Audiovisuel public : Arte ne veut pas intégrer le futur holding commun

Partager l'article
Vous lisez:
Audiovisuel public : Arte ne veut pas intégrer le futur holding commun
Arte
Arte © Arte
Le président d'Arte GEIE, Peter Boudgoust, a adressé une lettre à Franck Riester à ce sujet à la mi-mars.

Pour la chaîne, ce rattachement est incompatible. Pour sa future réforme de l'audiovisuel public qui devrait être présentée en Conseil des ministres en juillet, le ministre de la Culture Franck Riester étudie sérieusement la possibilité de rassembler au sein d'un holding commun l'ensemble des entreprises de l'audiovisuel public, soit France Télévisions, Radio France, l'INA, Arte et France Médias Monde. Supposé plus économe, le futur rassemblement des médias publics français devrait notamment être dirigé par un conseil d'administration commun qui aurait le pouvoir de nommer les dirigeants de chaque entité et de répartir les budgets.

À lire aussi
"L'heure des Pros" : Pascal Praud et Nadine Morano s'attaquent à "Quotidien" et Gilles Pélisson
TV
"L'heure des Pros" : Pascal Praud et Nadine Morano s'attaquent à "Quotidien" et...
BFMTV et Marc-Olivier Fogiel portent plainte contre le journaliste de "Télérama" Samuel Gontier
Justice
BFMTV et Marc-Olivier Fogiel portent plainte contre le journaliste de "Télérama"...
France Inter : Sibeth Ndiaye pleure de rire pendant la chronique de Charline Vanhoenacker et Guillaume Meurice
Radio
France Inter : Sibeth Ndiaye pleure de rire pendant la chronique de Charline...

Indépendance statutaire et éditoriale

Selon "Les Echos", Arte a déjà fait part de son souhait de ne pas intégrer cette future structure avant même que l'Etat n'ait acté sa création. Dans une lettre envoyée à Franck Riester à la mi-mars, que le quotidien économique a pu consulter, Peter Boudgoust, le président d'Arte GEIE (Groupement européen d'intérêt économique, détenu par Arte France et Arte Deutschland), explique ainsi qu'il y aurait une incompatibilité avec les dispositions du traité fondateur d'Arte. Ce dernier dispose notamment que la chaîne franco-allemande est responsable de la "réalisation des programmes (...), la gestion du budget (...), sous la surveillance et le contrôle des seuls sociétaires (Arte France et Arte Deutschland, ndlr)" et que "la direction et la gestion (...) des sociétaires relèvent de leur seule responsabilité". Inquiétant particulièrement la partie allemande, le holding commun est perçu par Arte comme une possible mise en péril de son indépendance statutaire et éditoriale, sources selon la chaîne de son succès actuel. Contacté par "Les Echos", Arte France n'a pas souhaité faire de commentaire.

Arte
Arte
"En thérapie" : Eric Toledano et Olivier Nakache ("Intouchables", "Hors Normes") tournent une série pour Arte
"Huguette" : Line Renaud héroïne d'un téléfilm sur Arte le 6 décembre
"Anna" : La nouvelle série d'anticipation en tournage pour Arte avec le créateur d'"Il Miracolo"
Rentrée télé : Arte veut poursuivre sa "révolution copernicienne" grâce à son offre numérique
Voir toute l'actualité sur Arte
commentaires
Veuillez désactiver votre bloqueur de pub (Adblock) pour ce site afin d'afficher l'intégralité des commentaires et en publier.
Geo

C'est une bonne nouvelle. Arte doit rester indépendante.



Geo

Ça remplaçait le concept de la mire quand la chaîne arrêtait ses programmes la nuit. Il faut avouer que c'était original.



darklinux

L ' ambition est plus sur la BBC ...



Jon75

On pourrait s'inspirer de la RTVE.



REDJOHNLEROUGE

Y avait les moutons à compter à l'époque. Arte était très très élitiste avec du cinéma en VO. Et beaucoup de choses en allemand sous titré en VF



JeremLePremier

Ca n'aurait aucun sens !
ARTE est la chaine franco-allemande. En plus d'être détaché dans son fonctionnement et dans sa ligne éditoriale aux autres médias publiques, elle a su trouver son ton et fonctionne très bien !



