Revente de Numéro 23 : Pascal Houzelot chahuté devant le CSA

Partager l'article
Vous lisez:
Revente de Numéro 23 : Pascal Houzelot chahuté devant le CSA
Alain Weill (NextRadioTV) et Pascal Houzelot (à droite)
Alain Weill (NextRadioTV) et Pascal Houzelot (à droite) © Thierry Orban / ABACA Press
Le patron de Numéro 23 était auditionné cet après-midi par l'institution d'Olivier Schrameck.

"Je ne veux pas me dérober", a répété à plusieurs reprises Pascal Houzelot, cet après-midi, devant le CSA. C'est pourtant l'impression que le patron de Numéro 23 a parfois donnée alors qu'il était auditionné dans le cadre de sa demande d'agrément pour la revente de sa chaîne TNT à NextRadioTV (BFMTV, RMC Découverte).

À lire aussi
Diffusion Coupe du monde de rugby 2019 : Le calendrier des retransmissions chaîne par chaîne
TV
Diffusion Coupe du monde de rugby 2019 : Le calendrier des retransmissions chaîne...
Crise à "Télématin" : En larmes, Danielle Moreau prend la défense des chroniqueurs de la matinale de France 2 (MAJ)
TV
Crise à "Télématin" : En larmes, Danielle Moreau prend la défense des chroniqueurs...
Eric Zemmour devient chroniqueur sur CNews dès lundi à 19h
TV
Eric Zemmour devient chroniqueur sur CNews dès lundi à 19h

Il faut dire que la discussion a parfois été vive entre l'homme d'affaires et certains membres du CSA. Pascal Houzelot a notamment eu un échange très tendu avec Memona Hintermann-Afféjee. La conseillère lui a notamment demandé s'il avait pensé à rendre sa fréquence au CSA au lieu de la vendre. Pascal Houzelot a alors fait valoir qu'aucun patron de chaînes de la TNT gratuite nationale n'avait rendu gratuitement sa fréquence par le passé. Et de lancer, agacé : "Est-ce que vous avez posé cette question à Monsieur Berda, à Monsieur Bolloré, à Monsieur Lagardère ?", en référence aux précédentes ventes de fréquences TNT. "Je n'étais pas là à l'époque. Je suis là, maintenant!", a-t-elle rétorqué très agacée.

"Avouez que nous sommes un peu surpris..."

Un peu plus tard, Pascal Houzelot a croisé le fer avec Nicolas About. Ce dernier a émis des doutes sur les aspirations réelles du patron de Numéro 23 lorsqu'il a créé sa chaîne, en décembre 2012. Rappelant ses précédentes auditions, il a souligné que ce dernier avait répété "à qui veut l'entendre" qu'il ne souhaitait "en aucun cas" se séparer de sa chaîne. "Avouez que nous sommes un peu surpris...", a commenté le conseiller.

"Je vous ai dit lorsque vous m'avez auditionné en 2012 que mon objectif était celui d'un entrepreneur. L'objectif d'un entrepreneur n'est pas de se séparer du bébé qu'il est en train de créer. Et c'était vrai ! (...) A aucun moment je n'ai menti", a fait valoir Houzelot, estimant que seule l'évolution de l'environnement publicitaire l'avait finalement "obligé" à vendre. L'homme d'affaires a ajouté que la question d'une éventuelle revente ne lui avait plus été posée après 2012 par le CSA. Une version démentie immédiatement par Memona Hintermann : "Moi je me rappelle très bien, en 2013 puis en 2014, vous avoir posé cette question de la vente et vous aviez constamment démenti monsieur Houzelot". "Je n'ai pas du tout le même souvenir. Je pense qu'on peut retrouver les textes", a rétorqué le patron de la chaîne.

"C'est un débat trop compliqué pour moi, je suis désolé"

Interrogé ensuite par Olivier Schrameck, Pascal Houzelot a expliqué que sa décision de vendre avait été en partie inspirée par un changement de discours des autorités publiques qui, après avoir encouragé l'émergence de chaînes indépendantes, auraient selon lui décidé de consolider les grands groupes audiovisuel. En désaccord, Olivier Schrameck a donc demandé à Pasacal Houzelot d'expliciter sa pensée sur ce point, ce que ce dernier a eu toutes les peines du monde à faire. "C'est un débat trop compliqué pour moi, je suis désolé", a-t-il fini par lâcher, avant d'évoquer un "air du temps" favorable selon lui à la concentration des groupes. "Si nous en restons à l'air du temps, je crois qu'on ne va pas aller plus loin sur ce point", a conclu Olivier Schrameck.

L'audition a ensuite carrément viré au cocasse lorsqu'ont été évoquées les très nombreuses émissions de tatouage de la chaîne. Interrogés par le CSA, les responsables ont tenté de défendre l'idée que ces programmes multidiffusés répondaient aux obligations de la chaîne de promotion de la diversité et de lutte contre les stéréotypes. Nathalie Drouaire, la directrice des programmes, a même expliqué que sa chaîne avait dû refuser "beaucoup de programmes de tatouage", qui représentent malgré tout 13% de l'offre totale de programmes ! Les manquements de Numéro 23 à ses obligations de convention avaient déjà largement épinglées par une étude d'impact réalisée par le CSA.

Les Sages vont-il finalement donner l'agrément à Numéro 23 pour être rachetée par le groupe NextRadioTV ? Rien n'est moins sûr au vu du climat parfois tendu de cette audition publique. Les Sages de la Tour Mirabeau devraient en tout cas se prononcer d'ici très peu de temps dans ce dossier.

commentaires
comments powered by Disqus
l'info en continu
"Héros" : NRJ 12 lance un nouveau magazine ce soir
TV
"Héros" : NRJ 12 lance un nouveau magazine ce soir
"Poulpovision" : Monsieur Poulpe lance sa nouvelle émission à 14h20 sur Canal+
Programme TV
"Poulpovision" : Monsieur Poulpe lance sa nouvelle émission à 14h20 sur Canal+
Xavier Dupont de Ligonnès : Les médias font leur mea culpa
TV
Xavier Dupont de Ligonnès : Les médias font leur mea culpa
Audiences samedi : "On n'est pas couché" au plus bas, lancement très compliqué pour "Top départ" sur M6
TV
Audiences samedi : "On n'est pas couché" au plus bas, lancement très compliqué...
Audiences : "Les murs du souvenir" leader devant "DALS", débuts difficiles pour "La course des champions"
Audiences
Audiences : "Les murs du souvenir" leader devant "DALS", débuts difficiles pour...
"La boîte à secrets" : Première bande-annonce pour la nouvelle émission de Faustine Bollaert sur France 3
TV
"La boîte à secrets" : Première bande-annonce pour la nouvelle émission de...
Vidéos Puremedias