Paul Larrouturou sur son arrivée à TF1 info : "Je ne suis plus un présentateur de téloche mais un créateur de contenus"

Partager l'article
Vous lisez:
Paul Larrouturou sur son arrivée à TF1 info : "Je ne suis plus un présentateur de téloche mais un créateur de contenus"
Par Ludovic Galtier Lloret Journaliste
Né en Isère entre le tirage de la première boule noire de l'histoire de "Motus" - "Oh-ohohohoh" - et la première visite de candidats à "Fort Boyard", Ludovic Galtier est journaliste à Puremédias depuis octobre 2021. Il est passionné par la politique, l'économie des médias et leur stratégie de programmation.
Un reportage de Paul Larrouturou sur LCI le 3 janvier 2022. © TF1/LCI
Le célèbre reporter, révélé par "Le petit journal" de Canal+ puis par "Quotidien" sur TMC, a décidé de quitter LCI, où il officiait depuis 2021, pour se lancer à 100% dans un nouveau défi : alimenter de reportages, de directs et d'enquêtes l'offre d'information web du groupe TF1.

Nouvelle bonnette pour Paul Larrouturou. Le reporter politique, rendu célèbre par ses nombreuses passes d'armes sur le terrain, débute sa saison sur un nouveau support. Fini la télévision ! À 37 ans, celui qui co-présentait la saison passée la tranche du 11h-midi de LCI avec Élizabeth Martichoux devient la figure de proue de TF1 info, l'offre d'information du groupe TF1 sur le web, et pourrait alimenter à terme la future plateforme de streaming, annoncée ce mercredi 30 août 2023 par Rodolphe Belmer, le directeur général de TF1.

Celle-ci proposera de l'information qui pourra être consommée à la demande sur l'application My TF1. D'ici là, Paul Larrouturou revient, pour puremedias.com, sur sa décision de quitter le petit écran et explicite le contenu des trois formats qu'il portera cette saison sur les comptes Tik Tok, Instagram, Snapchat, Facebook, X (nouveau nom de Twitter) et Youtube de TF1 info : "Paul Le Live" (directs), "Paul Le Plus" (reportages) et "Paul Les Enquêtes".

À lire aussi
100e épisode de "Plus belle la vie" sur TF1 : Intrigues, personnages, audiences.... Clémentine Planchon, la productrice de la série, fait le bilan
Interview
100e épisode de "Plus belle la vie" sur TF1 : Intrigues, personnages,...
JoeyStarr, héros du "Remplaçant" sur TF1 : "Je pourrais jouer un pilote de ligne borgne, transgenre ou unijambiste"
Interview
JoeyStarr, héros du "Remplaçant" sur TF1 : "Je pourrais jouer un pilote de ligne...
Thomas Scimeca, nouvelle recrue de "HPI" sur TF1 : "Il fallait tout de suite en imposer et ce n'est pas évident quand on débarque en saison 4"
Interview
Thomas Scimeca, nouvelle recrue de "HPI" sur TF1 : "Il fallait tout de suite en...
Euro 2024, Coupe du monde 2026, Finale de Ligue des champions, Football féminin... : Frédéric de Vincelles dévoile la stratégie sport du groupe M6
Interview
Euro 2024, Coupe du monde 2026, Finale de Ligue des champions, Football féminin......

Propos recueillis par Ludovic Galtier Lloret

puremedias.com : Un nouveau pan de votre carrière s'ouvre. Vous quittez la télévision pour vous consacrer à 100% au web et aux réseaux sociaux. Comment l'appréhendez-vous ?
Paul Larrouturou
: Je quitte la télévision. C'est évidemment un moment particulier pour moi, une petite révolution intime. Je me suis jeté dans le vide. Maintenant, je sais ce que je veux faire, je vois l'énergie qui est consacrée à ce projet au sein du groupe TF1. J'ai d'ailleurs été très touché par la phrase de Thierry Thuillier (directeur de l'information du groupe TF1, ndlr) qui a évoqué en public l'idée que peut-être, en 2025 ou en 2026, un homme ou une femme politique pourrait choisir de déclarer sa candidature à l'élection présidentielle de 2027 non pas sur le plateau du "20 Heures" de TF1 mais dans l'un de mes formats.

