Florent Houzot (beIN Sports) : "Après la Coupe du monde, l'objectif est de garder un maximum d'abonnés"

Partager l'article
Vous lisez:
Florent Houzot (beIN Sports) : "Après la Coupe du monde, l'objectif est de garder un maximum d'abonnés"
Florent Houzot, directeur de la rédaction de beIN Sports.
Florent Houzot, directeur de la rédaction de beIN Sports. © beIN Sports
A l'occasion de la Coupe du monde de football en Russie, le directeur de la rédaction de la chaîne sportive s'est confié auprès de puremedias.com.

puremedias.com au rythme de Moscou. A l'occasion de la Coupe du monde de football, qui aura lieu en Russie du 14 juin au 15 juillet, les personnalités de l'univers du ballon rond se confient pendant un mois pour parler du mythique tournoi de football et de leurs actualités à la télévision ou à la radio. Ainsi, Florent Houzot, directeur de la rédaction de beIN Sports a répondu à notre sollicitation.

À lire aussi
Diffusion Coupe du monde féminine 2019 : Le calendrier des retransmissions chaîne par chaîne
Sport
Diffusion Coupe du monde féminine 2019 : Le calendrier des retransmissions chaîne...
Maxime Le Forestier flingue la "putain d'émission de merde" de Thierry Ardisson
Musique
Maxime Le Forestier flingue la "putain d'émission de merde" de Thierry Ardisson
"Je suis une célébrité, sortez-moi de là" : Les 11 célébrités du jeu de TF1
TV
"Je suis une célébrité, sortez-moi de là" : Les 11 célébrités du jeu de TF1

Propos recueillis par Florian Guadalupe. Entretien réalisé le 17 mai.

Partie Coupe du monde

puremedias.com : Quel est votre meilleur souvenir d'une Coupe du monde ?
Florent Houzot : C'est évidemment la finale de 1998. J'étais à l'époque à France Télé. Une Coupe du monde, c'est une compétition prestigieuse. Il y a beaucoup d'images qui restent en tête, comme le but en or de Laurent Blanc, les deux buts de Thuram et les images sur les Champs-Elysées.

Ils ont dit
"Une Coupe de monde, ce sont toujours des surprises, bonnes et mauvaises. Parfois, de grandes nations peuvent échouer sur un match"
Florent Houzot

Quel est le plus mauvais souvenir ?
C'est peut-être cette élimination face à l'Allemagne en 1982. Les mauvais souvenirs, ce sont évidemment les éliminations. Ce match France/Allemagne m'avait marqué puisqu'il y avait Marius Trésor et Alain Giresse qui avaient mis des buts. On menait 3-1. Les Allemands étaient revenus au score et nous avaient éliminés. A l'époque, on appelait ça la malédiction française. Elle s'est arrêtée en 1998.

Quel joueur a marqué ce début de siècle ?
Plutôt Ronaldo. Sur les 18 dernières années, on peut en avoir deux. Il y a aussi Zidane.

Qui sera la surprise pour cette Coupe du monde en Russie ?
Je pense qu'il peut y avoir un collectif français qui peut aller loin. Pour le moment, l'équipe de France n'est pas la grande favorite. Mais il vaut mieux ne pas être grande favorite, comme pour l'Euro 2016, et aller en finale. Une Coupe du monde, c'est un collectif. On aura toujours un joueur qui sera décisif dans les dernières secondes. Moi, je préfère retenir un collectif et pas une individualité.

Les Bleus peuvent-ils aller jusqu'au bout ?
Oui, avec une autre nation qui est, à mon avis, le Brésil. L'échec à domicile chez eux en 2014 reste quelque chose de difficile à vivre. Maintenant, une Coupe de monde, ce sont toujours des surprises, bonnes et mauvaises. Parfois, de grandes nations peuvent échouer sur un match.

