Canal+ : Michel Denisot évincé de la grille de rentrée

Partager l'article
Vous lisez:
Canal+ : Michel Denisot évincé de la grille de rentrée
Michel Denisot, à Cannes pour le Festival.
Michel Denisot, à Cannes pour le Festival. © Abaca
Le contrat de l'animateur et producteur arrive à terme en juin.

Info puremedias.com. Vincent Bolloré tourne définitivement la page du Canal historique. Michel Denisot, qui a traversé toute l'histoire de la chaîne et ses différentes directions, ne figurera pas dans la grille des programmes de rentrée, présentée la semaine prochaine à la presse. Selon nos informations, celui qui incarnait encore cette saison "Conversations secrètes" et une quotidienne pendant le festival de Cannes, n'est pas reconduit. Son contrat de trois ans, signé après la fin du "Grand Journal", arrive à terme à la fin du mois. La chaîne, contactée par puremedias.com, ne commente pas notre information. En fin de semaine, le sort de Michel Denisot et de son avenir sur le chaîne devrait être acté.

À lire aussi
Léa Salamé : "Il ne faut pas laisser à Pascal Praud les débats politiques"
Radio
Léa Salamé : "Il ne faut pas laisser à Pascal Praud les débats politiques"
"66 minutes" : Quand M6 interviewe une cliente de Kiabi, collaborant avec... Kiabi
TV
"66 minutes" : Quand M6 interviewe une cliente de Kiabi, collaborant avec... Kiabi
Audiences radio été 2020 : Inter leader en baisse, RTL plonge, France Info en forme, Europe 1 au plus bas
Audiences
Audiences radio été 2020 : Inter leader en baisse, RTL plonge, France Info en...

Michel Denisot, 71 ans, est arrivé sur Canal+ dès sa création, en 1984. Il y a présenté de nombreuses émissions comme "Télés Dimanche", "Mon Zénith à moi", "La Grande Famille" ou encore "Le Journal du Cinéma". A Canal, Michel Denisot a fait à peu près tous les métiers, directeur des sports en 1998, directeur général délégué début 2011, directeur des chaînes thématiques, directeur artistique de certaines cérémonies ou encore président de la chaîne iTELE.

9 ans au "Grand Journal"

Michel Denisot a abandonné toutes ces fonctions en 2004 pour prendre les commandes et la co-production du "Grand Journal", la nouvelle émission d'access de la chaîne. Peu à peu, au cours de neuf ans de présentation, il va porter la case à des niveaux d'audience jamais atteints par Canal+ à cette heure. Pendant la campagne présidentielle 2007, "Le Grand Journal" réunit certains soirs près de 2 millions de téléspectateurs, soit entre 8 et 10% du public. Du jamais-vu... De nombreux talents seront révélés par l'émission, comme Yann Barthès, Louise Bourgoin, Omar et Fred ou encore Charlotte Le Bon. Mais face à l'érosion des audiences, Canal+ décide de confier l'émission à Antoine de Caunes en 2013, qui va l'animer pendant deux ans, avant d'être remplacé par Maïtena Biraben cette saison.

En parallèle, Michel Denisot est directeur de la rédaction de Vanity Fair depuis 2012. Selon La Lettre de L'Expansion, il va devenir conseiller d'Arnaud Lagardère, qu'il a reçu il y a quelques mois dans "Conversations Secrètes". Michel Denisot avait obtenu l'accord de François Hollande et Nicolas Sarkozy pour participer au programme. Ces derniers jours, il a tenté de proposer ce format à d'autres chaînes dont France Télévisions, sans succès. Ce départ forcé s'ajoute à la longue liste des visages historiques qui ont choisi de quitter le navire ou ont été poussés vers la sortie : Yann Barthès, Maïtena Biraben, Ali Baddou, Grégoire Margotton ou encore Bruce Toussaint.

"Quand on est malade, il faut soigner"

Ces derniers mois, Michel Denisot a toujours tenu un discours mesuré quand il était interrogé sur la nouvelle stratégie de Vincent Bolloré pour Vivendi. Le 8 mai dernier sur RTL, il estimait "légitime" que la nouvelle direction du groupe se pose des questions sur la rentabilité de la chaîne cryptée. "Le modèle économique de Canal+ est le même depuis 1984. La chaîne avait vingt ans d'avance quand elle a été créée, maintenant elle a un peu de retard. Sur le cinéma comme sur le sport, la chaîne a perdu des monopoles et l'abonnement est cher pour beaucoup de gens. Quand on est malade, il faut soigner", estimait-il, ne voulant juger Vincent Bolloré que sur "ses résultats".

Sur le même thème
l'info en continu
"20 ans à nouveau : 5 mamans incognito" : TFX lance sa nouvelle télé-réalité le 15 octobre
Programme TV
"20 ans à nouveau : 5 mamans incognito" : TFX lance sa nouvelle télé-réalité le 15...
Pernaut, Akenathon, Lemercier, etc. : France Bleu fête ses 40 ans vendredi avec 44 personnalités
Radio
Pernaut, Akenathon, Lemercier, etc. : France Bleu fête ses 40 ans vendredi avec 44...
"Les petits meurtres d'Agatha Christie" : Samuel Labarthe et sa bande tirent leur révérence le 16 octobre sur France 2
Programme TV
"Les petits meurtres d'Agatha Christie" : Samuel Labarthe et sa bande tirent leur...
"Les comiques préférés des Français" : Laurence Boccolini débarque en prime le 10 octobre sur France 2
Programme TV
"Les comiques préférés des Français" : Laurence Boccolini débarque en prime le 10...
Léa Salamé : "Il ne faut pas laisser à Pascal Praud les débats politiques"
Radio
Léa Salamé : "Il ne faut pas laisser à Pascal Praud les débats politiques"
Cyril Hanouna accuse les "dessins de 'Charlie Hebdo'" de "mettre de l'huile sur le feu"
TV
Cyril Hanouna accuse les "dessins de 'Charlie Hebdo'" de "mettre de l'huile sur le...
Vidéos Puremedias