Conflit TF1/Canal+ : "Chacun essaie de montrer ses muscles !", selon Gilles Pélisson

Partager l'article
Vous lisez:
Conflit TF1/Canal+ : "Chacun essaie de montrer ses muscles !", selon Gilles Pélisson
Gilles Pélisson, patron du groupe TF1
Gilles Pélisson, patron du groupe TF1 © Abaca
Dans une interview au "Parisien", le patron du groupe TF1 affiche sa confiance et sa détermination et annonce saisir le CSA dans le conflit qui l'oppose à Canal+.

Il garde le cap. Dans "Le Parisien" ce matin, Gilles Pélisson, patron du groupe TF1, s'exprime pour la première fois depuis le début de la crise avec Canal+, qui a cessé de diffuser ses chaînes jeudi soir. Au cours de cette interview où tous les sujets chauds du moment sont abordés, le dirigeant affiche sa confiance et souligne que le signal des chaînes de TF1 continue d'être livré à Canal+. "C'est eux qui ont décidé de le couper", rappelle-t-il. "Canal+ a déjà reçu plusieurs milliers de demandes de désabonnement", affirme même le dirigeant.

À lire aussi
"Je connais les méthodes de F2 !" : Patrick Balkany très remonté contre "Complément d'enquête"
TV
"Je connais les méthodes de F2 !" : Patrick Balkany très remonté contre...
"Je paye pour ce que je veux regarder" : Estelle Denis favorable à la suppression de la redevance télé
TV
"Je paye pour ce que je veux regarder" : Estelle Denis favorable à la suppression...
"Télématin" : Parodiant Éric Zemmour, Alex Vizorek déclare sa candidature à la présidence de France Télé
TV
"Télématin" : Parodiant Éric Zemmour, Alex Vizorek déclare sa candidature à la...
"Le grand concours" : Alessandra Sublet aux commandes des deux prochains numéros
TV
"Le grand concours" : Alessandra Sublet aux commandes des deux prochains numéros

Gilles Pélisson en profite pour contre-attaquer en évoquant le cas de ces particuliers, situés en zone blanche, qui reçoivent la TNT par satellite grâce à TNT Sat, propriété de Canal+ et qui sont eux aussi privés des chaînes de TF1. "Il est inacceptable que ces téléspectateurs soient impactés", estime le patron, qui annonce saisir le Conseil supérieur de l'audiovisuel sur ce point qui impacte 1,5 million de foyers.

"Ce ne sont pas quelques jours de frottement qui nous perturbent"

Il ne semble pas déstabilisé par la chute brutale des audiences observée ces derniers jours pour des programmes phare tels que "The Voice" ou le "20 Heures" de TF1. "Ce ne sont pas quelques jours de frottement qui nous perturbent, assure-t-il. Les audiences formidables que l'on fait sans Canal peuvent même déranger certains...". Selon le responsable, les audiences de la plate-forme de replay de TF1, MyTF1, ont même doublé ces derniers jours.

De manière plus générale, Gilles Pélisson justifie de nouveau la volonté de son groupe d'être rémunéré pour la diffusion de ses chaînes. "De plus en plus de Français dépensent entre 30 euros et 40 euros par mois pour une offre triple play (téléphone, internet et télévision) : ils payent donc pour recevoir nos contenus. Or, jusqu'à présent, les opérateurs ne reversent rien aux chaînes", déplore-t-il.

"Nos demandes ne sont pas mirobolantes"

"Nos demandes ne sont pas mirobolantes", précise Gilles Pélisson. Le patron du groupe TF1 refuse de donner précisément les montants négociés avec les différents opérateurs, invoquant le "secret des affaires". Selon lui, "c'est moins de 20 millions d'euros par opérateur". Il a donc sorti sa calculette : "si un opérateur a 5 millions de box, ça fait 4 euros par abonné et par an, soit 33 centimes par mois !", affirme-t-il. Un tarif "inférieur à ce qui se pratique en Europe". Il balaie également la crainte de voir les opérateurs augmenter leurs abonnements en mettant en avant le statu-quo adopté par SFR et Bouygues Telecom - qui appartient au même groupe que TF1 -, les seuls opérateurs à avoir signé un accord financier à ce jour avec la première chaîne.

Enfin, Gilles Pélisson relativise les menaces récentes d'Orange et de Free d'emboîter le pas de Canal+ et de stopper à leur tour le signal des chaînes de TF1. "Chacun essaie de montrer ses muscles ! Nous inventons un nouveau modèle, et c'est rarement facile", estime-t-il, tout en espérant une issue rapide au conflit. "J'espère bien que notre différend ne durera pas trois mois !", lance-t-il avec en ligne de mire la Coupe du monde de football, dont TF1 est le diffuseur exclusif.

TF1
TF1
"Le mystère Kendrick" : La mini-série britannique avec David Tennant arrive le jeudi 16 décembre sur TF1
Football : Les images de la Ligue 1 font leur retour dans "Téléfoot" sur TF1
Étienne Mougeotte est mort
Fusion TF1-M6 : La présidente de l'Autorité de la concurrence, Isabelle de Silva, sur le départ
Voir toute l'actualité sur TF1
Autour de TF1
  • Star Academy
  • Les Experts (Las Vegas)
  • Grey's Anatomy
  • Dr House
  • Koh-Lanta
  • Laurence Ferrari
  • France 3
  • Benjamin Castaldi
  • Les Experts : Miami
  • Julien Courbet
  • Nikos Aliagas
  • David Pujadas
  • Esprits criminels
  • New York Unité Spéciale
  • Christophe Dechavanne
l'info en continu
Canal+ pourra désormais diffuser les films six mois après leur sortie en salles
Cinéma
Canal+ pourra désormais diffuser les films six mois après leur sortie en salles
Box-office France : "Encanto" chasse "Les Bodin's", "House of Gucci" 3e, démarrage difficile pour le biopic sur NTM
Box-office
Box-office France : "Encanto" chasse "Les Bodin's", "House of Gucci" 3e, démarrage...
"Je connais les méthodes de F2 !" : Patrick Balkany très remonté contre "Complément d'enquête"
TV
"Je connais les méthodes de F2 !" : Patrick Balkany très remonté contre...
"Je paye pour ce que je veux regarder" : Estelle Denis favorable à la suppression de la redevance télé
TV
"Je paye pour ce que je veux regarder" : Estelle Denis favorable à la suppression...
Salto, une première année dans la douleur
SVOD
Salto, une première année dans la douleur
"Walkyries" : Une nouvelle série avec Hélène de Fougerolles et Grégory Fitoussi à venir sur TF1
Séries
"Walkyries" : Une nouvelle série avec Hélène de Fougerolles et Grégory Fitoussi à...