Alessandra Sublet : "Si j'avais envie d'être tous les jours à la télé, j'y serais"

Partager l'article
Vous lisez:
Alessandra Sublet : "Si j'avais envie d'être tous les jours à la télé, j'y serais"
Alessandra Sublet dans "La Cantine" (Altice Studio)
Alessandra Sublet dans "La Cantine" (Altice Studio) © DR
L'animatrice prend les commandes de "La cantine", un nouveau programme de confidences, ce soir à 19h50 sur la chaîne Altice Studio.

Alessandra Sublet, la revenante. Plus discrète à la télévision depuis la fin de son contrat d'exclusivité avec TF1, l'animatrice fait son retour ajourd'hui sur le petit écran avec "La cantine" sur Altice Studio. Dans ce format de 45 minutes, qui sera diffusé ce soir à 19h50, celle qui a lancé "C à vous" s'invite à déjeuner sur les tournages de films. L'occasion de longues interviews dans lesquelles la productrice du documentaire "Griezmann Confidentiel" retrouve sa casquette de confidente. À l'occasion du lancement de "La cantine", puremedias.com s'est entretenu avec Alessandra Sublet.

À lire aussi
Le chauffeur d'Alain Weill licencié pour faute grave... après son passage dans "C à vous"
TV
Le chauffeur d'Alain Weill licencié pour faute grave... après son passage dans "C...
Pascal Praud : "France Inter, c'est de la propagande !"
TV
Pascal Praud : "France Inter, c'est de la propagande !"
COVID-19 : Une comédienne de "Plus belle la vie" remplacée de manière temporaire sur France 3
Exclusivité
COVID-19 : Une comédienne de "Plus belle la vie" remplacée de manière temporaire...

Propos recueillis par Pierre Dezeraud.

puremedias.com : C'est Bonne Pioche et non Capsub, votre société (filiale de Troisième OEil Productions, ndlr), qui produit "La cantine". Comment êtes-vous arrivée sur cette émission ?
Alessandra Sublet : Bonne Pioche me l'a tout simplement proposée. J'ai tout de suite trouvé l'idée géniale. Et il m'arrive, même si je produis aussi mes émissions, d'être l'ambassadrice d'une bonne idée. Je ne me suis même pas posée la question de savoir sur quelle chaîne le programme allait être diffusé. J'ai simplement trouvé que c'était très cohérent avec ce que j'aime faire. Je n'ai pas donc hésité une seule seconde.

Altice Studio est une chaîne réservée à une partie des abonnés de SFR, ce qui constitue un auditoire très restreint. N'est-ce pas frustrant ?
Pas du tout. C'est cohérent avec ce que j'ai souvent l'habitude de dire à savoir que c'est le programme qui définit une chaîne et non l'inverse. Là, comme je le disais, c'est Bonne Pioche qui m'a approchée. C'est une société de production qui est à l'origine de "Rendez-vous en terre inconnue" et qui est derrière de beaux programmes comme "J'irai dormir chez vous", ainsi que plusieurs très bons documentaires diffusés sur France 5. Quand on est bien produit, on ne se pose même pas la question.

Qu'est ce qu'on va voir dans ce premier numéro ?
Nous sommes partis sur le tournage des "Vieux Fourneaux", un film réalisé par Christophe Duthuron. Les producteurs ont eu la bonne idée d'adapter la bande dessinée éponyme, qui s'est d'ailleurs extrêmement bien vendue. C'était un joli cadeau de leur part de nous accueillir sur le tournage puisqu'au cast, il y a notamment Pierre Richard, Eddy Mitchell et Alice Pol. Dans l'émission, vous découvrirez ceux qui ont travaillé dans l'ombre sur ce film, dont le maquilleur de Pierre Richard. Nous allons retrouver tout ce petit monde, techniciens et acteurs mélangés, au moment du déjeuner et cela donne une discussion à bâtons rompus.

Ils ont dit
"'La cantine' est dans l'esprit de 'C à vous'"
Alessandra Sublet

Un peu dans l'esprit de "C à vous" ?
Oui, quand on a fait "C à vous" avec Pierre-Antoine Capton, notre idée, c'était d'avoir des personnalités qui se prêtent différemment au jeu médiatique. Là, c'est un peu le même état d'esprit. Les caméras sont très vite oubliées et on discute vraiment de tout et de rien. Les propos tenus dépassent donc ceux que l'on peut entendre habituellement sur les plateaux de télévision. C'est moins guindé et donc plus naturel.

