Fleur Pellerin sur Vincent Bolloré : "C'est toujours difficile de prouver une intervention sur la ligne éditoriale"

Partager l'article
Vous lisez:
Fleur Pellerin sur Vincent Bolloré : "C'est toujours difficile de prouver une intervention sur la ligne éditoriale"
Fleur Pellerin
Fleur Pellerin © Abaca
La ministre annonce des mesures pour garantir l'indépendance éditoriale des chaînes privées comme la création d'un statut de "lanceur d'alerte".

Fleur Pellerin se veut toujours aussi prudente sur le cas Vincent Bolloré. Dans "Society" cette semaine, la ministre de la Culture a de nouveau été interrogée sur les interventions supposées du patron de Canal+ sur la ligne éditoriale de ses chaînes.

À lire aussi
Présidentielle : Bruce Toussaint défend "le travail sérieux" des instituts de sondage sur BFMTV
Politique
Présidentielle : Bruce Toussaint défend "le travail sérieux" des instituts de...
Présidentielle : Cyril Hanouna dévoile le nom et le concept de son émission politique
Politique
Présidentielle : Cyril Hanouna dévoile le nom et le concept de son émission...
"20h22" : France 2 lance aujourd'hui son nouveau rendez-vous politique
Politique
"20h22" : France 2 lance aujourd'hui son nouveau rendez-vous politique
Anne Hidalgo : "Eric Zemmour n'est pas un fait politique. C'est un fait médiatique qui nous est imposé"
Politique
Anne Hidalgo : "Eric Zemmour n'est pas un fait politique. C'est un fait médiatique...

"Parfois, il peut 'juste' y avoir de l'autocensure"

Une nouvelle fois, Fleur Pellerin n'a pas souhaité mettre en cause le patron de Canal+. "C'est un sujet complexe car ce que prévoyait la loi, c'était des conflits d'intérêts avec des groupes qui bénéficiaient de marchés publics. C'étaient les années 1980. On est moins dans cette situation, on est ici davantage confronté à l'intervention d'un actionnaire sur la ligne éditoriale", explique-t-elle dans un premier temps.

Et d'ajouter : "C'est toujours difficile de prouver une intervention. Parfois, il peut 'juste' y avoir de l'autocensure", oubliant visiblement que Médiapart et Le Monde ont tous deux enquêté sur des interventions directes du milliardaire breton concernant des reportages ou des documentaires. Selon le site d'information d'Edwy Plenel en octobre, la direction de Canal+ aurait même assumé devant des représentants des salariés la censure d'un documentaire sur le Crédit Mutuel.

Le 29 septembre dernier, Fleur Pellerin s'était déjà montrée très prudente sur ce même sujet. "Aucune enquête n'a pour l'instant révélé s'il y avait eu une intervention directe", avait-elle assuré, oubliant une nouvelle fois les travaux de "Mediapart" ou du "Monde". "S'il s'avérait qu'il y a des interventions directes, des annonceurs, de l'actionnaire, sur une chaîne pour déprogrammer des programmes qui dérangent, il faudrait sans doute que j'évoque ce sujet avec le CSA", avait-elle conclu avec témérité ce jour-là.

"Créer un statut de lanceur d'alerte"

Si la ministre reste prudente sur le cas Bolloré, elle tient malgré tout à annoncer plusieurs mesures pour se prémunir d'éventuelles interventions à l'avenir. Fleur Pellerin compte ainsi "généraliser la signature de chartes entre les chaînes et le CSA, comme cela existe déjà pour les chaînes d'information en continu". "Notre levier, c'est la fréquence", estime-t-elle. "Une fréquence hertzienne est une partie du domaine public donc, en échange de son occupation, on peut demander des garanties en termes de pluralisme des idées et d'indépendance des rédactions", ajoute Fleur Pellerin.

Au cas où ces chartes ne suffiraient pas à faire trembler les patrons des groupes médias, la ministre de la Culture propose aussi de "généraliser les comités d'éthique dont la composition serait validée par le CSA". Un comité que Vincent Bolloré s'est déjà engagé à mettre en place à Canal+ lors d'une récente audition devant le CSA. Dernière idée de la ministre : "créer un statut de lanceur d'alerte" dans les chaînes, comme "cela existe dans l'industrie pharmaceutique".

Fleur Pellerin conclut sur le sujet en saluant l'ambition de Vincent Bolloré pour Canal : "Il est dans une logique de grand groupe média intégré et mondial. Sur le papier, c'est la constitution d'un groupe puissant, ce n'est pas négatif, d'autant que Canal était, il n'y a pas si longtemps, une proie pour un acquéreur étranger", souligne-t-elle.

Pellerin
Pellerin
Festival de Cannes des séries : Fleur Pellerin nommée présidente
Fleur Pellerin dit adieu à la politique et monte son entreprise
Fleur Pellerin "fière de son bilan d'action", moins de son "bilan de communication mitigé"
Fleur Pellerin évoque en chansons son départ du gouvernement
Voir toute l'actualité sur Pellerin
l'info en continu
Football : Les commentaires des stations locales de France Bleu disponibles sur le site de "L'Equipe"
Internet
Football : Les commentaires des stations locales de France Bleu disponibles sur le...
Michel Cymès réclame le retour de son émission "Ça ne sortira pas d'ici" sur France 2
TV
Michel Cymès réclame le retour de son émission "Ça ne sortira pas d'ici" sur...
Audiences : Record historique pour Pascal Praud et Jean-Marc Morandini sur CNews
Audiences
Audiences : Record historique pour Pascal Praud et Jean-Marc Morandini sur CNews
Tirage au sort et poules : "The Voice All-stars" inaugure des règle inédites pour sa demi-finale samedi
TV
Tirage au sort et poules : "The Voice All-stars" inaugure des règle inédites pour...
"Le meilleur pâtissier" : Une candidate jette son gâteau à la poubelle, Cyril Lignac et Mercotte consternés
TV
"Le meilleur pâtissier" : Une candidate jette son gâteau à la poubelle, Cyril...
Elisabeth Badinter : "'Le Monde' a de toute évidence adopté l'idéologie 'woke' et intersectionnelle"
Presse
Elisabeth Badinter : "'Le Monde' a de toute évidence adopté l'idéologie 'woke' et...