Malaise au "Parisien" et aux "Échos", les journalistes s'inquiètent pour leur indépendance

Partager l'article
Vous lisez:
Malaise au "Parisien" et aux "Échos", les journalistes s'inquiètent pour leur indépendance
Par Tom Kerkour Journaliste
Ayant grandi à l'heure où YouTube empiète sur le petit écran, Tom Kerkour savoure autant un épisode de "Cauchemar en cuisine" que du Joueur du Grenier. Captivé par le bouleversement des médias à l'ère digitale/numérique, il intègre la rédaction de Puremédias en décembre 2022.
Bernard Arnault admet finalement que LVMH s'est positionné pour racheter le "JDD" et "Paris Match"
Ces dernières semaines, plusieurs signaux ont laissé supposer une ingérence de l'actionnaire qui détient les deux titres, LVMH. Voire de Bernard Arnault lui-même.

"L'inquiétude est grande parmi nous". Par deux fois cette semaine, la Société des journalistes du "Parisien" s'est fendue de communiqués internes pour alerter sur les craintes qui traversent la rédaction. Mercredi, l'organisation qui fédère les différentes plumes du titre dénonçait la couverture trop partisane et pro-gouvernement de la réforme des retraites.

À lire aussi
"Une opération de dénigrement" : Passe d'armes entre Radio France et "Le Figaro Magazine" après un article sur l'audiovisuel public
Presse
"Une opération de dénigrement" : Passe d'armes entre Radio France et "Le Figaro...
"La ministre de la Culture sort de son rôle" : "Libération" dénonce les "propos indignes" de Rachida Dati sur RTL
Presse
"La ministre de la Culture sort de son rôle" : "Libération" dénonce les "propos...
"Le Monde" : Xavier Niel cède une partie de ses parts à un fonds indépendant
Presse
"Le Monde" : Xavier Niel cède une partie de ses parts à un fonds indépendant
"Peut-être que ce mariage CNews-BFMTV a créé une certaine confusion" : Un an après son lancement, "Factuel" s'est déclaré en cessation de paiement
Presse
"Peut-être que ce mariage CNews-BFMTV a créé une certaine confusion" : Un an après...

Deux jours plus tard, vendredi 31 mars, c'est un autre problème, plus pernicieux, qui a été mis en lumière à l'issue d'une réunion. Alors que les journalistes devaient simplement élire le nouveau bureau de la SDJ, le message de la veille a poussé 120 journalistes à participer, transformant l'élection en réunion de crise de trois heures dont est né un deuxième communiqué interne tout aussi alarmiste.

"Pire encore (que les biais éditoriaux dans la couverture de la réforme;ndlr), ce sont les sujets qui ne paraissent pas. Des journalistes ont témoigné ici qu'il leur a été explicitement demandé de ne pas travailler sur certaines enquêtes. D'autres racontent ce mécanisme insidieux qui veut qu'on anticipe un 'non' et qu'on s'autocensure. Constat qui vaut pour les rédacteurs comme pour leurs chefs de service", souligne le compte-rendu du collectif. Aucun nom ni sujet n'est directement listé. Pourtant, une enquête du "Monde" en dévoile plus sur ces incidents.

Le précédent Nicolas Barré

Alors que le grand reporter Jean-Michel Décugis était en pleine enquête, il aurait été incité à tout arrêter lorsque le nom de Vincent Bolloré est apparu. "Il lui aurait été suggéré que notre actionnaire était en négociation avec Bolloré pour racheter des titres média", rapporte le quotidien.Nicolas Charbonneau, le directeur de la rédaction du "Parisien" a pourtant assuré n'avoir aucune consigne que ce soit de la part de l'actionnaire du titre, le groupe LVMH.

Pour clore son deuxième communiqué interne, la SDJ du "Parisien" s'est dite "inquiète de la crise que traverse la rédaction des 'Échos'". Et pour cause, les rédactions voisines du 10 boulevard de Grenelle semblent toutes les deux gênées par leur actionnaire. Le 21 mars, la nouvelle de l'éviction de Nicolas Barré du poste de directeur de la rédaction a fait grand bruit. Si le journaliste va bien continuer à occuper un poste au sein du quotidien économique, il aurait été chassé par son actionnaire pour des articles litigieux. En cause, selon les journalistes du titre, un article sur les perquisitions au sein du groupe de luxe, et une critique du livre "Histoire d'un ogre" (Gallimard). Signé par Erik Orsenna, l'oeuvre ne concerne nulle autre que Vincent Bolloré, encore une fois.

