Guillaume Meurice : "Vincent Bolloré veut jouer au con, il n'est pas sûr de gagner"

Partager l'article
Vous lisez:
Guillaume Meurice : "Vincent Bolloré veut jouer au con, il n'est pas sûr de gagner"
Par Florian Guadalupe Journaliste
Passionné de sport, de politique et des nouveaux médias, Florian Guadalupe est journaliste pour Puremédias depuis octobre 2015. Ses goûts pour le petit écran sont très divers, de "Quelle époque" à "L'heure des pros", en passant par "C ce soir", "Koh-Lanta", "L'équipe du soir" et "La France a un incroyable talent".
Guillaume Meurice se paye Yaël Goosz, "Pulitzer de la social-démocratie", et Dominique Seux, "petit prince du CAC 40" © LIONEL URMAN / BESTIMAGE
A l'occasion de la publication de l'ouvrage "Le fin mot de l'histoire", qu'il co-écrit avec Nathalie Gendrot, l'humoriste de France Inter Guillaume Meurice se confie auprès de puremedias.com. Dans cette première partie, il évoque comment ce livre a failli ne pas sortir à cause de Vincent Bolloré.

Un livre qui a fait grincer du côté d'Editis. Depuis le 1er mars 2023, le dictionnaire "Le fin mot de l'histoire", co-écrit par Nathalie Gendrot et l'humoriste Guillaume Meurice, et édité par Flammarion, est disponible en librairie et dans les grandes surfaces. Mais cet ouvrage a failli ne pas voir le jour. Alors que l'ouvrage était d'abord prévu pour les éditions Le Robert, des blagues du trublion de France Inter n'ont pas plu à l'éditeur et la parution a été annulée. Selon Guillaume Meurice, c'est principalement une plaisanterie sur Vincent Bolloré, propriétaire d'Editis, maison-mère du Robert, qui en serait à l'origine. Le comique a accepté de se confier auprès de puremedias.com pour en parler.

À lire aussi
"Tous les Enfoirés sont en colère, c'est intolérable" : Le coup de gueule Nolwenn Leroy face à la situation dramatique des Restos du coeur
Interview
"Tous les Enfoirés sont en colère, c'est intolérable" : Le coup de gueule Nolwenn...
"Les téléspectateurs de 'Sur le front' n'ont pas l'impression de se faire engueuler" : Hugo Clément décrypte le succès de son émission sur France 5
Interview
"Les téléspectateurs de 'Sur le front' n'ont pas l'impression de se faire...
Ycare nouvelle recrue des Enfoirés 2024 : "Je me suis demandé si j'avais ma place par rapport à ma propre carrière"
Interview
Ycare nouvelle recrue des Enfoirés 2024 : "Je me suis demandé si j'avais ma place...
"Si France 2 m'avait dit de ne pas faire 'Danse avec les stars', j'aurais arrêté 'Affaire conclue'" : La mise au point cash de Caroline Margeridon
Interview
"Si France 2 m'avait dit de ne pas faire 'Danse avec les stars', j'aurais arrêté...

Propos recueillis par Florian Guadalupe.

puremedias.com : Comment vous êtes-vous retrouvé à co-écrire ce livre ?
Guillaume Meurice :
Ce sont les éditions Le Robert qui m'ont contacté. Ils m'ont dit qu'ils avaient une collection où ils expliquent les expressions de la langue française. Ce livre est sur l'histoire. Comme j'ai écrit un bouquin sur Triboulet (le bouffon du roi François 1er, ndlr), ils m'ont demandé d'être le guest. Le principe est d'agrémenter chaque chapitre par soit une petite réflexion, soit une blagounette. Moi, j'ai cherché une plaisanterie par expression.

Comment avez-vous travaillé avec Nathalie Gendrot ?
C'est elle qui a écrit le corps du texte. C'est elle, la spécialiste en littérature. Elle a un master en littérature. C'est vraiment très costaud. Je ne la connaissais pas du tout avant. Je me suis tout de suite bien entendu. On a essayé de faire un livre qui ne soit pas juste un catalogue, mais qui soit surtout agréable à lire. C'était des échanges entre ce que j'avais écrit et son texte. On a bien bossé ensemble.

