Conflit avec TF1, conventions "douloureuses", JO 2024... Ce que cachent les attaques contre France Télévisions

Partager l'article
Vous lisez:
Conflit avec TF1, conventions "douloureuses", JO 2024... Ce que cachent les attaques contre France Télévisions
Par Tom Kerkour Journaliste
Ayant grandi à l'heure où YouTube empiète sur le petit écran, Tom Kerkour savoure autant un épisode de "Cauchemar en cuisine" que du Joueur du Grenier. Captivé par le bouleversement des médias à l'ère digitale/numérique, il intègre la rédaction de Puremédias en décembre 2022.
Comment sont mesurées les audiences télé ? © Abaca
Ces dernières années les disputes publiques entre chaînes s'étaient faites rares. Mais un courrier adressé à la Première ministre a mis le feu aux poudres. Décryptage.

Les amis d'hier sont les ennemis de demain. Le 7 avril dernier, Rodolphe Belmer (TF1), Arthur Dreyfuss (Altice), Maxime Saada (Canal+), Nicolas de Tavernost (M6) et Stéphane Sitbon-Gomez (France Télévisions) étaient assis les uns à côtés des autres à l'occasion de la matinée du SNPTV (Syndical national de la publicité télévisée). Au programme, l'avenir de la télévision, des rires et des sourires. Qui aurait pu se douter qu'un mois plus tard, les quatre premiers s'uniraient pour attaquer le cinquième ?

À lire aussi
"M6 m'a contactée" : Sandrine Quétier révèle être toujours courtisée pour revenir à la télévision
TV
"M6 m'a contactée" : Sandrine Quétier révèle être toujours courtisée pour revenir...
"Les traîtres" : Date de diffusion, casting, nouveaux décors... Tout ce qu'il faut savoir sur la saison 3 du programme estival de M6
TV
"Les traîtres" : Date de diffusion, casting, nouveaux décors... Tout ce qu'il faut...
"Je ne donne pas de l'argent pour me faire taper dessus" : Valérie Pécresse enchaîne les punchlines et fait la morale à Anne Hidalgo dans le documentaire de France 2 sur les coulisses des JO
TV
"Je ne donne pas de l'argent pour me faire taper dessus" : Valérie Pécresse...
JO de Paris 2024 : Comment va se dérouler l'interview d'Emmanuel Macron diffusée sur France 2 et France Info ce mardi soir ?
TV
JO de Paris 2024 : Comment va se dérouler l'interview d'Emmanuel Macron diffusée...

C'est pourtant ce qu'il s'est passé. Dans un courrier adressé à la Première ministre Élisabeth Borne, les groupes privés unis au sein d'une association (ACP), ont pointé du doigt le service public à cause de ce qu'ils estiment être de la concurrence déloyale. Un document ensuite ingénieusement distribué dans la presse, dans lequel les défauts et arrangements du groupe de Delphine Ernotte ont été mis à nu.

Mais pourquoi maintenant ? L'association assume un calendrier scrupuleusement étudié, France Télévisions étant justement en train de discuter avec son actionnaire, l'État, sur son contrat d'objectifs et de moyens. Dans le même temps, une mission d'information sur l'avenir de l'audiovisuel public occupe l'Assemblée nationale, tandis que le Sénat se penche sur une réforme dudit système. S'il s'agissait déjà de suffisamment de raisons pour frapper, plusieurs observateurs et acteurs de la bataille voient des causes plus profondes dans cette entrée en guerre du PAF.

TF1 "fébrile"

Notons d'abord que l'ACP vient d'accueillir à sa tête un nouveau président : Rodolphe Belmer. Désigné à la tête de l'organisation pour une durée de deux ans, le patron de TF1 serait logiquement à la manoeuvre. D'ailleurs, Delphine Ernotte ne se gêne pas pour charger spécifiquement la Une dans ses récentes communications.

Alors que l'écart entre France 2 et TF1 ne cesse de se réduire, arrivant à seulement deux points en février, la présidente de France Télévisions a noté une certaine "fébrilité" du côté de la Une à mesure que la rivale grossit. En effet, dans leur argumentaire, les chaînes commerciales ciblent la Deux et sa "programmation étonnamment commerciale". "À l'heure de la révolution des usages et de la mondialisation des contenus, TF1 croit-elle vraiment qu'affaiblir le service public lui permettra de rebondir ?", rétorque France Télévisions. Une logique de confrontation entre TF1 et France 2 que la filiale de Bouygues dément, rappelant qu'elle fonctionne sur la base de cibles commerciales.

Deuxième point de contentieux ayant certainement poussé l'ACP à tirer : Les "douloureuses négociations" avec l'Arcom au moment d'établir les conventions de TF1 et M6, comme les a qualifiées un cadre anonyme auprès de puremedias.com. Pour rappel, notamment sous l'impulsion du trublion Xavier Niel, les chaînes ont dû faire de nouvelles promesses afin de voir leurs autorisations de diffusion renouvelées. Soit autant d'argent à mettre au pot, pour des obligations qui font, en plus, bien peu d'audience.

