Julien Doré héros de "Panda" : "Si on m'avait dit que je succèderai à "Navarro" le jeudi soir sur TF1, je n'y aurais pas cru"

Partager l'article
Vous lisez:
Julien Doré héros de "Panda" : "Si on m'avait dit que je succèderai à "Navarro" le jeudi soir sur TF1, je n'y aurais pas cru"
Par Benjamin Rabier Rédacteur en chef
Addict aux audiences, Benjamin Rabier a choppé le virus de la télévision grâce à la « Star Academy ». Intrigué par l’envers du décor, il a décidé d’en faire son métier. 20 ans plus tard, s’il ne rate (presque) jamais un prime de « The Voice », il peut vibrer devant une compétition sportive, se passionner pour un documentaire ou dévorer une série en un week-end.
Bande-annonce de "Panda" avec Julien Doré sur TF1. © TF1
Ce jeudi 30 novembre 2023, Julien Doré endosse le costume de policier dans "Panda", une nouvelle fiction de prime-time diffusée sur TF1. Pour l'occasion, le chanteur de 41 ans s'est entretenu avec puremedias.com.

"J'espère qu'on va envoyer un petit peu de soleil et d'humour aux gens dans une période qui est quand même loin d'être propice à la joie et au sourire", confie Julien Doré. 16 ans après ses débuts dans "Nouvelle star", le chanteur de 41 ans se lance un nouveau défi en prêtant ses traits à un flic totalement loufoque dans "Panda", série en six épisodes dont TF1 démarre la diffusion ce jeudi 30 novembre 2023 en prime-time.

À lire aussi
Lola Dewaere ("Mademoiselle Holmes") : "Tous les jours, je me disais 'attention, ne joue pas comme Sara Mortensen dans 'Astrid et Raphaelle'"
Interview
Lola Dewaere ("Mademoiselle Holmes") : "Tous les jours, je me disais 'attention,...
"Avec "Anthracite" on a vraiment voulu écrire un thriller pour une plateforme" : Fanny Robert et Maxime Berthemy, créateurs de la nouvelle série française de Netflix, se confient
Interview
"Avec "Anthracite" on a vraiment voulu écrire un thriller pour une plateforme" :...
Hervé Mathoux ("Au micro") : "Le commentaire de football à Canal+, c'est une forme d'élégance et ne pas tomber dans les travers faciles"
Interview
Hervé Mathoux ("Au micro") : "Le commentaire de football à Canal+, c'est une forme...
"Coucou, c'est nous... Les cookies !" : Rencontre avec Romain Bessuges-Meusy, le cofondateur d'Axeptio
Interview
"Coucou, c'est nous... Les cookies !" : Rencontre avec Romain Bessuges-Meusy, le...

Dans cette production SuperProd Drama, Julien Doré incarne "Panda", un ancien flic devenu adepte du cool et propriétaire d'une paillote dans un coin reculé de Camargue. Bien malgré lui, ce dernier va reprendre du service et devoir faire équipe avec une flic, Lola (jouée par Ophélia Kolb), à l'opposé de son caractère. Pour puremedias.com, Julien Doré s'est livré sur ce nouvel exercice.

A lire aussi : Julien Doré nu dans "Panda" sur TF1 : "Un contre-pied à l'utilisation qui est faite du sexe féminin dans les médias"

Propos recueillis par Benjamin Rabier

puremedias.com : Comment Julien Doré s'est-il retrouvé héros d'une série policière sur TF1 ?
Julien Doré : Il y a plus d'un an, la société de production SuperProd Drama, qui produit "Panda" m'a contacté. À l'époque, il n'y avait pas encore de série. Ils m'ont fait un pitch rapide de leur idée, en me racontant que le héros avait changé de vie radicalement, que du jour au lendemain il avait quitté la police pour ouvrir un bar de plage dans le sud de la France. Et c'est tout. Ils m'ont demandé si j'étais intéressé pour l'incarner car ils avaient envie d'écrire les contours du personnage autour de ma personnalité. Puis il y a eu des étapes d'écriture, de création et TF1 est entrée dans la boucle pour nous accompagner.