Quelle était la méthode de travail ?
Un Google Doc ! (rires) On n'est rien sans un bon Google Doc, malheureusement. On a écrit chacun de notre côté, puis on a mis tout en commun. On a vu qu'il y avait des choses qui faisaient écho à ce qu'on a écrit. Elle a fait un gros boulot dans les archives. C'est assez impressionnant. Tu as de vieilles expressions et elle a été dans la source des sources. Et aujourd'hui, avec la "petite histoire", c'est devenu le livre de Guillaume Meurice. En fait, c'est son livre à elle. (rires) Moi, je n'ai été qu'invité dedans. Ce n'est ni mon bouquin, ni un brûlot contre Bolloré. C'est vraiment un livre de linguiste.

Ils ont dit
"Avec Vincent Bolloré, on est sur un sociopathe quand même"
Guillaume Meurice

Votre collaboration avec les éditions Le Robert n'a pas "fait long feu". Est-ce que vous vous attendiez à toute cette polémique ?
Pas du tout. J'ai été super surpris. Quand j'ai accepté, je ne savais pas que Le Robert appartenait à Bolloré. C'est compliqué le monde de l'édition. Puis, Bolloré, c'est un empire. C'est compliqué à piger. Parfois, il n'est même pas actionnaire majoritaire. Par exemple, à Europe 1, il ne l'a pas encore racheté. Pourtant, il y dicte sa ligne éditoriale. Pour l'anecdote rigolote, j'ai appris que c'était lui qui avait Le Robert quand il a été auditionné au Sénat. Il avait fait une petite blague autour du pronom "iel". Il avait dit qu'il n'avait rien contre les "wokes" ou qu'il était "woke", car "iel" était dans Le Robert et que le Robert lui appartenait. Moi, j'ai été étonné. J'ai vérifié. Il a Editis, possédé par Vivendi, possédé par Bolloré.

Ce qui est surprenant, c'est que ce sont les éditions Le Robert qui vous ont contacté pour l'ouvrage.
A mon avis, il n'y aurait pas eu cette blague sur Bolloré dedans, ça serait passé.

Lorsque vous aviez dénoncé une censure de la part du Robert dans les médias, il était question de sept passages dans l'ouvrage et pas seulement d'une blague sur Vincent Bolloré.
Il y a des journalistes qui ont enquêté sur cette histoire et qui m'ont confirmé que c'était bel et bien la blague sur Vincent Bolloré qui posait problème. Mais ce n'est pas si étonnant parce qu'il est très interventionniste, Bolloré. Il est connu pour ça. Le site "Les Jours", avec les anciens de "Libé", ont toute une saga sur Bolloré avec toutes ses affaires et toutes ses magouilles. Il est assez coutumier du fait. Même à l'époque des "Guignols", il écrivait quasiment les sketchs. On est sur un sociopathe quand même. Mais ça m'a surpris de la part du Robert de n'avoir pas fait le taff et de n'avoir pas pris le livre, alors qu'ils m'avaient assuré qu'ils allaient le faire.

Ils ont dit
"Ils ont tout fait relire par un avocat"
Guillaume Meurice

Quand vous a-t-on annoncé que le livre ne sortirait pas ?
Je vais résumer toute l'histoire. Le livre devait sortir fin septembre 2022. En mai-juin, ils ont commencé à me dire : "Il y a deux ou trois phrases qui posent problème. Il faudrait qu'on en discute". Moi, je n'ai rien du tout contre la discussion éditoriale. C'est le principe de l'édition. Je veux bien qu'on me remette en cause mais je veux avoir le "final cut" sur ce que j'écris. C'est quand même mon nom en gros sur la couverture. Ils m'avaient dit qu'il y avait des phrases pas très claires. J'ai retravaillé mes blagues. Mais il y avait des expressions qui citaient des marques où ils avaient peur qu'il y ait un procès. Mes blagues, ce ne sont pas des menaces de mort. Ce sont des blagues que je fais à la radio depuis dix ans et sur scène depuis quinze ans. Je n'ai jamais eu de procès en diffamation. S'il y en avait eu, je les aurais gagnés. Pour moi, il n'y avait pas de souci. Je n'ai pas voulu changer. Si la raison pour laquelle ils voulaient que je change était qu'ils avaient peur d'un procès ou qu'ils ne trouvaient pas les blagues gentilles pour Louboutin ou Deliveroo, je ne changerai pas. Là, ils ont commencé à flipper. Ils ont tout fait relire par un avocat.

