Nabilla : "Quand on m'invitait à la télé, c'était pour se foutre de ma gueule"

Partager l'article
Vous lisez:
Nabilla : "Quand on m'invitait à la télé, c'était pour se foutre de ma gueule"
Nabilla Benattia
Nabilla Benattia © Abaca
"C'était violent, sexiste, intolérant", se souvient la jeune femme.

Nabilla en pleine offensive médiatique. Présente uniquement sur les réseaux sociaux depuis la fin de sa détention provisoire, la jeune femme qui sera jugée le 19 mai après avoir été accusée d'avoir poignardé son compagnon revient sur le devant de la scène avec son autobiographie "Trop Vite" (éd. Robert Laffont). A cette occasion, l'ex-candidate des "Anges" de NRJ 12 enchaîne les interviews : "Télé Loisirs" hier, "Sept à Huit" sur TF1 ce soir, "Salut les Terriens" sur Canal+ samedi prochain...

À lire aussi
Audiences: "La malédiction du volcan" large leader, "Ninja Warrior" devant sur cibles, retour en hausse pour "La lettre"
TV
Audiences: "La malédiction du volcan" large leader, "Ninja Warrior" devant sur...
Affaire Olivier Duhamel : Jack Lang dit "basta !" aux questions de Sonia Mabrouk sur Europe 1
Radio
Affaire Olivier Duhamel : Jack Lang dit "basta !" aux questions de Sonia Mabrouk...
Audiences : "Meurtres à Albi" très large leader devant "Ninja Warrior", débuts corrects pour "Symphonissime"
TV
Audiences : "Meurtres à Albi" très large leader devant "Ninja Warrior", débuts...

"C'était violent, sexiste, intolérant"

Et ce dimanche, c'est dans les colonnes du Journal du Dimanche que Nabilla s'exprime. Et c'est une jeune femme remontée qui prend la parole, notamment sur ses expériences passées. "On découvre ce qu'est un pays conservateur. J'en ai pris la pleine mesure lors d'un défilé Jean-Paul Gaultier. Catherine Deneuve était très énervée de ma présence. Elle m'a fait comprendre que je n'avais rien à faire là. Ce n'était pas mon monde", se rappelle la jeune femme à propos de cette séquence diffusée dans sa télé-réalité "Allo Nabilla" sur NRJ 12.

"En France, il y a ceux qui ont le droit et ceux qui n'ont pas le droit", juge-t-elle. "Moi, je n'ai eu le droit qu'aux insultes. Quand on m'invitait à la télé, c'était pour ça, pour se foutre de ma gueule. Connasse, salope, pute... J'ai tout entendu. C'était violent, sexiste, intolérant. Je me prenais des insultes par de grosses personnalités comme Ruquier alors que je n'étais qu'une gamine...", se souvient Nabilla qui estime avoir "évolué" en trois ans, notamment grâce à son passage en prison.

"J'arrive à vivre avec 4.000 euros par mois"

"Je me suis retrouvée en prison avec un savon Dove et un verre d'eau. Ca m'a fait beaucoup réfléchir, ça m'a ouverte aux autres", affirme-t-elle à nos confrères. Résultat, aujourd'hui, Nabilla se "contente de moins". "J'arrive à vivre avec 4.000 euros par mois. C'est nettement suffisant", confie celle qui "avait besoin de douze paires de Louboutin" avant son séjour en prison. "Maintenant, aller tous les deux jours chez le coiffeur me suffit. Je ne manque de rien, je n'ai besoin que de mon homme, d'amour, d'un joli appartement et de ma famille", assure-t-elle.

Sur le même thème
l'info en continu
"Plus belle la vie" : Une influenceuse rejoint le feuilleton de France 3
Séries
"Plus belle la vie" : Une influenceuse rejoint le feuilleton de France 3
La chaîne de France Télé, Culturebox, occupera l'ex-canal TNT de France Ô à partir du 1er février
TV
La chaîne de France Télé, Culturebox, occupera l'ex-canal TNT de France Ô à partir...
"Alex Hugo" : Une saison 7 et une saison 8 pour la série policière phare de France 2
Séries
"Alex Hugo" : Une saison 7 et une saison 8 pour la série policière phare de France...
Les Français n'ont jamais autant regardé la télévision qu'en 2020
Audiences
Les Français n'ont jamais autant regardé la télévision qu'en 2020
France 4 : Deux députés se prononcent en faveur de la survie de la chaîne
TV
France 4 : Deux députés se prononcent en faveur de la survie de la chaîne
BFMTV : Le témoignage bouleversant du député Bruno Questel, violé à 11 ans
TV
BFMTV : Le témoignage bouleversant du député Bruno Questel, violé à 11 ans
Vidéos Puremedias