A LIRE AUSSI : "Guillaume Meurice : 'Vincent Bolloré veut jouer au con, il n'est pas sûr de gagner'"

La question n'est pas celle d'une amitié entre les deux milliardaires, mais plutôt de leurs intérêts communs. Vivendi et le groupe Lagardère sont aujourd'hui en attente de l'aval de Bruxelles pour leur fusion. Mais pour que celle-ci soit menée à bien, le groupe de Vincent Bolloré pourrait être contraint de céder certains de ses titres de presse : "Voici", "Gala" ou "Paris Match". Et justement, en 2021, le dirigeant de LVMH avait tenté de s'offrir le dernier ainsi que le "Journal du dimanche" pour la coquette somme de 80 millions d'euros. Il serait logique de penser que celui-ci se porterait à nouveau candidat en vue d'une nouvelle mise en vente.

Un remerciement qui agace

La direction du groupe Les Echos-Le Parisien dément formellement toute ingérence de l'actionnaire dans les deux titres. Une petite phrase qui date de plusieurs jours continue pourtant d'agacer en interne. Dans le communiqué envoyé par "Les Échos" pour annoncer le changement de poste de Nicolas Barré, Bernard Arnault a "personnellement tenu" à s'exprimer à la place de Pierre Louette, le PDG du titre. Une information révélée par "Le Point".

Le message n'avait, en soit, rien de provoquant. Il s'agissait de "remercier (Nicolas Barré) pour son parcours de plus de dix ans à la tête de la rédaction". La SDJ des "Échos" voit cependant dans la signature de son actionnaire une "ingérence de plus dans la vie du journal". Confrontées à un même problème, les deux SDJ souhaitent mener main dans la main la lutte pour leur indépendance. Dès la semaine prochaine, des représentants de la rédactions des "Échos" devraient être invités à témoigner lors d'une assemblée au "Parisien". Un trajet d'à peine quelques marches...

Le Parisien
Le Parisien
"2050Now" : "Les Echos - Le Parisien" lance un nouveau média numérique sur l'environnement
"Par hasard !" : Comment Jean-Pierre Nadir (M6) s'est retrouvé dans les lecteurs du "Parisien" face à Emmanuel Macron
"Le Parisien" : Les journalistes dénoncent un traitement "partisan" et pro-gouvernement de la réforme des retraites
Voir toute l'actualité sur Le Parisien
Autour de Le Parisien
l'info en continu
"Oh j'avais le vertige" : Anne-Elisabeth Lemoine finit debout sur la table de "C à vous" pour la dernière de l'émission à Cannes
TV
"Oh j'avais le vertige" : Anne-Elisabeth Lemoine finit debout sur la table de "C à...
"Artus a réussi quelque chose d'extrêmement audacieux" : Samuel Le Bihan encense le film "Un p'tit truc en plus"
TV
"Artus a réussi quelque chose d'extrêmement audacieux" : Samuel Le Bihan encense...
"Ici tout commence" : Après Aurélie Pons, un autre comédien emblématique va bientôt quitter la série
TV
"Ici tout commence" : Après Aurélie Pons, un autre comédien emblématique va...
"The Power" : Qui a gagné la première saison du jeu de W9 ?
TV
"The Power" : Qui a gagné la première saison du jeu de W9 ?
"La plus grosse surprise de toute l'histoire de 'Mask Singer'" : Qui se cache sous le costume de la Perruque ? Les premiers indices révélés
TV
"La plus grosse surprise de toute l'histoire de 'Mask Singer'" : Qui se cache sous...
Sébastien Cauet est mis en examen pour viols et agressions sexuelles sur mineures et placé sous contrôle judiciaire
Radio
Sébastien Cauet est mis en examen pour viols et agressions sexuelles sur mineures...