Là, ça a coincé ?
Non, même pas. Début août, le directeur du Robert m'appelle et me dit : "C'est bon. Le bouquin va sortir. On a tout fait relire par l'avocat. Il y a juste deux ou trois petits trucs, mais l'avocat a dit qu'il n'y aura pas de soucis. Même s'ils attaquent en diffamation, on gagnera, patati patata". Je lui ai répondu que personne n'attaquera en diffamation parce que personne n'attaque les humoristes, car les plaignants perdent systématiquement. Ils ont tous dit : "Je suis Charlie ! Liberté d'expression ! Droit à la caricature !". C'est injouable. Et si bien même, il y a condamnation. Ca fera de la pub au bouquin. Je savais très bien qu'ils n'allaient pas le faire. Et sur Bolloré, c'est encore plus con. Ca lui appartient. Ils n'allaient pas porter plainte contre lui. Ca n'aurait aucun sens. Puis, arrive fin septembre où j'apprends que le livre ne sera pas édité et qu'il n'a même pas été imprimé. Je l'ai appris deux jours avant le service de presse.

Et ça, c'est parce que vous avez dit que vous ne vouliez pas retirer les passages ?
Oui. C'est là que j'ai tout appris. J'ai appris qu'il y avait sept passages qui posaient problème. Voilà, la chronologie des faits.

Ils ont dit
"Si tu déplais au pouvoir économique, il a le pouvoir de te faire taire"
Guillaume Meurice

Pour vous, c'était une tentative de censure ?
Oui, c'est une censure.

De son côté, la maison d'édition avait expliqué qu'il y avait un risque de diffamation, d'injurie et de calomnie.
Dans chacune des phrases, il y a zéro risque de diffamation, d'injurie et de calomnie. Ou alors, je serais en procès tous les jours. C'était le prétexte pour plaire au roi. C'est intéressant parce que ça fait écho à mon autre bouquin sur le bouffon du roi. (rires) Finalement, il y a une cohérence dans tout ça. Aujourd'hui, le vrai pouvoir, c'est le pouvoir économique. Si tu déplais au pouvoir économique, il a le pouvoir de te faire taire. Mais moi, je ne suis pas à plaindre. Le livre est sorti quand même. Je suis à la radio et en spectacle. Mais c'est inquiétant pour les vrais auteurs, ceux qui sortent des enquêtes. A partir du moment où tu as une concentration des médias et de l'édition entre les mains d'une seule personne, il y a un gros risque de contrôle et de censure.

Aviez-vous craint que le livre ne sorte jamais ?
Non, je n'ai pas de craintes. On a eu rapidement des propositions. Le bouquin était fait. En plus, on en parlait puisqu'il était censuré. C'est le fameux effet Barbara Streisand. Mais ce qui était intéressant, c'est qu'outre les propositions des maisons d'édition, il faut qu'un livre soit distribué. Il y a Interforum, un grand distributeur de livres en France, qui est détenu par... Vincent Bolloré aussi ! (rires) Il y a plein de boîtes qui m'avaient dit : "On veut bien le prendre ton bouquin, mais il va finir dans une cave car on bosse avec "Interforum". Ca n'a pas été si simple de l'éditer après.

