Emmanuel Macron : "Notre audiovisuel public reste structuré sur le monde d'avant"

Partager l'article
Vous lisez:
Emmanuel Macron : "Notre audiovisuel public reste structuré sur le monde d'avant"
Emmanuel Macron le 17 décembre 2017 sur France 2
Emmanuel Macron le 17 décembre 2017 sur France 2 © Capture France 2
Le chef de l'État a été interrogé sur la réforme à venir de l'audiovisuel public par Laurent Delahousse.

Emmanuel Macron sort du bois. Après la fuite de documents présentés comme des "pistes de travail" émanant du ministère de la Culture en novembre et l'épisode plus récent des propos - finalement partiellement démentis - sur l'audiovisuel public, le chef de l'État a officiellement pris la parole sur le sujet, hier, à l'occasion de l'entretien accordé à Laurent Delahousse sur France 2. Et c'est donc sur une antenne du service public que le président de la République a annoncé l'ouverture d'une "grande réflexion sur l'audiovisuel public" dès le début d'année.

À lire aussi
Nathalie Levy quitte BFMTV
Exclusivité
Nathalie Levy quitte BFMTV
RMC : Chloé Cambreling fait ses adieux, Jean-Jacques Bourdin lui rend un vibrant hommage
Radio
RMC : Chloé Cambreling fait ses adieux, Jean-Jacques Bourdin lui rend un vibrant...
Mort de Jean-Pierre Mocky : Les chaînes bousculent leurs programmes (MAJ)
Programme TV
Mort de Jean-Pierre Mocky : Les chaînes bousculent leurs programmes (MAJ)

2018, année de la "grande réflexion" autour de l'audiovisuel public

Une non-surprise totale alors que les différents groupes audiovisuels publics sont à la manoeuvre depuis plusieurs semaines dans la perspective du travail de réforme annoncé. En octobre dernier, Françoise Nyssen, ministre de la Culture, avait ainsi annoncé une grande réforme "structurelle" du secteur. Les patrons des différents groupes audiovisuels publics ont d'ailleurs bûché sur des propositions remises au gouvernement, qui seront évoquées cette semaine lors d'un entretien commun avec la ministre rue de Valois.

Dans un souci d'apaisement, le chef de l'État s'est défendu d'être seul à la manoeuvre, faisant savoir qu'il n'était que "celui qui donne l'impulsion" et "fixe les grands principes" de cette réflexion qui "le dépasse largement". Le président a ainsi estimé que c'était aux acteurs de l'audiovisuel public et aux parlementaires qu'appartenait ce travail de réflexion. La dite réflexion doit d'ailleurs "prendre son temps" a spécifié le chef de l'État, sans donner d'autre délai que celui de l'année 2018.

"Il y a des contenus que l'on est en droit d'attendre du service public"

Emmanuel Macron a ensuite évoqué les grandes orientations qu'il entend donner à la future réforme. "Les usages sont en train de se transformer" a-t-il observé, évoquant le fait que les jeunes "regardent de moins en moins la télévision en linéaire" et se dirigent vers "d'autres formes de contenus" et des "jeux vidéo". "Notre audiovisuel public reste structuré, dans son architecture, sur le monde d'avant" a-t-il poursuivi, notant par ailleurs que le CSA contrôlait "beaucoup la télévision" mais pas les autres contenus auxquels les jeunes ont accès.

Pour le chef de l'État, la formation des jeunes est d'ailleurs l'une des principales missions du service public, faisant partie de ce qui justifie que "le contribuable français mette de l'argent dans France Télévisions et pas dans TF1". "Il y a des contenus que l'on est en droit d'attendre du service public" a-t-il également affirmé. Le président a conclu son propos en rappelant que l'audiovisuel public était le premier poste de dépense du ministère de la Culture. "Il y a de l'argent. Mais est-ce qu'on le met au bon endroit et est-ce qu'on a surtout l'organisation collective la plus pertinente ?" a-t-il feint de s'interroger.