Partie Médias

Ils ont dit
"Une Coupe du monde, ce n'est pas 25 matchs, ce n'est pas seulement les matchs de l'équipe de France"
Florent Houzot

Comment abordez-vous cette Coupe du monde sur beIN Sports ?
Très bien ! Contrairement aux précédentes, il n'y a pas la peur de l'inconnu ! Aujourd'hui, on est à plus de 3,5 millions d'abonnés. Il y aura de l'audience. Surtout, on a montré que ces compétitions ont permis à la chaîne de passer un cap. Un cap en notoriété ! Les gens qui n'étaient pas abonnés à beIN se sont abonnés à l'occasion de ces événements. C'est une chaîne de qualité, avec des commentateurs et des consultants de qualité. Déjà lors de la Coupe du monde au Brésil et de l'Euro en France, la couverture avait été saluée à la fois par l'audience, à la fois par le recrutement de nouveaux abonnés, mais aussi dans le cadre de la satisfaction de nos abonnés. La presse avait aussi reconnu que c'était une belle couverture. Donc, je ne suis pas du tout inquiet. Je suis pressé que ça commence, avec l'envie de faire aussi bien que les précédentes éditions. Maintenant, place au jeu ! Ce seront aussi les circonstances de la compétition, les exploits de l'équipe de France et le fait qu'elle aille loin qui vont faire en sorte que la compétition sera réussie.

Dans les grandes lignes, à quoi va ressembler cette couverture et combien de personnes seront déployées ?
Ce sont déjà plus de 20 journalistes et commentateurs qui vont être sur place en Russie. Les 64 matchs seront en intégralité. C'est la force et la spécificité de beIN. Une Coupe du monde, ce n'est pas 25 matchs, ce n'est pas seulement les matchs de l'équipe de France. Une Coupe du monde, c'est la diffusion pendant cinq semaines de 64 matchs. Tous les matchs sont importants. C'est une compétition qui se vit en intégralité. La seule chaîne à proposer l'intégralité, c'est beIN. Ca va nous permettre - j'en suis sûr - de marquer une étape importante de la chaîne.

Ils ont dit
"Plus le PSG aurait été loin en Ligue des Champions, plus on aurait battu des records d'audience et potentiellement séduit de nouveaux abonnés"
Florent Houzot

Vous attendez-vous à des records d'audience ?
Evidemment que le record de la chaîne sera battu. C'est clair et net. Sur quel match ? C'est un peu difficile à dire. Potentiellement, sans connaître l'affiche, peut-être que le quart de finale en exclusivité sur beIN Sports sera puissant. Mais presque tous les jours, pendant la Coupe du monde, nous battrons des records. Le fait que la compétition est co-diffusée sur un certain nombre de matchs ne sera pas un handicap, au contraire. Aujourd'hui, les abonnés regardent la Coupe du monde chez nous. Ils ne s'abonnent que pour beIN Sports. Ce n'est pas comme les bouquets de chaînes. Notre objectif est de réaliser des performances en audience, mais aussi d'aller recruter de nouveaux abonnés.

Vous avez une équipe de consultants très fournie. Comment va-t-elle se différencier de vos concurrents ?
On n'a pas besoin de se différencier. Nos abonnés apprécient nos commentateurs et nos consultants. Ils les retrouvent à longueur de semaine sur les différents championnats. Ca veut dire qu'ils sont très bien préparés. Ils connaissent tous les joueurs qui vont participer, à travers la Ligue 1, la Ligue 2, la Bundesliga, la Serie A, la Liga, la Ligue des Champions et la Ligue Europa. Ils vont prendre l'avion, arriver en Russie, se poser en position de commentateur et faire ce qu'ils savent faire. C'est pour ça qu'on n'avait pas besoin de nouveaux consultants pour notre dispositif. Le nouveau sur la Coupe du monde, c'est Arsène Wenger. Mais il l'a déjà été lors de l'Euro 2016. Il a l'habitude d'être au bord du terrain en tant que coach, il a cette vision intéressante dans l'analyse. On a des consultants dédiés aux commentaires et dédiés aux analyses. Tout ça est complémentaire.

Cette saison, beIN Sports a enregistré des records d'audience avec le Paris-Saint-Germain en coupe d'Europe. Le parcours du club parisien s'est arrêté brutalement face au Real Madrid. De quelle manière cela a-t-il impacté la chaîne ?
Plus le Paris-Saint-Germain aurait été loin dans la compétition, plus on aurait battu des records d'audience et potentiellement séduit de nouveaux abonnés. On a quand même réalisé lors des rencontres entre le Bayern Munich et le Real en demi-finale de très bons scores. L'idée est de continuer de progresser. On progresse avec des affiches prestigieuses. Après la Coupe du monde, l'objectif est de garder un maximum d'abonnés. On a toujours réussi à en garder une bonne partie. Les gens découvrent surtout la chaîne à travers des événements comme la Coupe du monde.