Ils ont dit
"Vincent, est-ce que t'es heureux ?"
Guillaume Meurice

Dans "Quotidien" sur TMC, vous avez annoncé attaquer en justice la maison d'édition. Qu'attendez-vous de cette procédure ?
C'est une rupture abusive de contrat. On a signé un contrat. On nous a dit d'écrire un bouquin. On a écrit un bouquin. Ils ne l'ont pas publié. On va voir si le droit français nous donne raison ou pas. Ce qui m'intéresse là-dedans est de savoir si la justice considère qu'un milliardaire a le droit d'interdire la sortie d'un livre une semaine avant. Si on perd, ça en dit long sur l'état actuel de la liberté d'expression. Si on gagne, ça peut faire une jurisprudence intéressante pour les autres. Je pense que ça va être très long comme procédure. Mais je m'en fous, j'ai le temps. Il veut jouer au con, il n'est pas sûr de gagner. J'ai un Master 2 en connerie.

Vous pensez que c'est Vincent Bolloré lui-même qui a été à la manoeuvre pour empêcher la sortie de votre ouvrage ?
Moi, c'est ce qu'on me dit. Je n'en sais rien. Je ne suis pas dans les petits papiers. A mon avis, c'est un mélange de lâcheté et de peur. C'est une personne au Robert qui a dû dire : "Oh la la ! Si ça, ça sort, ça va nous poser des problèmes après". Il a dû le faire relire à son N+1, qui l'a fait relire à son N+1, etc. Des journalistes m'ont dit que ça remonte facilement jusqu'à lui. C'est un mec qui relit tout et qui a une volonté de maîtriser. J'ai tendance à croire les journalistes.

Si vous l'aviez en face de vous, qu'est-ce que vous aimeriez lui dire ?
Si j'avais en face de moi, Bolloré ? (rires) Ce serait intéressant ça... Vincent, est-ce que t'es heureux ? Alors, heureux ? (rires) Qu'est-ce que ça te fait de posséder tout ça ? Qu'est-ce que ça te ferait si tu ne le possédais plus ?

La suite de l'interview à paraître demain.

Guillaume Meurice
Guillaume Meurice
"C'est l'histoire d'un mec... qui fait des blagues en 2023" : Guillaume Meurice auditionné par la police judiciaire de Paris après sa blague sur Benyamin Netanyahu
"On va faire un bon score Médiamétrie à la DRH de Radio France" : Guillaume Meurice se paye Adèle Van Reeth pour son retour sur France Inter
"Je considère qu'il s'agit d'une injustice" : Guillaume Meurice, "averti" par sa direction après sa blague sur Benyamin Netanyahu, contre-attaque en justice
Voir toute l'actualité sur Guillaume Meurice
l'info en continu
"Road House" : Un scénariste accuse Amazon d'avoir eu recours à "l'intelligence artificielle" pour "reproduire les voix" des acteurs pendant la grève à Hollywood
Plateforme
"Road House" : Un scénariste accuse Amazon d'avoir eu recours à "l'intelligence...
Retour de "Mariés au premier regard" sur M6, "Les Segpa" sur C8, "It's a Sin" sur France 2 ... Les temps forts de la télévision du 16 au 22 mars 2024
TV
Retour de "Mariés au premier regard" sur M6, "Les Segpa" sur C8, "It's a Sin" sur...
Amazon Prime Video : À partir du 9 avril, il faudra payer plus cher pour échapper à la publicité
Plateforme
Amazon Prime Video : À partir du 9 avril, il faudra payer plus cher pour échapper...
Audiences : Quel score pour l'arrivée de "Camille & images" et Camille Combal le mardi sur TF1 ?
Audiences
Audiences : Quel score pour l'arrivée de "Camille & images" et Camille Combal le...
Audience Netflix : En 4 jours, cette série trépidante signe l'un des meilleurs démarrages de l'histoire de la plateforme en cumulant 153 millions d'heures vues
Séries
Audience Netflix : En 4 jours, cette série trépidante signe l'un des meilleurs...
"Nous nous sommes trompés" : Après les accusations de Judith Godrèche et le tacle de Nora Hamzawi, la sortie de "CE2", le film de Jacques Doillon, reportée
Cinéma
"Nous nous sommes trompés" : Après les accusations de Judith Godrèche et le tacle...