Eurovision : Les règles de sélection des candidats évoluent

Partager l'article
Vous lisez:
Eurovision : Les règles de sélection des candidats évoluent
Salvador Sobral et Jamala, gagnants de l'Eurovision 2017 et 2016
Salvador Sobral et Jamala, gagnants de l'Eurovision 2017 et 2016 © Abaca
Suite à l'exclusion de la candidate russe cette année, l'UER a édicté des règles plus strictes.

L'UER serre la vis. L'Union européenne de radiodiffusion n'est pas encore tout à fait remise des polémiques qui ont accompagné l'édition 2017 de l'Eurovision, comme l'atteste un nouveau document édictant des règles plus strictes pour la participation au grand concours européen de la chanson dès 2018, année où le Portugal accueillera l'événement.

À lire aussi
Audiences : "Fort Boyard" devancé par "Roches noires", TF1 au plus bas avec Franck Dubosc
TV
Audiences : "Fort Boyard" devancé par "Roches noires", TF1 au plus bas avec Franck...
Audiences : Journée noire hier pour TF1
Audiences
Audiences : Journée noire hier pour TF1
"Koh-Lanta" : Les 24 candidats des "4 Terres"
TV
"Koh-Lanta" : Les 24 candidats des "4 Terres"

Les pays doivent mieux choisir leurs candidats

L'UER souhaite à tout prix éviter qu'un candidat à l'Eurovision se retrouve dans la même situation que Yulia Samoylova, la chanteuse sélectionnée par la Russie pour l'édition 2017. L'Ukraine, qui accueillait l'événement, a en effet interdit à la jeune femme d'entrer sur son territoire, et donc de participer au concours, suite à un concert donné par l'artiste en 2015 en Crimée, annexée par la Russie. Pour entrer sur le territoire, l'artiste n'avait pas demandé d'autorisation, ce qui constitue un délit aux yeux des autorités ukrainiennes.

Désormais, les pays qui participent doivent s'assurer que leur candidat ne risque pas de poser problème au pays organisateur. "Ni l'artiste choisi, ni aucun membre de la délégation ne doivent avoir un quelconque antécédent qui pourrait pousser les autorités du pays organisateur à lui refuser l'accès au pays organisateur, en accord avec les lois nationales", annonce ainsi très formellement l'UER. Si cette règle avait été en vigueur cette année, la Russie n'aurait pas pu sélectionner un artiste ayant chanté en Crimée sans autorisation de l'Ukraine.

La menace d'un changement de chaîne

Au passage, l'UER rappelle que toute "forme de propagande politique durant l'événement ou dans les chansons" est interdite et que les jurys nationaux ne peuvent pas inclure des membres qui seraient de près ou de loin liés à des chansons ou artistes en compétition. Enfin, l'UER insiste sur la nécessité pour le pays organisateur et son diffuseur de respecter les délais dans la préparation du concours. Si la chaîne concernée ne s'y pliait pas, l'UER aurait désormais le droit de casser son contrat et de proposer à une autre chaîne nationale de retransmettre le concours. Une nouvelle façon de rappeler les nombreuses difficultés qui ont accompagné l'édition ukrainienne, et qui ont valu à la chaîne publique UA:PBC une amende conséquente.

l'info en continu
Roselyne Bachelot candidate des "Reines du Shopping" sur M6 !
TV
Roselyne Bachelot candidate des "Reines du Shopping" sur M6 !
"Grand hôtel" : La mini-série avec Carole Bouquet démarre le 3 septembre sur TF1
Programme TV
"Grand hôtel" : La mini-série avec Carole Bouquet démarre le 3 septembre sur TF1
Tous les programmes de la télé du 29 août au 4 septembre 2020
Programme TV
Tous les programmes de la télé du 29 août au 4 septembre 2020
"Quotidien", Hanouna, "C à vous", "28 minutes"... : Les access font leur rentrée le 31 août
Programme TV
"Quotidien", Hanouna, "C à vous", "28 minutes"... : Les access font leur rentrée...
"C l'hebdo" accueille deux nouvelles recrues
TV
"C l'hebdo" accueille deux nouvelles recrues
Lagardère : Bolloré et Amber s'allient pour réclamer 4 sièges au conseil de surveillance
Business
Lagardère : Bolloré et Amber s'allient pour réclamer 4 sièges au conseil de...
Vidéos Puremedias