Ils ont dit
"C'est malheureux de perdre la Ligue des Champions et la Ligue Europa"
Florent Houzot

La chaîne appartient à beIN Media Group dirigé par Nasser Al-Khelaïfi, le président du Paris-Saint-Germain. Avez-vous une totale liberté de parole pour évoquer le club de la capitale ?
On l'a toujours eue. Le président de beIN Sports France n'est pas Nasser Al-Khalaïfi, c'est Yousef Al-Obaidly. C'est lui qui dirige au quotidien la chaîne. Ce sont deux choses complètement séparées, la chaîne et le club. Si c'était deux choses liées, on aurait tous les matchs du Paris-Saint-Germain en diffusion en Ligue 1. Ce qui n'est pas toujours le cas. On est complètement indépendant éditorialement et financièrement.

Altice a récupéré les droits de la Ligue des champions et de la Ligue Europa pour la rentrée prochaine. Vous attendiez-vous à cette prise de Patrick Drahi ?
C'est le jeu ! C'est aussi le risque, la joie et le stress d'être sur une chaîne premium comme nous. On n'achète pas les droits pour 50 ans. Régulièrement, il y a des appels d'offre. L'essentiel est de continuer à offrir à nos abonnés une offre premium. C'est malheureux de perdre la Ligue des Champions et la Ligue Europa, mais on continuera à proposer à nos 3,5 millions d'abonnés une offre de qualité avec du football, mais pas que. On a un catalogue très riche de tennis, de handball, de la NBA, de la NFL. C'est ce qui fait le succès de beIN. C'est l'accumulation de tous ces sports-là. Puis, trois ans, ça passe très vite. On aura l'occasion de reconquérir ces droits quand ils reviendront sur le marché. Mais il faut aussi rappeler qu'on ne peut pas non plus acheter des droits à n'importe quel prix. Le but est de ne pas mettre en danger la pérennité de l'ensemble de la chaîne. On est installé en France dans la durée. Il faut une stratégie de long terme et regarder les acquisitions. On est confiant pour la rentrée.

Ils ont dit
"Tout le monde s'intéresse à la Ligue des Champions, tout le monde s'intéresse à la bagarre des droits et des diffuseurs. Moi, je n'entre pas dans ce cadre"
Florent Houzot

SFR semble renoncer aux droits de la Ligue 1 remis en jeu le 29 mai prochain. beIN Sports va se positionner sur ces droits ?
Je n'ai pas de commentaires là-dessus. Tous les diffuseurs préparent un dossier qui sera transmis le 28 mai. Le 29 mai, on ouvre les enveloppes. Tout se fera dans ce calendrier-là. Nos dirigeants ont souvent montré que la Ligue 1 était quelque chose d'important.

Que pensez-vous du découpage des lots ?
C'est un découpage lié au marché. Il y a une volonté affichée par la Ligue d'augmenter les droits. De toute manière, le prix, comme dans n'importe quel business, c'est l'offre et la demande. On verra le 29 mai.

La somme d'un milliard d'euros circule dans la presse concernant le prix de ces droits annuels. C'est une somme extravagante, non ?
Il faut que ce soit le juste prix. Les diffuseurs doivent payer le bon prix. C'est comme ça qu'on s'installe sur la durée. Il ne faut pas juste voir cette échéance du 29 mai avec des chiffres mirobolants. Nous, à beIN, on souhaite être installé dans la durée. Pour être installé dans la durée, il faut que les différents acteurs soient raisonnables et raisonnés.

Avec l'arrivée de RMC Sport, n'y a-t-il pas trop d'offres sportives en France ?
Je n'ai pas d'analyse à dévoiler là-dessus. Aujourd'hui, beIN Sports continue d'avoir une offre premium et une offre régulière. Quand on s'abonne à une chaîne, il faut qu'on en ait pour son argent. Honnêtement, le catalogue de beIN Sports est riche et parfois même nos abonnés nous disent : "Y'en a trop ce week-end !". On a dix chaînes et parfois on a beaucoup plus d'événements que de chaînes. C'est ça notre force et ça continuera à la rentrée. Tout le monde s'intéresse à la Ligue des Champions, tout le monde s'intéresse à la bagarre des droits et des diffuseurs. Moi, je n'entre pas dans ce cadre.

