Laurent Ruquier : "Cela faisait longtemps que je voulais retourner au direct"

Partager l'article
Vous lisez:
Laurent Ruquier : "Cela faisait longtemps que je voulais retourner au direct"
Laurent Ruquier
Laurent Ruquier © Gilles GUSTINE - FTV
Sa nouvelle émission, "On est en direct", débarque ce soir sur France 2.

A quoi va ressembler le nouveau samedi soir de France 2 ? Après 15 ans de "On n'est pas couché", Laurent Ruquier a décidé de se lancer un nouveau défi en proposant chaque semaine "On est en direct", un talk-show en live diffusé en deuxième partie de soirée. Pour mener à bien ce projet, l'animateur s'est séparé de sa productrice télé historique, Catherine Barma, pour faire équipe avec Philippe Thuillier, son producteur sur "Les Grosses Têtes" (RTL), à la tête de la société ADL TV. Alors que la première de "On est en direct" est attendue ce soir sur l'antenne de la Deux, Laurent Ruquier et son producteur ont accepté pour puremedias.com de lever le voile sur cette création originale.

À lire aussi
Léa Salamé : "Il ne faut pas laisser à Pascal Praud les débats politiques"
Radio
Léa Salamé : "Il ne faut pas laisser à Pascal Praud les débats politiques"
"66 minutes" : Quand M6 interviewe une cliente de Kiabi, collaborant avec... Kiabi
TV
"66 minutes" : Quand M6 interviewe une cliente de Kiabi, collaborant avec... Kiabi
"Vous avez la parole" : Eric Dupond-Moretti reproche à France 2 d'avoir fait témoigner une mère endeuillée
TV
"Vous avez la parole" : Eric Dupond-Moretti reproche à France 2 d'avoir fait...

Propos recueillis par Benjamin Meffre.

puremedias.com : Laurent Ruquier, en quoi "On est en direct" différera de "On n'est pas couché" ?
Laurent Ruquier : Il y aura plusieurs différences majeures. Le direct, bien évidemment, sera la principale. Cela faisait longtemps que je voulais y retourner. Le nombre d'invités ensuite, plus conséquent. L'humour enfin, qui sera beaucoup plus présent que dans "ONPC".

Pourquoi le retour au direct était-il si important pour vous ?
Laurent Ruquier : Parce qu'aujourd'hui, tout va plus vite qu'avant avec les chaînes info et les réseaux sociaux notamment. Entre l'enregistrement d'une émission le jeudi soir (ce qui était le cas de "ONPC", ndlr) et sa diffusion le samedi soir, il peut souvent se passer beaucoup de choses...

Vous n'inviterez pas 35 invités comme on a pu le lire dans la presse ?
Laurent Ruquier : (Rires) Non, il s'agit d'une coquille. Il y aura 35 personnes présentes dans ce "club" que nous voulons créer pour "On est en direct". Parmi eux se trouveront des personnalités avec lesquelles j'échangerai mais il n'y aura pas 35 invités, non.

Y'aura-t-il des invités politiques dans "On est en direct" ?
Philippe Thuillier : On ne s'interdit rien ni personne. Si tel est le cas, ce sera uniquement quand l'actualité l'exigera. Il n'y aura rien de systématique.

Ils ont dit
"Il y aura plusieurs espaces dans un même décor"
Philippe Thuillier

A quoi ressemblera ce "club" dont vous parlez ?
Philippe Thuillier : Nous tournerons dans les anciens studios de Canal+. Il y aura plusieurs espaces dans un même décor, dont un grand salon. Ce club ressemblera à ceux qui existent dans la vraie vie, sauf qu'il aurait été compliqué pour nous d'en réquisitionner un, qui plus est un samedi soir. Dans notre club, on retrouvera un bar, un piano, des fauteuils. Laurent y déambulera au cours de l'émission.

Allez-vous vous inspirer des émissions de Thierry Ardisson, comme "Lunettes noires pour nuits blanches" par exemple, qui se déroulait notamment au Palace ?
Laurent Ruquier : Non, car il s'agissait plutôt en l'occurrence de night clubs, de boîtes de nuit. Nous, nous serons plutôt sur le modèle des clubs anglais. Nous nous rapprocherons davantage de "L'assiette anglaise" (une émission animée par Bernard Rapp sur Antenne 2 à la fin des années 1980, ndlr).

Philippe Thuillier : Je rajoute que nous disposerons aussi d'un espace live. Contrairement aux late shows américains, il n'accueillera pas un band chargé d'accompagner toute l'émission mais permettra à certains artistes invités de pouvoir se produire sur scène. De la même manière, il n'y aura pas un joueur de piano jouant toute la soirée mais le piano nous permettra de faire jouer certains invités de l'émission, musiciens professionnels ou amateurs.

Ils ont dit
"Mes relations avec Catherine Barma n'ont jamais été aussi apaisées"
Laurent Ruquier

La crise sanitaire a-t-elle bouleversé la création de "On est en direct" ?
Philippe Thuillier : Non, car nous en avons tenu compte dès le début, au mois de juin. Michèle Sarfati, la personne ayant réalisé le décor, a ainsi intégré d'entrée de jeu cet enjeu sanitaire.

Laurent, vous serez seul à l'animation ? Pas de chroniqueur ni de sniper ?
Laurent Ruquier : Oui, je serai seul. Mais je m'aiderai bien évidemment des forces en présence autour de moi sur le plateau.

