"Jamais sans toi, Louna" : puremedias.com a vu le téléfilm de TF1 avec Rod Paradot, Chloé Jouannet et Alice Taglioni

Partager l'article
Vous lisez:
"Jamais sans toi, Louna" : puremedias.com a vu le téléfilm de TF1 avec Rod Paradot, Chloé Jouannet et Alice Taglioni
Bande-annonce de "Jamais sans toi, Louna" © DR
Adapté d'une histoire vraie, cet unitaire est diffusé ce soir.

C'est l'histoire d'une injustice. Ce soir, à partir de 21h05, TF1 diffusera les deux parties de l'unitaire "Jamais sans toi, Louna", adaptation du livre "Plus jamais sans toi, Louna", écrit par Sabrina et Yoan Bombarde. Agés d'une vingtaine d'années, ces jeunes parents ont vécu pendant près de quatre ans durant une erreur médicale et judiciaire incroyable : accusés de maltraitance, ils ont vu leur petite fille Louna, alors âgée de seulement trois mois, être placée en famille d'accueil. Mais le corps couvert d'oedèmes de leur enfant n'était en rien dû à des mauvais traitements. Louna, comme sa mère Sabrina et le dernier-né de la fratrie, Léo, sont tous trois atteints d'une maladie orpheline, l'angioedème bradykinique.

À lire aussi
France Télévisions : Patrick Montel privé des championnats du monde d'athlétisme
Sport
France Télévisions : Patrick Montel privé des championnats du monde d'athlétisme
Mort d'Ariane Carletti ("Club Dorothée") : Sa fille Eleonore Sarrazin s'en prend au "Parisien"
TV
Mort d'Ariane Carletti ("Club Dorothée") : Sa fille Eleonore Sarrazin s'en prend...
"Cessons de dire n'importe quoi" : beIN Sports recadre Marlène Schiappa sur la retransmission du handball féminin
Sport
"Cessons de dire n'importe quoi" : beIN Sports recadre Marlène Schiappa sur la...

Un téléfilm qui vise juste...

Pour incarner les parents, le choix du producteur, Jean-Benoit Gillig - à qui on doit des téléfilms sociétaux forts comme "L'emprise" sur les violences conjugales et "J'ai peur d'oublier" sur la maladie d'Alzheimer - s'est porté sur Chloé Jouannet et Rod Paradot, César du meilleur espoir masculin en 2016. Alice Taglioni incarne pour sa part la pédopsychiatre Claire Weiss, à qui la justice, en la personne du juge Marchal (François Feroleto), a confié la lourde responsabilité de déterminer le degré de responsabilité des parents dans cette affaire.

En dépit de la dureté du sujet abordé, les deux épisodes de "Jamais sans toi, Louna" se regardent d'un trait et parviennent à ménager un suspense efficace. On ne peut qu'être indigné face à l'inflexibilité de ce médecin chef de service joué par Serge Hazanavicius, persuadé dès les premiers instants d'avoir face à lui des parents bourreaux. Alors même qu'une simple prise de sang aurait permis de prouver l'existence de la maladie orpheline et d'innocenter les parents de Louna beaucoup plus tôt.

Si la réelle affaire s'est déroulée en Meurthe-et-Moselle, la production a choisi pour sa part de poser ses caméras en Bretagne, région magnifiée à l'écran par les prises de vue par drone et la mise en scène signée Yann Samuell. L'interprétation des principales têtes d'affiche de cet unitaire est irréprochable, à commencer par celle de Rod Paradot en jeune père de famille à fleur de peau, dépassé par les événements. On s'interroge cependant sur la pertinence de la tension amoureuse existant entre les personnages d'Alice Taglioni et de François Feroleto, surtout que les scénaristes n'ont pas jugé utile de lui offrir d'issue.

S'agissant d'une "libre adaptation", qui voit la famille Bombarde rebaptisée Morvan, les scénaristes ont créé sur mesure le rôle de la pédopsychiatre, personnage ingénu, chargé de guider le téléspectateur dans cette histoire "riche en informations", dixit le producteur. De même, l'infirmière incarnée par Inna Modja est elle censée représenter "toutes les infirmières qui ont aidé les parents de Louna". Une scène véridique, celle de l'enlèvement de Louna par ses parents pour récupérer de force sa garde, ouvre le téléfilm.