Ils ont dit
"Comme un joueur de football, il ne faut jamais retenir quelqu'un qui a envie de partir"
Florent Houzot

Aurez-vous des recrues à la rentrée ?
Depuis le lancement de la chaîne, on a une rédaction très fournie. Evidemment, on est attentif au mercato. Si on a des départs, il y aura des recrutements. Aujourd'hui, je suis fier de la rédaction que je dirige depuis 2012, avec des journalistes et des présentateurs connus et reconnus. La chaîne est une vitrine attractive pour les journalistes, pour les consultants, pour les abonnés. Moi, je le dis à mes équipes : la star à beIN, c'est beIN, ce sont les droits sportifs. En aucun cas, ce ne sont les dirigeants, les commentateurs, les journalistes. C'est un succès collectif.

Omar Da Fonseca serait en partance vers RMC Sport...
On a fait la présentation du dispositif de la Coupe du monde. Omar Da Fonseca sera en Russie pour beIN. Omar Da Fonseca est un malade de la Liga. On a les droits de la Liga pour plusieurs saisons en exclusivité sur beIN. Quand vous êtes passionné de sport ou que vous êtes un fan de sport à la télé, vous vous abonnez pour une chaîne qui vous en propose tous les jours. Le connaissant, Omar est un passionné de football au quotidien, jour et nuit. Il a besoin d'avoir des matchs à commenter toutes les semaines.

Il sera là à la rentrée ?
Il sera là à la rentrée et il sera là pour commenter son championnat favori, la Liga, qui est un championnat très important pour beIN Sport. Pour moi, Omar sera à beIN Sports. Encore une fois, je le répète, la star, c'est beIN Sports. Après, les uns et les autres choisissent d'aller vivre leur aventure. Beaucoup sont là depuis le lancement de la chaîne. Omar fait partie de beIN depuis 2012. Chacun fait ce qu'il veut.

Selon nos informations, Alexandre Ruiz serait également sur le départ cet été ?
Je ne m'amuse pas du tout à rentrer dans ce jeu du mercato. Pour moi, le mercato, ce sont des discussions qui font partie de la vie des entreprises, avec parfois des gens qui veulent partir. Aujourd'hui, il n'y a aucune discussion à ce sujet. Pour moi, il n'y a aucun problème. Après, comme un joueur de football, il ne faut jamais retenir quelqu'un qui a envie de partir. Mais contrairement à une équipe de foot où la force du club, ce sont les joueurs, là, la force de beIN Sports, ce sont les droits. Je ne veux pas commenter des rumeurs, à l'image de ce qu'on peut lire sur les joueurs ou les entraîneurs. Je sais que ça intéresse le petit monde du microcosme, c'est tout à fait normal.

Florent Houzot
Florent Houzot
commentaires
Veuillez désactiver votre bloqueur de pub (Adblock) pour ce site afin d'afficher l'intégralité des commentaires et en publier.
arnaud392

Oui, enfin t'as d'autres sports que le foot sur bein. Si t'y étais abonné que pour la ldc, ça valait déjà pas trop le coût à la base ..



arnaud392

Ça me paraît compliqué pour les diffuseurs de pas aller au prix de réserve de la ligue. Le deuxième appel d'offre prévu en 2020 me paraît tellement n'importe quoi. Aucune chaîne ne voudra prendre de risques de jouer ça si tard...



L'avis de Zouzou

D'accord avec toi : je n'ai jamais regardé un autre sport que le foot sur Bein et je n'irai jamais sur une offre pour un animateur même si j'aime bien Ruiz.



L'avis de Zouzou

Abonné du premier jour, j'ai décidé de quitter Bein après la Coupe du Monde. Je paye l'abonnement en grande partie pour la Ligue des Champions et la Ligue Europa. Sans ces compétitions, le prix mensuel de 15 euros est trop élevé pour des petites affiches de Ligue 1 et quelques chocs européens par ailleurs disponibles sur d'autres plateformes (sites de paris notamment).



Medion

La ligue 1 devrait rester leur priorité surtout avec le découpage future. Cela devrait leur assurer des temps d'antenne important.
Par contre, on enterre Altice assez rapidement, la société s'est endettée de manière importante alors 1 Milliards de plus ou de moins on est pas à ça près :)



Stéphane Jardin

Grosse langue de bois de Houzot, gros adepte de métaphores à deux euros .
Faut qu'il arrête avec son hand, sa NFL... Ce sont des niches.
Quant à ceux qui essayent de débaucher Ruiz, je leur conseille de garder leur argent . Il n'y a pas un téléspectateur qui change d'abonnement pour un présentateur . Le mec dingue de LDC, il veut voir les matchs, il se fout du type en costard sur la pelouse.



guilem2

S'ils doivent reprendre tout ou partie d'un droit perdu, maintenant que SFR est à la diète, je les vois bien se partager le foot anglais avec Be In aussi. Ca compenserait leur perte respective de la C1.



