Europe 1 : Un salarié de la station renvoyé en correctionnelle pour "harcèlement moral et sexuel"

Partager l'article
Vous lisez:
Europe 1 : Un salarié de la station renvoyé en correctionnelle pour "harcèlement moral et sexuel"
Europe 1
Europe 1 © DR
Plusieurs femmes ont déposé plainte contre ce délégué syndical pour des faits qui se seraient déroulés entre 2013 et 2018.

L'Inspection du travail a refusé son licenciement. Selon "Le Parisien", Kamel A., un délégué syndical CFTC, en poste depuis près de 15 ans à Europe 1, est renvoyé le 7 mai prochain devant le tribunal correctionnel de Paris pour "harcèlement moral" et "harcèlement sexuel". Entre avril et juillet dernier, cinq femmes ont déposé plainte contre ce responsable des jeux pour des faits qui se seraient déroulés entre le 1er août 2013 et le 3 juillet 2018. Ces victimes supposées sont chef de production programmatrice, chargée des ressources humaines et également secrétaire administrative.

À lire aussi
"Vous êtes fatigant !" : Thomas Piketty exaspéré par Patrick Cohen dans "C à vous"
TV
"Vous êtes fatigant !" : Thomas Piketty exaspéré par Patrick Cohen dans "C à...
Le journaliste Claude Sempère (France 2) est mort
TV
Le journaliste Claude Sempère (France 2) est mort
France Télévisions : "C'est pas sorcier" revient dans une nouvelle version
TV
France Télévisions : "C'est pas sorcier" revient dans une nouvelle version

"Si tu te penches, je te mets neuf mois"

D'après l'avis d'audience que le quotidien francilien a pu consulter, celui qui déteint plusieurs mandats syndicaux au sein du groupe Lagardère est accusé d'avoir insulté une salariée de couleur chargée du planning radio. "Les noirs ne savent rien faire, qu'ils aillent tous mourir avec Ebola", aurait lancé Kamel A. à la plaignante. Le membre du comité d'entreprise aurait également adressé des messages malveillants via des SMS évoquant ses "cendres qu'UPS pouvait rapatrier à Dakar pour 200 euros", selon le document du "Parisien".

Le salarié d'Europe 1 est aussi pointé du doigt pour avoir tenu "de façon répétée des propos à connotation sexuelles" envers une chargée des ressources humaines. "Si tu te penches, je te mets neuf mois", aurait lâché Kamel A. lorsqu'une plaignante était à la photocopieuse. "Je vais tout faire pour que tu aies un CDI et à ce moment-là tu me laisseras te rouler une pelle et faire ce que j'ai envie de faire", aurait-il également déclaré.

"Les faits ne sont pas établis"

Après les dépôts de plaintes, le responsable des jeux de la station a été placé en garde à vue en septembre dernier pendant 34 heures avant de ressortir libre. De son côté, la direction d'Europe 1 a effectué une demande de licenciement pour motif disciplinaire auprès du ministère du Travail, procédure obligatoire pour un responsable syndical. Soutenant Kamel A. depuis le début de l'affaire, l'Inspection du travail a refusé son licenciement. "Les faits ne sont pas établis. L'existence d'un comportement fautif n'est pas établie", a écrit l'inspectrice dans sa décision administrative.

Les dirigeants de la radio du groupe Lagardère compte engager un recours auprès du ministère du Travail, a affirmé l'avocat d'Europe 1, maître Thierry Romand, au "Parisien". "L'inspectrice du travail a pris une décision incompréhensible. C'est une double peine pour ces salariées qui, victimes de harcèlement, sont désormais traitées d'affabulatrices, sans compter qu'elles croisent dans les couloirs le regard moqueur de celui qu'elles ont accusé", a déclaré le conseil de la station.

Une plainte contre Europe 1 de Kamel A.

Pour sa part, le délégué syndical accusé nie l'ensemble des faits qui lui sont reprochés et a même déposé plainte pour "harcèlement moral" et "discrimination". Selon l'Inspection du travail, Kamel A. ferait l'objet d'un "harcèlement discriminatoire" de la part d'Europe 1 en raison de l'exercice "pugnace" de ses mandats syndicaux. Selon l'avocat de Kamel A, la plainte est "antérieure à son renvoi en correctionnelle". Par ailleurs, le conseil estime que la direction de la radio a manipulé certains salariés qui ont porté plainte contre son client.

commentaires
Veuillez désactiver votre bloqueur de pub (Adblock) pour ce site afin d'afficher l'intégralité des commentaires et en publier.
Saguilar

Bizarre cette affaire. Qui croire ?



Misterpoussin

Il est évident que c'est une source interne qui transmet tout ça à la presse. L'ambiance à l'air d'être délétère dans les couloirs de cette radio avec des gens qui se détestent royalement et qui règlent leurs comptes à coups de révélations... que les concurrents sont ravis de reprendre. Plus que jamais, ça sent la fin de règne chez E1.



Steph3333

Pourquoi matraquer Europe 1 ? Ce genre d'affaires se déroule partout et se termine en correctionnel s'il y a mise en examen.
Des cons, il y en a partout, dans le public, dans le privé. Ce n'est pas une espèce en voie de disparition.



pierre_antoine

Je ne pense pas que l'on puisse parler de "bad buzz" vu que la station prend la défense des accusatrices et s'oppose à l'administration. Et par rapport à sa relance ca peu jouer en interne mais pas plus, la plupart des gens n'entendront pas parler de cette affaire.



comments powered by Disqus
Sur le même thème
l'info en continu
Tous les programmes de la télé du 28 décembre 2019 au 3 janvier 2020
Programme TV
Tous les programmes de la télé du 28 décembre 2019 au 3 janvier 2020
"The Voice" 2020 : Une salle de concert et de nouvelles règles pour la finale
TV
"The Voice" 2020 : Une salle de concert et de nouvelles règles pour la finale
Netflix adapte en film d'animation un livre de Paul McCartney
SVOD
Netflix adapte en film d'animation un livre de Paul McCartney
L'année médias 2019 vue par... Sandy Heribert
Interview
L'année médias 2019 vue par... Sandy Heribert
Guerre des contenus : France Télévisions à l'offensive dans la fiction internationale
TV
Guerre des contenus : France Télévisions à l'offensive dans la fiction...
Grève : Une journaliste de CNews embrassée de force durant un duplex
TV
Grève : Une journaliste de CNews embrassée de force durant un duplex
Vidéos Puremedias