Contenus haineux sur les réseaux sociaux : Le gouvernement détaille son plan d'action

Partager l'article
Vous lisez:
Contenus haineux sur les réseaux sociaux : Le gouvernement détaille son plan d'action
Par Florian Guadalupe Journaliste
Passionné de sport, de politique et des nouveaux médias, Florian Guadalupe est journaliste pour Puremédias depuis octobre 2015. Ses goûts pour le petit écran sont très divers, de "Quotidien" à "L'heure des pros", en passant par "Touche pas à mon poste", "Koh-Lanta", "L'équipe du soir" et "La France a un incroyable talent".
Marlène Schiappa et Mounir Mahjoubi
Marlène Schiappa et Mounir Mahjoubi © Abaca
Mounir Mahjoubi et Marlène Schiappa présentent leur projet de loi pour lutter contre les contenus haineux sur le web.

Haro sur les "haters" ! Dans les colonnes du "Figaro" ce jeudi, Marlène Schiappa et Mounir Mahjoubi, respectivement secrétaire d'Etat chargée à l'Egalité entre les femmes et les hommes et secrétaire d'Etat chargé au Numérique, détaillent leur projet de loi pour lutter contre les contenus haineux sur internet. Parmi leurs mesures, le tandem veut notamment responsabiliser les plateformes numériques comme Facebook, Youtube et Twitter.

À lire aussi
Webedia suspend sa collaboration avec le youtubeur Norman Thavaud
Internet
Webedia suspend sa collaboration avec le youtubeur Norman Thavaud
Le youtubeur Norman Thavaud en garde à vue pour viol et corruption de mineurs
Internet
Le youtubeur Norman Thavaud en garde à vue pour viol et corruption de mineurs
"Ca fait un an que ça dure..." : La streameuse Ultia dépose plainte pour "cyberharcèlement"
Internet
"Ca fait un an que ça dure..." : La streameuse Ultia dépose plainte pour...
Affaire Gaël Perdriau : La justice autorise finalement "Mediapart" à publier son enquête sur le maire de Saint-Étienne
Internet
Affaire Gaël Perdriau : La justice autorise finalement "Mediapart" à publier son...

"Il ne faut pas penser que les sanctions peuvent faire disparaître ces pratiques"

"Il faut que les auteurs de contenus haineux comprennent que nous irons les chercher partout où ils sont et que nous ferons cesser leurs violences. Nous allons agir avec fermeté et à tous les niveaux", prévient Mounir Mahjoubi, qui précise que leur loi sera présentée dès le deuxième trimestre 2019 et comportera "une obligation de retrait de ces contenus pour les plateformes qui ont une 'responsabilité particulière' comme Facebook, Twitter, Youtube mais aussi Webedia (société éditrice de puremedias.com, ndlr)". Et d'ajouter : "Il ne faut pas penser que les mesures contraignantes et les sanctions peuvent, à elles seules, faire disparaître ces pratiques. Il faut aussi mener une action de sensibilisation en incluant toutes les associations de lutte contre les discriminations."

Par ailleurs, pour lutter contre le cyberharcèlement, Marlène Schiappa affirme que "Facebook a proposé d'archiver les contenus haineux qu'il a retirés afin de faciliter les procédures futures" : "C'est une expérimentation à évaluer, Facebook a le mérite de la bonne volonté et de l'engagement dans ce travail commun avec la Dilcrah (Délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT, ndlr)."

"C'est intolérable qu'ils dictent seuls les règles"

Selon Mounir Mahjoubi, ce sont les GAFA "qui font 100% de la régulation des contenus haineux aujourd'hui", "en décidant quelles règles s'appliquent en ligne". "C'est intolérable qu'ils dictent seuls les règles. Ce qui m'insupporte, c'est quand je vois le patron de Twitter notifier au monde à travers un simple message que les conditions ont changé sans que personne ne puisse avoir à redire". Il explique que dans leur "plan d'action", les dirigeants des géants du web ont été "consultés" pour qu'ils "appliquent (leurs) lois". "L'Etat et les parties prenantes participeront à construire des règles de modération et veilleront surtout, via des audits, à leur bonne application. On ne peut pas laisser des entreprises changer leurs conditions d'utilisation comme bon leur semble et sans contrôle", poursuit-il.

Le secrétaire d'Etat chargé au Numérique annonce également sa volonté de changer le statut des plateformes : "Elles bénéficient du statut des hébergeurs en ligne défini par la loi pour la confiance en l'économie numérique qui date de 2004 et qui limite trop fortement leur responsabilité à priori". Les deux membres du gouvernement sont "favorables à la création d'un nouveau statut", comme celui "d'accélérateur de contenus" : "Cela reconnaîtrait leur responsabilité et renforcerait l'efficacité de la régulation des contenus sur ces plateformes."

l'info en continu
Cinéma : Fréquentation record en novembre malgré une année 2022 morose
Cinéma
Cinéma : Fréquentation record en novembre malgré une année 2022 morose
Mort de Patrick Tambay : RMC rend hommage à l'ancien consultant Formule 1 de la station
Radio
Mort de Patrick Tambay : RMC rend hommage à l'ancien consultant Formule 1 de la...
"Masterchef" ne reviendra pas sur France 2
TV
"Masterchef" ne reviendra pas sur France 2
Webedia suspend sa collaboration avec le youtubeur Norman Thavaud
Internet
Webedia suspend sa collaboration avec le youtubeur Norman Thavaud
CNews maintient Jean-Marc Morandini à l'antenne malgré sa condamnation pour "corruption de mineurs"
TV
CNews maintient Jean-Marc Morandini à l'antenne malgré sa condamnation pour...
Le youtubeur Norman Thavaud en garde à vue pour viol et corruption de mineurs
Internet
Le youtubeur Norman Thavaud en garde à vue pour viol et corruption de mineurs