Emmanuel Macron
Emmanuel Macron
Emmanuel Macron réagit aux convocations de journalistes à la DGSI
Emmanuel Macron en interview sur Youtube à 18h15
Hommage national aux militaires : TF1, France 2, M6 et les chaînes infos en édition spéciale demain matin
Conférence de presse d'Emmanuel Macron : TF1 et France 2 seront en édition spéciale demain
Voir toute l'actualité sur Emmanuel Macron
commentaires
Veuillez désactiver votre bloqueur de pub (Adblock) pour ce site afin d'afficher l'intégralité des commentaires et en publier.
poupinae

C'est consternant :D



pupuce

J'ai tenté de galéjer ...
sans succès apparemment .. mais bon ....
Je vous le dis tout de suite, j'ai lu je pense, quasiment l'intégralité de Zola avec infiniment de plaisir de lecture.
Les Rougon-Marquart tout comme les grands Bourgeois
seraient, dans la vraie vie, à égalité, de veulerie et dégueulasseries.
Seule l'idéologie et la qualité de l'écriture de Zola fait la différence et permet de s'acheter, à bon compte, une humanité fragile.
D'ailleurs Zola, devenu riche dans les années 1890/95
a-t-il redistribué une partie de ces gains (ce qu'il a reproché pendant 20 ans dans ses livres aux bourgeois riches de ne pas faire) aux pauvres gens qu'il a dépeint et qui lui ont permis de s'enrichir sur leur dos ?? non ! Alors çà va bien.



NorbertGabriel

""On peut aussi se déclarer journaliste fiscalement sans carte de presse !"

FAUX !!! mais il faut que les revenus soient issus de la presse.



NorbertGabriel

C'est pas faux, mais s'il connait le chanteur, il ne connait rien au blues.. Si Johnny est un chanteur de blues, Chantal Goya est une chanteuse d'opéra...



NorbertGabriel

Me cacher où? il me semble que je sois assez constant dans mes points de vue... En effet, les circonstances de la vie ont fait que je me suis toujours trouvé plus près des Rougon-Macquart côté peuple et gueux que des grands bourgeois... Et les jérémiades d'une malheureuse qui ne gagne "que" 5000 euros par mois me laissent de marbre.



Prof2tout

Non seulement c'est ridicule des posts aussi longs que personne ne lit , mais c'est encore pire quand ce sont des copier / coller ressortis des fins fonds des archives (plus ou moins hoax ) du net. !

Le 22-05-2012
http://www.hoaxbuster.com/f...



Aucunavis

c'est surtout pour ça
https://www.youtube.com/wat...



pupuce

Pas encore, mais on y va !



guilem2

Et donc, la nuit des temps?



pupuce

Mais non .... ne vous cachez pas ....
D'accord, c'est un peu le "sauve qui peut" ..
mais çà va, c'est pas mal !



pupuce

Lit un peu ou renseigne toi mieux ...
l'état providence, en tant que tel, n'existe +.
Mais jolie récitation verbeuse mais fausse de poncif imbécile.



Dito1

Oui effectivement, vu comme ça on peut le rapprocher avec la journo-publi-communication macronnienne... de la communication politique sur papier glacé très esthétique



poupinae

Il a un certain charme mais je n'aime pas son arrogance. Toujours là pour essayer de plaire, d'enjoliver son p'tit monde qui s'engloutine autour de lui.



guilem2

Le capitalisme n'exclut en rien rien l'existence d"un modèle de protection sociale, qui s'appelle l'Etat Providence et qui a existé y compris dans les pays anglo-saxons. Mais jolie récitation de poncif.



AlexyPass

Certes mais il y a une légère différence entre un hommage à un chanteur qu'il connait et une réforme majeure qui s'annonce dans un domaine qu'il ne connaît pas...



NorbertGabriel

Bien sûr, mais en France à l'époque Evita Peron faisait la une de toute la presse, et cachait tout le reste... L'image... Et quand elle a succombé à un cancer c'était presque un deuil national en France..