Les techniciens ont autant de place que les acteurs dans la discussion ?
Bien sûr, d'autant plus que les techniciens ont souvent plus d'anecdotes sur les acteurs que ces derniers en ont sur eux-mêmes. Ils vont aussi nous raconter des petites histoires que les comédiens ne nous livreraient pas forcément par eux-mêmes. C'est forcément intéressant et ça nous donne un contenu vraiment différenciant puisque les techniciens sont rarement reçus sur les plateaux.

On est vraiment sur un programme à la bonne franquette ?
Complètement ! "La cantine" aurait d'ailleurs parfaitement pu s'appeler "La bonne franquette". Ça reflète bien l'ambiance sur les caterings (le nom des cantines sur les plateaux de tournage, ndlr) et les gens vont pouvoir le découvrir. Emmener une caméra sur un tournage, c'est vu et revu, mais capter ce moment précis, au coeur des coulisses, ça n'a jamais été fait. Le côté "bonne franquette" est aussi lié à ma personnalité. Je suis beaucoup plus à l'aise dans un contexte naturel comme celui-ci que sur un plateau de télévision.

Ils ont dit
"Il y aura un deuxième numéro de 'Confidentiel' sur TMC d'ici la fin de la saison"
Alessandra Sublet

Les dix numéros prévus sont tous en boîte ?
Nous sommes déjà allés sur le tournage de "Neuilly sa mère, sa mère", "Lola et ses frères", "Made in China", "Les invisibles" ou encore "Ulysse et Mona". À l'heure actuelle, il y en a sept qui sont en boîte. Nous tournerons les trois numéros qui restent au printemps.

Pourquoi ces films-là ?
Avec la productrice, Amandine Sherer, nous avons dressé un planning des tournages. On a fait un peu notre marché en ne regardant pas seulement les casts de comédiens mais aussi les réalisateurs et les techniciens. On nous a dit oui ou non. La bonne nouvelle, c'est qu'on a eu plus de oui que de non !

En fin de compte, vous retrouvez un rôle de confidente que vous aviez perdu en rejoignant TF1 il y a deux ans ?
C'est vrai que, sur TF1, je n'ai pas eu l'opportunité de pouvoir être dans mon rôle. En tout cas celui que j'avais sur "C à vous", "Un soir à la Tour Eiffel" ou "Fais moi une place". En revanche, sur TMC, avec "Griezmann Confidentiel", j'ai retrouvé mes premiers amours. Je sais aujourd'hui que ça me va bien et qu'en télévision, il est important d'être en adéquation totale avec qui l'on est. On ne peut pas réussir à tous les coups ! Tout ce que j'ai fait n'a pas forcément marché. Ce n'est qu'en essayant que l'on se rend compte de ce que l'on est capable de faire.

"Griezmann Confidentiel" a été un succès indéniable. 932.000 personnes (3,8% de PDA) l'ont suivi, ce qui est au-delà de la moyenne de la chaîne en prime. Est-ce que d'autres portraits sont envisagés pour TMC ?
Je suis en train de travailler dessus. La garantie d'un programme comme celui-ci est que l'on trouve des personnalités qui n'ont pas forcément l'habitude de parler, mais qui ont des choses à dire. Les pistes sont lancées. On a déjà quelques touches. Quoi qu'il arrive, il y aura un deuxième "Confidentiel" d'ici la fin de la saison. Mais ce n'est pas un programme qui peut être mensuel ou hebdomadaire. Cela demande du temps.

Ils ont dit
"Je ne suis pas sûre que les téléspectateurs m'attendent sur 'Danse avec les stars'"
Alessandra Sublet

Où en est le projet de relancer "Fais moi une place" dans une nouvelle version sur TMC ?

"Griezmann Confidentiel" est dans la veine de "Fais moi une place". En changeant de chaîne, il n'était pas possible de garder le même titre et le même format. Comme la chaîne est différente, c'est bien aussi de changer. Quoi qu'il arrive, je continuerai à faire ce format à l'avenir, peu importe la chaîne sur laquelle je serai.

