L'année médias 2017 vue par... Sonia Devillers

Partager l'article
Vous lisez:
L'année médias 2017 vue par... Sonia Devillers
L'année médias vue par Sonia Devillers
L'année médias vue par Sonia Devillers © Radio France/Christophe Abramowitz
Pour la cinquième saison, puremedias.com vous propose "L'année médias vue par...", votre série de fin d'année.

Que retenir de cette année médiatique ? Pour la cinquième saison, puremedias.com propose sa série d'interviews des personnalités du PAF, qui vous livrent leurs coups de coeur et coups de gueule. Au tour de Sonia Devillers, à la tête l'émission médias "L'Instant M" tous les matins à 9h40 sur France Inter.

À lire aussi
Pascal Praud : "France Inter, c'est de la propagande !"
TV
Pascal Praud : "France Inter, c'est de la propagande !"
"C'est scandaleux" : Pierre Ménès furieux contre "So foot"
Presse
"C'est scandaleux" : Pierre Ménès furieux contre "So foot"
COVID-19 : Une comédienne de "Plus belle la vie" remplacée de manière temporaire sur France 3
Exclusivité
COVID-19 : Une comédienne de "Plus belle la vie" remplacée de manière temporaire...

La personnalité médiatique de l'année ?
Cyril Hanouna. En 2017, il est devenu un phénomène de société à part entière, polémiques à l'appui. Reflet vertigineux de notre époque, charriant vacuité et vulgarité, mais intégrant, en temps réel, dans ses programmes, un public multiple avec lequel il entretient un lien d'une folle modernité.

La personnalité politique de l'année ?
Manuel Valls. C'était son heure. Chaque étape de sa chute est l'acte d'une tragédie shakespearienne dont il est le seul auteur, enfermé dans ses obsessions. Finissant par vociférer, dans une matinale, qu'il faut "faire rendre gorge" à des journalistes. Symbole d'une génération qui s'enferre dans les clivages et la surenchère médiatique.

Le coup médias de l'année ?
Mise en scène du couple Macron, alliant tradition et transgression, autorité et glamour. La fabrication d'un objet médiatique unique, incroyablement bien pensé et maîtrisé. A la manoeuvre, Mimi Marchand, la grande prêtresse cachée de la presse people.

Le mensonge médiatique de l'année ?
La dénonciation du "SYSTEME", cette élite fantôme qui mépriserait les Français, à laquelle les candidats de tous bords (anciens ministres, présidents de la République et chefs de partis) n'appartiendraient pas, mais les journalistes si, bien entendu. Bref, un populisme lâche, hypocrite et ravageur auquel tant ont cédé.

L'émission TV de l'année ?
Le "Cash Investigation" dénonçant l'enfer des conditions de travail chez Lidl et chez Free. Une enquête en béton, signée Sophie Le Gall, dans laquelle tant de salariés se sont reconnus. Un séisme dans le monde de la grande distribution et des centres d'appel. Et surtout, l'incroyable et précieuse liberté du service public face à des annonceurs puissants. Défendons-la bec et ongles.

L'émission radio de l'année ?
Bon, je vais être honnête, je suis gravement piquousée à RTL 2. La directrice de France Inter m'a envoyée à deux reprises en cure de réhab dans une clinique privée californienne. Ça a coûté très cher au contribuable. Et ça n'a pas marché.

Le dérapage médias de l'année ?
La violence des invectives entre "Charlie Hebdo" et "Médiapart", au sujet de l'affaire Ramadan. Tant de leaders d'opinion et de médias plongeant la tête la première pour prendre parti, au nom d'alliances, d'héritages et de règlements de compte impossibles à décoder pour le grand public. Au final, une cacophonie insupportable, un débat confisqué. La teneur en est d'autant plus grave que les paroles riches et pédagogiques qui font avancer la réflexion sur l'Islam en France sont catastrophiquement rares.

Le flop TV/radio de l'année ?
Marine Le Pen lors du débat télévisé de l'entre-deux tours. Un naufrage en direct. Commentateurs, adversaires et militants, bref, les Français médusés devant leur écran.

Le/la journaliste de l'année ?
Ronan Farrow. Sa lutte contre NBC pour faire sortir l'affaire Weinstein. Son enquête publiée dans "The New Yorker". Et toutes nos sociétés occidentales emportées par une lame de fond pas prête de s'arrêter.

L'animateur/animatrice de l'année ?
Stephen Colbert. Son "late show" sur CBS devenu l'un des fers de lance de la critique de l'administration Trump. Colbert a pris une dimension inimaginable.

La personnalité médiatique qui marquera 2018 ?
Claire Underwood. En plus d'être mon fantasme féminin (Robin Wright), l'épouse du président des Etats-Unis avait déjà pris le pouvoir dans la précédente saison de "House of Cards". Son mari est désormais effacé de la série, puisque le comédien Kevin Spacey est accusé d'agression sexuelle. Ou le destin dinguissime d'une femme, à la fois personnage et actrice, face à l'Histoire en marche, dans un pays où la réalité va plus vite que la fiction.

Sur le même thème
l'info en continu
Thierry Ardisson invité spécial de puremedias.com demain
Interview
Thierry Ardisson invité spécial de puremedias.com demain
Free revendique près de 500.000 abonnés à son service autour de la Ligue 1
Sport
Free revendique près de 500.000 abonnés à son service autour de la Ligue 1
"Il faut renégocier ce contrat" : La Liga défend Mediapro dans son conflit avec la LFP
TV
"Il faut renégocier ce contrat" : La Liga défend Mediapro dans son conflit avec la...
Netflix : La future comédie de Dany Boon sur le confinement sortira directement sur la plateforme
SVOD
Netflix : La future comédie de Dany Boon sur le confinement sortira directement...
"Demain nous appartient" : TF1 diffuse exceptionnellement deux épisodes aujourd'hui
Séries
"Demain nous appartient" : TF1 diffuse exceptionnellement deux épisodes aujourd'hui
"Alice Nevers" : TF1 dégaine la saison 17 ce soir
Programme TV
"Alice Nevers" : TF1 dégaine la saison 17 ce soir
Vidéos Puremedias