Vincent Giret (franceinfo) : "Nous confortons notre rang"

Partager l'article
Vous lisez:
Vincent Giret (franceinfo) : "Nous confortons notre rang"
Vincent Giret
Vincent Giret © Radio France/ Christophe Abramowitz
La radio franceinfo signe une bonne rentrée. puremedias.com a interrogé son nouveau patron, Vincent Giret.

Rentrée couronnée de succès pour franceinfo. La radio publique signe sa meilleure vague septembre-octobre depuis cinq ans en réunissant 4,60 millions de fidèles. C'est 355.000 de plus qu'il y a an. Un motif de satisfaction alors que la radio publique a dû modifier son prime time, la matinale, après le départ de Fabienne Sintès pour France Inter. La station, également dotée d'un nouveau patron depuis juin en la personne de Vincent Giret, a fait le pari d'embaucher Bruce Toussaint. Un pari gagnant pour l'instant. puremedias.com a demandé à Vincent Giret de décrypter cette première vague d'audience de la saison.

À lire aussi
Photo du gouvernement : La mauvaise expérience d'un photographe de "Libération"
Presse
Photo du gouvernement : La mauvaise expérience d'un photographe de "Libération"
Mediapro et Netflix vont proposer une offre commune à moins de 30 euros par mois
Sport
Mediapro et Netflix vont proposer une offre commune à moins de 30 euros par mois
Affaire Clémentine Sarlat : Trois salariés licenciés à la suite de l'enquête interne à France Télévisions
TV
Affaire Clémentine Sarlat : Trois salariés licenciés à la suite de l'enquête...

Propos recueillis par Benjamin Meffre.

puremedias.com : franceinfo signe sa meilleure rentrée depuis 5 ans. C'est un beau cadeau d'arrivée pour vous...
Vincent Giret :
Oui, je me réjouis évidemment de la dynamique dans laquelle se trouve franceinfo en cette rentrée. Je suis arrivé en juin, à un moment où il fallait concevoir une grille de rentrée avec un certain nombre de changements puisque Fabienne Sintès, la matinalière de franceinfo depuis quatre ans, partait sur France Inter. Pour être tout à fait honnête, nous avions une interrogation pour cette nouvelle saison après celle, magnifique, de l'année dernière, qui avait été portée par une actualité extrêmement riche. On se demandait s'il était encore possible pour franceinfo de progresser. Ce qui est très intéressant, c'est que nous commençons la saison sur une dynamique très puissante. C'est la plus forte progression toutes radios confondues. Notre prime time, la matinale, se porte bien dans un univers ultra-concurrentiel. Bruce Toussaint s'est parfaitement intégré aux équipes de la matinale. On se réjouit donc évidemment de cette performance !

Vous êtes cependant en baisse par rapport à la dernière vague de la saison dernière. C'est justement dû à une actualité moins dense selon vous ?
Personne ne peut se comparer à la vague précédente, celle d'avril-juin 2017. Ca n'aurait pas beaucoup de sens. Il faut comparer ce qui est comparable, c'est à dire la même période l'année dernière, et surtout voir à quel niveau nous commençons la saison. Voir franceinfo démarrer avec un gain important, cela veut dire que la radio est bien assise sur des fondamentaux. Nous confortons notre rang et nous en avons encore sous le pied. Notre durée d'écoute progresse, ce qui est un indicateur important pour nous car il y avait une vieille image franceinfo, une radio dont on part après avoir eu l'essentiel de l'information. Aujourd'hui, nos tranches d'info sont conçues de manière à ce que l'auditeur ait envie de rester avec nous et n'ait pas l'impression d'une répétition. Il y a tout un travail d'enrichissement, d'approfondissement, d'angles autour de l'actualité qui a été mené et qui porte ses fruits.

Quelle est la part de mérite de votre prédécesseur, Laurent Guimier, dans ce succès, et la vôtre ?
La part de Laurent est considérable. Il a fait un travail formidable de "réchauffement" de l'antenne. Il a retiré un nombre important de chroniques froides pour remettre la radio à l'actu chaude. Laurent a aussi organisé, pensé, la capacité forte qu'a aujourd'hui la rédaction à passer en édition spéciale. La rédaction a, grâce à lui, acquis une agilité, une souplesse qui nous est très utile aujourd'hui. Je n'ai surtout pas touché à la mécanique antenne qu'il avait mise en place car elle est au coeur du succès de franceinfo. Moi, je suis arrivé à un moment où il fallait amplifier cette dynamique radio. Il fallait aussi assurer la construction d'un nouvel élan après une année record, un nouvel élan intégré dans le média global qu'est devenu franceinfo, avec trois supports : la radio, la télé et le numérique.