Pfff

Sauf que Canal estime que vu qu'elle propose BeIn dans la plupart de ses offres, que ça soit elle ou BeIn qui diffuse, c'est plus tres grave.



Furious Angel

La LFP a pas de bol de passer après la fin du délire SFR. Ca a dégonflé leurs jolis projets.



Furious Angel

Un statu quo serait le mieux. BeIn ne veut pas investir plus et pour Canal, garder un droit est déjà une victoire.

Si Canal était bien gérée, il chercherait à en reprendre plus mais après tant d'échecs, garder les affiches sera déjà pas mal.



guilem2

Je vois bien Canal et Be In s'entendre sur la L1.



guilem2

Oui, ils ont tout intérêt à reporter.



Furious Angel

Le découpage tordu de la Ligue est quand même adapté au contexte actuel... Mais le consommateur sera perdant.

Repousser à 2020, ça serait ouvrir la voie à Netflix et Amazon, qui vont probablement se renforcer sur le sport d'ici là.



guilem2

Interview très instructive. Je ne crois pas avoir lu ailleurs que Da Fonceca et Ruiz était partants. M6, pour Alexandre Ruiz?



lalo-19

La finale de la Coupe du Monde 1998 était aussi sur France TV ? J'étais petit mais je crois que c'était une co-diffusion TF1/Canal+, non ?
Sinon, curieux de savoir si beIN va perdre un peu ou beaucoup d'abonnés car la Ligue des Champions et la Ligue Europa étaient leur produit premium n°1. Heureusement, même s'ils n'ont pas le premium du premium (meilleur de la Ligue 1, Top 14...), ils leur restent du volume de droits très importants. Contrairement à Canal+ qui, si elle perd la Ligue 1, n'aura plus le nec plus ultra, ni le volume de droits pour faire illusion.
A mon avis, à l'ouverture des enveloppes mardi prochain, la Ligue va annuler l'appel d'offres pour montants insuffisants (des sommes planchers ont été déposées sous pli chez un huissier d'après ce que j'ai compris) et le reporter au printemps 2020 juste avant la nouvelle saison. Ce qui sera d'une dangerosité incroyable pour les acteurs payants.



Furious Angel

Grosse langue de bois dès qu'il s'agit d'évoquer les vrais sujets...

Le fait est que l'après Coupe du Monde va être dur pour BeIn. La perte de la ligue des champions va faire perdre des abonnés. Et sans la L1 ils sont foutus.

Ils ont rationalisé leurs dépenses pour perdre moins d'argent, mais il doivent à tout prix garder la L1. Leur chance c'est qu'Altice doit arrêter les investissements débiles et que Canal est incapable de bien négocier des droits.



comments powered by Disqus
Sur le même thème
l'info en continu
Bernard Glass quitte RTL après 45 ans de carrière
Radio
Bernard Glass quitte RTL après 45 ans de carrière
"Le village préféré des Français" de Stéphane Bern migre ce soir sur France 3
Programme TV
"Le village préféré des Français" de Stéphane Bern migre ce soir sur France 3
LCI : Quand Pascale de La Tour du Pin se croit encore sur BFMTV
TV
LCI : Quand Pascale de La Tour du Pin se croit encore sur BFMTV
France 3 : La saison 4 de "Grantchester" change de héros et arrive le 14 juillet
Programme TV
France 3 : La saison 4 de "Grantchester" change de héros et arrive le 14 juillet
"Ce soir-là et les jours d'après" : France 2 diffuse son téléfilm controversé sur l'attentat du Bataclan ce soir
Programme TV
"Ce soir-là et les jours d'après" : France 2 diffuse son téléfilm controversé sur...
"Mieux vaut tard que jamais" : Castaldi, Laffont, Lavil et Drevet partent en road trip pour France 3 dès le 19 juillet
Programme TV
"Mieux vaut tard que jamais" : Castaldi, Laffont, Lavil et Drevet partent en road...
Vidéos Puremedias