Vincent Bolloré sur Canal+ : "Si on n'a pas l'autorisation de distribuer beIN, on sera obligé d'arrêter le robinet"

Partager l'article
Vous lisez:
Vincent Bolloré sur Canal+ : "Si on n'a pas l'autorisation de distribuer beIN, on sera obligé d'arrêter le robinet"
Par Benjamin Meffre Rédacteur en chef
Passionné par les médias, l’économie et la politique, Benjamin est rédacteur en chef de puremedias.com dont il a intégré la rédaction en 2013.
Vincent Bolloré
Vincent Bolloré © Abaca
Face à ses actionnaires, le président du conseil de surveillance de Vivendi a alerté aujourd'hui sur la santé financière de Canal+, faisant de la validation du partenariat avec beIN Sports une condition de sa survie.

Séance "séduction" aujourd'hui pour Vincent Bolloré. Le président du conseil de surveillance de Vivendi était confronté à ses actionnaires lors de l'Assemblée générale du groupe médias français. L'homme d'affaires breton a profité de l'occasion pour rappeler sa volonté de créer un géant "latin" des médias et des contenus capable de rivaliser avec les groupes médias anglo-saxons de l'ancienne comme de la nouvelle génération.

À lire aussi
Hugo Clément répond avec détachement aux attaques de Gaspard Proust
TV
Hugo Clément répond avec détachement aux attaques de Gaspard Proust
France Médias Monde : Marie-Christine Saragosse candidate à un troisième mandat
TV
France Médias Monde : Marie-Christine Saragosse candidate à un troisième mandat
Giorgia Meloni : La première télévision française de la présidente du parti d'extrême-droite italien
TV
Giorgia Meloni : La première télévision française de la présidente du parti...
Rachat de M6 : Qui sont les potentiels repreneurs ?
TV
Rachat de M6 : Qui sont les potentiels repreneurs ?

"Une période de faillite" pour Canal

Au cours de sa prise de parole, Vincent Bolloré a notamment alerté sur la santé financière de Canal+, qui pourrait selon lui perdre plus de 400 millions d'euros en 2016, après 264 millions de pertes en 2015. Rappelant que le groupe Canal était un "pilier de Vivendi", l'homme d'affaires a estimé que Canal traversait "une période de faillite" héritée de la précédente direction. "Certains ont cru que j'étais la cause des pertes. Je suis leur conséquence et peut-être leur solution", a jugé Vincent Bolloré.

Ce dernier s'est appuyé sur ces mauvais chiffres pour mettre un maximum de pression sur l'Autorité de la concurrence qui doit prochainement se prononcer sur le partenariat de distribution que Canal+ veut nouer avec beIN Sport. Selon le président du conseil de surveillance de Vivendi, une décision négative de l'anti-trust mettrait gravement en danger l'avenir de Canal au sein du groupe Vivendi.

l LIRE AUSSI : La lettre de Bolloré à tous les collaborateurs de Canal+ et Vivendi

"Si à un moment, on n'a pas l'autorisation de distribuer beIN, si les pertes continuent, on sera obligé à un moment d'arrêter le robinet. Vivendi ne pourra apporter indéfiniment de l'argent à Canal+", a fait savoir Vincent Bolloré, soulignant que Canal représentait "1 milliard de dettes". "Personnellement, je pense que ça mérite d'aller redresser cette entreprise", a-t-il cependant rappelé.

Avant de souligner : "De toute façon, n'est abîmé dans Canal, je le redis, que la partie des chaînes que nous fabriquons nous-mêmes. Le reste marche très bien ! On pourrait tout à fait imaginer un Canal qui serait Canal Overseas (...), CanalSat (...), StudioCanal, les chaînes gratuites (...)... C'est quelque chose de possible et qui deviendrait profitable. C'est dans la fabrication de nos chaînes, nous-mêmes, qu'il y a un sujet. On pourrait tout à fait imaginer, si on arrêtait les chaînes Canal+, à Dieu ne plaise, qu'on puisse distribuer ceux qui font du sport à notre place (...) Je peux vous dire que si Canal continue à perdre de l'argent, il n'y aura plus la concurrence de Canal en tant que chaîne. Ca, c'est sûr ! Le reste avance".

"A Canal, je ne suis pas populaire"

L'homme d'affaires a aussi fait savoir qu'il se moquait des critiques pouvant le viser. "Il y aura beaucoup de critiques. Evidemment, à Canal, je ne suis pas populaire. Là, il y a Cannes qui arrive en mai. C'est délicieux Cannes au mois de mai : la Croisette, le Suquet (quartier de Cannes, ndlr), les olives, la mer bleue... C'est sûr que quand on dit aux gens, vous n'êtes plus 469 à partir mais 50, oui, vous n'êtes pas populaire. C'est sûr", a-t-il ironisé.

Vincent Bolloré a aussi raillé ceux qui évoquent un risque de départs des talents des entreprises dont il prend le contrôle. "On m'a dit que les talents allaient partir. Je ne sais pas pourquoi les talents partiraient quand on arrive. Ce que veulent les talents c'est être payés, travailler et avoir un groupe qui leur permette de se développer. Ils ne sont pas plus cons qu'ailleurs les talents. Ils n'ont pas peur", a-t-il estimé d'un ton familier.

"Si j'y ai mis 4 milliards, ce n'est pas parce que je pense que c'est de la daube"

Le tycoon a conclu en réaffirmant sa confiance dans son projet pour Vivendi. "Je trouve que sur le plan moral c'est intéressant d'aller promouvoir les artistes français, les écrivains français, le cinéma français, latin. Mais en plus, je pense que financièrement, ça peut être beaucoup d'argent. J'y ai mis à titre personnel avec nos autres associés de Bolloré 4 milliards ou un truc comme ça. Ce n'est pas parce que je pense que c'est de la daube !", a-t-il fait valoir. Avant d'ajouter : "Mais il peut m'arriver de me tromper".

Vincent Bolloré
Vincent Bolloré
"Tout ça est complètement vrai" : Quand Vincent Bolloré évoque en privé son portrait dans "Complément d'enquête"
Concentration des médias : Face aux sénateurs, Vincent Bolloré minimise son pouvoir
20 ans de "Complément d'enquête" : Le portrait sur Vincent Bolloré sera rediffusé demain sur France 2
Vivendi lancera son OPA sur Lagardère "d'ici février 2022"
Voir toute l'actualité sur Vincent Bolloré
l'info en continu
Hugo Clément répond avec détachement aux attaques de Gaspard Proust
TV
Hugo Clément répond avec détachement aux attaques de Gaspard Proust
Netflix : Ce film ébouriffant truffé d'effets spéciaux extraordinaires quitte bientôt la plateforme
SVOD
Netflix : Ce film ébouriffant truffé d'effets spéciaux extraordinaires quitte...
France Médias Monde : Marie-Christine Saragosse candidate à un troisième mandat
TV
France Médias Monde : Marie-Christine Saragosse candidate à un troisième mandat
France Bleu : Les journalistes votent la défiance contre la direction de l'information
Radio
France Bleu : Les journalistes votent la défiance contre la direction de...
"Je laisse les gens fantasmer" : Laurence Ferrari réagit aux critiques sur sa nomination à "Paris Match"
Presse
"Je laisse les gens fantasmer" : Laurence Ferrari réagit aux critiques sur sa...
Giorgia Meloni : La première télévision française de la présidente du parti d'extrême-droite italien
TV
Giorgia Meloni : La première télévision française de la présidente du parti...