Quelle a été votre implication dans l'écriture de la série ?
J'ai eu la chance de pouvoir être écouté et, en même temps, questionné sur chacune des étapes. "Panda" a été imaginée par deux scénaristes avec qui je partage le même sens de l'humour. On s'est rencontrés très tôt donc au fur et à mesure des étapes, ils me sollicitaient pour qu'ensemble, on essaie d'avancer vers une série qui puisse être la plus cohérente possible, avec un personnage central qui à la fois, me ressemble et, en même temps, soit aussi dans une forme de caricature.

Ils ont dit
"Le changement de vie de mon personnage a fait écho à celui qui avait été le mien quelques années auparavant"
Julien Doré

Pour votre premier grand rôle en tant qu'acteur, c'était plus simple pour vous de glisser dans la peau d'un personnage qui vous ressemble ?
Je ne me suis pas trop posé la question. Par contre, ce qui m'a parlé, c'est que ça faisait écho à un changement de vie qui avait été le mien quelques années auparavant : plaquer une vie citadine pour partir vivre à la campagne. Alors, est-ce que ce fut pour moi un refuge, au sens de me dire 'bon, il y a ces repères-là qui vont peut-être t'aider à entrer plus facilement dans ce personnage ?' Peut-être, je ne sais pas.

Qu'est-ce qui vous a poussé à accepter ce rôle alors ?
Au tout départ, c'est parce que le personnage m'a amusé. Il y avait une ambition simple : faire rire. Faire de ces personnages, des anti-héros, dans une époque où les héros sont souvent virilistes ou veulent assouvir une soif de pouvoir. Ce contre-pied de la série policière me parlait. Puis, très vite on a situé le tournage en Camargue. Le contexte dans lequel on allait tourner me parlait, parce que c'est tout simplement les paysages de mon enfance. Mon autre fierté est d'avoir fait travailler une équipe, dont plus de 80% des membres venaient de la région.

Comment avez-vous appréhendé le fait de devenir comédien ?
Ça s'est fait petit à petit. L'avantage d'avoir été là à l'origine de la création de "Panda" a fait que j'ai pris part a toutes les étapes du processus. Quand j'ai commencé à rencontrer les réalisateurs potentiels, on a commencé à travailler ensemble. Quand ensuite, j'ai rencontré Ophélia Kolb, qui joue ma partenaire, on a commencé à travailler ensemble. Quand j'ai envoyé un texto à Gustave Kervern, en lui disant, "Écoute, ils viennent de terminer l'écriture des épisodes 1 et 2, je te les envoie parce que je pense vraiment que ce commissaire-là, c'est toi", on a travaillé ensemble. Toutes ces étapes en amont m'ont aidé à, petit à petit, m'amuser avec ce personnage et commencé à l'envisager beaucoup plus joliment au moment du tournage.

Vous étiez quasiment à la genèse de la création de la série. A-t-elle été proposée à d'autres diffuseurs ?
Il faudrait demander à la production, mais je ne crois pas. TF1 est entrée très tôt dans le projet, au moment où les scénaristes ont commencé à écrire les synopsis de la série.

Ils ont dit
"Je ne savais pas si la série allait être diffusée sur Netflix, France 2 ou une autre chaîne quand j'ai fait 'The Voice Kids'"
Julien Doré

Après "The Voice Kids" en 2022, "Panda" marque une nouvelle étape dans votre collaboration avec TF1. Quels sont vos rapports avec les dirigeants de la première chaîne ?
À la fois très simple et en même temps très cool. Il n'y a pas de collaboration naissante avec TF1 à proprement parler. Quand j'ai tourné "The Voice Kids", j'avais déjà la proposition de la série. Je ne savais pas si la série allait être diffusée sur Netflix, France 2 ou une autre chaîne. Je ne peux même pas vous dire si TF1 était déjà dans la boucle. En fait, il n'y a pas de lien. Je ne choisis pas les choses que je fais artistiquement en fonction des diffuseurs ou des partenaires. J'ai fait "The Voice Kids" parce que j'avais vraiment envie de participer à cette émission, parce que mon dernier album parlait de transmission, d'enfance et que ça me semblait le bon moment.

