Nicole Scherzinger : "Les gens ont encore des stéréotypes vis-à-vis des femmes ambitieuses"

Partager l'article
Vous lisez:
Nicole Scherzinger : "Les gens ont encore des stéréotypes vis-à-vis des femmes ambitieuses"
Nicole Scherzinger
Nicole Scherzinger © Crédits : Abaca
Trois ans après avoir essayé de sortir son premier album solo, Nicole Scherzinger y parvient enfin. L'ex-leader des Pussycat Dolls évoque son changement de son, sa participation à "X Factor" ou encore son image d'artiste ambitieuse. Entretien inédit.

En octobre 2007 déjà, puremedias.com avait rencontré Nicole Scherzinger. La chanteuse des Pussycat Dolls se préparait à la sortie de son premier opus solo, "Her Name Is Nicole". Mais celui-ci n'a jamais vu le jour. Le flop des premiers singles l'a encouragée à retourner en studio, à inclure certains des titres de son album sur le deuxième opus des Pussycat Dolls et à prendre son mal en patience.

Début 2010 et voilà Nicole Scherzinger prête à retenter l'expérience. Cette fois, la chanteuse a mis toutes les chances de son côté et a travaillé depuis plus de deux ans à accroître sa notoriété en tant qu'artiste solo : membre du jury de l'émission The Sing Off sur NBC, elle a également remporté la saison 2010 de Dancing with the Stars aux Etats-Unis et a fait une apparition remarquée en tant qu'invitée dans le jury de The X Factor outre-Manche.

De passage à Paris où son planning promo était bien rempli, Nicole Scherzinger a accordé une interview à puremedias.com. Elle y évoque l'annulation de la sortie de son album en 2007, son entreprise de construction de la "marque" Nicole Scherzinger ainsi que les rumeurs qui la disent favorite pour intégrer le jury de la version américaine de The X Factor à la rentrée. Entretien.

« Les fans voulaient un album des Pussycat Dolls »



Depuis combien de temps attends-tu ton album solo ?
C'est un rêve depuis toujours. J'ai attendu et travaillé toute ma vie pour arriver à ce moment.

On s'est rencontré il y a trois ans pour la promotion de "Her Name Is Nicole" qui devait être ton premier album. Pourquoi ça n'a pas pris, selon toi ?

À lire aussi
"L'heure des Pros" : Pascal Praud et Nadine Morano s'attaquent à "Quotidien" et Gilles Pélisson
TV
"L'heure des Pros" : Pascal Praud et Nadine Morano s'attaquent à "Quotidien" et...
BFMTV et Marc-Olivier Fogiel portent plainte contre le journaliste de "Télérama" Samuel Gontier
Justice
BFMTV et Marc-Olivier Fogiel portent plainte contre le journaliste de "Télérama"...
France Inter : Sibeth Ndiaye pleure de rire pendant la chronique de Charline Vanhoenacker et Guillaume Meurice
Radio
France Inter : Sibeth Ndiaye pleure de rire pendant la chronique de Charline...


Ca aurait pris je crois mais j'ai eu le sentiment que les fans voulaient vraiment un album des Pussycat Dolls. Donc j'ai mis un certain nombre des chansons que j'avais faites pour "Her Name Is Nicole" sur "Doll Domination", le deuxième album du groupe. Et c'était génial parce que les gens ont pu écouter ces titres, on a pu partir en tournée. Je voulais respecter les fans mais aujourd'hui, le groupe s'est séparé et les filles sont parties chacune de leur côté, je pense que c'est le bon moment pour moi.

On a parlé de l'arrivée de quatre filles pour remplacer les autres Dolls, on a même annoncé leur nom dans la presse. C'était une rumeur ? Est-ce que cette possibilité a été envisagée à un moment donné ?
Quand certaines des filles sont parties, j'ai décidé que je ne voulais pas être dans un groupe avec d'autres filles. A nous cinq, on était les Pussycat Dolls. Je ne voulais pas le faire avec d'autres et c'est pour ça que je vis aujourd'hui mon rêve en solo.