EiffelNord

Pas 100% d'accord avec ses constats et visiblement il n'a pas de réponses aux problèmes qu'il expose.

Présence sur Internet : France Télé y est bien visible et assez accessible (via Pluzz [meilleur outil de replay du PAF au moins avant la dernière refonte], On n'est pas couché et C dans l'air par exemple on une chaîne YouTube, France 4 qui s'était associé àde multiples web-séries et à de nouvelles écritures, France Info et ses modules très YouTube...)

Financement de TF1 : mais tous les Français financent TF1 à presque 100% via les produits de marque que nous consommons qui intègrent des coûts d'image de marque et donc de publicité !

Les jeunes regardent moins la télé : c'est normal il n'y a presque plus de programmes pour eux ou ouvert à eux avec idéalement un casting avec des jeunes, une partie de l'actualité et/ou de la culture est méprisée à la télé (ex : les jeux vidéo... avec Ardisson, De Caunes, De Ricquessen, Quindou...), des programmes de plus en plus longs, des programmes de plus en plus terre-à-terre (peu d'humour [plus de sitcom !!!], de fantaisie, de fantasy), peu de vraie interactivité....

Quels programmes qualitatifs sont présents sur les chaînes privés que devraient avoir France Télé ? Peu ou pas. Quels programmes de France Télé sont honteux ? J'en vois peu (Amour, gloire et beauté et la plupart des télénovelas de France Ô), c'est surtout le traitement ou l'animation à l'intérieur de certaines émissions qui posent problèmes (la honte Monfort/Candeloro, le creux Delahousse en interview, certains animateurs faiblard côté animation...).

Et c'est pas en faisant peser une pression constante côté finance qu'on ose, qu'on couvre tous les publics et qu'on vise le mieux-disant culturel et pédagogique.

Le vieux monde, c'est aussi : Jupiter et son organisation ultra pyramidale avec peu de dialogue et de contestation, pas de femmes aux postes clés avec la République en marche (président, 1er ministre, presque aucun ministre régalien, porte parole de gouvernement, chef de parti, président de l'assemblée et questeur), les dorures de l'Etat (pyramide du Louvre, Elysée version ORTF, Château de Chambord...)



NorbertGabriel

Là il est question des députés, pour les journalistes c'est un autre débat, et je ne suis pas sûr que beaucoup de journalistes aient un salaire de 5500 € complété à 12500 avec les diverses indemnités..



Starlight

C'est à l'assemblée que ça va se décider avec le concours des acteurs du secteur.



Prof2tout

J'ai participé a la naissance de certaines radio libres , mais comme pour le reste dans la société , les puissances de l'argent ont eu raison de nos efforts .
Il en sera pareil (et c'est déjà bien entamé) pour le net .



Aucunavis

Privilège fiscal pour 42500 journalistes

Les privilèges c'est maintenant !
Privilège fiscal pour 42 500 journalistes
... financé par vos augmentations d'impôts !

Les journalistes seront bientôt récompensés d'avoir fait ouvertement campagne pour Hollande !

Depuis 1999, les journalistes sont autorisés à retrancher 7 650 euros de leur salaire imposable, mais ils luttent pour accroitre cet avantage qui vous est interdit.

Le traitement de faveur remonte à 1934. Le journalisme faisait partie d'une liste de 110 professions qui étaient supposées avoir des frais professionnels (transport, nourriture, matériel...) plus importants que la moyenne. Ces 110 professions bénéficiaient d'abattements supplémentaires : de 5 % à 40 % et parmi elles, les journalistes bénéficiaient de 30%.

A l’origine, cette mesure se justifiait par la pauvreté des journaux français, en général incapable de rembourser l’intégralité des frais professionnels.
Cependant, depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, les conditions salariales des journalistes ont évolué. Désormais, les frais professionnels de la plupart d’entre-eux sont pris en charge par leurs journaux. Les journalistes cumulent donc les remboursements effectués par leur entreprise et par celui de l’Etat !

