Twem (X-Factor) : "Les groupes partent avec un handicap"

Partager l'article
Vous lisez:
Twem (X-Factor) : "Les groupes partent avec un handicap"
Les Twem sur le plateau de "X-Factor"
Les Twem sur le plateau de "X-Factor" © M6/FMF/ABACAPRESS.COM
Au lendemain de leur éviction de "X-Factor", les jumeaux Twem reviennent sur leur aventure, les similarités avec la version anglaise, les critiques dures d'Olivier Schultheis et le refus d'Henry Padovani de trancher. Entretien inédit.

Hier soir, les douze finalistes de X-Factor sont montés sur la scène du prime en direct pour la première fois. A l'issue de l'émission, deux des trois groupes d'Henry Padovani se sont retrouvés en ballotage, les Twem et Omega. Alors que le jury penchait pour les Twem, leur mentor a refusé de confirmer la tendance et a voté pour leurs adversaires, causant une égalité qui a été fatale aux jumeaux.

Au lendemain de leur élimination, Samir et Mehdi ont accordé un entretien à puremedias.com. Ils reviennent sur leur parcours, sur leur élimination hier et révèlent que la chanson de Corona qu'ils ont interprétée n'était pas leur choix, même s'ils l'assument à 100%. Le duo évoque les critiques parfois très dures d'Olivier Schultheis et revient sur la petite phrase d'Henry Padovani à l'issue du prime, leur mentor ayant lancé « Ca me fera moins de boulot ».

« Notre sortie était à prévoir »



Dans quel état d'esprit êtes-vous après votre départ ?
Mehdi : On reste très positifs, parce qu'on est comme ça. On n'a pas le droit aujourd'hui d'être négatif. C'est pour nous une aventure extraordinaire. On a fait un prime où on a pu à la fois danser, chanter, être habillé avec un stylisme de malade, puis chanter au piano, avec le pied de micro... Franchement, on s'est amusé donc même si on est parti, on est parti avec plein d'images et de souvenirs.

Vous aviez envisagé d'être éliminé avant le début du prime ? Ou vous pensiez rester plus longtemps ?

À lire aussi
"The Voice" : The Vivi viré par la production après la révélation de ses tweets racistes et homophobes
TV
"The Voice" : The Vivi viré par la production après la révélation de ses tweets...
Affaire Duhamel : François Morel dénonce sur Inter "l'esprit de meute" des médias et tacle sa propre station
Radio
Affaire Duhamel : François Morel dénonce sur Inter "l'esprit de meute" des médias...
"13 Heures" de TF1 : "Le canard enchaîné" révèle la raison de "l'énorme problème technique"
TV
"13 Heures" de TF1 : "Le canard enchaîné" révèle la raison de "l'énorme problème...


Mehdi : On se dit depuis le début que tous les autres candidats, avant le premier prime, ont au moins une fois fait l'unanimité auprès du jury. On est les seuls qui sont partis avec des commentaires négatifs depuis le début donc c'était un petit peu à prévoir. On a pris du plaisir.

Est-ce que vous connaissez les pourcentages des votes ?
Samir : Non, malheureusement. Vous les avez ? (Rires)

Non pas du tout ! Je comptais sur vous !
Samir : Non, en revanche on se dit qu'on ne sait jamais qui vote. Il y en a qui aiment et qui ne votent pas, d'autres qui n'aiment pas et qui ne votent pas. On ne sait pas. Ce qu'on espère, on est auteurs-compositeurs-interprètes, c'est de se faire repérer par une maison de disques et pouvoir sortir notre album parce que je pense que notre talent est dans nos chansons.
Mehdi : On a vraiment un vrai concept à proposer...

C'est quoi, ce concept ?
Mehdi : Ce concept, c'est Twem. Deux personnes qui écrivent des chansons, qui une histoire de malade, on a chanté à la fois à l'étranger et en France. On est déterminés depuis tout petit. On est des personnes qui vont sourire, on sourit facilement aux gens. On n'est pas du tout des personnes qui vont pleurer.
Samir : Et pourtant on a vécu des choses pas faciles dans notre vie, mais je pense que quand on sourit souvent, c'est qu'on a vécu des choses difficiles.
Mehdi : Et ça peut déranger parfois.

« Olivier Schultheis a fait "Mozart l'opéra Rock" et il se permet de nous dire qu'on est ringard »



Parlons du reproche qu'on vous a fait tout au long de cette aventure, le côté ringard. Comment vous appréhendez ce genre de critiques ?
Samir : Je pense qu'il faut accepter les critiques du tout le monde parce que c'est comme ça qu'on se construit et qu'on avance. Après, ils nous trouvent ringards mais ce n'est pas ce que pensait Nicole Scherzinger des Pussycat Dolls il y a six mois de ça quand on auditionnait devant elle pour le X Factor anglais. Elle nous trouvait "in" et tout d'un coup on est "out" en France. On chante "Crazy" de Gnarls Barkley qui n'est pas du tout ringard, on a préparé la chorégraphie avec une bonne chorégraphe. On se dit qu'on ne peut pas plaire à tout le monde et maintenant c'est au public de se faire son avis.
Mehdi : Ce qui m'a surpris c'est qu'Olivier, qui a quand même fait Mozart L'opéra rock et "L'Assassymphonie" se permette de nous dire qu'on est ringard. J'aime beaucoup L'opéra rock mais bon... J'aurais aimé qu'il critique plutôt les voix, qu'il apporte des solutions. Là c'était plus pour nous défoncer, entre guillemets.
Samir : Et sur les apparences...
Mehdi : Oui et je crois que le fait qu'on soit jumeaux ça l'a effrayé.

