Attaque contre "Charlie Hebdo" : Michel Onfray regrette que les médias n'aient été "que dans l'émotion"

Partager l'article
Vous lisez:
Attaque contre "Charlie Hebdo" : Michel Onfray regrette que les médias n'aient été "que dans l'émotion"
Michel Onfray regrette que les médias n'aient été "que dans l'émotion".
Sur le plateau de "On n'est pas couché", le philosophe a regretté l'absence de "mise en perspective" par les médias des évènements tragiques de la semaine dernière.

Invité sur le plateau de "On n'est pas couché" hier, Michel Onfray est revenu sur le traitement par les médias des attentats de la semaine dernière. Il se faisait ainsi l'écho d'une de ses tribunes publiées cette semaine dans "Le Point", dans laquelle il racontait sa perception des évènements le mercredi 7 janvier dernier, jour de l'attaque contre "Charlie Hebdo". Affirmant avoir ressenti une vive émotion lorsqu'il a appris l'attentat contre le journal satirique, il n'a cependant pas caché avoir été "sidéré" par ce qu'il avait vu et entendu devant sa télévision ce jour-là.

À lire aussi
Accusation d'agression sexuelle : Yannick Jadot annule son interview chez Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV
Politique
Accusation d'agression sexuelle : Yannick Jadot annule son interview chez...
"Ca suffit !" : Eric Dupond-Moretti exaspéré par les questions de Tristan Waleckx dans "Complément d'enquête"
Politique
"Ca suffit !" : Eric Dupond-Moretti exaspéré par les questions de Tristan Waleckx...
Concentration des médias : Face aux sénateurs, Vincent Bolloré minimise son pouvoir
Politique
Concentration des médias : Face aux sénateurs, Vincent Bolloré minimise son...
Covid-19 : Le gouvernement critique France Télé après une émission en Guadeloupe sur les effets indésirables des vaccins
Politique
Covid-19 : Le gouvernement critique France Télé après une émission en Guadeloupe...

"J'ai juste vu de l'émotion"

"Je n'ai pas vu de mise en perspective de ce qui avait eu lieu avec de la politique, de la géopolitique, avec des explications qui auraient pu nous expliquer pourquoi on en était arrivé là" a-t-il regretté. "J'ai juste vu de l'émotion", a-t-il poursuivi. "Ca me paraît normal l'émotion. On est tous des enfants ou des petits-enfants de Cabu ou Wolinski", a-t-il commenté. Avant de réaffirmer sa critique vis-à-vis des médias : "Je me suis dit : 'Effectivement, ça ne pense pas beaucoup et ça n'a pas pensé beaucoup pendant très longtemps'".

Une prise de position qui n'a pas convaincu Léa Salamé. "Pardonnez-moi, mais comment voulez-vous qu'il en soit autrement quand il y a une tuerie avec 12 personnes qui sont tuées en plein Paris. Comment voulez-vous qu'on fasse des analyses géopolitiques à chaud ? (...) Comment voulez-vous qu'il n'y ait pas d'émotion ?". "Je n'ai pas dit qu'il ne fallait pas de l'émotion", a rectifié Michel Onfray, précisant qu'il n'y avait eu "que de l'émotion". Alors que Léa Salamé évoquait un état naturel d'effroi face à ces faits, le philosophe a critiqué les journalistes. "Je pense que les journalistes sont prescripteurs. Ils ont des avis sur tout. Ils commentent en permanence. Ils nous disent ce qu'il faut penser, où est le bien, où est le mal... En permanence c'est ça", a-t-il estimé.

"On a envie d'autres choses"

Avant de poursuivre : "Et on a une information qui nous est donnée à jet continu et on y va dans le pathos. C'est normal le pathos. On a tous été choqué. Mais je pense que quand on a des journalistes qui font des écoles de journalistes, qui sont payés pour être journalistes, c'est à dire pour être informés, c'est à dire pour connaître les dossiers, on a envie d'autres choses que ce que l'on voit en temps normal, c'est à dire du surcommentaire. A un moment donné sur mon écran, il n'y avait pas moins d'une dizaine informations. Et on commentait ce que l'on voyait", a-t-il expliqué, évoquant les descriptions par les journalistes des images montrées en direct à l'antenne.

Et de conclure : "Il y avait des informations. Le président de la République qui était en train de faire quelque chose, d'un seul coup s'arrête. Il quitte l'Elysée et, nous dit-on, il dévale quatre à quatre les marches en compagnie de son conseiller en communication. L'obscénité, elle est aussi là, me semble-t-il". puremedias.com vous propose de revoir cette séquence.

Michel Onfray
Michel Onfray
Michel Onfray dénonce "le climat de terreur intellectuelle" à France Inter
Michel Onfray défend "Valeurs actuelles" : "On a le droit à la fiction !"
Michel Onfray répond aux critiques d'Emmanuel Macron sur les intellectuels
"L'Emission politique" : Michel Onfray se retire à quinze jours du retour de l'émission
Voir toute l'actualité sur Michel Onfray
l'info en continu
Jean-Jacques Bourdin retiré "temporairement" de l'antenne de BFMTV
TV
Jean-Jacques Bourdin retiré "temporairement" de l'antenne de BFMTV
Laurent Ruquier veut "voter utile" : "Mon choix va de Mélenchon en passant par Jadot jusqu'à Macron"
Radio
Laurent Ruquier veut "voter utile" : "Mon choix va de Mélenchon en passant par...
Zapping : Bourdin s'explique, un "patron incognito" en colère, Blanquer dans la tourmente
TV
Zapping : Bourdin s'explique, un "patron incognito" en colère, Blanquer dans la...
"C dans l'air" reçoit les candidats à la présidentielle dès ce soir sur France 5
Programme TV
"C dans l'air" reçoit les candidats à la présidentielle dès ce soir sur France 5
Léa Salamé : "France Inter n'est pas une radio bobo parisienne"
Radio
Léa Salamé : "France Inter n'est pas une radio bobo parisienne"
Audiences samedi : Records pour Anne-Claire Coudray et Alex Goude, Jean-Luc Lemoine en hausse
TV
Audiences samedi : Records pour Anne-Claire Coudray et Alex Goude, Jean-Luc...