Giuseppe Polimeno condamné à un an de prison ferme

Partager l'article
Vous lisez:
Giuseppe Polimeno condamné à un an de prison ferme
Giuseppe condamné à un an de prison ferme
Giuseppe condamné à un an de prison ferme © Abaca
Le candidat de téléréalité est condamné pour faits de violence, harcèlement et menaces de mort.

Derrière les barreaux. Le candidat de télé-réalité Giuseppe Polimeno a été condamné par le tribunal correctionnel de Grasse à deux ans de prison dont une année avec sursis. Il est également contraint de verser 4.000 euros de dommages et intérêts à son ex-compagne Hinda, selon "Nice-Matin".

À lire aussi
Le chauffeur d'Alain Weill licencié pour faute grave... après son passage dans "C à vous"
TV
Le chauffeur d'Alain Weill licencié pour faute grave... après son passage dans "C...
Pascal Praud : "France Inter, c'est de la propagande !"
TV
Pascal Praud : "France Inter, c'est de la propagande !"
Deuxième vague : Les analyses contradictoires du "rassuriste" professeur Toussaint dans les médias
TV
Deuxième vague : Les analyses contradictoires du "rassuriste" professeur Toussaint...

"J'ai vécu l'enfer pendant deux ans"

Le 4 juillet dernier, le candidat de téléréalité révélé dans "Qui veut épouser mon fils ?" en 2010 sur TF1, a été placé en garde à vue puis en détention provisoire suite aux déclarations de deux femmes, dont son ex-compagne. Cette dernière a en effet porté plainte pour "appels téléphoniques malveillants, harcèlement et menaces de mort". Incarcéré jusqu'à son procès, Giuseppe Pilomeno ne retrouvera donc pas la liberté de si tôt puisque l'homme de 45 ans va devoir passer une année derrière les barreaux.

Lors de son procès, Hinda, son ex-compagne et mère de sa fille, a confié avoir vécu des années difficiles depuis leur séparation : "Il n'accepte pas la rupture. J'ai perdu mon emploi de directrice dans une boutique de luxe sur la Croisette car il venait toute la journée m'insulter sur mon lieu de travail. Le scandale continuait ensuite en bas de ma résidence. Il jetait des pierres sur ma terrasse. Partout où j'allais, il était là. J'ai vécu l'enfer pendant deux ans. À mes yeux, c'est un monstre, il est dangereux pour les femmes", a-t-elle confié à nos confrères de "Nice-Matin". Une plainte uniquement motivée par l'argent affirme le principal intéressé qui, selon le tribunal, aurait été jusqu'à l'appeler 131 fois par jour "pour prendre des nouvelles de (s)a fille". "J'ai une addictologie au téléphone qu'il faut que je soigne" a par la suite déclaré le candidat de télé-réalité.

Déjà condamné

Ce n'est pas la première fois que Giuseppe Polimeno comparaît devant la justice. En 2000 déjà, il avait été condamné à huit mois de prison dont un mois ferme pour violences conjugales avant de récidiver en 2012. L'ancien candidat de "Qui veut épouser mon fils ?", qui a eu droit à sa propre émission sur NRJ 12, "Giuseppe Ristorante", avait alors été condamné à verser la somme de 6.600 euros de dommages et intérêts envers son ex-femme Khadija, ainsi qu'à trois mois de prison avec sursis assortis d'une mise à l'épreuve d'une durée de cinq ans.

Sur le même thème
l'info en continu
Tous les programmes de la télé du 14 au 20 novembre 2020
Programme TV
Tous les programmes de la télé du 14 au 20 novembre 2020
"La villa des coeurs brisés" : Découvrez les candidats de la saison 6 sur TFX
Programme TV
"La villa des coeurs brisés" : Découvrez les candidats de la saison 6 sur TFX
Audiences : Quelle performance pour "La flamme", la série de Jonathan Cohen sur Canal+ ?
Audiences
Audiences : Quelle performance pour "La flamme", la série de Jonathan Cohen sur...
"Bodyguard" : France 2 diffuse la mini-série britannique événement à partir du 16 novembre
Programme TV
"Bodyguard" : France 2 diffuse la mini-série britannique événement à partir du 16...
"La Flamme" : Une saison 2 pour la série de Jonathan Cohen sur Canal+
Séries
"La Flamme" : Une saison 2 pour la série de Jonathan Cohen sur Canal+
COVID-19 : Nicolas Bedos assume son "texte excessif" appelant à résister aux mesures sanitaires
TV
COVID-19 : Nicolas Bedos assume son "texte excessif" appelant à résister aux...
Vidéos Puremedias