Et quand à la fin de l'émission, il vous dit "Ce n'est pas du tout personnel et même si vous avez fait mieux qu'Omega, je les sauve eux", vous le croyez, que ce n'est pas personnel ?
Samir : A la fin de l'émission, Olivier est venu nous voir, il avait la larme à l'oeil et il m'a dit "Il faut continuer" et je lui ai répondu que ce n'était que de la télé. Le show continue, on ne lui en veut pas même s'il nous a traités de ringards devant toute la France ! (Rires) C'est de la télé, il fait son travail. Il ne faut pas oublier qu'il est salarié !

Et quand on vous dit que la prestation fait un peu "fête de la saucisse" ?
Ensemble : Nous on ne mange pas de saucisse ! (Rires)
Mehdi : C'est encore juger sur les apparences. Je pense qu'il n'aime pas Glee, ce côté festif, c'est ça qui le dérange mais nous on est comme ça.
Samir : Et puis je pense que ça ne se fait pas de dire ça parce qu'il y a des Français qui aiment aussi "The Rhythm of the Night", ce côté festif, ce côté ringard, il faut de tout pour faire un monde. C'est dommage de pointer du doigt comme ça.

« Ce qu'a fait Henry était très pro et très classe »



Et qu'avez-vous pensé de la décision d'Henry Padovani de ne pas voter pour vous alors que vous aviez l'avantage, et de donner une voix aux Omega ?
Samir : Je trouve que c'est vraiment très pro ce qu'a fait Henry.
Mehdi : Ca lui ressemble vraiment.
Samir : Déjà, on était super content d'être avec Henry et on l'a trouvé super classe quand il a décidé de laisser le public trancher.
Mehdi : Nous on raisonne comme ça, on ne chante pas pour le jury mais pour le public. Mais comme on est partis avec plein de points négatifs par rapport aux autres candidats, il fallait s'y attendre.

Il y a beaucoup de gens, y compris le jury, qui ont dit que votre deuxième prestation était meilleure que la première. Cette deuxième chanson, c'est uniquement vous qui l'aviez choisie ? Sans l'implication d'Henry ?
Mehdi : En fait c'est mitigé, il y en a qui ont été agréablement surpris. Comme on est passés en dixième position, beaucoup n'ont peut-être pas eu le temps de voter. On a eu beaucoup de réactions sur Internet de gens qui sont revenus sur leur décision, qui ont changé d'avis.

Mais, on est d'accord, le deuxième titre était votre choix à vous tandis que le premier était plutôt un choix collectif entre vous, la production et le mentor ?
Mehdi : C'était un titre imposé.
Samir : Mais on était tout à fait d'accord ! Au début on a été surpris mais après on l'a accepté, de toute façon un chanteur chante de tout.

Ca faisait partie de la liste des 50 titres en anglais que vous aviez dû remplir avant le début des primes ?
Mehdi : Pas du tout.
Samir : Sur notre liste on avait mis des chansons des Pussycat Dolls, de Chris Brown... Des choses branchées, quoi ! Mais c'est le jeu.

« La version française est une imitation du programme anglais »



Vous avez participé à la version originale "The X Factor" en Angleterre. Quelles sont les différences majeures entre cette version et la version française ?
Samir : Ce qui est vraiment différent ce que là-bas, 800..000 candidats se présentent au casting alors qu'ici c'était 25..000. Mais après, ce qui est marrant c'est que la version française est un peu une imitation du programme anglais.
Mehdi : Nous on était vraiment les (jumeaux) Jedward, les 2nde Nature sont l'équivalent des One Direction, Marina c'est la Leona Lewis, c'est vraiment une copie. En plus on a Henry qui est notre Louis Walsh, Simon Cowell qui est Olivier Schultheis chez nous. C'est exactement les mêmes répliques de temps en temps et c'est marrant.
Samir : D'ailleurs même quand on était sur l'épreuve des 3 jours, ils ont vraiment fait le même scénario, on n'a pas été surpris quand ils ont annoncé l'épreuve de danse parce qu'on l'avait déjà fait en Angleterre.

Vous étiez mieux préparés que les autres, du coup ?
Mehdi : On n'était pas mieux préparés, non, c'étaient des chansons différentes.
Samir : A chaque fois, c'est nouveau, il faut se renouveler.

Mais vous connaissez le stress, la pression...
Mehdi : On avait le stress à chaque fois, comme tout le monde.