Ils ont dit
"La greffe Bruce Toussaint a pris"
Vincent Giret

Motif de satisfaction sur cette vague : le bon comportement de la matinale de Bruce Toussaint. Etait-ce votre choix ? Etiez-vous inquiet de la transition post-Fabienne Sintès ?
Quand on arrive, on est forcément prudent, inquiet et modeste car on a tout à montrer. Le choix de Bruce Toussaint a été fait en bonne intelligence avec Laurent Guimier. L'intuition, c'était que Bruce Toussaint est à la fois un grand professionnel de l'info en continu, qui a aussi un profil extrêmement fédérateur. Il a une capacité d'empathie et de chaleur humaine très importante. C'est enfin quelqu'un qui a une "humilité d'antenne". Il ne tire pas la couverture à lui et sait mettre en valeur les autres. C'est par ailleurs un excellent intervieweur. Du coup, la greffe a pris et toute l'équipe de franceinfo travaille aujourd'hui dans un esprit collectif impeccable. Le bonheur, c'est que cela se voit aussi vite en fait... La radio, on le sait, met du temps mais là, on a un signal très positif d'entrée de jeu.

Avez-vous d'autres grands motifs de satisfaction dans la grille ?
Oui, tout à fait. J'ai souhaité redonner de l'énergie à certaines tranches, changer certaines incarnations. Et globalement, les signaux sont très positifs. Le 9-12h, le 12-14h ou le 17-20h progressent. Ca nous fait penser que le succès est structurel et non pas conjoncturel, que nous sommes dans une bonne dynamique.

Donc pas d'ajustement dans la grille à attendre dans les semaines à venir ?
Surtout pas ! Nous accompagnons nos journalistes mais nous ne touchons pas une grille qui donne de si bons résultats à ce stade.

Quelle patte personnelle voulez-vous apporter à franceinfo ?
Il y a deux sujets. Le premier, c'est que je suis particulièrement sensible dans cette période de crise de l'info, de fake news, au développement d'une exigence et d'une pédagogie renforcées autour de l'information. Par exemple pour le 12-14h, on transforme la mécanique pour s'arrêter à mi-journée, pour prendre le temps. On sélectionne deux trois infos et on les traite pendant 10-12 minutes. Ca, c'est nouveau à franceinfo.
Le deuxième sujet, c'est la dimension "média global". On a à franceinfo, la plus belle rédaction de la place pour faire de l'info chaude. Ca, c'est un actif très important dans le média global. J'arrive après l'année de lancement du média global, au moment de son déploiement. Il faut faire en sorte que les contenus excellents que nous avons en radio puissent être mis en images pour alimenter le média global franceinfo sur tous les écrans.

Ils ont dit
"Il y a un apprentissage en cours concernant les synergies entre la radio et la télé franceinfo"
Vincent Giret

Souhaitez-vous donc occuper plus de place sur l'antenne de la chaîne info publique ?
Aujourd'hui, sur le canal 27, nous faisons un peu moins de quatre heures d'antenne en double distribution (radio+télé, ndlr), plus toutes les éditions spéciales dès lors que nos camarades de France Télé nous donnent la main. Par exemple sur la Catalogne, nous avons fait 8 heures d'édition spéciale en double distribution. Ce qui est réjouissant, c'est que nos camarades de France Télé, sous l'impulsion de Germain Dagognet, tirent dans le même sens. Il y a chez eux une vraie volonté d'aller vers l'actu chaude.

Donc de fait, vous allez sans doute occuper une place plus importante sur l'antenne de la télé franceinfo ?
C'est possible. Mais nous ne le ferons qu'en bonne intelligence et en bonne entente avec les équipes de Germain Dagognet. Le coeur du projet repose sur la confiance que nous avons entre nous. Ce que je peux dire, c'est qu'il y a une demande très forte des équipes numériques globales, donc de France Télé aussi, pour que nous alimentions davantage le média global franceinfo, pour que nous les mettions davantage en images. Un exemple, nous avions un journaliste et un technicien pour franceinfo-Radio France au Kurdistan. Ils sont revenus avec des contenus aussi bien pour la radio que pour les écrans vidéo. La télé et le numérique les ont diffusés. Cela montre qu'il y a des synergies mais aussi un apprentissage de ces synergies en cours en ce moment.

Sur le même thème
l'info en continu
"The Resident" : La saison 2 reprend le 26 août sur TF1
Programme TV
"The Resident" : La saison 2 reprend le 26 août sur TF1
"Elite" : Le tournage de la saison 4 interrompu après un cas de COVID-19
Séries
"Elite" : Le tournage de la saison 4 interrompu après un cas de COVID-19
"The Voice Kids" : Kendji Girac devient coach dès le 22 août sur TF1
Programme TV
"The Voice Kids" : Kendji Girac devient coach dès le 22 août sur TF1
Stéphane Plaza arrive sur Gulli
TV
Stéphane Plaza arrive sur Gulli
Télévision : Les décrets relatifs à la publicité et à la programmation cinéma (enfin) publiés
Politique
Télévision : Les décrets relatifs à la publicité et à la programmation cinéma...
Gérald Darmanin : "Edwy Plenel a franchi les limites de l'ignominie"
Politique
Gérald Darmanin : "Edwy Plenel a franchi les limites de l'ignominie"
Vidéos Puremedias