Incarner un héros de série policière sur TF1, ça fait quoi pour vous ?
Le fait de me dire que cette série est diffusée dans une case qui est aussi celle de mon enfance, ça fait ressurgir beaucoup de choses en moi. Je ne sais plus si c'était le jeudi soir à l'époque, mais j'ai le souvenir d'avoir regardé "Navarro" avec mes parents. Donc, du coup, il y a comme un truc un peu de l'enfance qui ressurgit. Si on m'avait dit à l'époque qu'en regardant "Navarro", je serai dans ce téléfilm policier du jeudi soir, je n'y aurais pas cru. Ce fut un pareil avec "Taratata". Si on m'avait dit que j'irais y chanter un jour... Il y a comme ça des zones un peu de rêves qui font écho à votre enfance, votre adolescence. Enfin, voilà, c'est ce type de raisonnement dans ma tête.

Il y a bientôt 16 ans, les Français vous découvraient sur M6 dans "Nouvelle Star". A l'époque, vous étiez un candidat atypique à la télévision. Comment ont évolué vos rapports avec le petit écran ?
Quand j'ai fait le casting de "Nouvelle star", j'avais de nombreuses peurs par rapport à cet univers-là. Puis, je suis rentré pleinement dans l'émission, à tel point que j'ai fini par la gagner. Au fil des ans, mon rapport au monde de la télévision s'est vachement apaisé. Aujourd'hui, quand je fais des interviews ou quand je me retrouve dans le poste, j'essaie d'insuffler dans ces moments d'existence médiatiques beaucoup plus de ce que je suis. En tant qu'être humain mais aussi en tant qu'artiste. Ça me permet aussi de diffuser quelque chose qui créé un lien avec celles et ceux qui regardent. Je pense que lors de ma précédente tournée, parmi les 600.000 spectateurs qui sont physiquement venus me voir, il y en a peut-être un peu qui m'ont entendu parler ou vu chanter à la télévision. Aujourd'hui, ce médium-là, j'y vais quand on m'invite, quand j'en ai envie et quand j'ai quelque chose à y dire et à y faire. Si ce n'est pas le cas, je n'y vais pas. Dans les artistes de variétés, je ne suis pas certain d'être celui qu'on voit le plus à la télévision, même quand j'ai un album à promouvoir.

Ils ont dit
"Il m'a fallu du temps pour m'adapter, pour me détacher de cette peur de m'exprimer et de parler de mon travail à la télévision"
Julien Doré

Au début de votre carrière, on pouvait même se dire que vous alliez être le genre d'artiste à fuir les plateaux télé.
Il y avait vraiment beaucoup de peur. J'ai trop vu d'artistes "sombrer" dans l'aigreur en pensant que les endroits où ils pouvaient parler de leur travail étaient forcément des endroits à fuir. Il m'a fallu du temps pour m'adapter, pour me détacher de cette peur de m'exprimer et de parler de mon travail. En tant qu'artiste, on a toujours l'impression que les endroits qui nous proposent de nous exprimer à la télévision, c'est pour les mauvaises raisons. Ça fait un bon nombre d'années maintenant que cette problématique est apaisée de mon côté. Je crois même qu'il y a une certaine cohérence dans tous mes passages à la télévision. Maintenant, j'ai conscience que "Panda" est diffusée sur une grande chaîne, à une heure de grande écoute. Aujourd'hui, je ne me pose plus trop ce type de questions. J'ai eu la chance de jouer la comédie dans cette série, je me suis amusé, j'espère que ça amusera celles et ceux qui vont regarder, et puis sinon, je suis sur scène et je kiffe faire des shows que personne ne fait.

Votre métier principal, ça reste la musique. Êtes-vous prêt à jongler entre la télévision et la scène si TF1 commande une saison 2 de "Panda" ?
Avant même de songer à une éventuelle saison 2, j'ai besoin d'avoir le retour de celles et ceux qui m'aiment bien. De celles et ceux avec qui je discute sur Twitter, sur Facebook, les gens qui viennent me parler quand je suis dans le TGV, les gens que je croise dans la rue, ma famille, etc... J'ai besoin d'avoir un ressenti honnête. S'ils ont trouvé ça chouette, s'ils m'ont trouvé cohérent et s'ils ont envie de voir ce personnage continuer d'exister, alors j'y réfléchirai. Mais à ce stade-là, au moment où on se parle, il n'y a rien de prévu.

