Léa Salamé (Radio Notes 2018) : "C'est sans doute l'année où je suis la plus heureuse sur France Inter"

Partager l'article
Vous lisez:
Léa Salamé (Radio Notes 2018) : "C'est sans doute l'année où je suis la plus heureuse sur France Inter"
Léa Salamé
Léa Salamé © DR
La journaliste a été désignée "voix féminine de l'année" par les internautes de puremedias.com et de "20 minutes".

Elle est la voix féminine de l'année. Léa Salamé, qui officie chaque matin sur France Inter avec une interview diffusée à 7h50 et un autre entretien animé en duo avec Nicolas Demorand à 8h20, a été désignée dans le cadre des Radio Notes 2018 "voix féminine des radios généralistes de l'année". Elle devance sa collègue de France Inter Charline Vanhoenacker et Flavie Flament sur RTL. Côté audiences, sur la vague septembre/octobre, la matinale de France Inter est au meilleur de sa forme, en étant écoutée chaque jour en quart d'heure moyen par 1.878.000 auditeurs, en hausse sur un an (+125.000) comme sur une vague (+66.000) selon Médiamétrie. puremedias.com a pu recueillir les impressions de Léa Salamé à chaud.

À lire aussi
France Télévisions : Patrick Montel privé des championnats du monde d'athlétisme
Sport
France Télévisions : Patrick Montel privé des championnats du monde d'athlétisme
Mort d'Ariane Carletti ("Club Dorothée") : Sa fille Eleonore Sarrazin s'en prend au "Parisien"
TV
Mort d'Ariane Carletti ("Club Dorothée") : Sa fille Eleonore Sarrazin s'en prend...
"Cessons de dire n'importe quoi" : beIN Sports recadre Marlène Schiappa sur la retransmission du handball féminin
Sport
"Cessons de dire n'importe quoi" : beIN Sports recadre Marlène Schiappa sur la...

Propos recueillis par Christophe Gazzano.

Quel est votre sentiment après cette victoire, qui est un des premiers trophées décrochés par France Inter - avec "Popopop" élue émission culturelle de l'année - dans le cadre des Radio Notes 2018 ?
Cela me fait très plaisir. Je trouve que cela arrive au bon moment car c'est sans doute l'année où je me sens le mieux, où je suis la plus heureuse à la radio, sur France Inter. Ce qui est paradoxal, c'est qu'il s'agit de ma 5e saison à la matinale et que j'avais vraiment anticipé l'été dernier en me disant que ce serait sans doute la saison de trop, que j'allais peut-être lasser les auditeurs ou me lasser moi-même. Et en fait, il y a eu une heureuse surprise cette année avec les modifications apportées à la matinale, notamment avec le grand entretien de 8h20, cette interview qui est désormais en duo avec Nicolas Demorand et nous apporte un plaisir fou à l'un et à l'autre. C'est une renaissance pour moi cette année. Et le fait que cette récompense intervienne à ce moment-là, c'est comme si les internautes ressentaient que j'étais plus à ma place que les années précédentes.

Il y a eu notamment cette fameuse annonce de Nicolas Hulot...
Le fait que dès la deuxième matinale, Nicolas Hulot fasse ce qu'il a fait (alors ministre de la transition écologique et solidaire, il a démissionné en direct, ndlr) je suis sûre que cela a boosté la matinale.

Ils ont dit
"Nikos Aliagas a un défi colossal sur Europe 1"
Léa Salamé

La voix masculine de l'année est votre concurrent d'Europe 1, Nikos Aliagas. Vous arrive-t-il de l'écouter ?
Non, je n'arrive vraiment pas à écouter toutes les autres radios parce que préparer deux interviews dès le matin et enchaîner sur la télévision prend du temps. Je trouve que c'est un bon encouragement. Il est arrivé il y a quatre mois pour un défi colossal, qui est de remonter Europe 1 et je pense que c'est une forme d'encouragement des internautes qui lui disent qu'il a fait le bon choix de relever ce pari et qu'ils sont avec lui.

Si vous aviez voté pour la catégorie "Voix masculine", à qui serait allé votre vote ?
J'aurais dit Nicolas Demorand, mais vous diriez que je suis partisane. Je trouve qu'il est beaucoup plus heureux, beaucoup plus à l'aise et fluide cette année. Je partage ce prix avec lui car nous formons vraiment un duo. Je suis également contente pour Antoine de Caunes et le prix de l'émission culturelle de l'année. Il a fait le pari de débarquer en radio et c'est réussi.

La matinale de France Inter va faire dans quelques jours une pause à l'occasion des fêtes de fin d'année. Des aménagements ou des nouvelles rubriques sont-ils prévus pour la rentrée de janvier ?
Non, aucun. On ne change pas une équipe qui gagne. Nous avons fait une rentrée historique côté audiences, ce qui contredit totalement mes prévisions. Je pensais que cela allait baisser, que ça allait être une année difficile. Et finalement, le retour de la politique, avec Benalla, Hulot, les Gilets jaunes... profite énormément aux radios généralistes et aux matinales généralistes. Les gens ont envie d'actu, ont envie d'écouter de l'actu et cela profite à Inter aussi et surtout puisque nous sommes la seule matinale généraliste à progresser sur la dernière vague Médiamétrie.

