Donnant-donnant : Les Sous doués font des films

Partager l'article
Vous lisez:
Donnant-donnant : Les Sous doués font des films
Le problème n’est pas que "Donnant-donnant" soit populaire, mais qu’il soit mauvais. Malgré toute la sympathie qu'on a pour Isabelle Mergault, son film est un ratage total.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que la critique n'a pas été tendre avec Isabelle Mergault. A les entendre, Donnant Donnant serait une comédie digne des navets de Max Pecas ou Philippe Clair. On est pourtant loin des grosses comédies franchouillardes des années 60-70 comme Arrête de ramer, t'attaque la falaise ou Poussez pas grand père dans les cactus (eh oui, le cinéma français a été capable de ça...)

Un début sympathique



Le film commence même plutôt bien. Certes, les gags sont un peu appuyés, (surtout l'AVC de Daniel Auteuil) mais on suit cela avec un certain entrain et on se surprend même à sourire. Mais dès l'évasion de Daniel Auteuil, Donnant Donnant commence sérieusement à tourner au vinaigre et vire au cinéma de papa, pire encore, au cinéma de papy.

Le scénario se perd dans l'invraisemblance la plus totale. Tout devient caricatural, grotesque, et exagéré. La bonne idée de départ n’est jamais bien exploitée. On assiste à un collage de scènes plus désespérantes les unes que les autres, et Isabelle Mergault a beau y mettre tout son cœur, on ne rit jamais.

Le coiffeur homo ? Original.



Côté casting, les acteurs principaux font tous leur travail. Daniel Auteuil est égal à lui même, c'est à dire parfait. Sabine Azéma est amusante et Medeea Marinescu a beaucoup de charme et de talent. Seulement, ça ne suffit pas à faire un bon film.

Car si on se penche sur les seconds rôles, c’est une autre histoire. Comment peut-on encore oser le coiffeur homosexuel fofolle en 2010 ? Même Pédale Dure avec Dany Boon et Gérard Darmon passe pour un modèle de subtilité. Ne parlons pas des méchants voisins, commères et hypocrites, dignes d'un mauvais vaudeville.

Dis papa, c’est quoi le cinéma populaire ?



Même si la réaction des critiques fut disproportionnés, Isabelle Mergault a eu tort de leur répondre en disant qu'ils n'aiment pas le populaire. On peut aimer le cinéma populaire, considérer Les Tontons Flingueurs, La Grande Vadrouille, Le Corniaud, Le Magnifique ou bien La Chèvre comme du grand cinéma, et être déçu par celui-là.

Donnant Donnant est du côté du mauvais cinéma populaire, certes loin des comédies potaches et paillardes des années 70, mais assez proche de Camping ou encore Le prix à payer.

Isabelle Mergault
Isabelle Mergault
Isabelle Mergault dénonce les "impostures" de Nicolas Bedos et Stéphane Guillon
Le best-of des tweets estivaux d'Isabelle Mergault
Isabelle Mergault pousse un coup de gueule contre France 2
Voir toute l'actualité sur Isabelle Mergault
Sur le même thème
l'info en continu
Maxime Saada ne veut pas que Canal+ réinvestisse "à perte dans le football"
TV
Maxime Saada ne veut pas que Canal+ réinvestisse "à perte dans le football"
"NCIS" : La saison 17 revient ce soir sur M6
Programme TV
"NCIS" : La saison 17 revient ce soir sur M6
"Ici tout commence" : Le feuilleton de TF1 disponible en avant-première sur Salto dès samedi
Séries
"Ici tout commence" : Le feuilleton de TF1 disponible en avant-première sur Salto...
Déprogrammation : F5 diffusera une édition spéciale du "Magazine de la santé" le 3 novembre en prime
TV
Déprogrammation : F5 diffusera une édition spéciale du "Magazine de la santé" le 3...
Le groupe L'Équipe va supprimer 56 postes
Business
Le groupe L'Équipe va supprimer 56 postes
"C à vous" : Fin des dîners pendant le confinement
TV
"C à vous" : Fin des dîners pendant le confinement
Vidéos Puremedias