"Le Parisien" : La rédaction dit ne plus faire confiance à sa direction pour stopper la "dérive éditoriale"

Partager l'article
Vous lisez:
"Le Parisien" : La rédaction dit ne plus faire confiance à sa direction pour stopper la "dérive éditoriale"
Par Tom Kerkour Journaliste
Ayant grandi à l'heure où YouTube empiète sur le petit écran, Tom Kerkour savoure autant un épisode de "Cauchemar en cuisine" que du Joueur du Grenier. Captivé par le bouleversement des médias à l'ère digitale/numérique, il intègre la rédaction de Puremédias en décembre 2022.
Emmanuel Macron face aux lecteurs du "Parisien" : Le panel était-il composé de soutiens du Président ? © DR
Les journaliste du quotidien d'île-de-France reprochent à leur directeur de la rédaction une posture trop pro-gouvernement.

L'inquiétude ne passe pas. Après une rencontre entre Pierre Louette, le directeur général du groupe Les Echos-Le Parisien, la Société des journalistes et les syndicats, les journalistes du "Parisien" ont été réunis dans une Assemblée générale ce mercredi 12 avril.

À lire aussi
"La ministre de la Culture sort de son rôle" : "Libération" dénonce les "propos indignes" de Rachida Dati sur RTL
Presse
"La ministre de la Culture sort de son rôle" : "Libération" dénonce les "propos...
"Le Monde" : Xavier Niel cède une partie de ses parts à un fonds indépendant
Presse
"Le Monde" : Xavier Niel cède une partie de ses parts à un fonds indépendant
"Peut-être que ce mariage CNews-BFMTV a créé une certaine confusion" : Un an après son lancement, "Factuel" s'est déclaré en cessation de paiement
Presse
"Peut-être que ce mariage CNews-BFMTV a créé une certaine confusion" : Un an après...
"C'est un jour à la fois" : Céline Dion se confie pour la première fois sur son combat contre la maladie dans "Vogue France"
Presse
"C'est un jour à la fois" : Céline Dion se confie pour la première fois sur son...

A distance ou sur place, 200 journalistes du "Parisien" - sur les 400 cartes du presse du titre - ont répondu à la question suivante : "Faites vous confiance à la direction de la rédaction pour apporter des réponses suffisantes face à la dérive éditoriale constatée par la rédaction du Parisien ?". Le résultat est sans appel, 191 votants pour le "non", 28 seulement pour le "oui", 5 blancs et nuls et 2 abstentions. Pour l'instant, il ne s'agit pas à proprement parler d'une motion de défiance mais plutôt d'un avertissement dirigé à leur directeur Nicolas Charbonneau. "C'est une motion de défiance sans les conséquences...", précise un journaliste présent sur place.

Plusieurs incidents ont mis le feu aux poudres. Le plus visible, la prise de partie du quotidien en faveur du gouvernement sur la question de la réforme des retraites. Un aspect partisan affiché à travers les choix d'interviews et de Unes. Gabriel Attal, Elisabeth Borne, Gérald Darmanin, Olivier Dussopt, Bruno Le Maire... La place a plutôt été laissée aux pro qu'aux anti, comme s'était plainte la Société des journaliste (SDJ) du titre dans un premier communiqué interne.

Comme une ombre de LVMH

Un second communiqué, au ton encore plus inquiet, a à nouveau circulé au sein de la rédaction vendredi 31 mars. Un message d'alerte rédigé à l'issue d'une première AG de près de trois heures. "Pire encore (que les biais éditoriaux dans la couverture de la réforme;ndlr), ce sont les sujets qui ne paraissent pas. Des journalistes ont témoigné ici qu'il leur a été explicitement demandé de ne pas travailler sur certaines enquêtes. D'autres racontent ce mécanisme insidieux qui veut qu'on anticipe un 'non' et qu'on s'autocensure. Constat qui vaut pour les rédacteurs comme pour leurs chefs de service", pouvait-on lire.

Plus précisément, le grand reporter Jean-Michel Décugis aurait vu son enquête débranchée lorsque le nom de Vincent Bolloré est apparu. Les soupçons se tournent vers LVMH qui ne voudrait pas froisser les intérêts d'un potentiel partenaire commercial.

A LIRE AUSSI : "'Malaise au 'Parisien' et aux 'Échos', les journalistes s'inquiètent pour leur indépendance"

L'inquiétude d'une ingérence de l'actionnaire est d'autant plus forte que les voisins de pallier du "Parisien" au 10 Bd de Grenelle, la rédaction des "Échos", vient de voir son directeur Nicolas Barré évincé. Derrière cette manoeuvre, une manoeuvre de Bernard Arnault est soupçonnée. Au final, c'est Nicolas Charbonneau qui a cristalisé toutes ces tensions.

l'info en continu
Pour des "contraintes techniques", France 5 déprogramme en dernière minute "C ce soir" en direct du Festival de Cannes ce vendredi
Déprogrammation
Pour des "contraintes techniques", France 5 déprogramme en dernière minute "C ce...
"Les 12 coups de midi" : Quand Emilien va-t-il battre le (dernier) record encore détenu par Bruno Hourcade ?
TV
"Les 12 coups de midi" : Quand Emilien va-t-il battre le (dernier) record encore...
"Ils n'ont pas voulu" : Ricky ("Koh-Lanta") annonce avoir été renvoyé de son travail après son passage sur TF1
TV
"Ils n'ont pas voulu" : Ricky ("Koh-Lanta") annonce avoir été renvoyé de son...
"Ok OSS 117" : Echange mouvementé entre Jordan Bardella et Léon Deffontaines (PCF) lors du débat sur LCI
TV
"Ok OSS 117" : Echange mouvementé entre Jordan Bardella et Léon Deffontaines (PCF)...
Audiences pré-access : "C à vous" avec Aurélie Casse au top sur France 5, "Ici tout commence" au plus bas, "Secret Story" poursuit sa remontada sur TF1
Audiences
Audiences pré-access : "C à vous" avec Aurélie Casse au top sur France 5, "Ici...
Audiences access 20h : Carton pour "TPMP" qui dépasse les 2,1 millions de téléspectateurs, Anne-Elisabeth Lemoine en hausse sur France 5
Audiences
Audiences access 20h : Carton pour "TPMP" qui dépasse les 2,1 millions de...