Sandrine Quétier vient de quitter TF1. Une place est "libre" à l'animation de "Danse avec les stars". Cela vous intéresse ou la page du divertissement est tournée ?
Je ne réfléchis pas en terme de place à prendre mais plutôt selon le programme. En l'occurrence, je ne suis pas sûre que les téléspectateurs m'attendent sur "Danse avec les stars". Les programmes que je fais aujourd'hui sont des émissions propices à la confidence. Après, si demain, je devais reprendre une place sur une chaîne de manière plus récurrente, je pourrais faire du divertissement mais je ne pourrais pas faire que cela.

Ils ont dit
"J'ai une affinité particulière avec France Télévisions"
Alessandra Sublet

En janvier, sur Europe 1, Pierre-Antoine Capton (patron de Troisième Œil Productions, ndlr) a pourtant dit de vous que vous étiez la "meilleure animatrice de divertissement du moment".
Pierre-Antoine a dit beaucoup de choses ce jour-là ! (rires) C'est mon producteur et associé depuis maintenant dix ans, il me connaît extrêmement bien. Alors, oui, j'aime le divertissement et je le regarde mais pour moi, le divertissement ne peut pas juste être un animateur que l'on place devant un prompteur. Ça se travaille et je ne serais absolument pas contre remettre un pied sur un plateau pour faire du divertissement. Mais la condition, c'est que ce soit pour un vrai concept. Par exemple, en 2013, quand on a fait "Les Inconnus, c'est leur destin" sur France 2, qui avait d'ailleurs réalisé une audience exceptionnelle, c'était un vrai format. Il n'est d'ailleurs pas impossible qu'on le refasse avec d'autres bandes. Mais, encore une fois, je ne suis pas à la recherche d'un format mais de ce qui peut m'épanouir à l'antenne et de ce pour quoi les téléspectateurs veulent me voir.

Vous êtes en discussions avec les chaînes ?
Bien sûr. C'est le lot de tous les animateurs producteurs. J'ai des idées en tête et des envies de programmes, on avance avec Pierre-Antoine. On verra bien ce qu'il se passera. On est seulement en février, les chaînes n'ont pas encore décidé de ce qu'elles veulent avoir pour la rentrée. En tout cas, je sais qu'il faut être force de proposition pour se donner les chances d'être à la tête de programmes que l'on aime vraiment. C'est important pour moi de prendre le temps de travailler. Si j'avais envie d'être tous les jours à la télévision, j'y serais. Des propositions de programmes, j'en ai refusées. Je ne veux faire que des choses qui me correspondent. Et c'est ce que j'ai toujours fait. Même "Action ou vérité" sur TF1, personne ne m'a forcée à le faire et je suis allée jusqu'au bout de ce qu'il était possible de faire.

Il y a une chaîne en particulier que vous aimeriez rejoindre ?
Je n'exclus rien aujourd'hui parce que le paysage audiovisuel a changé. Les chaînes ont besoin de création. Quand je me suis baladée au MIP, le marché où les professionnels de l'audiovisuel viennent vendre leurs programmes, je me suis rendue compte qu'il n'y a pas de programmes innovants. C'est peut-être justement le bon moment pour rencontrer les patrons de chaînes et proposer des choses. Je suis précisément en train de le faire. Après, évidemment, j'ai trouvé ma place pendant huit ans sur France Télévisions et c'est vrai que c'est un groupe avec lequel j'ai une affinité particulière.

Ils ont dit
"Anne-Elisabeth Lemoine mérite pleinement sa place et son succès dans 'C à vous'"
Alessandra Sublet

Parmi tous les formats que vous avez animés, il y a une émission qui vous manque plus que les autres ?
On me pose souvent cette question. En vérité, non. Je répète une nouvelle fois que je trouve qu'"Un soir à la tour Eiffel" s'est arrêté trop tôt. Les audiences étaient bonnes et les retours aussi. On me parle encore de cette émission. C'était extraordinaire. Les invités hallucinaient quand ils arrivaient sur ce plateau. Mais si je devais regarder en arrière toutes les cinq minutes, je n'avancerais pas beaucoup.

