Aurélie Filippetti : "Le débat public en France aujourd'hui fait honte à notre pays"

Partager l'article
Vous lisez:
Aurélie Filippetti : "Le débat public en France aujourd'hui fait honte à notre pays"
Par Florian Guadalupe Journaliste
Passionné de sport, de politique et des nouveaux médias, Florian Guadalupe est journaliste pour Puremédias depuis octobre 2015. Ses goûts pour le petit écran sont très divers, de "Quotidien" à "L'heure des pros", en passant par "Koh-Lanta", "L'équipe du soir" et "La France a un incroyable talent".
"Ils nous obligent à diffuser cette séquence" : Philippe Corbé critique l'attitude du gouvernement face à Zemmour © Abaca
Dans une tribune au "Monde", l'ancienne ministre de la Culture revient notamment sur les récentes attaques contre le service public audiovisuel.

La défense du service public. Dans une tribune publiée aujourd'hui dans les colonnes du "Monde", Aurélie Filippetti, ancienne ministre de la Culture sous la présidence de François Hollande, alerte sur "la menace directe contre la liberté d'informer" en ce début de campagne électorale. La femme politique évoque notamment la scène de la semaine dernière d'Eric Zemmour, jouant à pointer une arme non-chargée sur des journalistes.

À lire aussi
"Le Point" retire son article sur Raquel Garrido et Alexis Corbière et présente ses excuses aux deux élus
Presse
"Le Point" retire son article sur Raquel Garrido et Alexis Corbière et présente...
Visés par un article du "Point", Raquel Garrido et Alexis Corbière annoncent déposer plainte
Presse
Visés par un article du "Point", Raquel Garrido et Alexis Corbière annoncent...
"Libération" dénonce les menaces "inacceptables" de Papacito contre l'un de ses journalistes
Presse
"Libération" dénonce les menaces "inacceptables" de Papacito contre l'un de ses...
Jean-Luc Mélenchon, un "danger" : Malaise au sein de la rédaction de "Challenges" après sa dernière Une
Presse
Jean-Luc Mélenchon, un "danger" : Malaise au sein de la rédaction de "Challenges"...

La Une "indigne" du "Figaro Magazine"

"Les attaques contre les journalistes se multiplient. La scène du fusil pointé sur eux par Eric Zemmour est évidemment autant un programme qu'une provocation. Cette mise en scène vise à banaliser le recours aux armes dans le débat public", commence Aurélie Filippetti. Et de poursuivre : "Ce n'est pas, nous dit-on, du 'premier degré'. Bien, prenons-le donc au second degré : il s'agit donc de faire mine de cibler les journalistes, ce qui est l'exacte définition de les menacer. Pourquoi chacun y a-t-il lu une menace fort peu imagée ? Parce que la pression sur la presse est actuellement constante".

L'ex-ministre de la Culture réfute par ailleurs dans son texte toute "pression imaginaire" d'une "prétendue gauche des médias", "qui déverserait sa propagande soviétique dans le service public transformé en 'Pravda'". Elle cite ensuite la Une "indigne" du "Figaro Magazine" - "lui-même largement bénéficiaire des aides à la presse écrite" - vendredi dernier, titrée "France Inter, France Télévisions, à gauche toute" : "Elle est au fond un procédé rhétorique bien connu pour accuser les autres de ce dont on est soi-même coupable. C'est-à-dire le refus du pluralisme".

"S'en prendre à des journalistes, c'est leur intimer l'ordre de se taire face à la violence qui vient"

"Le rôle du service public audiovisuel, ce n'est pas de prétendre à une supposée neutralité de chacun de ses intervenants, c'est donner un espace de libre expression à chacun avec sa sensibilité et la déontologie", souligne Aurélie Filippetti, estimant que le journaliste, le chroniqueur et le comique sont réunis "dans une ligne éditoriale qui n'impose pas une idéologie comme unique vision du monde", "mais qui donne à penser", "qui permet à chacun, auditeur ou téléspectateur, de réfléchir, de percevoir les différences" et "de dégager sa propre opinion à partir de ce qui lui aura été librement proposé".

Pour l'ancienne socialiste, "s'en prendre à des journalistes" ne relève pas de la "critique" de "leur corporatisme" ou d'une "énième variation démagogique contre les 'élites'" : "C'est bien s'en prendre à ce qu'ils pourraient dire contre celui qui les tient en joue. C'est tout simplement leur intimer l'ordre de se taire face à la violence qui vient". "Le moment est grave. Le débat public en France aujourd'hui fait honte à notre pays et à tous ceux qui se sont sacrifiés pour sa liberté", indique l'ancienne membre du gouvernement de Manuel Valls. Et de mettre en garde : "C'est le retour de la terreur et de la violence, de l'injure publique et du piétinement des libertés, des mensonges historiques et des manipulations algorithmiques". "Il est urgent de réagir. Pour éviter qu'à l'effondrement du débat public ne succède la catastrophe", conclut-elle.

Aurélie Filippetti
Aurélie Filippetti
Aurélie Filippetti annonce qu'elle ne souhaite pas participer au nouveau gouvernement
Pour contrer Netflix, Aurélie Filippetti veut accélérer la diffusion des films en VOD
Affaire Bygmalion : Aurélie Filippetti soutient Rémy Pflimlin
Voir toute l'actualité sur Aurélie Filippetti
Autour de Aurélie Filippetti
  • François Hollande
l'info en continu
Macron à Kiev : Anne-Élisabeth Lemoine prend la défense de "C à vous", critiquée par le SNJ de France Télévisions
Radio
Macron à Kiev : Anne-Élisabeth Lemoine prend la défense de "C à vous", critiquée...
Jean-Marc Morandini fait ses adieux à NRJ 12
TV
Jean-Marc Morandini fait ses adieux à NRJ 12
Les matchs amicaux de l'Olympique de Marseille diffusés en clair sur les chaînes du groupe Altice
Sport
Les matchs amicaux de l'Olympique de Marseille diffusés en clair sur les chaînes...
"Est-ce que je dois les sanctionner ?" : Pascal Praud remonté contre ses chroniqueurs absents après la pause pub
TV
"Est-ce que je dois les sanctionner ?" : Pascal Praud remonté contre ses...
France Télévisions : Le directeur de l'information, Laurent Guimier, visé par une motion de défiance (màj)
TV
France Télévisions : Le directeur de l'information, Laurent Guimier, visé par une...
Sibyle Veil (Radio France) s'oppose à la fusion de l'audiovisuel public
Radio
Sibyle Veil (Radio France) s'oppose à la fusion de l'audiovisuel public