Les Pussycat Dolls étaient ton troisième groupe. Est-ce que, à un moment, tu ne t'es pas dit "Je ne vais jamais m'en sortir, je vais rester dans un groupe toute ma vie !" ?
(Rires) Des fois on se demande, oui, je me suis parfois dit "Peut-être que je suis faite pour faire partie d'un groupe". Mais aujourd'hui le moment est venu et je suis très fière de mon album "Killer Love". Mais oui, j'ai fait partie d'un groupe de rock, puis d'un groupe pop Eden's Crush puis les Pussycat Dolls... Je suis super prête à sortir mon album solo ! (Rires)

« Je ne sais pas encore si je serai jurée dans "The X Factor" »



Quand ton premier album n'est pas sorti, on a pu avoir l'impression que tu construisais la marque Nicole Scherzinger parce que peut-être tu n'étais pas assez connue et reconnue en tant qu'artiste solo, pas assez identifiée. C'est pour ça que tu as participé aux émissions The Sing Off, Dancing with the Stars et The X Factor ?
Oui, c'est ça. Quand certaines des filles sont parties, j'ai continué à faire ma musique et j'adore les défis. Donc j'ai décidé de participer à Dancing with the Stars en tant que candidate et The Sing Off en tant que jurée. Je l'ai fait parce que je voulais montrer et partager une autre facette de ma personnalité. Jusque-là, les gens ne me voyaient que comme "la fille des Pussycat Dolls" et en me regardant dans ces émissions ils ont pu apprendre à me connaître en tant que personne, voir que j'étais un peu barrée parfois. J'ai pu être vue sous un autre éclairage et c'était plutôt cool. Maintenant, les gens me connaissent plus et s'identifient plus facilement.

Tu n'as pas eu peur de te disperser un peu ?
Non, ma passion a toujours été la musique et tout est une question de timing. Et c'est maintenant que devait sortir mon album. Et puis, je suis toujours en studio, j'enregistre sans cesse de nouveaux titres. D'ailleurs, avant de tourner Men In Black III, avant de participer à la saison 2 de The Sing Off, j'étais en studio et j'ai enregistré la plupart des titres de l'album l'été dernier. Et Dancing with the Stars a été une incroyable opportunité pour moi. Non seulement j'ai énormément appris mais les gens ont pu apprendre à me connaître.

En parlant de The X Factor, on parle beaucoup de toi pour intégrer le panel de jurés de la version américaine et puisque l'interview se passe si bien jusqu'ici, pourquoi ne pas officialiser ta participation ?
(Rires) J'aimerais bien te donner une réponse mais très sincèrement, je n'en ai pas. Il y a énormément de spéculation de toutes parts et j'en fais partie mais honnêtement je ne sais pas encore. Mais ce serait un honneur d'en faire partie.

« RedOne a travaillé avec Gaga ? Raison de plus de collaborer avec lui ! »



Pour en revenir à l'album, ce que tu proposes aujourd'hui est très différent de ce que tu avais enregistré pour "Her Name Is Nicole". Comment décrirais-tu ton son ?
Mon son est fort et puissant dans plusieurs sens. D'un côté j'ai des hymnes rock, dance et soul à la fois, j'ai aussi de la musique midtempo qui te fait te sentir bien, et enfin des chansons plus lentes sur lesquelles je déballe mon coeur. On peut voir toutes mes facettes. Mais tu as raison, c'est très différent de ce que j'avais enregistré il y a quatre ans, pour la simple et bonne raison que je suis différente aujourd'hui. Il faut être en accord avec son état d'esprit au moment où on enregistre et ce que tu as vécu et c'est ce que j'ai fait. Tout ce que j'ai vécu, c'est ce que j'ai mis dans cet album.

Le paysage musical a énormément changé depuis trois ans, la pop est partout et les artistes féminines sont très présentes sur ce créneau. Est-ce que tu as essayé de te démarquer des autres ? Tu as travaillé avec RedOne notamment, qui a aussi collaboré avec Lady Gaga, par exemple...
Je n'ai pas vraiment fait attention à ce que les autres font, je n'écoute pas vraiment. De toute façon, je ne serai jamais personne d'autre que moi. Je sais quel genre de musique j'aime, je sais quelle musique me met la pêche, pour moi une majorité de ma musique est un peu agressive, forte. Et quand j'enregistre une chanson, quand je l'écris ou que je la choisis, c'est important pour moi d'imaginer ce qu'elle donnera sur scène, parce que je suis avant tout une performer. Mais comparer cette chanson à d'autres ? Non, parce que je suis simplement différente. Même si RedOne a travaillé avec Gaga - raison de plus pour travailler avec lui, il produit des choses incroyables ! -, je voulais un son plus rock et plus soul. Et j'ai une image complètement différente, un style différent, un message différent et même une énergie différente. Il y a de la place pour tous !