Ils ont dit
"Je ne suis plus un présentateur de téloche mais un créateur de contenus parmi d'autres"
Paul Larrouturou

Vous seriez ainsi avant-gardiste en prenant cette décision ?
Ce que je crois surtout, c'est que cela rend humble parce que je ne suis plus un présentateur de téloche mais un créateur de contenus parmi d'autres. Ici, c'est le meilleur laboratoire pour le faire. Il y a à la fois l'esprit start-up et l'empire TF1, porté par Rodolphe Belmer (directeur général de TF1, ndlr), pour qui c'est un enjeu industriel.

Concrètement, qu'est-ce que l'on pourra retrouver dans vos trois formats ?
Du direct, d'abord, en format 9/16e avec "Paul Le Live" : en septembre, je vais vous faire vivre, tout seul avec un iPhone – ce qui est une première pour moi – les coulisses des visites du pape François à Marseille et du roi du Royaume-Uni Charles III à Bordeaux. À l'Élysée, je vais vraiment faire de l'immersion et plusieurs ministres m'ont donné leur accord. Le format en direct s'accompagnera d'un format chiadé de deux minutes compilant les meilleurs moments du direct. Je vais aussi faire du "débunk" (de la déconstruction, ndlr) de fake news à base de reportages. "Paul Le Live" et "Paul Le Plus" sont intimement liés.

Et le troisième format ?
Ce sont les enquêtes. Là, il me faudra plus de temps. On va miser sur des enquêtes au long cours filmées à l'horizontal et d'une durée pouvant atteindre jusqu'à 8 minutes. Elles seront diffusées sur la future application de TF1 et sur Youtube voire pourquoi pas à terme dans le "20 Heures". Certaines enquêtes que j'ai commencées l'année dernière pourraient intégrer ce format à l'instar de Lacoste qui continue son business en Russie et les munitions françaises retrouvées en Iran. Ou, sur le terrain politique, quelque chose dans la même veine que mes enregistrements de Laurent Wauquiez à l'école de management de Lyon en 2018.

La communication gouvernementale que l'on dit ultra-verrouillée vous permettra-t-elle d'avoir les mains totalement libres ?
J'ai "dealé", pour l'heure, directement avec les ministres que je connais et pas avec leurs communicants. Plusieurs ministres, dont des régaliens, sont d'accord pour que je les suive dans leur voiture, réaliser des séquences qui nous emmèneront du ministère aux visites de terrain musclées.

Ils ont dit
"Une majorité de Français s'informent sur leur téléphone avant la télévision, et je ne parle pas seulement des 15-34 ans"
Paul Larrouturou

Êtes-vous de ceux qui pensent que la télévision va s'éteindre à petit feu ?
Beaucoup de confrères de la télévision m'ont dit : "Tu as raison, la télévision se meurt, moins vite que prévu, mais on sent que les gens ne la regardent plus". Ce qui est sûr, c'est qu'une majorité de Français s'informent sur leur téléphone avant la télévision, et je ne parle pas seulement des 15-34 ans. Ces derniers mois, parallèlement à mes reportages et interviews pour LCI, j'ai fait des expérimentations sur les réseaux sociaux. Je me suis rendu compte que mes sujets vivaient déjà en grande partie en ligne.

C'est-à-dire ?
Tout a commencé le 3 janvier 2022, avec ma séquence avec les "antivax" : j'ai réalisé que les gens qui m'en parlaient dans la rue l'avaient tous vu d'abord en ligne et que mon tweet seul avait fait 18 millions d'impressions, soit autant voire plus que son exposition cumulée sur LCI (multidiffusion) et dans le "20 Heures" de TF1.

Le même schéma s'est reproduit en début de saison dernière, le 5 septembre 2022, quand j'ai demandé à l'entraineur du PSG, Christophe Galtier, et à Kylian Mbappé s'ils comptaient répondre au responsable de la SNCF qui les incitait à prendre le train plutôt que des avions : 8 millions de vues en natif sur nos réseaux sociaux.

