Paul Amar étrille Jean-Pierre Elkabbach : "Je n'ai jamais vu un type aussi tyrannique"

Partager l'article
Vous lisez:
Paul Amar étrille Jean-Pierre Elkabbach : "Je n'ai jamais vu un type aussi tyrannique"
Paul Amar
Paul Amar © Abaca
"Le Monde" a dressé le portrait de l'ancien présentateur du "20 Heures" de la deuxième chaîne.

Il ne mâche pas ses mots. Hier soir, "Le Monde" a dressé sur son site un portrait du journaliste Paul Amar, signé de Gérard Davet et Fabrice Lhomme. Dans cet article, les journalistes d'investigation ont rencontré l'ex-présentateur du "20 Heures" d'Antenne 2 et ont retracé avec lui sa carrière sur la deuxième chaîne, dont notamment la période de cohabitation avec Jean-Pierre Elkabbach, lorsque ce dernier était le patron de France Télévisions.

À lire aussi
"L'heure des Pros" : Pascal Praud et Nadine Morano s'attaquent à "Quotidien" et Gilles Pélisson
TV
"L'heure des Pros" : Pascal Praud et Nadine Morano s'attaquent à "Quotidien" et...
BFMTV et Marc-Olivier Fogiel portent plainte contre le journaliste de "Télérama" Samuel Gontier
Justice
BFMTV et Marc-Olivier Fogiel portent plainte contre le journaliste de "Télérama"...
France Inter : Sibeth Ndiaye pleure de rire pendant la chronique de Charline Vanhoenacker et Guillaume Meurice
Radio
France Inter : Sibeth Ndiaye pleure de rire pendant la chronique de Charline...

"J'en avais pleuré"

En 1993, lors de la victoire de la droite aux législatives, Jean-Pierre Elkabbach a été nommé président du groupe audiovisuel du service public. "C'est mon arrêt de mort. Quand Elkabbach soutient le pouvoir, il le soutient ouvertement...", confie Paul Amar, avant d'évoquer sa rencontre avec l'intervieweur lorsque les deux journalistes étaient correspondants à Washington : "Il m'avait lancé, en sortant de l'avion : 'Le patron, c'est moi !' Il avait même pris ma place au bureau. Je n'ai jamais vu un type aussi tyrannique. Il m'avait empêché d'aller serrer la main de l'écrivain Henry Miller, dont j'avais obtenu, pour lui, l'interview. J'en avais pleuré."

Alors présentateur du journal télévisé d'Antenne 2, Paul Amar raconte le changement de la ligne éditoriale de son "20 Heures" : "Je n'avais plus mon mot à dire, c'était le retour à l'ORTF ! Un soir, j'ai même dû recevoir deux ministres, Philippe Douste-Blazy et Charles Pasqua. C'était ridicule, même eux en rigolaient..." Ainsi, le présentateur affirme que Jean-Pierre Elkabbach l'avait obligé à tenir le mythique débat entre Bernard Tapie et Jean-Marie Le Pen, durant lequel le journaliste avait sorti des gants de boxe en direct à la télévision. Suspendu trois semaines après le choc, il est ensuite licencié par le patron de France Télévisions. "Je préfère perdre un '20 Heures' que ma conscience", lâche Paul Amar aujourd'hui.

"On m'avait promis des moyens que je n'ai pas eus"

Au cours de ce portrait, le journaliste revient également sur son départ compliqué d'i24News en février 2017. Alors directeur de l'information de la chaîne d'information de Patrick Drahi, basée à Tel Aviv en Israël, il avait dû déposer sa démission en raison d'une divergence d'opinion sur la stratégie de développement de la chaîne. "Il y avait trop de divergences avec Frank Melloul, le patron de la chaîne, sur le mode de management, les choix stratégiques... Le versant francophone de la chaîne disparaissait, on m'avait promis des moyens que je n'ai pas eus. J'avais déjà présenté trois fois ma démission en dix-huit mois !", précise le présentateur, avant de conclure : "Je suis parti sans un centime, alors que j'étais très bien payé..."