... mais un avertissement qui interroge

Un message d'avertissement figure à la fin de la fiction. "Chaque année en France, les services sociaux sauvent des milliers d'enfants. Le cas de Louna reste unique", peut-on lire. Lors de la projection presse, le producteur Jean-Benoit Gillig a assuré qu'il ne s'agissait pas d'une précaution juridique, mais qu'il n'était "pas question de stigmatiser qui que ce soit". Celui qui se définit comme un "producteur citoyen" a expliqué que "la question juridique ne s'est pas posée car la question philosophique et sociale prime" ici selon lui. Dans la vraie vie, Sabrina et Yoan Bombarde ont lancé deux procédures judiciaires : une contre les experts médicaux intervenus dans ce dossier ; une autre contre le CHU de Nancy, point de départ de l'affaire.

S'il convient que ce qu'ont vécu les parents de Louna est "innommable", Jean-Benoît Gillig a estimé que la France dispose d'un système de protection de l'enfance qui "fonctionne bien". A ses côtés, Yoan Bombarde, qui a par ailleurs salué la qualité du téléfilm de TF1, s'est montré plus circonspect, lui qui a porté plainte contre l'aide sociale à l'enfance de Meurthe-et-Moselle suite à son affaire. Et le père de famille de faire référence en parallèle au magazine de France 3 "Pièces à conviction", diffusé en début d'année, qui a pointé du doigt les dysfonctionnements des services de protection de l'enfance, signe que le système n'est pas exempt de tout reproche...

A travers le livre et le téléfilm, Sabrina et Yoan Bombarde espèrent aujourd'hui une prise de conscience des pouvoirs publics sur ce sujet sensible. L'opinion, et par conséquent les téléspectateurs, ne pourront qu'adhérer à cette cause.

commentaires
Veuillez désactiver votre bloqueur de pub (Adblock) pour ce site afin d'afficher l'intégralité des commentaires et en publier.
matew76

belle promo encore pour un programme tf1..il faudrait en faire de même pour les autres chaînes...ça serait normal..



Anne Bour

téléfilm très mal noté par les critiques de mon quotidien en tout cas sans moi ces film larmoyant surtout quand on a côtoyé ce genre de drame pour les familles qui sont touchées



Barry

en effet, et le casting sent bon les acteurs qui galèrent :
- Rob Paradot peine à confirmer depuis sa révélation dans la Tete Haute en 2015 ;
- Alice Taglioni, c'est l'actrice qui n'a jamais vraiment trouvé sa place au cinéma.
- Chloé Jouannet, c'est la "fille de" qui a jusque là surtout réussi sur Instagram.



lucienBorniez

Avec pour unique cible la FRDA-50.



Freddy

... Donc à éviter car ce truc semble bien chiant... comme tout ce que fait tf1 d’ailleurs.



Panpan

Curieux de voir ça, depuis quelques années TF1 excelle dans le téléfilm sociétal (Mention particulière, On a échangé mon enfant, Jacqueline Sauvage, Tu vivras ma fille, Le jour où j'ai brûlé mon cœur... tous au moins bons sinon excellents).



Vanessa Ritchi

Bizaremment pour le décevant LE TEMPS EST ASSASSIN on a pas eu droit à un article !Trop de policier et faits divers sordide en prime !



BLoogadees

Le titre est tellement tarte qu'il fait très TF1 en effet. :D



comments powered by Disqus
Sur le même thème
l'info en continu
Audiences access 20h : L'info de TF1 et de France 2 en forme, record pour "Quotidien"
Audiences
Audiences access 20h : L'info de TF1 et de France 2 en forme, record pour "Quotidien"
Audiences access 19h : "DNA" puissant leader, "La meilleure boulangerie", "Quotidien" et "TPMP Darka" en forme
Audiences
Audiences access 19h : "DNA" puissant leader, "La meilleure boulangerie",...
Audiences : "Colombine" bon leader sur TF1, "L'amour est dans le pré" domine en FRDA-50, France 3 battue par W9
Audiences
Audiences : "Colombine" bon leader sur TF1, "L'amour est dans le pré" domine en...
"La boîte à secrets" : France 3 parie sur Faustine Bollaert en prime time
TV
"La boîte à secrets" : France 3 parie sur Faustine Bollaert en prime time
Vincent Lindon dans une série inspirée par un livre de Fabrice Arfi
TV
Vincent Lindon dans une série inspirée par un livre de Fabrice Arfi
Canal+ intègre Netflix dans ses offres en France
TV
Canal+ intègre Netflix dans ses offres en France
Vidéos Puremedias