#JeSuisProf

Canal+ veut faire évoluer ses obligations envers le cinéma

Partager l'article
Vous lisez:
Canal+ veut faire évoluer ses obligations envers le cinéma
Maxime Saada
Maxime Saada © Canal+
Maxime Saada, directeur général du groupe Canal+, estime ce matin dans "Le Figaro" que les règles du jeu ne sont pas équitables.

En demande-t-on trop à Canal+ ? C'est en tout cas l'avis de Maxime Saada, directeur général du groupe, interrogé ce matin dans "Le Figaro". Dans un secteur devenu de plus en plus concurrentiel avec des plateformes comme Netflix, Amazon et Altice Studio, Maxime Saada, directeur général du groupe Canal +, demande un assouplissement de ses obligations envers le 7e art. C'est ce qu'il a exposé aux organisations professionnelles du cinéma, rencontrées hier. "Nous avons mis tous les sujets qui fâchent sur la table", explique le responsable du groupe.

À lire aussi
Pascal Praud : "France Inter, c'est de la propagande !"
TV
Pascal Praud : "France Inter, c'est de la propagande !"
"C'est scandaleux" : Pierre Ménès furieux contre "So foot"
Presse
"C'est scandaleux" : Pierre Ménès furieux contre "So foot"
COVID-19 : Une comédienne de "Plus belle la vie" remplacée de manière temporaire sur France 3
Exclusivité
COVID-19 : Une comédienne de "Plus belle la vie" remplacée de manière temporaire...

Le préfinancement des films en question

Parmi "les sujets qui fâchent", Canal+ a l'obligation de préfinancer les films français et européens à hauteur de 12,5% de son chiffre d'affaires jusqu'en 2019, contrairement à ses principaux concurrents. L'investissement 2017 s'élèvera à 160 millions d'euros, en baisse de 35 millions d'euros, sur un an, en raison "d'une baisse de l'activité de Canal+ France". "Notre priorité est donc de rétablir une forme d'équité pour pouvoir nous battre à armes égales", souligne Maxime Saada, qui suggère par exemple de "mutualiser (ses) obligations de dépenses envers le cinéma et celles envers la fiction (3,5% du chiffre d'affaires)". Et de préciser : "Nous voulons conserver notre statut de chaîne généraliste, mais nous ne voulons pas être pénalisés".

Maxime Saada affirme au passage que "Canal+ est l'opérateur le plus vertueux du secteur" et évoque le chiffre de 400 millions d'euros d'investissement par an dans le cinéma, en mettant bout à bout les dépenses de Canal+, Ciné+, C8 et Studio Canal.

Objectif : faire évoluer la chronologie des médias

Outre l'investissement, le groupe de Vincent Bolloré veut aussi faire bouger les lignes sur la chronologie des médias, en avançant à six mois le délai de première diffusion d'un film sur la chaîne cryptée, contre dix actuellement. Le groupe entend enfin obtenir des parts de coproduction sur les films et les séries qu'il finance : "Aujourd'hui, Canal+ dépense environ 2 milliards d'euros par an dans les contenus et il n'est propriétaire de rien".

Si Maxime Saada reconnaît dans l'interview que la situation de son groupe tend à s'améliorer, il estime que "cela n'aura de plein effet que progressivement". Mais il promet que "si la situation financière du groupe se redresse, nous serons prêts à renforcer encore notre contribution unique au cinéma français". Visiblement, le cinéma français devra donc d'abord faire le premier pas. Or, le secteur est légèrement échaudé par la récente affaire des droits d'auteur, que le groupe Canal+ refusait de payer.

Sur le même thème
l'info en continu
"La Nouvelle République" porte plainte pour menaces après avoir republié des caricatures de Mahomet
Presse
"La Nouvelle République" porte plainte pour menaces après avoir republié des...
"Thalassa" de retour sur France 3 avec Sabine Quindou le 8 novembre
Programme TV
"Thalassa" de retour sur France 3 avec Sabine Quindou le 8 novembre
Public Sénat : La société des journalistes dénonce l'arrivée d'Yves Jégo à la tête d'une émission
TV
Public Sénat : La société des journalistes dénonce l'arrivée d'Yves Jégo à la tête...
Hommage national à Samuel Paty : Les chaînes en édition spéciale ce soir
TV
Hommage national à Samuel Paty : Les chaînes en édition spéciale ce soir
Qualifié de "prédateur sexuel" sur NRJ 12, Nordahl Lelandais perd son procès contre le psychanalyste Pascal Neveu
Justice
Qualifié de "prédateur sexuel" sur NRJ 12, Nordahl Lelandais perd son procès...
"Dossier tabou" : Bernard de La Villardière enquête sur les violences contre la police le 8 novembre sur M6
Programme TV
"Dossier tabou" : Bernard de La Villardière enquête sur les violences contre la...
Vidéos Puremedias