Ils ont dit
"Il y a une question à se poser sur le traitement des Gilets jaunes par les chaînes info"
Léa Salamé

Y a-t-il des invités que vous rêvez d'avoir dans la matinale ?
Non. On a la chance de pouvoir varier les plaisirs avec les deux rendez-vous avec des politiques, des intellectuels... Après, cela ne vous a pas échappé qu'Emmanuel Macron n'est pas encore venu sur la première matinale de France, mais il est évidemment le bienvenu.

L'invitation a-t-elle été lancée ?
Oui.

Depuis un mois, l'actualité est occupée par les Gilets jaunes. Certains médias ont fait leur mea culpa suite à leur traitement du mouvement. A France Inter, êtes-vous satisfaits de la manière dont ce sujet a été abordé ?
On s'est beaucoup mis en cause et on s'est beaucoup interrogés. Cela nous a valu des réunions de réflexion pour savoir si nous étions justes dans le traitement des Gilets jaunes, si nous en avons fait trop ou pas assez. Je n'ai pas la réponse. J'ai le sentiment qu'on a pris plus de hauteur sur les cinq semaines. Nous avons invité un Gilet jaune seulement une fois ; cela aurait été bizarre de n'en inviter aucun. En inviter trop, cela aurait été trop. On en parle tous les matins, mais ça, c'est l'actualité qui le veut et qui le fait. On est en remise en cause perpétuelle. Nous, les journalistes et les médias, sommes bousculés par ce nouvel effet démocratique. C'est un mouvement qui a surpris tout le monde, les politiques, mais aussi les médias. Mais pour être honnête, je pense qu'il y a une question à se poser notamment sur le traitement des chaînes info. Je ne suis pas en train de mettre en cause les chaînes info, mais leur côté répétitif, non stop et en direct a pu sans doute donner l'impression d'un trop plein. Et en même temps, ceux qui disent que ce sont les chaînes info qui ont fait les Gilets jaunes, se trompent. Les Gilets jaunes n'avaient pas besoin des chaînes info pour exister. Mais il y a une réflexion générale à avoir, que nous avons à France Inter ou pour "L'émission politique" sur France 2 et que tous les médias vont devoir se poser. Donc, je n'ai pas de réponse théorique. Je ne peux pas vous dire si nous avons bien fait les choses ou si nous avons été justes dans le dosage. Je vous dis qu'on s'interroge.

Léa Salamé
Léa Salamé
Léa Salamé : "Oui, j'ai déjà pris la grosse tête"
France 2 arrête "Stupéfiant !", le magazine de Léa Salamé
"Game of Thrones" : Léa Salamé vante "les merveilleuses fesses sucrées" de Jon Snow dans "Quotidien" !
Retrait de Léa Salamé : Charline Vanhoenacker se moque de la journaliste sur France Inter
Voir toute l'actualité sur Léa Salamé
commentaires
Veuillez désactiver votre bloqueur de pub (Adblock) pour ce site afin d'afficher l'intégralité des commentaires et en publier.
Marie-Christine Aubert Gabriel

Elle me manque dans ONPC.



NorbertGabriel

Je veux bien prendre le pari que Macron ne viendra jamais ... Il est bien trop intelligent pour ces gauchos de France Inter ... Quoi ? j'ai dit un sottise ?? Où ça ?



DansTonTube

Dans ce cas-là on doit plutôt dire "un bémol"



La Sardine

Inter est une station exigeante et LS lui fait honneur.

Petite critique : on voit fleurir partout des prix de ceci ou cela dans ce tout petit milieu très fermé. Et d'années en année, tout le monde finit par l'avoir, un peu comme les 7 d'or qui à par l'objet dessiné par P. Mathieu n'a pas grand intérêt. On est dans l'auto congratulation d'un petit milieu pour son petit milieu.

Bon je ne rajoute pas une couche sur la légion d'honneur, je garde ça pour plus tard.



tikeum75

Parce qu’elle a eu Hulot et qu’elle a marché sur l’eau 5 minutes durant ? Tiens en parlant de son binôme Nathalie comment Barthès s’est fouttu de la plante verte du Médias 20h hier soir :) Parce qu’il ne faut pas faire une faute sur le nom de Nathalie.



comments powered by Disqus
Sur le même thème
l'info en continu
Matthieu Pigasse à propos du Monde : "Daniel Kretinsky n'est pas mon successeur"
Presse
Matthieu Pigasse à propos du Monde : "Daniel Kretinsky n'est pas mon successeur"
Retour de " N'oubliez pas votre brosse à dents !" : "Impossible, rien ne passerait aujourd'hui" selon Nagui
TV
Retour de " N'oubliez pas votre brosse à dents !" : "Impossible, rien ne passerait...
"Skam France" : France Télévisions annonce une saison 6
TV
"Skam France" : France Télévisions annonce une saison 6
"On n'est pas couché" : Laurent Ruquier lit le droit de réponse d'Alexandre Moix à l'antenne
TV
"On n'est pas couché" : Laurent Ruquier lit le droit de réponse d'Alexandre Moix à...
Audiences samedi : "C l'hebdo" et "On n'est pas couché" en hausse, démarrage faible pour "La grande darka" sur C8
Audiences
Audiences samedi : "C l'hebdo" et "On n'est pas couché" en hausse, démarrage...
Audiences: "Meurtres à Colmar" leader, "La chanson secrète" et "Les Grosses Têtes" de retour en baisse
Audiences
Audiences: "Meurtres à Colmar" leader, "La chanson secrète" et "Les Grosses Têtes"...
Vidéos Puremedias