En 1996, lors d'une vaste réforme sur l'impôt sur le revenu, le gouvernement Juppé tire un trait sur toutes ces niches fiscales, «devenues sans rapport avec la réalité des frais professionnels supportés par les intéressés et qui ont donc perdu toute justification». Mais une profession va particulièrement se plaindre : les journalistes ! Un cortège de 2 000 personnes parcourt alors les rues de Paris. Une dizaine de titres de la presse quotidienne régionale lance une opération «homme invisible», un boycott photographique des parlementaires favorables à la suppression de la niche !

On découvre à cette occasion que les journalistes ont nettement plus de moyens de pression que les autres professions :
«Le souvenir que j'en conserve est moins la hargne des journalistes que la trouille des politiques ! », raconte Alain Lambert, ex-rapporteur du budget au Sénat.

Juppé tient bon face à la fronde, mais offre une première concession à la profession (erreur !), la création d'un fonds budgétaire pour compenser la hausse d'impôts que subiront les journalistes. Parallèlement, des négociations sont engagées avec les syndicats. Elles aboutirent sous Jospin. Il fut décidé de rétablir l'avantage fiscal, mais sous une forme "un peu plus juste" : au lieu des 30%, les journalistes peuvent dorénavant déduire 50.000 F soit 7.650 euros de leurs revenus, une mesure qui favorise les bas salaires et limite l'avantage pour les plus riches. Il reste que les journalistes sont les seuls à bénéficier de la mesure. Michel Diard, ancien secrétaire général du SNJ-CGT (Syndicat national des journalistes) qui a participé à la négociation, ne voit qu'une explication: «La profession s'est mobilisée, les autres ne l'ont pas fait suffisamment».

Comment justifier cette différence de traitement face à l'impôt? «On considère que le travail du journaliste ne s'arrête jamais, répond Michel Diard (sic). Même en vacances, le journaliste doit se tenir au courant, acheter les journaux, regarder le JT de 20h (on croit rêver !), consulter les infos sur Internet, ce qui a des coûts (oui, oui, lisez plusieurs fois !!) non pris en compte par l'entreprise de presse».

En 2008 les journalistes demandèrent à Nicolas Sarkozy le rétablissement de l'abattement de 30% ; celui-ci refusa, ce qui lui attira les foudres du monde journalistique... De ce jour date la campagne anti-Sarkozy.
Avant les primaires les syndicats de journalistes vinrent demander à François Hollande de rétablir l'abattement de 30% pour les journalistes ; une certaine Valérie Massonneau (plus connue sous le nom de Valérie Trierweiler) fut la porte-parole des journalistes accompagnée d'une certaine d'Audrey Pulvar.
François Hollande leur a promis qu'il leur rétablirait ce droit dès septembre 2012. Et il est certain que Valérie Trierweiler et Audrey Pulvar sauront le lui rappeler.

Bientôt des déductions à 6 chiffres !
Audrey Pulvar et David Pujadas gagnent aux environs de 12 000 euros par mois (fois 13 ?), ils pourraient donc déduire 46 800 euros annuels ; Laurence Ferrari gagnant 400 000 euros annuels, cela lui fait une déduction de 120 000 euros ; Jean-Michel Apathie 40 000 euros par mois (fois 12 ?), soit une déduction de 144 000 euros. Alain Duhamel 56 000 euros par mois, déduction de 201 600 euros, etc, etc...

Mais les journalistes en veulent plus !
Dernièrement, les journalistes de l’audiovisuel ont réclamé le droit à un abattement fiscal de 40 % de leur revenu, dont 10% au titre du remboursement des « frais esthétiques » pour être présentables devant les caméras. Comme si cela devait être à la charge du spectateur contribuable, et non de l'employeur !

Tous ces journalistes qui crachent sur les riches, et qui n'avaient pas de mots assez forts pour dénoncer le "Sarko bling bling" savent bien protéger leurs intérêts et leurs avantages fiscaux.

