Le droit voisin pour la presse adopté en France

Partager l'article
Vous lisez:
Le droit voisin pour la presse adopté en France
Franck Riester, ministre de la Culture
Franck Riester, ministre de la Culture © Abaca
Le Parlement a voté pour la transposition de la mesure de la directive européenne sur le droit d'auteur.

C'est la première transposition en France de l'un des articles de la directive européenne sur le droit d'auteur. Hier soir, le Parlement a adopté définitivement l'instauration d'un droit voisin au droit d'auteur au bénéfice des éditeurs de presse. Cette proposition de loi a été adoptée par 81 voix contre une et est la première transcription, dans une législation nationale, de la réforme du droit d'auteur approuvée par le Parlement européen en mars dernier.

À lire aussi
"Télématin" : Charlotte Bouteloup quitte à son tour l'émission de Laurent Bignolas sur France 2
TV
"Télématin" : Charlotte Bouteloup quitte à son tour l'émission de Laurent Bignolas...
"Vous êtes fatigant !" : Thomas Piketty exaspéré par Patrick Cohen dans "C à vous"
TV
"Vous êtes fatigant !" : Thomas Piketty exaspéré par Patrick Cohen dans "C à...
Grégoire Hussenot, youtubeur et animateur sur France 5, est mort
Internet
Grégoire Hussenot, youtubeur et animateur sur France 5, est mort

"Nous pouvons être fiers d'être le premier pays d'Europe à le transposer"

Le droit voisin, article 11 de la directive européenne sur le droit d'auteur, prévoit que les plateformes telles que Google News et Facebok devront mieux rémunérer les médias dont ils utilisent les contenus. Les Etats membres doivent transposer dans leur droit national la réforme européenne dans les deux années après la publication au journal officiel de l'Union européenne, soit désormais jusqu'au 17 avril 2021. La loi adoptée en France exclut toutefois "les actes d'hyperlien ainsi que les mots isolés et les très courts extraits d'une publication de presse" du champ de la protection du droit voisin. La durée de ce droit a été fixée à deux ans, conformément à la directive européenne.

"Nous pouvons être fiers d'être le premier pays d'Europe à transposer" cette partie de la directive, s'est félicité Franck Riester, le ministre de la Culture, selon des propos rapportés par l'AFP. Il a d'ailleurs salué un "texte absolument essentiel pour notre démocratie et la survie d'une presse indépendante et libre". Le rapporteur de la loi, Patrick Mignola, membre du MoDem, a ajouté : "L'Assemblée a su se rassembler pour montrer aux GAFA qu'en démocratie, la presse n'est pas un produit comme les autres."

"L'aboutissement d'un long travail de trois ans"

Les éditeurs de presse et les géants du numérique devront désormais entrer en négociations afin de réfléchir aux modalités de rémunération et au choix de la société chargée de la collecte et de la gestion des fonds. En France, le moteur de recherche Qwant a par ailleurs déjà pris les devant puisqu'il a proposé un accord aux éditeurs de presse afin de reverser 5% des revenus "web et news" aux médias concernés.

"C'est l'aboutissement d'un long travail que nous portons depuis trois ans. Les informations coûtent cher à produire et les contenus, notamment les photos, sont pillés via les plateformes", a déclaré à l'AFP Florence Braka, directrice générale de la Fédération française des agences de presse. Et d'ajouter : "Cela va permettre de rééquilibrer la valeur dans un secteur qui est vital pour la démocratique."

Pour sa part, dans un communiqué, l'Association des services internet communautaire (Asic), qui comprend les géants du web, a souligné "les exceptions" consacrées par le Parlement, "protégeant la libre circulation de l'information et le libre choix des éditeurs et acteurs du numérique". L'Asic s'est satisfait que "la loi ne crée par d'obligation de rémunération systématique pour chaque lien hyptertexte", mais a regretté qu'elle "n'ait pas clarifié ce qu'il faut entendre par 'très courts extraits' d'une publication de presse".

commentaires
Veuillez désactiver votre bloqueur de pub (Adblock) pour ce site afin d'afficher l'intégralité des commentaires et en publier.
LeMoi

La loi adoptée en France exclut toutefois "les actes d'hyperlien ainsi que les mots isolés et les très courts extraits d'une publication de presse" du champ de la protection du droit voisin.

Donc finalement Google News ne sera même pas concerné, vu que c'est ce qu'il se contente de faire...
A la différence de Yahoo par exemple qui publie des articles complets, tout comme MSN, mais il me semble que c'est en général en partenariat



לך לישראל

Si j'ai bien compris, et au moins pendant 2 ans, Google va devoir rétribuer les journaux dont il reprend les articles qui apparaissent lorsque tu fais une recherche ('à la une' ou encore lorsque tu cliques sur actualité).



LeKouign

Ce serait pas mal d'avoir un exemple concret d'application de cette loi parce que là c'est à n'y rien comprendre.



comments powered by Disqus
l'info en continu
L'année médias 2019 vue par... Pascal Praud
Interview
L'année médias 2019 vue par... Pascal Praud
"Hawaii 5-0" : M6 lance la saison 9 ce soir
Programme TV
"Hawaii 5-0" : M6 lance la saison 9 ce soir
L'année médias 2019 vue par... Nathalie Lévy
Interview
L'année médias 2019 vue par... Nathalie Lévy
"Mask Singer" : Quelles célébrités se cachaient sous le lion et le cupcake ?
TV
"Mask Singer" : Quelles célébrités se cachaient sous le lion et le cupcake ?
Audiences access 20h : L'info de TF1 en forme, "Scènes de ménages" leader des fictions
Audiences
Audiences access 20h : L'info de TF1 en forme, "Scènes de ménages" leader des...
Audiences access 19h : "Demain nous appartient" en tête, le "Téléthon" faible, records pour Yves Calvi et "Les mamans"
Audiences
Audiences access 19h : "Demain nous appartient" en tête, le "Téléthon" faible,...
Vidéos Puremedias