Withnail

Les premiers temps d'Arte étaient très centrés sur l'histoire et notamment les documentaires sur les deux guerres mondiales. Avec le temps, Arte a su s'en détacher pour aborder plus l'actualité. Même chose pour le cinéma, les débuts étaient très axés sur l'académisme alors qu'aujourd'hui la chaine s'est ouvert à plus de genres et d'époques (voir Terminator 2 qui passait il y a quelques semaines). Et il convient d'ajouter à tout ça la production de séries vraiment originales. Arte a évolué sans perdre en qualité.



José

La séparation des pouvoirs en France ne permet pas l'intégration des chaînes parlementaires dans une holding qui serait dirigée, de près ou de loin, par l'exécutif.



inderweltsein

Peut-être que l'enrobage/habillage des programmes de la Sept/Arte la faisait passer pour élitiste/distante/snob etc.. (en particulier le coup du "maintenant votre carosse se retransforme en citrouille" quand ils rendaient l'antenne à FR3 ).

Mais les programmes n'ont pas vraiment changé eux. Si ils paraissent un ilot salvateur, c'est juste parce que tout le reste s'est appauvri.
Quant on pense à ce que FR3 Antenne 2 ou TF1 dans sa version publique osaient financer ou programmer dans les années 80. On se dit que on prenait pas le spectateur pour un con...



La Sardine

Complètement d'accord avec toi, c'est un scandale que les parlements s'arrogent le droit d'être éditeurs de chaînes de télévision et chefs l'une rédaction de journalistes.

En GB on a BBC parlement, géré par BBC. Mais en France : chut, pas trop de bruit sur l'argent du Sénat ou de l'AN. (Et encore moins de bruit sur la 3ème assemblée nationales, chut, chut, chut, on pourrait apprendre son existence.)



La Sardine

Il faut bien reconnaître qu'Arte ne coûte pas si cher et a su avec ses moyens s'adapter aux usages.

Il faut quand même rappeler qu'on part de très très loin. Élitiste, distante, snob voir obséquieuse, La Sept/Arte a finit par comprendre comment faire de la télévision c'est à dire comprendre comment on s"adresse à son public.

Pour autant je pense que rester isolé n'est pas à long terme une bonne idée. Sur la VOD, Arte doit s'intégrer le plus possible, d'autant qu'elle a de quoi alimenter en programmes. Il existe déjà des collaborations avec « Culture'" » ou encore sur la programmation. Si Arte doit garder une certaine originalité, elle ne peut ignorer ses grandes soeurs.



REDJOHNLEROUGE

Quid des chaines parlementaires? Elles intègrent ou pas? Car il est clairement incroyable que les parlements gèrent ces chaines



Starlight

Je pense aussi que la priorité doit être de rapprocher d'abord France TV, Radio France, France Médias Monde et l'INA (le Netflix des archives comme je l'ai lu) pour créer un nouvel ensemble puissant sur le modèle de ce qui se fait ailleurs en Europe avec succès.
Arte doit garder un statut spécial sans empêcher pour autant un travail en commun sur la base de projets éditoriaux.



Withnail

Il a bien raison, Arte s'en sort très bien toute seule.



comments powered by Disqus
Sur le même thème
l'info en continu
Tous les programmes de la télé du 7 au 13 décembre 2019
Programme TV
Tous les programmes de la télé du 7 au 13 décembre 2019
"Chef contre chef" : Cyril Lignac et Jean-François Piège s'affrontent le 12 décembre sur M6
Programme TV
"Chef contre chef" : Cyril Lignac et Jean-François Piège s'affrontent le 12...
"Platane" : La saison "Tree" arrive le 9 décembre sur Canal+
Programme TV
"Platane" : La saison "Tree" arrive le 9 décembre sur Canal+
Lumni : L'audiovisuel public présente sa nouvelle plateforme éducative
TV
Lumni : L'audiovisuel public présente sa nouvelle plateforme éducative
"Le Seigneur des Anneaux" : La série renouvelée par Amazon pour une saison 2
Séries
"Le Seigneur des Anneaux" : La série renouvelée par Amazon pour une saison 2
Laure Killing ("Demain nous appartient", "Nina") est morte
TV
Laure Killing ("Demain nous appartient", "Nina") est morte
Vidéos Puremedias