Cette double peine, les deux chaînes privées gratuites l'ont mal vécue. Il en va de même pour Canal+ qui souffle le chaud et le froid avec le régulateur. Les entreprises voient donc d'un mauvais oeil le fait que les obligations de France Télévisions soient rédigées au niveau du groupe et non pas chaîne par chaîne, comme c'est le cas pour eux. "On nous a imposé des obligations dignes du service public dans nos conventions alors qu'ils font de France 2 une chaîne presque commerciale", s'indigne-t-on dans l'une des chaînes.

Canal+ agacé par les "tarifs délirants" des JO

Fallait-il voir dans les précédentes attaques de Cyril Hanouna contre l'audiovisuel public les premiers signes de l'agacement de Canal+ ? Contrairement à TF1 et M6, le groupe de Maxime Saada n'est pas directement confronté aux antennes de France Télévisions, puisque les chaînes payantes ne jouent pas vraiment sur le même terrain. Ce qui ne veut pas dire que leurs relations sont au beau fixe. Comme l'ont confirmé des sources concordantes à puremedias.com, le groupe aimerait bien participer à la fête des Jeux olympiques de 2024. Pourtant, France Télévisions, qui en détient les droits, demanderait des "tarifs délirants" pour sous-licencier une partie de l'événement. Or, le courrier de l'ACP fait bien bataille contre "l'inflation des droits sportifs" dont ils attribuent la dynamique à leur rival.

L'inflation est vraiment un concept à la mode, puisqu'au-delà du sport, c'est aussi sur les droits cinématographiques et audiovisuels que France Télévisions provoquerait une hausse des prix. Une situation qui gêne bien les chaînes de Nicolas de Tavernost, dont les productions américaines sont un véritable aimant à ménagères. D'ailleurs - M6 ne s'est d'ailleurs toujours pas remise du retour de "Masterchef", qui à leurs yeux, aurait la douce réussite de "Top chef". Heureusement pour la Six, c'était un fiasco.

Tous les acteurs avaient donc un intérêt à remettre France Télévisions à sa place... À l'exception d'Altice ? Le groupe est très récemment entré au sein de l'ACP et, au-delà de la simple question du marché publicitaire, les intérêts de ses chaînes semblent moins évidents. Certains observateurs supposent qu'ils s'agit de préparer le terrain en vue de leurs propres négociations pour la TNT. D'autres qu'il s'agit d'affaiblir France 3 alors qu'Altice développe son réseau en région.

L'époque de Salto semble désormais très loin

Courrier au gouvernement, déclarations dans la presse et bataille de chiffres, le PAF est bien entré en guerre. Pourtant, les querelles au sein du marché français semblaient s'être bien réduites à la faveur d'une union contre les plateformes. "Ces attaques me paraissent terriblement 20e siècle", a même reconnu Delphine Ernotte. Il n'y a pas si longtemps, TF1, M6 et France Télévisions marchaient d'ailleurs main dans la main pour faire vivre Salto - plateforme morte le 27 mars dernier dont les propositions phares ont toutes été reprises post-mortem sur MyTF1 Max, 6Play Max et France.tv. Toujours dans cette optique d'union contre les plateformes, Delphine Ernotte avait même soutenu publiquement la fusion - abandonnée - entre TF1 et M6.

Alors que les plateformes font tour à tour leur entrée sur un marché publicitaire déjà très disputé, pourquoi subitement changer d'ennemi ? Peut-être que les accords de plus en plus nombreux avec ces acteurs étrangers ont fini par dissuader les entreprises françaises de s'y frotter publiquement. Il fallait donc trouver un autre bouc émissaire.

l'info en continu
"M6 m'a contactée" : Sandrine Quétier révèle être toujours courtisée pour revenir à la télévision
TV
"M6 m'a contactée" : Sandrine Quétier révèle être toujours courtisée pour revenir...
"Les traîtres" : Date de diffusion, casting, nouveaux décors... Tout ce qu'il faut savoir sur la saison 3 du programme estival de M6
TV
"Les traîtres" : Date de diffusion, casting, nouveaux décors... Tout ce qu'il faut...
Netflix : À peine sorti sur la plateforme, ce film familial avec une star américaine démarre en trombe et s'impose sur le podium des contenus les plus vus
SVOD
Netflix : À peine sorti sur la plateforme, ce film familial avec une star...
Google fait marche arrière et garde les cookies sur son navigateur Chrome
Internet
Google fait marche arrière et garde les cookies sur son navigateur Chrome
Box-office : "Le comte de Monte-Cristo", enfin au sommet du top, dépasse "Moi, moche et méchant 4" et "Vice-Versa 2"
Box-office
Box-office : "Le comte de Monte-Cristo", enfin au sommet du top, dépasse "Moi,...
"Je ne donne pas de l'argent pour me faire taper dessus" : Valérie Pécresse enchaîne les punchlines et fait la morale à Anne Hidalgo dans le documentaire de France 2 sur les coulisses des JO
TV
"Je ne donne pas de l'argent pour me faire taper dessus" : Valérie Pécresse...