Critique : "Revolution", la nouvelle série de J.J. Abrams démarre difficilement

Partager l'article
Vous lisez:
Critique : "Revolution", la nouvelle série de J.J. Abrams démarre difficilement
Le cast de "Revolution"
Le cast de "Revolution" © NBC
Lundi soir, NBC a lancé - avec succès - sa nouvelle série "Revolution", signée du créateur de "Supernatural" et produite par J.J. Abrams. Mais le pilote laisse sur sa faim...

Après l'échec d'"Alcatraz", qui n'aura survécu que le temps de 13 épisodes sur Fox en début d'année, J.J. Abrams revient aux affaires avec une nouvelle production nommée "Revolution" et imaginée par Eric Kripke, le créateur de "Supernatural". Le pitch de la série, lancée avec succès lundi, nous place 15 ans après qu'un blackout total a privé la planète entière d'électricité. Après plusieurs mois de luttes de pouvoirs et de guerres civiles, la population des différents pays qui ont survécu tente désormais de défendre ses biens, quitte à s'attirer les foudres de la milice.

À lire aussi
"Ensemble avec nos soignants" : Michel Cymes remplacé à la dernière minute ce soir sur France 2
TV
"Ensemble avec nos soignants" : Michel Cymes remplacé à la dernière minute ce soir...
"Le bureau des légendes" : Canal+ diffuse les quatre premières saisons de la série en clair dès samedi
Séries
"Le bureau des légendes" : Canal+ diffuse les quatre premières saisons de la série...
Denis Brogniart ("Koh-Lanta : L'île des héros") : "Voilà pourquoi l'épisode de ce soir a été raccourci"
Interview
Denis Brogniart ("Koh-Lanta : L'île des héros") : "Voilà pourquoi l'épisode de ce...

Direction donc l'Amérique, et plus particulièrement un petit village qui sent bon la petite maison dans la prairie, où l'on va rencontrer les différents personnages principaux. Mais autant le dire tout de suite, le pilote de "Revolution" n'a rien de franchement transcendant. Sur le papier, le projet est prometteur, mais il est mis en image - par Jon Favreau pourtant ! - maladroitement, usant jusqu'à la moelle les classiques du genre.

Un pilote truffé de déjà-vu

Le début du pilote s'attèle à nous communiquer la trame de départ, à savoir l'arrêt de distribution de l'électricité avec un soupçon de mystère en plus, incarné par un homme qui apprend la nouvelle sans que l'on sache trop pourquoi. On n'échappera pas, à l'heure du blackout, à l'avion qui s'écrase maladroitement sur une maison, ou encore à la vision nocturne d'une autoroute plongée dans le noir.

"Ça arrive maintenant" se démène alors à nous informer ce mystérieux personnage, mais quand ? Nul ne le sait. À dire vrai, on se demande bien ce qui va véritablement arriver tant le spectacle que l'on nous sert à travers ces 42 minutes de pilote est d'un classicisme absolu. Rien ne nous est épargné d'ailleurs, et une fois que l'on se retrouve plongé 15 ans dans le futur, à une époque où la technologie a été remplacée par les champs de potager et les moutures chevalines, rien n'avance vraiment et le scénario continue inlassablement à nous servir quelque chose de déjà vu.

Des protagonistes pas très enthousiasmants

Les présentations des protagonistes se font rapidement, mais on discerne déjà assez facilement ce qui nous attend. L'action s'articule autour d'une famille, composée de Miles Matheson, un oncle loin d'être sympathique et interprété par Billy Burke, et entouré de sa nièce Charlie ( Tracy Spiridakos) et de la mère, Elizabeth Mitchell, qui signe son retour après l'arrêt de "Lost" et l'échec de "V". Avec eux, ou plutôt contre eux, se trouve la milice. Le capitaine Tom Neville (joué par Giancarlo Esposito) y joue les gros bras aidé par la tête pensante de toute cette étrange histoire, Bass, un ancien militaire interprété par David Lyons qui n'apparait que brièvement au début et à la fin du pilote. On passera sur la future amourette sans âme entre Charlie et Nate Walker (JD Pardo), et sur les facultés au combat bien trop exagérées pour paraître crédibles de Miles. Et que dire du fil rouge téléphoné autour de Bass, ancien collègue de Miles qui sort de nulle part en fin de pilote dans un ridicule absolu... On en pleure d'avance.

Mais on serait tout de même un peu dur si l'on devait dresser un bilan aussi négatif de "Revolution". Car même si l'intrigue, et même le pilote dans son ensemble, n'ont rien d'original et se révèlent franchement ennuyeux par moment - pas aidé par un casting loin d'être exemplaire -, on aurait tendance à donner sa chance à cette histoire de coupure d'électricité digne des pires fins de mois d'un abonné EDF, mais pour quelques épisodes seulement. Et on sait à quel point il est difficile de convaincre : face à la concurrence, "Revolution" devra malgré tout le faire rapidement si elle ne veut pas subir les foudres de ses téléspectateurs.

Revolution - saison 1
Revolution - saison 1
NBC : des saisons complètes pour "Revolution", "Go On" et "The New Normal"
Audiences US : très joli lancement pour "Revolution", "The Mob Doctor" ne démarre pas
Sur le même thème
l'info en continu
Pas de "Pékin Express" cet été sur M6
TV
Pas de "Pékin Express" cet été sur M6
Le confinement vu par... Laurence Boccolini
Confinement
Le confinement vu par... Laurence Boccolini
Audiences mars : TF1 leader en baisse, France 2 brille, record historique pour BFMTV, LCI et Franceinfo
Audiences
Audiences mars : TF1 leader en baisse, France 2 brille, record historique pour...
"Trop bien chez toi" : Gulli lance un nouveau programme pour les enfants confinés aujourd'hui
Programme TV
"Trop bien chez toi" : Gulli lance un nouveau programme pour les enfants confinés...
"Le Point" : Des excuses après une chronique jugée raciste de Bernard Mabille sur Sibeth Ndiaye
Presse
"Le Point" : Des excuses après une chronique jugée raciste de Bernard Mabille sur...
Daniel Cohn-Bendit sur le professeur Raoult : "Qu'il ferme sa gueule !!!"
TV
Daniel Cohn-Bendit sur le professeur Raoult : "Qu'il ferme sa gueule !!!"
Vidéos Puremedias