« Ce ne sont pas forcément les gagnants qui réussissent le plus »



Qu'est-ce que vous avez pensé, honnêtement, des prestations sur le prime ?
Mehdi : On s'est très bien entendus avec tout le monde ! Ca ne se fait pas de dire du mal des autres candidats parce qu'ils ont travaillé dur. Ils ont été super sympas avec nous et on a partagé des belles choses. Ils sont tous là pour la même chose, ils ont tous envie de sortir un album.
Samir : Et ce n'est pas à nous de dire qui a fait la meilleure ou la moins bonne prestation, c'est au public.

Mais le public n'est pas forcément celui qui vote et du coup vous sortez alors que vous n'avez pas forcément fait la moins bonne prestation...
Mehdi : Mais ce n'est pas grave, c'est le destin. Olivia Ruiz n'a pas gagné la Star Academy, Amel Bent n'a pas gagné Nouvelle Star.
Samir : Ce ne sont pas forcément les gagnants qui réussissent le plus. On verra, ça va nous rendre encore plus fort !

Comment ça s'est passé au niveau du travail avec Henry et les autres groupes ?
Samir : Ca a été assez intense parce qu'on a beaucoup travaillé sur la chorégraphie. Ce n'est pas évident de bouger et de chanter en même temps, de sauter dans tous les sens. On a essayé de suivre tous les conseils des chorégraphes et d'Henry et des coachs vocaux.
Mehdi : Henry c'est vraiment quelqu'un qui est très, très proche des candidats. S'il veut dire merde, il va te le dire, c'est quelqu'un qui est cash
Samir : Et nous on a adoré travailler avec lui parce que c'est comme ça qu'on avance.
Mehdi : Et puis quand on a vu qu'il connaissait du beau monde, comme la chanteuse de Texas, Sharleen Spiteri, qui nous a reconnus, c'était super !

« Les groupes partent avec un handicap »



Et quand Sandrine Corman lui demande sa réaction après votre élimination et qu'il répond d'abord "Ca me fera moins de boulot", ça ne vous gêne pas ?
Samir : Mais oui mais ça c'est Henry ! C'est le show ! Henry, il a ce côté festif il fait le show jusqu'au bout, il a raison. On est complètement d'accord avec lui et on va rester en contact avec lui parce que c'est quelqu'un de bien.

Et qu'est-ce que vous pensez de votre catégorie ? Les deux premiers groupes étaient derniers des votes et les 2nde Nature ont proposé une prestation très décevante...
Samir : On veut vraiment que la catégorie aille en finale parce que ce serait sympa qu'il y ait des groupes vocaux en France.
Mehdi : Mais les groupes partent avec un handicap parce qu'on a pas la culture des groupes en France. Mais ça va venir !

Vous aviez déjà des contacts avant l'aventure X-Factor. Avez-vous des projets aujourd'hui ?
Samir : Ce qui s'est passé c'est qu'on était en contact avec une maison de disques, on devait sortir notre album et le directeur artistique de la maison de disques a changé donc l'album n'est pas sorti. C'est comme ça qu'on s'est retrouvé à faire le X-Factor. En ce qui concerne nos projets, on travaille avec une équipe qui s'appelle les French Guys, qui ont notamment fait un remix de Shakira et on espère proposer les titres qu'on a faits avec eux à des maisons de disques pour sortir notre album. Et surtout, se produire sur scène, ça c'est très important.

Et pour les dix prochaines semaines, vous avez prévu de passer vos mardis soirs devant la télé pour soutenir les candidats encore en lice ?
Samir : On va regarder, on va soutenir les candidats et envoyer des SMS.
Mehdi : Mais on ira aussi les voir directement, on sera dans le public.
Samir : Ils vont recevoir Lady Gaga alors bien sûr qu'on va aller les voir ! Notre vrai regret, c'est de ne pas rencontrer Johnny Hallyday sur le prochain prime. C'est un artiste extraordinaire et on aurait vraiment aimé le rencontrer et partager une scène avec lui.

Sur le même thème
l'info en continu
Netflix va adapter "Terminator" en série animée
SVOD
Netflix va adapter "Terminator" en série animée
"On n'est pas obligé de lui répondre" : Edouard Baer se moque de Mouloud Achour dans "Clique"
TV
"On n'est pas obligé de lui répondre" : Edouard Baer se moque de Mouloud Achour...
France 24 : L'ancien Premier ministre tunisien Habib Essid victime d'un malaise en direct
TV
France 24 : L'ancien Premier ministre tunisien Habib Essid victime d'un malaise en...
Audiences samedi : Débuts encourageants pour "Cuisine ouverte", record pour Nathalie Renoux, le rugby en forme sur C+
TV
Audiences samedi : Débuts encourageants pour "Cuisine ouverte", record pour...
Audiences : "The Voice" de nouveau leader devant le téléfilm de Fr3, score correct pour "Surprise sur prise"
TV
Audiences : "The Voice" de nouveau leader devant le téléfilm de Fr3, score correct...
"Militant islamiste" : Taha Bouhafs porte plainte contre Eric Zemmour et CNews pour "injure publique"
Justice
"Militant islamiste" : Taha Bouhafs porte plainte contre Eric Zemmour et CNews...
Vidéos Puremedias