Reed Hastings (Netflix) : "Nous devenons un producteur français majeur"

Partager l'article
Vous lisez:
Reed Hastings (Netflix) : "Nous devenons un producteur français majeur"
Reed Hastings, patron de Netflix
Reed Hastings, patron de Netflix © Abaca
Le patron de la plateforme de vidéos a accordé un entretien à l'hebdomadaire "L'Express".

Netflix veut s'inspirer de la souris aux grandes oreilles. Ce jeudi, Reed Hastings, le PDG de la plateforme de vidéos en ligne, a accordé un entretien au journal "L'Express", qui a revu sa formule aujourd'hui. Au cours de l'interview, il a confié s'inspirer du modèle de merchandising des studios Disney. Ces dernières années, le patron du SVOD a diversifié les activités de son entreprise en développant des jeux vidéos, des livres et des jouets autour des productions de la plateforme. De plus, une attraction sur le thème de la série "Stranger Things" a été créée aux parcs Universal Studio à Orlando et à Hollywood, aux Etats-Unis.

À lire aussi
"C à vous" : Roselyne Bachelot démonte les contradictions de l'urgentiste médiatique Christophe Prudhomme
TV
"C à vous" : Roselyne Bachelot démonte les contradictions de l'urgentiste...
Denis Brogniart ("Koh-Lanta : L'île des héros") : "Voilà pourquoi l'épisode de ce soir a été raccourci"
Interview
Denis Brogniart ("Koh-Lanta : L'île des héros") : "Voilà pourquoi l'épisode de ce...
"Le bureau des légendes" : Canal+ diffuse les quatre premières saisons de la série en clair dès samedi
Séries
"Le bureau des légendes" : Canal+ diffuse les quatre premières saisons de la série...

6,7 millions d'abonnés en France

"C'est vrai, nous sommes une sorte de bébé Disney", a déclaré Reed Hastings, avec humour. Et de poursuivre : "Cette entreprise a pu toucher les fans dans le monde réel avec ses parcs d'attractions ou le merchandising autour de ses films". "Nous essayons de faire la même chose et de les rattraper", a souligné le patron de Netflix, précisant toutefois : "Mais cette activité reste encore très marginale, nous préférons concentrer nos efforts sur nos contenus, comme 'The Irishman', 'Two Popes' et 'Marriage Story'."

Reed Hastings est également revenu sur l'ouverture cette semaine de bureaux en France. "Aujourd'hui, avec 6,7 millions d'abonnés dans l'Hexagone et les bonnes performances de certaines productions françaises, à l'intérieur comme à l'extérieur des frontières, le moment nous est paru opportun d'ouvrir une filiale", a-t-il expliqué. Et de dévoiler son objectif sur l'année : "Nous comptions jusqu'ici 24 titres originaux en cinq ans et sur la seule année 2020 nous en aurons 20 de plus. Nous devenons donc un producteur français majeur et plus seulement une machine à exporter des contenus hollywoodiens." Pour rappel, le gouvernement a l'intention d'obliger les plateformes comme Netflix à consacrer 25% de leur chiffre d'affaires en France dans la production d'oeuvres françaises et européennes.

Sur le même thème
l'info en continu
Maxime Saada (Canal+) sur la Ligue 1 : "Quand on n'est pas livré, on ne paye pas"
TV
Maxime Saada (Canal+) sur la Ligue 1 : "Quand on n'est pas livré, on ne paye pas"
"Le bureau des légendes" : La saison 5 dès ce soir sur Canal+
Séries
"Le bureau des légendes" : La saison 5 dès ce soir sur Canal+
"Les Sandales blanches" : Amel Bent héroïne d'une fiction pour France 3
TV
"Les Sandales blanches" : Amel Bent héroïne d'une fiction pour France 3
"C'est Canteloup" de retour ce soir sur TF1
Programme TV
"C'est Canteloup" de retour ce soir sur TF1
"Ils racontent le monde d'après" : "Le Parisien" présente ses excuses après sa Une 100% masculine
Presse
"Ils racontent le monde d'après" : "Le Parisien" présente ses excuses après sa Une...
Le confinement vu par... Alessandra Sublet
Confinement
Le confinement vu par... Alessandra Sublet
Vidéos Puremedias