9 du code civil ne laisse pas de la place à l'interprétation : « chacun a droit au respect de sa vie privée ».

Dominique Strauss-Kahn
Dominique Strauss-Kahn
"Quotidien" : Agacé, DSK jette le micro d'un journaliste
"Welcome to New York" : Dominique Strauss-Kahn porte plainte pour diffamation
Après Anne Sinclair, France 2 décroche une interview de DSK
"Welcome to New York" : Le film sur l'affaire DSK avec Gérard Depardieu ne sortira qu'en VOD
Voir toute l'actualité sur Dominique Strauss-Kahn
commentaires
comments powered by Disqus
Sur le même thème
l'info en continu
Bande-annonce : Valérie Bonneton nue dans "Garde alternée" !
Cinéma
Bande-annonce : Valérie Bonneton nue dans "Garde alternée" !
"Complément d'enquête" sur Goldman : Une polémique "à gerber" selon Thomas Sotto
Radio
"Complément d'enquête" sur Goldman : Une polémique "à gerber" selon Thomas Sotto
"19h le dimanche" : France 2 assure que l'émission sera toujours à l'antenne en janvier
TV
"19h le dimanche" : France 2 assure que l'émission sera toujours à l'antenne en...
France 2 réfléchit à modifier ses après-midi
TV
France 2 réfléchit à modifier ses après-midi
Raquel Garrido jugée par le tribunal de "Touche pas à mon poste"
TV
Raquel Garrido jugée par le tribunal de "Touche pas à mon poste"
Harcèlement sexuel : Le directeur artistique de Pixar et Disney se retire pour six mois
Cinéma
Harcèlement sexuel : Le directeur artistique de Pixar et Disney se retire pour six...
Ce soir que regardez-vous ?
30
Votes
Esprits criminels
Je regarde
30
Votes
Nouvelle star
Je regarde
20
Votes
Football
Je regarde
16
Votes
L'épreuve d'amour
Je regarde
14
Votes
Permis de tuer
Je regarde
7
Votes
Les mystères de police...
Je regarde
5
Votes
Père et maire
Je regarde
4
Votes
Trafic de médicaments
Je regarde
4
Votes
La part des anges
Je regarde
3
Votes
90' Enquêtes
Je regarde
2
Votes
Jacques Brel, fou de...
Je regarde
1
Votes
Enquêtes criminelles
Je regarde
1
Votes
Joséphine, ange gardien
Je regarde
0
Votes
La rivière du crime
Je regarde
0
Votes
The Prince
Je regarde