Mais le format de "Confidentiel" est inspiré de "Fais moi une place". Vous avez donc regardé en arrière ?
Je n'avais pas de raisons de ne pas le faire puisque c'était notre création avec Pierre-Antoine. Quand TMC, par la voix d'Ara Aprikian, nous a dit qu'elle était preneuse du format, j'ai dit banco. Il fallait juste trouver le bon personnage. Et c'était le cas d'Antoine. Après, il n'y en a pas tous les quatre matins... C'est très compliqué de faire un programme de ce genre. Il faut prendre le temps de travailler.

Vous avez lancé "C à vous" en 2009. Aujourd'hui, l'émission animée par Anne-Elisabeth Lemoine bat des records. Quelle est la clé de ce succès ? La longévité ?
C'est un programme qui ne trompe personne et qui porte en lui une sincérité et un naturel que je ne vois nulle part ailleurs. Anne-Sophie et Anne-Elisabeth ont aussi contribué à véhiculer ce naturel et cette simplicité. La deuxième chose, effectivement c'est que, quand on arrive avec la confiance d'une chaîne à tenir un programme sur la longueur, on l'installe. La fidélité paie. Les téléspectateurs de France 5 ne me disent pas "Oh, c'est dommage, vous n'y êtes plus" mais "C'est vraiment une bonne émission". C'est un grand bonheur d'avoir pu installer ce programme et je suis heureuse que des animateurs comme Anne-Elisabeth puissent aujourd'hui y mettre leur patte. Elle mérite pleinement cette place et ce succès exceptionnel. Pierre-Antoine a eu la bonne idée de lui faire confiance. Je remarque d'ailleurs que la plupart des invités prestigieux sont à "C à vous". Quand je vois comment nous nous sommes battus au début, ça fait plutôt plaisir !

Ils ont dit
"Je n'ai pas fait une croix sur la radio"
Alessandra Sublet

Vous étiez encore animatrice sur Europe 1 la saison dernière. Vous n'avez pas le sentiment d'être arrivée en radio au mauvais moment ?
Je ne pense pas même si c'est vrai qu'Europe 1 vit une période difficile. Cela reste une station que j'aime et écoute. J'aurais adoré pouvoir faire une deuxième saison. Mais, encore une fois, un programme s'installe sur la durée. C'est d'autant plus vrai en radio ! Je n'ai pas fait une croix dessus pour autant mais je pense qu'il faut avoir LA bonne idée.

En tant qu'auditrice d'Europe 1, que pensez-vous de la nouvelle grille des programmes ?
Je suis auditrice mais pas directrice des programmes. Je n'ai donc pas à juger ce que font les nouveaux patrons d'Europe 1. Je pense qu'ils ont une ligne directrice et j'espère qu'ils pourront la suivre dans la durée. C'est très compliqué de chambouler une grille. Il faut savoir tenir bon et soutenir ses équipes et sa vision. À "C à vous", si nous n'avions pas eu les bons interlocuteurs et si Philippe Vilamitjana (directeur des programmes de France 5 de 2005 à 2010, ndlr) n'avait pas tenu bon, le programme se serait arrêté. Les animateurs ne sont pas responsables de tous les échecs, il faut que les directeurs de programmes se donnent les moyens de les suivre.

Sur le même thème
l'info en continu
Rumeur sur son départ des Bleus : "Choqué", Paul Pogba dément les "informations infondées" du "Sun"
Presse
Rumeur sur son départ des Bleus : "Choqué", Paul Pogba dément les "informations...
"Koh-Lanta", "Fort Boyard", "Top Chef" : Quelles sont les émissions préférées des Français ces 30 dernières années ?
TV
"Koh-Lanta", "Fort Boyard", "Top Chef" : Quelles sont les émissions préférées des...
"Batch Cooking" : Justine de "Top Chef" débarque sur Téva
TV
"Batch Cooking" : Justine de "Top Chef" débarque sur Téva
Accident meurtrier en Gironde : Le témoignage poignant du chauffeur de bus sur BFMTV
TV
Accident meurtrier en Gironde : Le témoignage poignant du chauffeur de bus sur BFMTV
"On est presque en direct" : Le sketch trash de Laura Laune sur la liberté d'expression
TV
"On est presque en direct" : Le sketch trash de Laura Laune sur la liberté...
"NRJ Music Awards" 2020 : La liste des nommés enfin dévoilée
TV
"NRJ Music Awards" 2020 : La liste des nommés enfin dévoilée
Vidéos Puremedias