Y'aura-t-il des magnétos au cours de l'émission ?
Philippe Thuillier : On va essayer de sortir le moins possible du plateau. On sera vraiment sur un vrai talk avec une place centrale donnée à la parole. On aura cependant quelques dispositifs innovants. Il pourra par exemple arriver à nos caméras d'aller chercher un artiste à sa sortie de scène...

Laurent, vous parliez d'une plus grande présence de l'humour par rapport à "ONPC". Y'aura-t-il un humoriste chaque semaine ?
Laurent Ruquier : Il y aura même plusieurs humoristes par émission. Je ne peux pas vous dire combien exactement mais nous aurons pour sûr une séquence dans laquelle plusieurs humoristes seront présents.
Philippe Thuillier : L'idée est aussi, comme Laurent l'a toujours fait, de faire découvrir au public de nouveaux visages de l'humour et de la scène.

Quelle place occupera l'actualité dans ce nouveau show ?
Laurent Ruquier : Je ferai comme j'ai toujours fait : un mélange. On parlera de films, de livres, de l'actualité de la société etc. L'idée est justement de profiter du direct pour pouvoir davantage s'adapter à l'actualité et ne pas avoir à prévoir les choses 15 jours à l'avance.
Philippe Thuillier : On pourra aussi profiter du direct pour évoquer les temps forts de la semaine à venir.

Philippe Thuillier, producteur de "On est en direct"
Philippe Thuillier, producteur de "On est en direct" © DR

L'émission sera resserrée à 1h30, a-t-on lu dans la presse. Est-ce pour donner plus de rythme ?
Laurent Ruquier :
Elle fera plutôt 2h pour être plus exact. Je pense que c'est la bonne durée. J'avais déjà essayé de réduire la durée de "On n'est pas couché" afin qu'elle ne finisse pas trop tard. C'est d'autant plus important qu'on sera cette fois en direct et qu'il faut donc que les invités puissent tenir la distance. L'émission nous emmènera jusqu'à plus d'une heure du matin. C'est déjà pas mal.

Où en sont vos relations avec votre ancienne productrice, Catherine Barma ?
Laurent Ruquier : Elles sont au plus calme (rires).

Est-ce à dire qu'elles sont inexistantes ?
Laurent Ruquier : Elles n'ont jamais été aussi apaisées (rires).

Pourquoi avoir voulu vous relancer dans un nouveau projet après 15 ans de "ONPC" ?
Laurent Ruquier : Parce qu'on me l'a demandé ! J'ai déjeuné avec Delphine Ernotte vers le mois d'avril de mémoire. Je voulais arrêter "ONPC" mais je ne me sentais pas pour autant propriétaire de la case du samedi soir. Je ne voulais pas m'y accrocher à toute force, étant par ailleurs très heureux dans le reste de ma vie professionnelle. Delphine Ernotte m'a dit qu'elle comptait sur moi. Je me suis donc mis en quête d'un producteur et nous avons ensuite pris le stylo pour travailler sur une nouvelle émission.

Ils ont dit
"La nuit, la parole est plus libre"
Laurent Ruquier

"On est en direct" a-t-elle dû se serrer la ceinture côté budget par rapport à "ONPC" ?
Philippe Thuillier : On ne va pas rentrer dans les détails mais oui, le budget de "On est en direct" sera plus réduit que celui de "On n'est pas couché".

Laurent, faire une émission de deux heures chaque samedi soir en direct en plus de toutes vos autres activités, n'est-ce pas trop lourd ?
Laurent Ruquier : Non. Et puis il y aura des moments de pause dans la saison, entre les vacances scolaires, le "Téléthon" etc. Je décalerai tout simplement mon week-end du jeudi au samedi. Je n'ai pas à me plaindre. Être en direct, qui plus est la nuit, c'est vraiment très excitant. La nuit, ce n'est pas la même ambiance, les gens ne disent pas la même chose.

La parole est plus libre ?
Laurent Ruquier : Oui, on en fait tous l'expérience dans nos vies. On ne s'exprime pas de la même manière à minuit et à trois heures l'après-midi. Et pas besoin d'alcool pour cela !

Sur le même thème
l'info en continu
"Conan le barbare" : Une série en préparation chez Netflix
SVOD
"Conan le barbare" : Une série en préparation chez Netflix
Haut-Karabagh : Deux journalistes du "Monde" blessés lors d'un bombardement
Presse
Haut-Karabagh : Deux journalistes du "Monde" blessés lors d'un bombardement
"Infidèle" : Claire Keim de retour pour une saison 2 ce soir sur TF1
Programme TV
"Infidèle" : Claire Keim de retour pour une saison 2 ce soir sur TF1
Propos d'Eric Zemmour sur CNews : Une enquête ouverte par le parquet de Paris
Justice
Propos d'Eric Zemmour sur CNews : Une enquête ouverte par le parquet de Paris
Débat Trump/Biden : Quelle audience pour les chaînes info françaises ?
Audiences
Débat Trump/Biden : Quelle audience pour les chaînes info françaises ?
Sud Radio : Le PDG Didier Maïsto quitte ses fonctions
Radio
Sud Radio : Le PDG Didier Maïsto quitte ses fonctions
Vidéos Puremedias