Tu parles du choix des chansons. Comment as-tu choisi le titre "Don't Hold Your Breath", deuxième extrait de ton album et qui a déjà été enregistré par Timbaland et Keri Hilson ?
Je ne crois pas que c'était leur titre. Ils font partie de mon label, on est un peu comme une famille, mais c'est Billy Steinberg qui a écrit la chanson et je pense qu'ils voulaient en faire un remix ou quelque chose comme ça. Mais la chanson d'origine a été écrite par Billy Steinberg, et c'est lui qui me l'a donnée.

Et de toutes les chansons du premier album, tu en as gardé une seule : un duo avec Sting. Elle était importante pour toi ?
Oui, et c'était très important pour moi de conserver une chanson de "Her Name Is Nicole". Et puis c'est une chanson avec Sting. Produite par The-Dream et Tricky Stewart, elle est magnifique.

« Les gens ont encore des stéréotypes vis-à-vis des femmes ambitieuses »



Tu as l'image d'une femme forte, pour qui la carrière est importante. Généralement, c'est un compliment quand on dit ça d'un homme mais la réciproque n'est pas toujours vraie pour les femmes. Tu penses qu'il y a deux poids, deux mesures par rapport à l'ambition ?
Je pense que c'est un compliment quand on dit d'une femme qu'elle est ambitieuse. Elles sont fortes et elles tentent d'obtenir ce qu'elles veulent, sans avoir peur de devoir travailler dur pour y arriver. Mais oui, parfois les gens ont encore des stéréotypes vis-à-vis des femmes ambitieuses. J'ai fait une interview l'autre jour et le journaliste me demandait sans cesse si c'était difficile, me parlait de mon corps, du fait d'être sexy, etc... Je lui ai répondu "Et si on parlait de ma musique ?" (Rires). Mais il y a des choses bien pires que d'entendre quelqu'un poser ce genre de questions, c'est un compliment et il faut l'accepter et dire merci. Mais les gens oublient juste parfois que je suis une artiste, un être humain, que je travaille très dur sur ma musique et que c'est ça qui est important pour moi. Il faut parfois le rappeler aux gens, mais si on est fidèle à soi-même et qu'on travaille dur, les fans, le public le ressentira de toute façon.

Ce qui compte pour toi, c'est ce qu'on pense de ta musique. Tu lis ce qu'on écrit à ce sujet sur Internet ?
Non. Je ne peux pas lire ce qu'on écrit sur moi sur le net. J'ai des fans extraordinaires, ils m'écrivent sur Twitter, sur Facebook, il y a une connexion avec eux et ils écoutent ma musique, ils croient en moi. Mais quand tu te mets à lire ce qu'il y a sur Internet, ces blogs ou ces sites, tu ne sais pas ce que ces gens font, ce qu'ils pensent. Je suis très sensible donc c'est assez frustrant mais au final ça n'a rien à voir avec moi. Ca ne me définit pas de quelque manière que ce soit. Comment une personne peut-elle en juger une autre sans même la connaître ? Tant que tu sais qui tu es en tant que personne et qu'artiste, et tu sais où est ta passion, et que tu donnes le meilleur de toi, peu importe ce que disent les gens.

commentaires
comments powered by Disqus
Sur le même thème
l'info en continu
Norman : "Youtube se rapproche de plus en plus de la télévision un peu low-cost"
Internet
Norman : "Youtube se rapproche de plus en plus de la télévision un peu low-cost"
Premières séances : "La Reine des Neiges 2" cartonne, "Les Misérables" démarre fort
Cinéma
Premières séances : "La Reine des Neiges 2" cartonne, "Les Misérables" démarre...
Réformes fiscales : Gérald Darmanin et Élise Lucet s'écharpent dans "Cash Investigation"
TV
Réformes fiscales : Gérald Darmanin et Élise Lucet s'écharpent dans "Cash...
"La France a un incroyable talent" : Une danse poignante contre l'homophobie bouleverse le jury
TV
"La France a un incroyable talent" : Une danse poignante contre l'homophobie...
Radio France : Les syndicats appellent à la grève dès lundi
Radio
Radio France : Les syndicats appellent à la grève dès lundi
Yann Chouquet (France Inter) : "On s'en sort bien dans un paysage général assez catastrophique"
Interview
Yann Chouquet (France Inter) : "On s'en sort bien dans un paysage général assez...
Vidéos Puremedias