Est-ce que ce tournage vous a donné envie d'en faire d'autres ?
Non. Là, ce qui me trotte dans la tête, tous les jours, depuis plusieurs semaines, c'est d'écrire mon futur spectacle et de réfléchir à des idées de mise en scène qui n'ont encore jamais été faites dans les grandes salles où on va se produire. Je veux réinjecter une forme de poésie, une part d'enfance dans ce futur spectacle. Depuis maintenant quelques semaines, je dessine et j'imagine ce rendez-vous de la tournée 2025 pour lequel, et j'hallucine chaque jour, beaucoup de personnes ont déjà réservé leur place. Là, en ce moment, je travaille vraiment là-dessus. Et que là-dessus.

Ils ont dit
"L'omni-présence, quelle soit médiatique ou autre, la peur de disparaître, c'est des problématiques que j'ai réglé il y a bien longtemps"
Julien Doré

16 ans après "Nouvelle Star", on vous sent plus apaisé que jamais. Vrai ou faux ?
J'aime la vie que je mène aujourd'hui dans les Cévennes, face à la forêt. J'aime ce rythme-là. Je suis papa d'un petit garçon que je veux voir grandir, que je veux accompagner. L'omniprésence, qu'elle soit médiatique ou autre, la peur de disparaître, c'est des problématiques que j'ai réussi à régler il y a bien longtemps. Aujourd'hui, il y a chez moi un rapport au temps qui est vachement plus apaisé. Que ce soit pour faire des chansons, pour faire des spectacles, ou de temps en temps faire des choses différentes à côté, j'aborde tout par le prisme de l'envie.

Julien Doré
Julien Doré
Audiences : Quel bilan pour la saison 1 de "Panda" avec Julien Doré sur TF1 ?
Julien Doré nu dans "Panda" sur TF1 : "Un contre-pied à l'utilisation qui est faite du sexe féminin dans les médias"
"Panda" : Julien Doré décroche le premier rôle d'une nouvelle série de TF1
Voir toute l'actualité sur Julien Doré
Autour de Julien Doré
  • Leona Lewis
  • Christophe Willem
  • André Manoukian
  • Marianne James
  • Amel Bent
  • Adam Lambert
  • Cindy Sander
  • Alexandra Burke
  • Alizée
  • Louise Bourgoin
  • Philippe Katerine
  • Dove Attia
  • Myriam Abel
  • Manu Katché
  • Nouvelle Star
l'info en continu
Audiences : Quel bilan pour "Le juste prix" avec Éric Antoine un mois après son retour sur M6 ?
Audiences
Audiences : Quel bilan pour "Le juste prix" avec Éric Antoine un mois après son...
"Star Academy" : TF1 va diffuser en prime-time et en direct le concert des ex-élèves à l'Accor Arena de Paris
TV
"Star Academy" : TF1 va diffuser en prime-time et en direct le concert des...
Après un premier documentaire qui a fait grand bruit, Harry et Meghan préparent deux nouvelles séries pour Netflix
Plateforme
Après un premier documentaire qui a fait grand bruit, Harry et Meghan préparent...
"On se donne les moyens d'être les premiers" : Quand Gabriel Attal compare les sondages de Renaissance et Jordan Bardella à la bataille d'audience entre BFMTV et CNews
TV
"On se donne les moyens d'être les premiers" : Quand Gabriel Attal compare les...
"Je suis dégoûté" : Anthony Colette, danseur de Natasha St-Pier, souffrant et blessé avant le prime de "Danse avec les stars"
TV
"Je suis dégoûté" : Anthony Colette, danseur de Natasha St-Pier, souffrant et...
"Les gens confondent les salaires des journalistes et ceux des animateurs" : Nathalie Saint-Cricq révèle son salaire à France Télévisions
TV
"Les gens confondent les salaires des journalistes et ceux des animateurs" :...