Charline Vanhoenacker : "Europe 1 a Emmanuel Macron, sur France Inter on a Régine et Benoît Hamon !"

Partager l'article
Vous lisez:
Charline Vanhoenacker : "Europe 1 a Emmanuel Macron, sur France Inter on a Régine et Benoît Hamon !"
Charline Vanhoenacker ironise sur la contre-programmation de France Inter face à Europe 1 © France Inter
L'humoriste s'est amusée ce matin de la contre-programmation de sa station face à l'interview du président de la République par Nikos Aliagas.

Les oreilles branchées sur Europe 1. Ce matin, Nikos Aliagas recevait dans sa matinale le président de la République, Emmanuel Macron. Un événement et un gros coup pour le nouveau matinalier de la généraliste du groupe Lagardère. En face, Elizabeth Martichoux sur RTL a ainsi interrogé Dominique Bussereau, président de l'Assemblée des départements de France, tandis que Léa Salamé et Nicolas Demorand se retrouvaient sur France Inter face à... Régine ! Quant à Jean-Jacques Bourdin, sur RMC, il accueillait au même moment la grand reporter de guerre Anne Nivat.

À lire aussi
"Demain nous appartient" : Le feuilleton de TF1 de retour dès le 15 juin à un nouvel horaire
Séries
"Demain nous appartient" : Le feuilleton de TF1 de retour dès le 15 juin à un...
"N'oubliez pas les paroles" : Un candidat emblématique absent du tournoi des maestros
TV
"N'oubliez pas les paroles" : Un candidat emblématique absent du tournoi des...
Jacques Legros ("13 Heures" de TF1) : "Je suis sans doute sorti de mon rôle"
Interview
Jacques Legros ("13 Heures" de TF1) : "Je suis sans doute sorti de mon rôle"

"Juste après, chez Augustin Trapenard, Chantal Goya !"

Il n'en a pas fallu plus à Charline Vanhoenacker sur France Inter. Dans son billet dans la matinale de la station publique, l'humoriste belge est revenue sur cette guerre de la programmation. "Bon, on va arrêter de faire semblant, l'auditeur n'est pas dupe, tout le monde sait que, sur une autre chaîne, le président de la République donne une interview à Nikos Aliagas et nous, ce matin, on a qui comme invités ? Régine et Benoît Hamon ! Et juste après, chez Augustin Trapenard : Chantal Goya ! Véridique !", a-t-elle lancé aux présentateurs du "7/9", évoquant "Laurence Bloch (directrice de France Inter, ndlr) roulée en boule sous son bureau".

"Mais vous êtes restés bloqués dans l'ancien monde ou quoi ? Pendant ce temps, le nouveau monde est en train d'avancer sans vous ! Déjà, ça faisait des années que, tous les matins, on écoutait Bernard Guetta au lieu d'écouter David. Malgré tout le respect que j'ai pour Régine, on aurait pu inviter quelqu'un d'autre en face du président. Un grand nom de l'opposition ! Comme par exemple, euh...", a poursuivi Charline Vanhoenacker, sans trouver de nom crédible. "Oui ok, bon finalement, ce n'est pas si mal Régine", a-t-elle plaisanté avant d'imaginer un canular entre Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon pour rivaliser.

"Le moment de grâce, il se retrouve sur Europe 1 là !"

Puis l'humoriste s'est adressée aux présentateurs de la matinale de France Inter. "Les gars, vous avez losé quoi. Nicolas, vous êtes dans le déni, je l'ai bien senti quand vous m'avez dit 'Si le président n'a pas choisi France Inter, c'est sans doute qu'il a peur d'avoir envie de démissionner'. Au moins, Régine, on sait qu'elle ne démissionnera jamais. Et Benoît Hamon... faudrait déjà qu'il ait un poste ! Bon Léa, on se réveille. Le résultat, c'est que le moment de grâce, il se retrouve sur Europe 1 là !", a-t-elle poursuivi, avant de revoir et corriger le sommaire de l'émission pour faire du buzz.

"Je ne comprends pas, la dernière fois que Macron a été interviewé sur le service public, c'était par Laurent Delahousse. Il a été très bien reçu ! Je ne vois qu'une explication : Léa, vous lui faites peur. Vous essayez trop de comprendre, c'est trop offensif : 'Monsieur le président, vous êtes sérieux là ?'. Résultat, il va chez Nikos ! Mais Léa, réagissez bon sang, la prochaine fois, vous débarquez à l'improviste avec Nicolas sur le plateau de 'The Voice', vous faites un duo. Sinon, bien sûr qu'on sait déjà ce qu'il va dire Macron. Il y a juste à espérer qu'il ne balance pas une vieille expression française, genre 'cornegidouille', sinon ça va être repris partout, il va y avoir une dépêche AFP et on passe pour des losers, voilà", a-t-elle fini, après avoir vérifié qu'il n'y avait pas (encore) "de tee-shirt à l'effigie de Nikos sur la boutique de l'Elysée", signe que tout était encore possible. puremedias.com vous propose de découvrir la chronique de Charline Vanhoenacker.

Sur le même thème
l'info en continu
"Batwoman" : Après son départ de la série, Ruby Rose prend la parole
Séries
"Batwoman" : Après son départ de la série, Ruby Rose prend la parole
Plan d'économies à Radio France : Sibyle Veil repousse les négociations à la rentrée
Radio
Plan d'économies à Radio France : Sibyle Veil repousse les négociations à la...
"Les tribulations d'un Chinois en Chine", "Les mariés de l'an deux" : Les films de F3 et de F2 l'après-midi
Programme TV
"Les tribulations d'un Chinois en Chine", "Les mariés de l'an deux" : Les films de...
Philippe Corbé (RTL) nouveau chef du service politique de BFMTV
TV
Philippe Corbé (RTL) nouveau chef du service politique de BFMTV
"Ligne droite", "Temps magnifique" : Jean-Jacques Bourdin se justifie à l'antenne après son excès de vitesse
TV
"Ligne droite", "Temps magnifique" : Jean-Jacques Bourdin se justifie à l'antenne...
L'Algérie rappelle son ambassadeur après la diffusion d'un documentaire sur le Hirak sur France 5
International
L'Algérie rappelle son ambassadeur après la diffusion d'un documentaire sur le...
Vidéos Puremedias