Léonarda : Natacha Polony "continuera à rire de tout"

Partager l'article
Vous lisez:
Léonarda : Natacha Polony "continuera à rire de tout"
Par Benoit Daragon Journaliste
Natacha Polony
Natacha Polony © DR
Dans une longue tribune publiée dans "Marianne", Natacha Polony revient sur son tweet polémique sur l'affaire Léonarda et promet de continuer à "rire de tout".

Natacha Polony réplique. La semaine dernière, la journaliste d'Europe 1 provoquait un tollé en publiant un tweet douteux en réaction à l'affaire Leonarda. L'auteur de la revue de presse de la matinale de Thomas Sotto avait publié une photo d'une Rom assise sur les marches d'un escalier du métro affublée d'un plaid griffé Givenchy. Sa légende : "Leonarda de retour en France pour la fashionweek...".

À lire aussi
"Y-a-t-il une limite à la télé ?" : Jean-Luc Mélenchon saisit l'Arcom contre Cyril Hanouna
Politique
"Y-a-t-il une limite à la télé ?" : Jean-Luc Mélenchon saisit l'Arcom contre Cyril...
"La place du Mistral est vouée à la déconstruction" : Marseille se prépare à la fin de "Plus belle la vie"
Politique
"La place du Mistral est vouée à la déconstruction" : Marseille se prépare à la...
"Il est à visage découvert !" : Jean-Luc Mélenchon réagit au clash entre Cyril Hanouna et Louis Boyard
Politique
"Il est à visage découvert !" : Jean-Luc Mélenchon réagit au clash entre Cyril...
Midterms 2022 aux Etats-Unis : Quel dispositif sur les chaînes info françaises ?
Politique
Midterms 2022 aux Etats-Unis : Quel dispositif sur les chaînes info françaises ?

"Vous n'avez pas le monopole du rire", a répondu, ce week-end, la frondeuse de "On n'est pas couché" dans une longue tribune publiée dans l'hebdomadaire Marianne. "Il existe désormais en France un Conseil de l'ordre des humoristes patentés. Personne n'a le droit de rire sans leur visa", écrit la journaliste qui estime avoir été victime d'un "déferlement de violence, parfois de haine et d'insultes".

"Franchement..."

Revendiquant une culture proche de celle des magazines satiriques "Hara-Kiri" ou "Charlie Hebdo" et "un goût prononcé pour l'humour acide, voire acerbe", Natacha Polony revient sur son tweet. "Aussitôt, ce fut un embrasement. Un embrasement d'autant plus consternant que ce tweet passait pour le scandale médiatique du jour, alors que, franchement... mais chacun est libre de choisir ses priorités", estime la chroniqueuse qui dénonce férocement "le choeur des indignés".

"La vérité, c'est qu'après une heure de concert d'indignation, un premier commentaire a surgi : 'Moi, j'ai trouvé ça drôle. Où sont les coups de fouet ?' Puis un autre, puis des dizaines, des centaines d'autres (parmi eux, Maïtena Biraben, Elie Semoun... Merci !). Tous proclamant leur droit à l'humour. Tous s'agaçant de ces ligues de vertu qui font régner la terreur sur le net et dans les médias. Mais de cette insurrection du bon sens, aucune trace. Seule restera le sceau de l'infamie", poursuit Natacha Polony qui explique avoir retiré son tweet pour ne pas impliquer les médias pour lesquels elle travaille.

"Plaisanter est interdit à certains"

Natacha Polony revendique ensuite longuement son droit à faire des blagues. "Plaisanter est interdit à certains. Parce qu'il n'aura échappé à personne qu'en matière de blagues sur Léonarda, les humoristes et les dessinateurs de presse (autant que la masse des anonymes qui fréquentent le net) se sont déchaînés. Tout y est passé, de son physique aux préjugés les pires sur les Roms. Mais ils sont humoristes. Ils ont le droit. Une journaliste n'a pas la même position", écrit-elle en estimant que ne pas laisser l'humour aux professionnels est une preuve de la liberté d'expression.

Opposée à la "bien pensance" et au "politiquement correct", la journaliste revendique son droit à l'ironie. "Je ne vous laisse pas le monopole du rire, parce que je ne vous laisse pas le monopole du coeur. Et je ne vous laisse pas non plus la facilité de me faire entrer de force dans votre clivage gauche-droite que je récuse parce qu'il est aussi obsolète que vos fantasmes anti fascistes. Je continuerai donc à rire de tout à conscience déployée, de peur d'être obligée d'en pleurer, à ne pas me croire si importante que je ne puisse plaisanter et à ne pas m'excuser de chérir la France, son histoire, ses paysages, et tous ceux, d'où qu'ils viennent, qui l'aiment assez pour vouloir en perpétuer l'âme", finit la journaliste qui sera ce soir l'invitée du "Grand Journal de Canal+".

Natacha Polony
Natacha Polony
Natacha Polony arrête sa quotidienne sur BFMTV
Natacha Polony : "Caroline Fourest va prendre ses responsabilités sur ce qu'elle pense de 'Marianne'"
"Vous caricaturez beaucoup !" : Accrochage entre Natacha Polony et Alice Coffin sur BFMTV
"Marianne" : Une motion de défiance votée contre Natacha Polony
Voir toute l'actualité sur Natacha Polony
Autour de Natacha Polony
l'info en continu
Jean-Marc Morandini condamné pour "corruption de mineurs" à un an de prison avec sursis, l'animateur va faire appel
Jean-Marc Morandini condamné pour "corruption de mineurs" à un an de prison avec...
"Je suis toujours très émue" : Mireille Mathieu en larmes dans "Vivement dimanche"
TV
"Je suis toujours très émue" : Mireille Mathieu en larmes dans "Vivement dimanche"
Coupe de France : beIN SPORTS, nouveau diffuseur de la compétition aux côtés de France Télévisions
Sport
Coupe de France : beIN SPORTS, nouveau diffuseur de la compétition aux côtés de...
"Dembélé a rarement le vagin..." : La bourde d'Olivier Rouyer provoque un fou rire sur la chaîne L'Équipe
TV
"Dembélé a rarement le vagin..." : La bourde d'Olivier Rouyer provoque un fou rire...
"C dans l'air" va se délocaliser en régions en 2023 sur France 5
TV
"C dans l'air" va se délocaliser en régions en 2023 sur France 5
"Balthazar" : TF1 arrête finalement la série avec Tomer Sisley après la saison 5
Séries
"Balthazar" : TF1 arrête finalement la série avec Tomer Sisley après la saison 5