#LigueDuLol : "Des losers qui ont cru être les rois d'internet" selon Mounir Mahjoubi

Partager l'article
Vous lisez:
#LigueDuLol : "Des losers qui ont cru être les rois d'internet" selon Mounir Mahjoubi
Mounir Mahjoubi dénonce les harcèlements de la "Ligue du Lol". © BFMTV
Plusieurs journalistes présents sur Twitter ont été accusés ce week-end d'avoir harcelé des internautes par le passé.

La classe politique réagit. Depuis vendredi dernier, plusieurs témoignages ont été publiés sur les réseaux sociaux relatant des faits de harcèlement commis par des internautes populaires sur Twitter et remontant à la fin des années 2000. Ces utilisateurs proviennent notamment d'un groupe Facebook baptisé "Ligue du Lol", dans lequel se retrouvaient une trentaine de personnes, dont des journalistes connus du web, des publicitaires et des communicants.

À lire aussi
Audiences : Journée noire hier pour TF1
Audiences
Audiences : Journée noire hier pour TF1
Audiences : "Fort Boyard" devancé par "Roches noires", TF1 au plus bas avec Franck Dubosc
TV
Audiences : "Fort Boyard" devancé par "Roches noires", TF1 au plus bas avec Franck...
"Koh-Lanta" : Les 24 candidats des "4 Terres"
TV
"Koh-Lanta" : Les 24 candidats des "4 Terres"

"Ce qui s'est passé n'est pas tolérable"

Il est reproché à ces personnes d'avoir organisé il y a une dizaine d'années des campagnes de cyberharcèlement, généralement contre des femmes, afin de les humilier et de les discréditer. Ce groupe avait été créé sur Facebook en 2009 par Vincent Glad, ancien chroniqueur du "Grand journal" et actuel journaliste à "Libération". Si ces actes ont pris fin en 2012, l'affaire est ressortie ce week-end après une passe d'armes entre plusieurs journalistes sur cette fameuse "Ligue du Lol" sur Twitter. "Libération" a alors été l'un des premiers médias à évoquer samedi cette affaire, amenant ensuite de nombreuses victimes à témoigner sur les réseaux sociaux.

Face à ces nombreux témoignages, la plupart des personnes accusées de cyberharcèlement ont présenté leurs excuses. "Nous nous moquions de tout le monde, autant de femmes que d'hommes, et c'est pour cela que je n'ai pas vu, jusqu'à lire les témoignages aujourd'hui, le côté profondément machiste de notre démarche", a écrit Vincent Glad sur Twitter, ajoutant : "Je ne sais pas si cela est audible mais je présente mes plus sincères excuses aux personnes harcelées par la 'Ligue du Lol'. Ce qui s'est passé n'est pas tolérable". Journaliste à "Libération", Alexandre Hervaud s'est excusé hier soir : "C'était vraiment pas malin et ça ne se reproduira plus."

Membre pendant deux ans de la "Ligue du Lol", un désormais ex-rédacteur en chef web aux "Inrocks", confie avoir "vu que certaines personnes étaient régulièrement prises pour cible" mais qu'il ne "devinait pas l'ampleur et les traumas subis". "J'étais lâche et trop heureux de compter parmi cette bande que la twittosphère admirait, pour intervenir", poursuit-il dans un texte sur Twitter, avouant avoir réalisé "deux canulars téléphoniques" dont celui "raconté courageusement" par la journaliste Florence Porcel : "Je me faisais passer pour un recruteur de la télé. Je mesure aujourd'hui la dégeulasserie de ces actes et je n'ai pas d'excuses pour cela."

"Les témoignages sont d'une violence absolue"

Face à cette polémique, Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, a apporté hier sur Twitter tout "son soutien et sa solidarité aux blogueuses et journalistes qui ont eu à subir le harcèlement sexiste" de la "Ligue du Lol" : "Ce n'est pas internet qui est impitoyable, c'est ce qu'on en fait". Elle a d'ailleurs précisé qu'elle allait discuter avec Nicole Belloubet, ministre de la Justice, d'un "allongement des délais de prescription" concernant le cyberharcèlement.

Invité hier soir sur BFMTV, Mounir Mahjoubi, secrétaire d'Etat chargé du numérique, a dénoncé les actes de la "Ligue du Lol" : "Les témoignages sont d'une violence absolue. Cette 'Ligue du Lol', c'est l'histoire de losers, de mecs entre eux, qui ont cru qu'ils étaient les rois de l'internet et qui dans un groupe privé se sont dit qu'ils pouvaient peut-être insulter et se moquer du reste de l'internet, notamment les femmes et les homosexuels". "Il y a des gens qui disent que ce qui se passait dans ce groupe se traduisait dans la vraie vie. 'Nous, on a été les victimes de ces insultes'. Aujourd'hui, malheureusement, beaucoup de ces faits sont prescrits", a poursuivi le membre du gouvernement. puremedias.com vous propose de visionner la séquence.

Sur le même thème
l'info en continu
Audiences : Quelle audience pour Atalanta/PSG sur RMC Sport ?
Audiences
Audiences : Quelle audience pour Atalanta/PSG sur RMC Sport ?
Ligue des champions : Éric Di Meco ne commenterait pas une finale avec le PSG
Sport
Ligue des champions : Éric Di Meco ne commenterait pas une finale avec le PSG
France 2 diffuse le "Montreux Comedy fête ses 30 ans" avec Kev Adams ce soir
Programme TV
France 2 diffuse le "Montreux Comedy fête ses 30 ans" avec Kev Adams ce soir
Arnaud Lagardère publie les comptes de sa holding personnelle
Business
Arnaud Lagardère publie les comptes de sa holding personnelle
Estelle Denis prise d'un fou rire dans "L'Equipe d'Estelle"
TV
Estelle Denis prise d'un fou rire dans "L'Equipe d'Estelle"
Valérie Trierweiler écartée de "Paris Match"
Presse
Valérie Trierweiler écartée de "Paris Match"
Vidéos Puremedias