Ils ont dit
"Je ne veux surtout pas que l'on m'oppose à Rémy Buisine"
Paul Larrouturou
Ces coups d'éclat sont-ils significatifs ?
D'autres exemples, ces derniers mois, démontrent la montée en puissance de nos réseaux sociaux. Mes premières tentatives en direct sur TikTok restent néanmoins modestes : 42.800 spectateurs ont assisté à mon premier "Live" de 2h17 minutes le 23 mars 2023, date de la dixième journée de manifestations contre la réforme des retraites. Mais ça monte : mon avant-dernier "Live" a enregistré 116.500 vues dont 93.000 spectateurs uniques. Au-delà des audiences, j'ai surtout été bluffé par l'interactivité décuplée par ce format en direct. La géolocalisation révolutionne le métier : le 30 mars 2023, par exemple, une personne suivant mon TikTok sur un déplacement d'Emmanuel Macron à Embrun (Hautes-Alpes) m'a indiqué que le chef de l'État arrivait en hélicoptère, ce qui m'a permis de m'y rendre et de l'avoir par la suite à l'antenne de LCI. En fait, j'ai vraiment découvert ce que fait avec un immense talent Rémy Buisine (journaliste pour la plateforme "Brut", ndlr). Moi, je le fais à ma façon.

Justement, quelle est la patte de Paul Larrouturou en direct par rapport aux formats existants ?
J'ai appelé Rémy Busine quand ce poste m'a été proposé parce que je ne veux surtout pas que l'on nous oppose. Je connais Rémy, je le respecte, on est reporters depuis longtemps tous les deux. Je considère que dans ce marché naissant, il y a de la place pour tout le monde. Comme lui, je montre les moments musclés, je donne la parole aux manifestants, mais je fais aussi le carré de tête, les ministres. J'essaie de faire en sorte que pendant les deux heures trente où l'on me suit, on ait vraiment tout le prisme.

Ils ont dit
"Comptez sur moi pour poser des questions piquantes à Ségolène Royal"
Paul Larrouturou
Un dernier mot sur la rentrée médiatico-politique : qu'est-ce que vous inspire l'arrivée de Ségolène Royal dans "Touche pas à mon poste !" sur C8 ?
Je suis profondément dans l'incompréhension par rapport à Ségolène Royal, dont j'ai couvert la campagne en 2007. J'étais très jeune mais je me souviens qu'elle avait pour ambition de devenir une femme d'État. Il y a un moment où elle a vrillé factuellement que ce soient sur les vaccins ou sur l'Ukraine. Je pense qu'elle tente d'exister aujourd'hui. J'ai vu sa tentative de retour et son pacte avec Mélenchon pour les élections européennes de 2024 et ce que je vois, en tant que journaliste politique, c'est qu'une grande partie de la gauche est elle aussi dans l'incompréhension. Après, mon travail consiste à lui donner la parole, à faire entendre ses idées et à relayer les interrogations que les gens peuvent avoir. Comptez sur moi pour lui poser des questions piquantes.
LCI
LCI
Darius Rochebin prend les commandes du 22h/minuit de LCI après le départ d'Éric Brunet pour BFMTV
"Désespérant et tellement insultant" : Mohamed Bouhafsi dénonce les propos d'Abnousse Shalmani tenus sur LCI sur les écolières musulmanes
Audiences dimanche : BFMTV, affectée par une panne, et LCI, portée par le conflit Iran-Israël, partagent le leadership de l'info, CNews 3e
Élections américaines : Sur quelle chaîne regarder le Super Tuesday en France ?
Voir toute l'actualité sur LCI
l'info en continu
Audiences Netflix : En deux semaines, cette série cumule 70 millions de vues et se rapproche déjà du top 10 de tous les temps de la plateforme
TV
Audiences Netflix : En deux semaines, cette série cumule 70 millions de vues et se...
Finale de "Top chef", l'équipe de France à l'Euro 2024, Lannick Gautry... : Les temps forts à la télévision du 15 au 21 juin 2024
Programme TV
Finale de "Top chef", l'équipe de France à l'Euro 2024, Lannick Gautry... : Les...
Laurence Ferrari, nommée présidente de la marque "JDD", lance "JDNews", un nouvel hebdomadaire pour concurrencer "Paris Match"
Presse
Laurence Ferrari, nommée présidente de la marque "JDD", lance "JDNews", un nouvel...
Le tournage du téléfilm avec Inès Reg pour TF1 "suspendu à date"
TV
Le tournage du téléfilm avec Inès Reg pour TF1 "suspendu à date"
Après sa violente altercation avec Meyer Habib, David Guiraud présente ses excuses "à tous les cochons de France" sur BFMTV
TV
Après sa violente altercation avec Meyer Habib, David Guiraud présente ses excuses...
Euro 2024 : Sabrina Delannoy remplace Youri Djorkaeff dans le dispositif de TF1
TV
Euro 2024 : Sabrina Delannoy remplace Youri Djorkaeff dans le dispositif de TF1