Paul Amar
Paul Amar
Paul Amar évincé d'i24News
Paul Amar : "Jean-Pierre Elkabbach porte une lourde responsabilité dans l'émergence du FN"
Paul Amar révèle un pacte secret Elkabbach-Sarkozy pour faire élire Balladur en 1995
commentaires
Veuillez désactiver votre bloqueur de pub (Adblock) pour ce site afin d'afficher l'intégralité des commentaires et en publier.
tout_le_toutim

Amar et son monde de Léa nous manquent. Il était le fer de lance de la quête de sens de Papy Mougeotte. Cela ne nous rajeunit pas!



zur ten

Quoi ? Un journaliste de droite ? Mais alors il y en a contrairement à ce que certains ne cessent de beugler ici-même...



ajusta quinoa

M.Elkabbach s'imagine toujours en laquais influent des pouvoirs, alors que ce n'est plus qu'un vieux Monsieur à qui l'on fait croire qu'il est toujours important...Chut...Faut pas lui dire...



arno2marcq

Ses propos sur Elkabbach ne m'étonnent pas non plus. On sent tellement que ce type est proche du pouvoir (de droite) et prêt à n'importe quoi pour tirer la couverture sur lui. C'est de notoriété publique et cela explique sa longévité dans les médias.

Sur Europe 1, il aura fallu la primaire de la droite et du centre où il a insinué que Bruno Le Maire ne serait plus grand-chose au soir du premier tour (abjecte pour un journaliste qui doit rester dans la neutralité) et l'élimination de son protecteur Sarkozy, pour qu'on le destitue enfin de son rendez-vous quotidien.

Depuis il a rejoint Cnews et son ami Bolloré.



Ysabel

il suffit de voir comment elkabach parle à ses invités, il a de la chance que les gens continuent à venir dans son émission..



Karima Atlaoui

Pourtant il a vu Jean-Marie Le Pen de près.



Il n'y en a qu'une

Un comportement qui ne m'étonne guère. Elkabbach, c'était bien celui qui voulait s'interposer sur tous les terrains depuis qu'il a reçu les louanges de Desgraupes dans la rédaction d'Information Première. Pour l'histoire, alors qu'il devait partir à Bonn faire de la correspondance fin 1969, le directeur de la rédaction l'a vite rappelé à Cognacq-Jay sous prétexte qu'il était un élément essentiel de la rédaction de la première chaîne de l'ORTF.



Aigreurs Actuelles

Elkkabach c'est quand même l'homme qui a osé mettre morandini pendant 3 heures le midi sur Europe, en le faisant passer pour un journaliste.



M-16

Tiens ils sont ou les membres si enclins à critiquer quand y'a des gars de la TV qui montrent leur sensibilité politique.

Rien sur Elkabbach ? Il doit pas être assez de gauche pour être critiqué j'imagine.



Steph3333

Elkabbach se croit indispensable. Comme tous les tyrans, s'il n'a plus personne à tyranniser, il mourra le lendemain de sa mise à la retraite.
Les patrons des médias qui le font encore travailler ont peut être une part de responsabilité.
A plus de 80 ans, il faut savoir s'arrêter. Même si je l'admire beaucoup, je pense aussi à Michèle Cotta. Ca frise parfois le ridicule.



bigtv

Je n'ai jamais apprecie amar , mais pas surpris des propos qu'il tient au sujet de l'elkabbach , un vrai tyran et comme tous les tyrans jamais prêt a partir , beurkkk



comments powered by Disqus
Sur le même thème
l'info en continu
Tous les programmes de la télé du 7 au 13 décembre 2019
Programme TV
Tous les programmes de la télé du 7 au 13 décembre 2019
"Chef contre chef" : Cyril Lignac et Jean-François Piège s'affrontent le 12 décembre sur M6
Programme TV
"Chef contre chef" : Cyril Lignac et Jean-François Piège s'affrontent le 12...
"Platane" : La saison "Tree" arrive le 9 décembre sur Canal+
Programme TV
"Platane" : La saison "Tree" arrive le 9 décembre sur Canal+
Lumni : L'audiovisuel public présente sa nouvelle plateforme éducative
TV
Lumni : L'audiovisuel public présente sa nouvelle plateforme éducative
"Le Seigneur des Anneaux" : La série renouvelée par Amazon pour une saison 2
Séries
"Le Seigneur des Anneaux" : La série renouvelée par Amazon pour une saison 2
Laure Killing ("Demain nous appartient", "Nina") est morte
TV
Laure Killing ("Demain nous appartient", "Nina") est morte
Vidéos Puremedias