Une garantie anti-contrôle fiscal
Ce double remboursement est d’autant plus scandaleux que l’article 81 du Code général des impôts précise que les frais professionnels des journalistes « sont toujours réputés utilisés conformément à leur objet et ne peuvent donner lieu à aucune vérification de la part de l’administration ». Cela veut donc dire que les défraiements de journalistes ne peuvent faire l’objet d’aucun contrôle fiscal !

42500 journalistes au moins bénéficieront de cet avantage. Peu importe que l’activité de journaliste soit exercée à temps plein ou à temps partiel ! Peu importe que le journaliste soit détenteur d’une carte de presse ou non ! On peut aussi se déclarer journaliste fiscalement sans carte de presse ! Et des proches de journalistes, se déclarent journalistes, sport très prisé chez les amis de l'Humanité et du Canard Enchainé.Tout le monde comprend bien l'injustice de la mesure et le problème éthique. Dans ce débat, les journalistes sont juge et partie puisqu'ils ont le pouvoir de mobiliser l'opinion publique. Ce n'est pas plus glorieux que les parlementaires qui votent eux-mêmes leur rémunération.

N'en doutons pas, cette loi sera votée, et vous pouvez être sûrs que cela ne fera pas la une du journal de 20h.
Pour François Hollande, il est important d'avoir la majorité des journalistes à ses côtés afin de nous faire avaler tous les mensonges de sa future politique. Ce qu'avait parfaitement compris François Mitterrand.

Coût pour le pays : au bas mot, 150 M€ actuellement et bien sûr beaucoup plus si l'abattement de 30 % est accordé...



Prof2tout

"une visite debout par un journaliste couché,"
J'aime bien cette expression ! lol



Aucunavis

Ces derniers bénéficient encore aujourd'hui d'une "niche fiscale" créée en 1934.
Une déduction d'impôt corporatiste coûteuse pour les contribuables ! ...
Un privilège qui n'a plus de justifications ! ...
Une garantie anti-contrôle fiscal. ...
Et les journalistes en veulent plus : -40% d'impôts pour usage de mascara !



Starlight

Oui voilà mais justement, je crois que la future plateforme culturelle va fusionner Culturebox et le site de France Culture (exactement comme FranceTVinfo et France Info ont fusionné pour donner Franceinfo). Pareil pour la plateforme jeunesse qui va agréger les contenus de France TV et de Radio France, etc...
Je suis bien d'accord ensuite pour dire que les contenus devront être attractifs. Mais si j'en juge par le succès de la plateforme Franceinfo dont le public est assez jeune, je pense qu'il y a de l'espoir.



Aucunavis

il est beau aussi.



comments powered by Disqus
Sur le même thème
l'info en continu
"Qui veut gagner des millions ?" : Une mini-série en préparation sur une tricherie intervenue dans le jeu
Séries
"Qui veut gagner des millions ?" : Une mini-série en préparation sur une tricherie...
"La chanson challenge" : Quand Zazie reprend... "Basique" d'Orelsan !
TV
"La chanson challenge" : Quand Zazie reprend... "Basique" d'Orelsan !
"A tous les garçons que j'ai aimés" : Un troisième film annoncé pour Netflix
SVOD
"A tous les garçons que j'ai aimés" : Un troisième film annoncé pour Netflix
Audiences samedi : Les JT de TF1 en forme, Nikos Aliagas en hausse
Audiences
Audiences samedi : Les JT de TF1 en forme, Nikos Aliagas en hausse
Audiences : "Commissaire Magellan" leader, "La chanson challenge" s'impose sur les ménagères
Audiences
Audiences : "Commissaire Magellan" leader, "La chanson challenge" s'impose sur les...
Jean-Michel Larqué fait son retour sur RMC... un an après être parti en retraite !
Radio
Jean-Michel Larqué fait son retour sur RMC... un an après être parti en retraite !
Vidéos Puremedias